Editions L'Harmattan

  • Journal croisé d'un voyage qui a conduit les auteurs à emprunter le parcours mythique du fameux train transsibérien, ce livre convoque les fantômes de l'ancien "empire rouge", dont les statues sont toujours debout au-delà de l'Oural et multiplie les angles de vue sur une société post-soviétique tantôt immobile tantôt en mouvement, souvent en pleine détresse. Entre les péripéties d'un déplacement parfois laborieux et la réflexion personnelle des auteurs ce récit au quotidien fait venir aux lèvres le mot de Stendhal : "Le dépaysement du voyage ne vaut que par l'étonnement du retour".

  • Confrontée à une Afrique inconnue, mais en proie aux convulsions politiques ordinaires, une jeune journaliste française pose ses bagages dans la capitale tchadienne. Elle observe, note ou critique les modes de vie de la population comme les dérives du gouvernement tchadien. Ce livre est la chronique douce-amère de cette vie parfois sous tension, qui donne envie d'aller découvrir ce "point infime" au coeur de l'Afrique d'aujourd'hui.

  • Le Corbusier (1887-1965) était aussi un grand voyageur. Sa curiosité pour d'autres paysages, d'autres architectures ou d'autres moeurs paraît toujours en activité, révélant parfois une attention presque naïve. Cet ouvrage original interroge des aspects moins connus de la vie intime et professionnelle de l'architecte de Chandigarh et de Ronchamp, avec ses zones d'ombre et ses ambiguïtés, et illustre le rayonnement international de son oeuvre.

  • Voici une invitation au voyage dans l'espace portuaire qui est passé par la crise. Depuis plusieurs années, les villes cherchent à "réinvestir" leurs quartiers portuaires, les privant parfois du charme qui faisait leur singularité. Paradoxalement, le port est un peu l'antithèse du voyage : c'est la ville de ceux qui restent. Mais on ne rêve jamais aussi bien qu'à quai. L'auteur propose ainsi un itinéraire à l'envers du décor, teinté d'imaginaire. De la Méditerranée à la mer de Chine, de Buenos Aires à Rotterdam, jetant l'ancre et la plume à Genes, Hambourg, Saigon, Le Havre, Liverpool...

  • Pour mieux "changer de regard" sur la périphérie et ouvrir un débat sur la ville qui dépasse les limites des "quartiers en crise", les auteurs, spécialistes des questions urbaines, ont entrepris pendant dix jours un "tour à pied" de la périphérie parisienne. Cette expérience qui est relatée dans cet ouvrage est à lire comme un voyage d'exploration contemporaine.

  • L'Afrique est inéluctablement en voie d'urbanisation rapide. Cet ouvrage se propose de déceler ces mutations de l'Afrique tant sous l'angle urbain que sociétal. Il permet d'aborder une réalité multiforme et complexe qu'il s'agit d'explorer dans le sens d'une meilleure compréhension des enjeux urbains et d'un accès plus large à la connaissance de cette "Afrique des villes" en pleine émergence.

  • Rédigés par des intervenants de diverses disciplines: géographe, anthropologue, sociologue, philosophe, architecte-urbaniste, voici une poursuite de la réflexions sur la place du voyage dans la civilisation urbaine. Ces rencontres étaient l'occasion de chercher à regarder la ville autrement, à travers son histoire et sa mémoire et de s'interroger sur la cité de demain.

  • Cet ouvrage s'apparente moins à une monographie studieuse qu'au "livre de bord d'un caboteur de villes", vivant et empreint d'humour, ponctué d'anecdotes savoureuses. Ce récit original d'un itinéraire personnel à travers les villes majeures du Brésil (Belem, Bahia, Belo Horizonte, Ouro Preto, Curitiba, Sao Paulo, Rio de Janeiro, Brasilia, parati...) est aussi un ouvrage actuel, au moment ou "Lula", le nouveau président , élu notamment par les pauvres des villes et les paysans sans terre, met en chantier la transformation sociale du pays.

