Editions P.J Varet

  • Les faits divers authentiques et humoristiques relatifs à la colle et au collage, comme une nouvelle forme d'expression de l'art du collage à l'aube du 21ème siècle... "Faire de sa vie une oeuvre d'art", disait le poète... les protagonistes de ce recueil de faits divers incroyables et authentiques, ont pour leur part, choisi de faire de leur vie un collage. Parfois à leur corps très défendant. On lira ainsi l'édifiante saga du Capitaine Dan précurseur d'une convergence inédite entre l'univers de l'art du collage-assemblage et celui des arts ménagers. Certes, ces disciplines possèdent désormais leurs Salons parisiens respectifs... Peut-être faudrait-il alors y lire l'incidence de ce fameux "hasard objectif". Mais quand Schwitters rencontre Darty, les tables à dissection et les parapluies des surréalistes peuvent aller se rhabiller. On méditera également sur la dangerosité des amours illicites: quand la passion nous colle à la peau, les liens de l'adultère s'avèrent parfois infiniment plus résistants que ceux du mariage. Et vivre à la colle tue lentement surtout si cette dernière n'est pas repositionnable. Fort heureusement, il arrive parfois que nos héros s'y collent à leur corps très consentant : ainsi ce couple britannique - la presse tabloïde aurait pu les surnommer "les diaboliques amants adhésifs" -qui semble avoir fait du proverbial "qui se ressemble s'assemble" une ligne de conduite Dans un registre assez proche, on vérifiera enfin qu'à défaut d'être cloués au lit, les enfants d'aujourd'hui n'en sont pas pour autant collés devant leur poste. Ces anecdotes -et tant d'autres présentes dans cet ouvrage -, prouvent ce que bon nombre de critiques d'art répètent inlassablement : on peut faire du collage sans être collagiste. De même peut-on se faire un visage sans être visagiste. Comparaison audacieuse mais non dénuée de sens que le regretté Michael J., passé maître dans l'art de l'assemblage naso- facial, n'est malheureusement plus là pour illustrer. Nous lui dédions bien volontiers cette préface, lui qui savait si bien empiler les tubes, que d'autres préfèrent allègrement vider dans les serrures de leur établissement scolaire. Gageons donc que cette exposition de collages inédits saura amuser la galerie - à défaut d'épater les galeries !

    Bertrand Athouel

  • Artiste mode d'emploi : le guide indispensable pour tous les artistes qui veulent exposer, et vivre de leur art. Cet ouvrage aborde les thèmes suivants : La notice biographique ou cv artistique, Le press book, Carte de visite et/ou carte postale, Site internet, Les lieux pour exposer, Le cas des galeries communales, Les salons, Le cas des salons communaux,. Les ateliers porte-ouverte & l'exposition à domicile, Les Artothèques, Les Musées, Paris ou province ? , Organiser son exposition, En choisir la date, En choisir la durée, En choisir le jour de vernissage, Le choix des oeuvres, Le communiqué de presse, La presse nationale, régionale & internet, Le carton d'invitation, Liste des prix, Mailing, Catalogue et affichette, Accrochage, trousse de secours ! Accrochage, notions élémentaires, Le livre d'or, Préparer le vernissage, Le jour J, L'habit ne fait pas l'artiste, Les permanences, Vente, Certificat d'authentification, Protéger ses oeuvres, Durant l'exposition... ,Après l'exposition, L'assurance, La cotation, Comment établir soi même sa propre cotation, Se conserver, L'encadrement, Système d'accrochage, Faites vos reproductions, Signature, Savoir se situer, Droits de propriété, Rappel sur le droit d'auteur, Société des auteurs, L'enveloppe Soleau, Aide financière, Les impôts, Renseignements administratifs, Tableaux des formats.

  • Les chroniques d'un confinement retranscrivent les heurs et déboires d'un commun des mortels confiné
    en Centre Bretagne
    durant la pandémie du coronavirus en 2020.
    L'humour et l'autodérision en sont les maîtres mots.


  • A l'aube de ce XXI
    e
    siècle, le collage doit à son tour se mettre au défi. Si l'acte fondamental du collagiste est de peindre sans peinture avec les matériaux mis au rebut par son époque dont il devient par conséquent le témoin privilégié, il ne doit pas se contenter de ce rôle qui deviendrait une manière, voire un maniérisme de l'art. Le collagiste n'est pas qu'un ferrailleur recycleur qui donnerait aux matériaux un autre sens que leur usage social ; il n'est pas seulement un magicien qui redonnerait vie aux images qui n'en ont plus, il est avant tout un acteur et même un cré-acteur.


