Denoël

  • Just kids

    Patti Smith

    C'était l'été où Coltrane est mort, l'été de l'amour et des émeutes, l'été où une rencontre fortuite à Brooklyn a guidé deux jeunes gens sur la voie de l'art, de la ténacité et de l'apprentissage. Patti Smith deviendrait poète et performeuse, et Robert Mapplethorpe, au style très provocateur, se dirigerait vers la photographie. Liés par une même innocence et un même enthousiasme, ils traversent la ville de Brooklyn à Coney Island, de la 42e Rue à la célèbre table ronde du Max's Kansas City, où siège la cour d'Andy Warhol. En 1969, le couple élit domicile au Chelsea Hotel et intègre bientôt une communauté de vedettes et d'inconnues, artistes influents de l'époque et marginaux hauts en couleur. C'est une époque d'intense lucidité, les univers de la poésie, du rock and roll, de l'art et du sexe explosent et s'entrechoquent.
    Immergés dans ce milieu, deux gamins font le pacte de toujours prendre soin l'un de l'autre. Romantiques, engagés dans leur pratique artistique, nourris de rêves et d'ambitions, ils se soutiennent et se donnent confiance pendant les années de vache maigre.
    Just Kids commence comme une histoire d'amour et finit comme une élégie, brossant un inoubliable instantané du New York des années 60-70, de ses riches et de ses pauvres, de ses paumés et de ses provocateurs. Véritable conte, il retrace l'ascension de deux jeunes artistes, tel un prélude à leur réussite.

  • Les nouveaux monologues du vagin Nouv.

    À l'origine d'un one-woman-show joué par l'auteure à Broadway. La pièce est le résultat de plus de 200 interviews de femmes, auxquelles l'auteure a demandé de s'exprimer sur ce sujet tabou. Présente le texte intégral de la pièce dans une nouvelle traduction. Edition augmentée de onze nouveaux monologues.

  • "Je peux toucher tes cheveux ?"
    "Vous fêtez les anniversaires dans ton pays ?"
    "T'as pas l'air gay, pourtant."
    "L'important, c'est que tu te sentes bien dans ton corps."
    T'as tes règles ou quoi ?"
    Ces remarques aux faux airs amicaux charrient une tonne de préjugés. Elles sont pesantes précisément parce que les personnes qui les prononcent sont rarement conscientes de leur énormité et des effets qu'elles peuvent produire. C'est pourquoi il est important de prendre la mesure de ces micro-agressions et, pourquoi pas, d'en rire.
    L'idée n'est pas d'organiser le plus grand procès d'intention de l'histoire mais de continuer de militer pour la tolérance afin que chacun puisse vivre paisiblement ses différences. Et puisque ça ne suffira pas, que ces ' questions qui tuent ' nous fassent hurler, sourire ou pleurer, finalement peu importe, l'idée serait simplement de ne pas s'y habituer.

  • À défaut de donner un sens à la pandémie, sachons en tirer les leçons pour l'avenir.

    Un minuscule virus dans une très lointaine ville de Chine a déclenché le bouleversement du monde. L'électrochoc sera-t-il suffisant pour faire enfin prendre conscience à tous les humains d'une communauté de destin ? Pour ralentir notre course effrénée au développement technique et économique ?
    Nous voici entrés dans l'ère des grandes incertitudes. L'avenir imprévisible est en gestation aujourd'hui. Faisons en sorte que ce soit pour une régénération de la politique, pour une protection de la planète et pour une humanisation de la société : il est temps de changer de Voie.

  • Fin de combat

    Karl Ove Knausgaard

    • Denoël
    • 19 Août 2020

    "Entre vingt et trente ans, cette décennie effroyable, j'avais essayé de prendre part à la vie autour de moi, à la vie normale, à ce que tout un chacun vivait, mais sans y parvenir, et ce sentiment d'échec était si fort, cet éclair d'indignité si intense que peu à peu, sans en être conscient, je me focalisai sur autre chose, me plongeai plus profondément dans la littérature, sans que cela ait l'air d'une retraite, d'un refuge, mais au contraire d'un élan fort et triomphal, et, avant même de m'en rendre compte, c'était devenu ma vie."