  • L'Inde est sujette à un profond remue-ménage qui s'appelle "urbanisation". C'est ce processus, d'une incroyable variété de formes sociales et culturelles, qui travaille toute la société indienne et la "déruralise" hardiment. Depuis une quinzaine d'années, de séjour en séjour dans plusieurs villes indiennes (Pune, Mumbai/Bombay, New Delhi, Chandigarh, Bangalore, Panaji), l'auteur observe à la fois cette urbanisation physique - la croissance géographique des villes, leurs transformations architecturales et urbanistiques - et cette urbanisation des comportements et des valeurs.

  • Cet ouvrage est le reflet des débats qui ont animé la rencontre "Villes, voyages, voyageurs ; regards sur l'Autre et l'ailleurs", organisée dans le cadre de la première Biennale de la ville et du voyage qui s'est déroulée à Villeurbanne. Cette rencontre se proposait de "croiser les regards" sur un horizon urbain fortement marqué par la croissance des échanges touristiques et par l'impact de la mondialisation. Ce volume constitue ainsi une invitation collective à la poursuite du débat sur le devenir de la civilisation urbaine.

  • De Vienne à Belgrade, de Belfast à Glasgow, de Bruxelles à Porto ou à Setubal, de Francfort à Lyon ou à Turin, la société de la connaissance et de la culture l'emporte peu à peu, en Europe, sur le monde industriel. Mais de quelle culture s'agit-il et surtout au bénéfice de quelle ville ? Poursuivant d'un pays à l'autre, entre banlieue et centre-ville, les traces de pratiques culturelles plus fraternelles et plus ouvertes, l'auteur y puise les raisons d'espérer dans un monde sans frontières, pluriculturel et plus solidaire...

  • La troisième édition des rencontres Villes, voyages, voyageurs, s'est consacrée à la double question de l'exil et de la création. Une occasion de donner la parole à des exilés ou à des auteurs atant l'expérience de l'exil.

  • Que sait-on d'une ville / Que l'on y vive / Trois jours ou Trente années ? se demande l'auteur, dans un des premiers "poèmes urbains" venus du monde entier qui forment ce recueil original. Pour le savoir, il faut parcourir New York, bien sûr, mais aussi Los Angeles, Vancouver, Chicago, La Havane, Rio de Janeiro, puis d'autres territoires plus anciens (Pékin, Canton, Saïgon) sans parler des rues et des places de la "vieille Europe".

  • De retour à Rome après vingt ans d'absence dans le cadre d'un projet personnel, l'auteur redécouvre une ville qui le fascine et le trouble. Ce récit à caractère autobiographique, issu d'un journal tenu dans l'urgence du quotidien, propose une "lecture de ville" entre tendresse et nostalgie, mémoire et avenir. Nourri de promenades et de réflexions au fil des quartiers de Rome, de Flaminio au Testaccio, du Rione Monti à Garbatella, il constitue un contrepoids réaliste à la dolce vita supposée de la quotidienneté romaine.

  • Ce livre est l'histoire d'une rencontre : une famille ayant adopté, non sans difficultés, une petite fille malgache, revient sur ses pas à la demande de l'enfant et cherche à saisir la réalité de la "Grande Ile". De Tananarive à Mahajanga en passant par Nosy-Be et Diego Suarez, ce récit est celui d'un voyage initiatique. Des hauts plateaux à la côte Ouest, un parcours entre ville et campagne, à la recherche d'une identité malgache complexe dans un pays en proie à la grande pauvreté.

  • Première expériences de reportage en Amérique latine et journal de bord d'un voyage au Vietnam ; différents regards sur l'Espagne et le Portugal saisis au fil des années 90 ; portraits de ces lieux symboliques que sont - ou furent - la Rome de Fellini. enfin les récits inscrits au coeur de la mémoire de l'auteur sont regroupés dans cet ouvrage. Permanence des villes, mouvements des civilisations, visages actuels de la mondialisation : tout incite et invite à confronter les mots et les lieux, à bousculer les images, à laisser parler les cinq sens de la mémoire.