    C'est à ce titre qu'il fige sur la toile ces fragments de concepts, ces confrontations harmonieuses de réalités éloignées et ces symboles collectifs qui construisent assemblages et collages.




    Lorsque vous regardez les collages du peintre Schwitters ou les collages du poète Kolar, les collages du plasticien-musicien Coaquette ou ceux du collagiste-affichiste Villeglé, un seul mot vient à l'esprit, une seule sensation vous envahit : ce n'est ni peinture, ni collage, ni assemblage, mais poétique de l'oeuvre, poésie de l'artiste.




    L'art - et non pas l'art pour l'art - quand il est matières et signes, quand il est parole et communication, quand il est un fragment du "Nous-Vous" en un autre "Je", quand il fait parler les sens et communique d'âme à âme, quand il crée l'étincelle de la vie qui est ailleurs, cet art là peut renouer avec les valeurs originelles de la poésie de la matière et des signes.




    L'art du collage est avant tout poésie, il est la licence poétique du peintre comme la poésie est la licence du littérateur.

  • Inventé par un poète sous le règne de Louis XIV, redécouvert par des peintres à l'aube du XXème siècle, l'art du collage est une réalité historique. Pratique populaire séculaire, l'art du collage à pris son essor avec les peintres cubistes (dont Picasso et Braque) dans les années 1912, puis par les Dadaïstes et les Surréalistes. Depuis il a accompagné l'ensemble des courants esthétiques du siècle dernier, générant au gré de ses évolutions, ses maîtres d'oeuvres et ses analystes. Popularisé par les oeuvres de Jacques Prévert ou d'Henri Matisse, cet art qui " met la peinture au défi " comme le disait Aragon, fait à présent parti du paysage artistique contemporain. Cependant l'histoire de cet art - particulièrement dans sa période pré cubiste - reste particulièrement méconnue. Cet ouvrage vous fera découvrir textuellement la fabuleuse histoire de l'art du collage, du douzième siècle jusqu'à l'aube de ce vingt et unième siècle.

  • Ce livre rassemble quelques-unes des chroniques parues dans "Colles en Stock" depuis sa création en 1993. L'objectif en était alors de traiter du collage et de sa périphérie sous toutes ses coutures (toutes ses collures plutôt) : artistes, techniques, littérature, expositions... bref de contribuer à la petite histoire d'un grand art. Étrange paradoxe d'ailleurs que celui qui consiste à écrire des papiers sur des gens qui passent leur vie à en découper ! On trouvera donc ici et là -sans souci d'unité très formelle- des portraits "sérieux", des approches thématiques, des entretiens... ainsi que quelques traits d'humour-humeur, tant il est vrai que, à force de compulser la presse afin d'y trouver sa matière première, le collagiste ne pourra s'empêcher d'y dénicher certaines "brèves" , sinon de comptoir, du moins de gale­ries, qui le laisseront perplexe, le ciseau en suspens et le cutter dubitatif !

  • Histoire de Jiri Kolar (1914-2002) poète et collagiste de génie.
    Entreprendre une biographie de Jiri Kolar c'est déjà rassembler les fragments d'un gigantesque découpage, tant sa vie semble constituée de rencontres improbables et de trajectoires croisées (chiasmage).
    C'est également questionner les divers Fragments, selon la méthode préconisée par Jiri Kolar lui-même : découper ce n'est pas détruire, disait-il en substance, mais interroger.
    C'est encore saisir toute l'ironie d'une telle entreprise : peut-on raisonnablement rapporter en un livre l'essentiel de la vie d'un artiste qui l'a justement consacrée à découper des milliers d'ouvrages ?
    C'est enfin méditer sur les traces et détours du langage lui-même, dont on ne dira jamais assez l'importance qu'ils revêtent pour les collagistes : l'enfer, disait-il encore, consisterait à remettre en ordre tous les morceaux des livres que j'ai découpés.
    Le poète qu'il était ne pouvait pas ignorer que "l'enfer" est aussi le terme désignant cette partie d'une bibliothèque nationale où sont rangés les ouvrages à ne pas mettre entre toutes les mains...surtout pas celles des collagistes, même de celles et de ceux qui lui rendent hommage à travers cet ouvrage...
    Bertrand Athouel

  • Equilibres fragiles de Christian Gastaldi. Collection art du collage et poésie.