    Âgé de quarante ans dans ce récit, Knausgaard est à l'aube de sa gloire internationale. Il partage son quotidien entre l'écriture de ce qui sera son grand oeuvre et l'éducation de ses trois enfants en bas âge. Sa vie à Malm est réglée comme du papier à musique. Jusqu'à ce que son oncle s'oppose à la publication de son premier ouvrage autobiographique. Un interdit qui va le plonger dans une grande angoisse et déséquilibrer profondément sa vie d'homme et de père.
    Fin de combat est une réflexion bouleversante sur les rapports de Knausgaard à son père et à sa famille. De sa voix singulière, il interroge les textes littéraires et politiques les plus emblématiques du XXe siècle, d'À la recherche du temps perdu à Mein Kampf, pour comprendre la relation mystérieuse qu'entretiennent l'écriture et la vie.

  • Et si vous appreniez que toute votre vie repose sur un mensonge ?
    Kim, une Australienne de trente ans, est sous le choc. Un inconnu vient de lui révéler qu'elle s'appelle en réalité Sammy Went, qu'elle a été enlevée vingt-huit ans auparavant et que sa vraie famille l'attend aux États-Unis. Kim n'en croit pas un mot mais ne peut s'empêcher de se poser des questions. Pourquoi est-il impossible de mettre la main sur des photos d'elle bébé ? Et qui est cette petite Sammy, enfant disparue, à qui elle ressemble tant ?
    Pour remonter le fil de son histoire, Kim devra affronter les dangers et la terrible réalité qui l'attendent dans le Kentucky.
    Un roman à suspense de haute volée qui mêle kidnapping, secrets de famille et conspiration.

  • Victimes Nouv.

    Victimes

    Svernstrom Bo

    Lorsque le corps d'un homme affreusement mutilé est retrouvé dans une grange au nord de Stockholm, l'inspecteur Cari Edson et son équipe s'attendent - malgré la grande cruauté des faits - à une enquête pour meurtre assez routinière. Mais quand ils découvrent avec stupéfaction que la victime est encore en vie et qu'elle est achevée quelques heures plus tard à l'hôpital, ils comprennent qu'ils ont affaire à un ennemi redoutable...
    Aidé par une journaliste particulièrement pugnace et débrouillarde, Cari Edson sait qu'il doit agir vite. Car les victimes s'additionnent et le bourreau semble apporter un soin particulier à les faire souffrir.
    Ce thriller sous haute tension, porté par une narration surprenante, interroge notre perception de la victime et du bourreau.rde.

  • Adolescent, August Grimp découvre qu'il adore porter des vêtements féminins. Lorsqu'il le fait, il est capable de voler tel un super-héros. Un jour qu'il est Dragman, il sauve une petite fille, Cherry Mingle, d'une chute d'un toit. Mais craignant la réprobation de sa mère, il range ses tenues et arrête d'être Dragman. Un jour, Cherry le retrouve car elle a besoin de lui pour sauver ses parents.

  • En toute confidence

    Stora/Renaud

    "J'aime le contact avec le public, ce public qui me suit depuis plus de soixante-quinze ans. Toutes les générations ont "leur" Line Renaud. Pour les plus âgés la chanteuse, pour les plus jeunes l'actrice ou la femme engagée dans la lutte contre le sida. Je suis fan de mes fans."

    Au printemps 2019, Line Renaud a vu la mort de près. Durant sa convalescence, des souvenirs qu'elle n'avait jamais évoqués sont revenus en nombre.
    Avec sa verve habituelle, dans un passionnant retour sur sa vie, elle livre ici sans détour les secrets d'un destin exceptionnel.
    Les souvenirs cachés d'une grande figure française.

  • Garder le cap

    Sempé

    En feuilletant les pages de ce nouvel album, nous sommes comme chaque fois incroyablement touchés par la délicatesse du trait, la subtilité et la mélancolie de l'esprit de Sempé. Se dégage aussi des dessins une forme d'élégance morale, discrète et toujours amusée.
    La plume de Sempé traduit sa vision tendrement ironique de nos travers et des travers du monde. Dans ce livre, on retrouve le meilleur de l'humour fin, subtil et allusif, allié à un formidable sens du dérisoire, qui caractérise toute l'oeuvre de Sempé.

  • Grand Prix de la critique ACBD 2020.

    "Chaque homme dans sa vie assiste à la fin d'un monde."