  • Entre chant d'amour et cri de rage devant l'effacement plus ou moins systématique d'un passé complexe, ces " carnets " sont une sorte d'anti-guide de la nouvelle capitale allemande. L'auteur s'efforce de dire l'indicible, de témoigner d'une histoire aussi difficile à vivre qu'à oublier, de regarder sans complaisance le Berlin d'aujourd'hui. Une ville qui, à son grand dam, voudrait passer directement de Frédéric le Grand au XXIè siècle sans passer par la case " mémoire ".

  • Comment pourrait-on aimer Sao Paulo, "ville dangereuse et sans âme", du moins telle que la décrivent la plupart des médias? Sans nier complètement cette vision réaliste de la capitale économique brésilienne, l'une des plus peuplées au monde, l'auteur reconnaît à Sao Paulo "un mérite capital dans l'histoire du Brésil" : celui d'être "la ville de la modernité par excellence, avec les bonheurs et les atrocités que cela comporte, le reflet de la citoyenneté contemporaine, à la fois dynamique et violente, attirante et effrayante, splendide et polluée, riche et misérable, ingérable en fait".

  • Plus qu'un rendez-vous avec l'histoire, si prégnante sur la place de la Bastille, c'est à un véritable voyage à travers le temps et l'espace, nourri de chansons populaires et d'évocations poétiques, autour d'une place parisienne de légende que nous convie l'auteur. "Entre Carmen et Nini Peau d'chien", entre opéra et tango, cet espace multiforme, qui a vécu les moments les plus forts de notre destinée collective, de juillet 1789 à mai 1981 en passant par le Front populaire, la Libération et la cohorte des défilés protestataires, est assurément entré dans l'Histoire. Et demain ?

  • Descendre le Mékong depuis le Tibet jusqu'à la mer de Chine. L'auteur assume ses choix : la rencontre avec les civilisations du Sud-Est asiatique l'a bouleversée. Son récit impressionniste est celui d'un monde en déclin - ou en pleine renaissance, c'est selon. Ce texte à la fois intime et universel est aussi une quête de vérité, une invitation au voyage sur les rives d'un fleuve qui fait jaillir les contraires - les beautés et l'horreur -, à la rencontre de l'infinie poésie de populations toujours en lutte contre l'effacement de l'histoire.

  • Deux amis se rendent en Irlande du Nord. Ensemble, ils découvrent et apprennent à maîtriser la géographie et les frontières internes d'une ville en tension, partagée entre deux communautés, mais aussi à dialoguer avec une cité vivante. Catholiques et protestants se haïssent, se battent et s'ignorent mais se retrouvent parfois autour de projets communs. L'espoir renaît, mais le feu couve toujours sous la cendre. Un récit lucide qui ne manque ni d'humour ni d'émotion.

  • A vingt ans tout juste, l'auteur boucle son sac et part finir ses études de géographie à Cuba. On est alors en pleine "période spéciale", peu après l'effondrement du bloc soviétique. Elle séjourne longuement à la Havane et découvre un quartier neuf, présenté par le régime comme la vitrine du socialisme cubain: Alamar. Il s'agit à la fois d'un palimpseste dans lequel s'inscrit lisiblement la politique cubaine depuis la révolution de 1959 et d'un quartier où se métissent toutes les catégories sociales. Devenue ethnologue, intriguée par cette ville inachevée, elle y retourne en 2002 et s'y installe.

  • Lyon et son agglomération ont été, à toutes les époques, terres de migration et d'accueil. Dans ce récit personnel, souvent autobiographique, qui prend la forme d'un repérage destiné au tournage d'un film entre documentaire et fiction, l'auteur décrit la ville comme le quai d'un port chargé de toutes les épices de l'Orient mais aussi de toutes les dérives du monde actuel; il prend plaisir à jouer avec l'authentique et l'imaginaire, à mêler souvenirs et fictions. Entre humour grinçant et tendresse pour une ville à nulle autre pareille.

empty