    Et si la seule recherche qui vaille la peine dans la vie était celle du balancement d'une phrase.
    Si l'une des facettes les plus brillantes de la beauté était une succession visuelle de sons rythmés.
    A l'origine peut-être ses sons étaient des mots d'une langue étrangère. Leur sens importait peu, mais le rythme... Tout était là !
    Alors, libre devant la toile blanche, traduisant pour les yeux l'émotion de l'oreille, on peut crier ses démons intérieurs et rythmer les écrits. Découper les mots, accrocher les signes le long de déchirures, s'inventer une poésie graphique. Une mélodie de signes.
    Evidente.
    il reste des éblouissements, le goût des couleurs et des contrastes forts. Libertaire, avec la mer pour horizon, Sète vous pousse à découvrir le monde. Ainsi, après des études menées pour vivre et travailler à l'étranger, les installations au Zimbabwe, en Hollande, Brunei, Argentine, Angola, Azerbaïdjan... furent ses 'liquides nourriciers'. En 2005, le projet artistique devient une absolue nécessité et démarre sans avoir fait les Beaux-Arts. Les ateliers se créent et se déplacent : Levallois, Luanda, Frontignan, Courbevoie, Bakou...
    Depuis 2010, Gastaldi travaille à partir d'affiches déchirées, récupérées sur des lieux d'affichage sauvage.
    Ce livre est une introduction à cette partie de son travail.

  • Variations

    Guy Savel


    Variations, textes poèmes et collages de Guy Savel.

    « Pendus aux murs, les tableaux attendent le curieux, l'amateur, le collectionneur, le critique, la vieille fille refoulée, le poète égaré, le journaliste commis d'office.



    Assis sur le seuil de la galerie, l'artiste attend la reconnaissance qui tarde à venir, la gloire illusoire, éphémère et problématique. L'artiste attend la fortune. Il rêve aussi aux tableaux qu'il peindra plus tard, lorsque l'expo sera finie et qui surclasseront tous ceux qu'il a brossés jusqu'alors.




    Au beau milieu de son cadre, chaque tableau fait le beau et soigne son image irrémédiablement figée dans le vernis d'une oeuvre paradoxalement en perpétuel mouvement.




    Au rez-de-chaussée, les optimistes de la première période profitent d'un rayon de soleil pour raviver leurs couleurs, rehausser leur tonalité. Ils chantent comme le fit l'artiste au soir d'une vente rondement menée puis dépensée. Dans leur coin, les oeuvres de jeunesse s'alanguissent et exhalent leur nostalgie.




    Au mur du fond, sur de grandes toiles, gronde la révolte du peintre. Les cadres trop étroits au bord de l'éclatement.




    A l'étage, le pessimisme des années douloureuses suinte et étale sa palette froide et verte et bleue. Sombre comme une crise boursière.




    Sur la table du vernissage, une nappe, un bouquet, quelques verres, deux ou trois bouteilles attendent les invités que le peintre accueillera avec empressement et ravissement. Il répondra fébrilement à leurs questions embarrassantes, remerciera aux compliments douceâtres, serrera les mains amies et les autres.




    Assis sur le seuil de la galerie, l'artiste attend l'inauguration de sa rétrospective. Il s'est peigné pour ne pas effrayer la chance si elle venait à passer...




    L'expo va boucler ses portes ouvertes presque en vain. Peu de curieux se sont dérangés, le maire ne s'est pas fait représenter, ni excuser. Le journaliste est allé traquer le scoop ailleurs. La renommée ne dépassera toujours pas le cercle des fidèles amis de plus en plus clairsemés.




    Après avoir décroché ses toiles, jeté les roses fanées, mis la clé sous la porte, le peintre s'en est allé se saouler au bistrot d'à côté qui, lui, ne désemplit jamais ».







  • Coulée de mots

    Agnes Cukier

    Coulée de mots - poèmes et collages d'Agnès Cukier.

    Poète et collagiste, Agnès Cukier est une artiste autodidacte originaire de Paris et établie depuis 20 ans en Allemagne, à Cologne.


    Écrivant depuis son plus jeune âge des poèmes, elle réalise depuis quelques années des collages de lettres et de mots, donnant ainsi un nouveau mode d'expression à sa poésie et lui conférant une dimension visuelle originale.


    Ses textes et poèmes ont été publiés dans diverses revues. Elle a participé à de nombreuses expositions et obtenu en 2014 le 3ème prix Artcolle au 21ème Salon de l'art du collage contemporain à Paris pour son collage "Glissement ondulatoire de la poésie sur ma peau".