  • Immergés dans ce milieu, deux gamins font le pacte de toujours prendre soin l'un de l'autre. Romantiques, engagés dans leur pratique artistique, nourris de rêves et d'ambitions, ils se soutiennent et se donnent confiance pendant les années de vache maigre.
    Just Kids commence comme une histoire d'amour et finit comme une élégie, brossant un inoubliable instantané du New York des années 60-70, de ses riches et de ses pauvres, de ses paumés et de ses provocateurs.
    Véritable conte, il retrace l'ascension de deux jeunes artistes, tel un prélude à leur réussite.

  • LA VERSION INÉDITE DU SUCCÈS MONDIAL D'IRÈNE NÉMIROVSKY.
    Écrit dans le feu de l'Histoire, Suite française dépeint presque en direct l'exode de juin 1940, qui brassa dans un désordre tragique de nombreuses familles françaises. De son village de Saône-et-Loire où elle est réfugiée, Irène Némirovsky traque les innombrables petites lâchetés et les fragiles élans de solidarité d'une population en déroute. Au fil de l'écriture et de l'avancée allemande, son roman se fait le miroir inquiétant du quotidien d'un pays sous le joug, jusqu'à ce que la réalité dépasse tragiquement la fiction lors de son arrestation en juillet 1942.
    Ainsi la grande Histoire précipite-t-elle le destin de la romancière et, avec lui, celui de Suite française. Son manuscrit inachevé, ses notes et nombreux écrits sont confiés à ses enfants dans une précieuse valise. Des années plus tard, sa fille, Denise Epstein, en exhume le roman Suite française. Il existait cependant deux versions de la fameuse suite romanesque : une version brute, originelle, la toute première (Denoël, 2004), et puis une seconde remaniée, plus ramassée, plus aboutie, celle que l'auteure envisageait de publier.
    Enrichie d'une présentation remarquable retraçant la genèse du roman, cette version inédite de Suite française, plus acide et mordante, révèle une romancière implacable et passionnée, habile à capter les travers et faiblesses de chacun, témoin, malgré elle, du pire de notre humanité.

    « UN ROMAN HALLUCINÉ. ON EN SORT SECOUÉ, RÉVOLTÉ, ÉMERVEILLÉ. »
    PASCAL BRUCKNER, LE NOUVEL OBSERVATEUR

  • Stella

    Wurger Takis

    Berlin, 1942. Friedrich, jeune Suisse installé à Berlin, rencontre Kristin dans une école d'art. Elle l'entraîne dans les folles nuits de la capitale, l'enivre de cognac dans des cabarets clandestins et lui donne son premier baiser. À ses côtés, la guerre semble bien lointaine.
    Mais un matin, la réalité le rattrape. Kristin frappe à sa porte, le visage tuméfié, lui avouant qu'elle ne lui a pas dit toute la vérité. Son vrai nom est Stella, elle est juive. La Gestapo l'a démasquée et l'oblige à conclure un pacte inhumain : dénoncer des juifs pour sauver sa famille.

    Ce roman inspiré de l'histoire vraie de Stella Goldschlag dresse le portrait d'une femme prise dans l'engrenage tragique de l'Histoire.

  • Amoresano vit à Naples, il a presque trente ans et n'a pas trouvé sa place dans le monde. Ses journées passent lentement, entre la vie chez ses parents, les matchs du Napoli, les soirées avec son ami Russo à écumer les bars et la recherche d'un travail. Après un échec lors d'un énième entretien d'embauche, il décide d'épuiser ses économies et d'en finir avec la vie, mais une rencontre amoureuse ranime ses désirs et ses espérances.
    Alessio Forgione raconte avec une langue enlevée, tissée de tendresse et d'humour, les déambulations d'un jeune homme en proie aux affres de sa génération, dans un Naples inattendu et électrisant.
    Ce roman d'une intensité et d'une poésie renversantes entremêle avec grâce pauvreté et tendresse, désespoir et enchantement.