  • Sylvia Netcheva est considérée comme l'une des plus grandes artistes de l'art du collage contemporain . L'ouvrage Sylvia Netcheva ou l'art retrouvé du collage retrace son parcours, ses techniques, et est accompagné d'une trentaine de reproduction de ses oeuvres.

    Si Netcheva fait parler les fées et les arcanes dans les dédoublements de ses fils de papiers - si elle donne une histoire à ceux qui n'en ont plus - comme l'acte premier de toutes religions, les équivalences de matières que produit son art, allie le pouvoir suggestif à la présence plastique, et cela n'est qu'un non dit qui se situe au dehors de tous codes. Il ne fait aucun doute que Netcheva connaît l'histoire de l'art, qu'elle en a étudié toutes les tendances, tous les aspects, toutes les interprétations et leurs techniques. Partant de là elle aurait pu comme tant d'autres artistes devenir la suite logique de ce maillon sans fin qu'est l'histoire de l'art relié par les passions et les froides applications de ses acteurs. Mais, face à ce scénario classique et normalisant, Netcheva fait preuve de sa personnalité sans commune mesure dans l'art du collage, tant par ses oeuvres que par son approche à la créativité.

  • L'art du collage dans tous ses états



    Edition intégrale au format ebook de l'ouvrage « L'art du collage dans tous ses états » parut en 2009 (version papier : format 21x28 cm, 136 pages dont 80 reproductions couleurs de 80 artistes différents)
    Présentation :
    Dans cet ouvrage, le troisième d'une série consacrée à l'art et à la pratique du collage, Pierre Jean Varet, spécialiste en la matière, nous laisse entrevoir ce que peut être le quotidien du collagiste. Pratique par essence déstructurée et art de l'indiscipline par excellence, le collage s'accorde mal en effet avec une vie sociale structurée : coller n'importe quoi, n'importe où et dans n'importe quelles conditions est tout un art, certes, mais pas forcément une partie de plaisir.
    Comment en vient-on à consacrer son temps à une activité aussi régressive que de recoller ce que l'on vient de découper ou de déchirer ? Dans quelle organisation du temps et de l'espace intégrer cette pratique qui ne se satisfait que de la marge ?
    Englué dans sa pratique chronophage, envahi de déchets de toutes sortes, le collagiste dispose en effet rarement d'un SMIC garanti (Salaire Minimum Indispensable au Collagiste), d'un espace d'archivage et encore moins d'un atelier (en l'occurrence, la planche à découper de la cuisine fera effectivement office de... planche à découper).
    Bref, la vie de collagiste est un ensemble de contingences matérielles, faite de contraintes d'approvisionnement, de gestion des stocks et de recyclages des matériaux...Préoccupations très modernes finalement, à l'ère du développement durable, et contraintes drastiques certes, mais dont le dépassement constitue précisément tout l'enjeu artistique d'une pratique encore en panne de reconnaissance.
    Cette incursion dans le « quotidien collagiste » est donc un témoignage de l'originalité des expériences individuelles, aussi diverses et riches que la matière première qui compose les oeuvres présentées en annexe.
    Bertrand Athouel

  • Dans ce livre consacré à ce que je nomme le pur scrapbooking vous apprendrez à utiliser votre personnalité et votre imaginaire - sans passer par la case obtenir ceci en achetant cela - c'est-à-dire à faire du scrapbooking tel qu'il était pratiqué, de l'aube du XIXe siècle au milieu du XXe siècle, avant sa prise en main par les marchands du temple.

    Sans difficulté particulière, vous apprendrez tout autant à mettre en place votre album de scrap, les trucs et astuces pour obtenir des effets pour sa mise en valeur, que la journalisation de vos souvenirs et la mise en imaginaire de votre personnalité, etc. sans investissement dispendieux car l'art et l'imaginaire ne sont pas une affaire d'argent, pas plus qu'un sportif n'a besoin de s'acheter une paire de tennis de haute marque à deux cents euros pour faire une petite promenade.


    L'objectif de cet écrit est également de donner envie aux adeptes du scrapbooking à s'intéresser à l'art du collage, et aux adeptes de l'art du collage à s'intéresser au scrapbooking.

  • La liberté est un collage - Hommage à Jiri Kolar
    Edition intégrale au format ebook de l'ouvrage « La liberté est un collage - Hommage à Jiri Kolar »parut en 2012 (version papier : format 21x28 cm, 96 pages dont 60 reproductions couleurs de 60 artistes différents)

    Présentation

    Entreprendre une biographie de Jiri Kolar c'est déjà rassembler les fragments d'un gigantesque découpage, tant sa vie semble constituée de rencontres improbables et de trajectoires croisées (chiasmage). C'est également questionner les divers Fragments, selon la méthode préconisée par Jiri Kolar lui-même : découper ce n'est pas détruire, disait-il en substance, mais interroger. C'est encore saisir toute l'ironie d'une telle entreprise : peut-on raisonnablement rapporter en un livre l'essentiel de la vie d'un artiste qui l'a justement consacrée à découper des milliers d'ouvrages ? C'est enfin méditer sur les traces et détours du langage lui-même, dont on ne dira jamais assez l'importance qu'ils revêtent pour les collagistes : l'enfer, disait-il encore, consisterait à remettre en ordre tous les morceaux des livres que j'ai découpés. Le poète qu'il était ne pouvait pas ignorer que "l'enfer" est aussi le terme désignant cette partie d'une bibliothèque nationale où sont rangés les ouvrages à ne pas mettre entre toutes les mains...surtout pas celles des collagistes, même de celles et de ceux qui lui rendent hommage à travers cet ouvrage...

    Bertrand Athouel

  • Art Collage Magazine numéro 10.
    Trimestriel, octobre 2016.
    Au sommaire : Arrêt sur collage, En miroir, Sur la toile, Rétro-Collage, sociétal, Chronique du musée Artcolle, Art postal, Poésie, Extra Extrait, La joie des séries, Dans l'atelier de..., Expositions, Souvenirs d'un proto-bulage, etc.
    Editorial :
    Un, deux, trois, soleil !
    Avions-nous l'habitude de crier dans les cours de récréation des écoles de notre enfance.
    Quatre, cinq, six, cimetière !
    Pourrions nous ajouter quelques soixante années plus tard.
    Mais bon pour ne pas ajouter du noir au noir - je rajouterais aussitôt :
    Sept, huit, neuf, Artcolle magazine N° 10 !
    Voici venu le Artcolle magazine dixième du nom en ce joli mois d'octobre, signe de la Balance, et donc d'êtres absolument merveilleux : Lucile, Bertrand et moi-même ... sans parler des autres que je ne citerai pas pour ne pas justement balancer les collagistes nés sous le signe de la Balance !
    Voici donc le dixième numéro d'Artcolle magazine - le premier à deux chiffres - qui rendra hommage à une amie très chère, et explorera la loi des séries d'Hilda..
    Nous irons sur la toile rencontrer Michel Goudet, nous sourirons quelque peu - du moins j'espère - à la lecture des dernières miscellanées collagistiques etc.
    Bref, dix numéros valent bien un petit verre - de Rakia, il va s'en dire - et à défaut de trinquer directement illico presto avec vous actuellement, j'espère vous rencontrer lors de l'exposition de novembre à Paris.
    Ou mieux encore oserais-je dire : au musée de l'art du collage, puisque ce musée unique au monde a été fait pour cela : vous rencontrer, se rencontrer, entre amoureux de l'art du collage.
    L'amour, l'amour toujours.
    Sur son cercueil en carton - pour la crémation - Lucile avait préparé deux petites pancartes, écrites au feutre et collées de chaque côté : l'une disait : " Je t'aime " , et l'autre " Merci la vie ".
    Je t'aime, merci la vie.


  • Du collage et des collagistes à l'aube du vingt et unième siècle, de Pierre Jean Varet, fondateur du musée de l'art du collage (musée Artcolle). Cela fait presque un siècle que Picasso et Braque inventèrent " les papiers collés " dans le cubisme dît analytique. Non qu'ils aient inventé la pratique du collage - cela était déjà un art populaire autant que séculaire inventé par Dufresny au XVII ème siècle- mais ils l'introduisirent dans l'Art avec un grand " A ". Dès cette révolution-invention, moult artistes - particulièrement les dadaïstes, les futuristes, puis les surréalistes - ont fait de cet art le principal porte-étendard de leurs créations. Cent années plus tard, alors que ces héros sont morts ; que les révolutionnaires dadaïstes utilisant le collage comme un instrument contre l'académisme de l'art sont à présent dans les musées - eux et leurs collages - qu'est réellement devenu l'art du collage ? Pas celui - historique à présent - qui est montré dans des galeries prestigieuses,ni celui de quelques illustres artistes, mais celui quotidien, du collagiste contemporain, de ces milliers de pratiquants, avec ces dizaines d'expositions annuelles. Qu'est devenue, cent années après son introduction dans l'Art, la pratique du collage ? Quels sont la vie, l'environnement, les préoccupations des collagistes du temps présent ?