  • «- Bardamu, qu'il me fait alors gravement et un peu triste, nos pères nous valaient bien, n'en dis pas de mal !... - T'as raison, Arthur, pour ça t'as raison ! Haineux et dociles, violés, volés, étripés et couillons toujours, ils nous valaient bien ! Tu peux le dire ! Nous ne changeons pas ! Ni de chaussettes, ni de maîtres, ni d'opinions, ou bien si tard, que ça n'en vaut plus la peine. On est nés fidèles, on en crève nous autres ! Soldats gratuits, héros pour tout le monde et singes parlants, mots qui souffrent, on est nous les mignons du Roi Misère. C'est lui qui nous possède ! Quand on est pas sage, il serre... On a ses doigts autour du cou, toujours, ça gêne pour parler, faut faire bien attention si on tient à pouvoir manger... Pour des riens, il vous étrangle... C'est pas une vie... - Il y a l'amour, Bardamu ! - Arthur, l'amour c'est l'infini mis à la portée des caniches et j'ai ma dignité moi ! que je lui réponds.»

  • 07.07.07

    Antonio Manzini

    Rocco Schiavone est le genre de sous-préfet romain qu'on adore détester : mine grincheuse, ton sarcastique et langage fleuri.
    Dans cet épisode, il se promène dans son passé, déambule dans la Ville éternelle qu'il connaît par coeur, fréquente quelques malfrats et fume des joints, de préférence le matin. Sa femme n'est pas encore devenue le fantôme de ses remords : elle est vivante, passionnée par son travail, dévouée à ses amis. Jusqu'à ce fatidique 7 juillet 2007, jour de sa disparition.
    Une enquête haletante de Rocco Schiavone qui ravira les amoureux du commissaire Montalbano, de l'Italie et des polars à l'humour grinçant.

  • La chose en soi

    Adam Roberts

    1986. Charles Gardner et Roy Curtius sont isolés sur une base en Antarctique. Ils participent au programme de recherche d'éventuels signaux en provenance d'une intelligence extraterrestre. Si Charles est pragmatique et expansif, Roy est taciturne et, surtout, obsédé par la lecture de la Critique de la raison pure.
    Leur cohabitation forcée va virer à l'inimitié à cause d'une lettre : une de celles que Charles a reçues et qu'il a accepté de vendre, sans l'avoir lue, à Roy qui ne reçoit jamais de courrier. La tension est à son comble lorsque celui-ci prétend avoir résolu le paradoxe de Fermi grâce aux textes de Kant. Serait-il devenu fou ? Représente-t-il un danger, alors qu'une tempête éclate à l'extérieur et qu'aucun secours n'est envisageable avant plusieurs jours ? La vision récente du film The Thing, de John Carpenter, n'est pas pour rassurer Charles...

    À la fois roman d'aventures drolatique et tour de force littéraire érudit, La Chose en soi nous emporte dans un voyage effréné à travers le temps et confirme l'immense talent d'Adam Roberts.

  • Expiration

    Ted Chiang

    L'immense talent de Ted Chiang consiste à inventer des mondes radicalement nouveaux, ne répondant pas à nos lois physiques, dans lesquels les machines en disent long sur notre humanité.
    Dans « Le marchand et la porte de l'alchimiste », conte semblable à ceux des Mille et Une Nuits, un commerçant de Bagdad propose l'usage d'une porte bien étrange. « Le cycle de vie des objets logiciels » suit le parcours d'Ana Alvarado, qui développe des organismes numériques intelligents. Dans « L'angoisse est le vertige de la liberté », le prisme permet d'ouvrir une fenêtre sur un monde parallèle et de communiquer avec son « double ».
    Chacun des textes composant le recueil aborde des questions aussi vieilles que l'humanité (conscience, mémoire, identité...), avec un dénominateur commun à tous : l'existence, ou non, du libre arbitre. Ted Chiang y répond avec son style remarquable et son inventivité unique.

  • Une femme. Une mission. Sauver le monde.

    1952. Une météorite s'écrase au large de Washington, dévastant une grande partie de la côte Est des États-Unis et tuant la plupart des habitants dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres. Par chance, Elma York et son mari, Nathaniel, en congé dans les Poconos, échappent au cataclysme et parviennent à rejoindre une base militaire.
    Elma, génie mathématique et pilote pendant la Seconde Guerre mondiale, et Nathaniel, ingénieur spatial, tentent de convaincre les militaires que la météorite n'a pu être dirigée par les Russes. Mais, ce faisant, ils découvrent que la catastrophe va dérégler le climat de manière irréversible et entraîner, à terme, l'extinction de l'humanité.
    Seule issue : l'espace. Une coalition internationale lance un programme spatial de grande envergure... inaccessible aux femmes. Elma compte pourtant bien y prendre part et devenir la première Lady Astronaute.

    Récit d'une conquête spatiale digne de L'Étoffe des héros, Vers les étoiles a reçu les prix les plus prestigieux de la science-fiction : Prix Hugo, Prix Locus, Prix Nebula, Prix Sidewise.

  • Mai 2007, République tchèque. Le bug d'un babyphone permet à un homme d'intercepter les images d'un gamin couché sur le sol d'une maison voisine, nu et menotté. La mère de l'enfant est arrêtée, inculpée d'activités pédopornographiques. Anna, 13 ans, l'une de ses filles présumées, parvient à s'enfuir. L'enquête policière montrera qu'il s'agit en fait d'une femme de 33 ans, Barbora Skrlová, qui a subi opérations, entrainement et régime pour se transformer en fillette. Son père, ancien chef d'une troupe scoute d'extrême-droite, est-il lié à l'affaire? Les mobiles sont-ils sexuels ou sectaires? L'opinion et les médias tchèques s'enflamment pour le scandale. Quelques mois plus tard, Barbora S. est retrouvée en Norvège sous l'identité d'Adam, un garçon de 13 ans. Rapatriée en Tchéquie, elle est inculpée de plusieurs crimes. L'affaire, jamais complètement élucidée, conduira à l'adoption de nouvelles lois sur la protection des victimes d'actes criminels.

    L'incroyable scandale qui a ébranlé la République tchèque, revisité par deux des meilleurs auteurs et l'un des plus brillants dessinateurs de la
    scène pragoise actuelle. Un suspense haletant, une plongée à la Millenium dans les gouffres de la pathologie politico-criminelle et du voyeurisme médiatique...

  • J'ai décidé de faire parler des femmes, de les faire parler de leur vagin, de faire des interviews de vagins..., et c'est devenu ces Monologues... Au début, ces femmes étaient un peu timides, elles avaient du mal à parler. Mais une fois lancées, on ne pouvait plus les arrêter. Les femmes adorent parler de leur vagin. Depuis sa parution aux États-Unis en 1998, Les Monologues du vagin a déclenché un véritable phénomène culturel : rarement pièce de théâtre aura été jouée tant de fois, en tant de lieux différents, devant des publics si divers... Mais que sont donc ces Monologues dans lesquels toutes les femmes se reconnaissent ? Il s'agit ni plus ni moins de la célébration touchante et drôle du dernier des tabous : celui de la sexualité féminine. Malicieux et impertinent, tendre et subtil, le chef-d'oeuvre d'Eve Ensler donne la parole aux femmes, à leurs fantasmes et craintes les plus intimes. Qui lit ce texte ne regarde plus le corps d'une femme de la même manière. Qui lit ce texte ne pense plus au sexe de la même manière.

  • Trop jeune pour etre vieille Nouv.

    Des conseils, des informations et des astuces à destination des femmes quinquagénaires pour les aider à accepter leur âge.

  • Cassandra Darke, Londonienne pur jus, vieille teigne misanthrope, mauvaise coucheuse en surcharge pondérale, n'est pas sans rappeler le célèbre Scrooge de Dickens. Elle ne pense qu'à elle-même et aux moyens de préserver le confort dont elle jouit dans sa maison de Chelsea à 8 millions de livres. La galerie d'art moderne de son défunt mari a été le théâtre de fraudes qui l'ont mise en délicatesse avec la justice et au ban de son milieu. Mais Cassandra s'accorde le pardon, au prétexte qu'"à côté de tous ces meurtriers récidivistes, on se sentirait presque comme Blanche-Neige". Ses fautes n'impliquent "ni violence, ni arme, ni cadavre". Hélas, dans son sous-sol, une ex-locataire, la jeune et naïve Nicki, a laissé une surprise qui pourrait bien s'accompagner de violence et d'au moins un cadavre...
    Affinant encore sa virtuosité unique, entre roman et bande dessinée, Posy Simmonds poursuit la fresque de l'Angleterre moderne entreprise dans ses livres précédents et donne sa vision au scalpel du Londres brutal et fascinant d'aujourd'hui, "entre paillettes et galères". Son coeur, comme toujours, penche pour les chiens perdus, mais le portrait qu'elle trace de Cassandra, cette femme trop riche à l'hiver de sa vie, est vibrant d'empathie. Pur plaisir. Pur Posy.

empty