    Quel est donc le portrait du collagiste contemporain amateur, dilettante, ou même passionné ?

    C'est de cette France qui colle et qui décolle dont veut traiter ce nouvel opus consacré à l'art du collage.

    Le sous-titre de cet ouvrage pourrait en être : " enquête sur un art ", si ce n'est " en quête d'un art ", car si l'Histoire nous dépasse inéluctablement, il n'est pas acquis, paradoxalement, qu'elle nous rattrape...

    Cet ouvrage se veut donc proposer un arrêt- image sur l'art du collage et ses acteurs à l'aube du vingt et unième siècle, avant que l'image, justement ne se colle et ne se fige dans un oubli volatile.

    Qui sont, cent années après, les petits-enfants des papiers collés de Picasso et Braque ?

    Que sont les collagistes devenus dans l'entrechoquement des ciseaux et des cutters ?

    Sommaire :

    Introduction

    Kolla-collage

    SDF dans l'art

    Collagistes, tous complices !

    Toc Toc c'est le collagiste

    Le premier collage

    Comment on en vient à coller

    Le collagiste dans la société

    Vie de collagiste comment dire ?

    La société vis à vis du collagiste

    Abonné au Littré absent

    Vol et collage

    Ne dites pas que je suis collagiste, mon galeriste me croit peintre

    Technique mixte et collage

    Collage et subversion

    Lettre à un jeune collagiste

    L'empreinte du collagiste

    L'écho logique du temps et des déchets

    Coller est-ce panser ?

    Le collage exutoire

    Un cas des colles

    Collage en milieu psychiatrique

    Collage et Alzheimer

    Atelier collage

    Performances dans l'art du collage

    Du collage et de l'art brut

    Du collage et de la poésie

    Du collage et des Beaux Arts

    Du collage et de la toile

    Des collagistes et de l'art du collage

    Des organisations consacrées à l'art du collage

    L'Alliance Internationale

    Une exposition itinérante

    Des lendemains qui collent

    Nos collages après nous

    Du collagène à l'art du collage


  • Devenir végétarien, sans en faire tout un plat : c'est en quelques mots l'esprit et la méthode simple de cet ebook. Car si vous souhaitez devenir végétarien, il faut tout simplement le faire, sans se prendre la tête n'y se créer des maux de l'estomac. Au final rien n'est plus facile - ce n'est pas là tache d'Hercule comme cesser le tabagisme, parole de fumeur ! - et si parfois vous craquerez tôt ou tard devant un steak... mangez-le, vous n'en mourrez pas et pourrez toujours dire que cela était à cause des frites !


    Car rien n'est plus indigeste que les végétariens ou végétaliens sectaires - comme tous les sectaires - qui font de ce mode de nutrition, de cette façon de vivre, tout une chapelle dans laquelle aucun autre office ne serait admis autre que celui de la parole unique du végétarisme hissé comme une stèle digne des dix commandements ; belle façon d'enquiquiner le monde.




    Nous pouvons devenir végétarien, non pas parce que nous avons cessé d'aimer la viande, mais tout simplement parce que nous ne voulons plus manger les animaux... mangerions-nous nos amis chiens et chats ?




    Le reste, les discours militants, et les jugements lapidaires, ne sont pas forcément faux, mais ne sont pas forcément non plus l'utile moteur de notre décision.




    Si vous sautez le pas il vous suffira néanmoins de changer quelques ingrédients de base : le pain blanc par le pain complet, le sucre blanc par le sucre de canne, d'acheter autant que possible des légumes et des céréales de qualité, et de ne pas hésiter à saupoudrer vos potages et vos salades de levure de bière, ce qui est d'ailleurs absolument délicieux.




    Et si au final le bon goût de pâté de foie vous manque, il existe des pâtés végétariens qui ne sont pas loin d'avoir la même saveur.




    Sans entrer dans le commercial bio, bio ceci, bio cela, il vous faudra devenir plus attentif à la qualité de votre nourriture.




    Mais végétarien ce n'est pas être végétalien : il vous reste le lait, le beurre, le fromage, le miel, les oeufs... de quoi imaginer des milliers de plats succulents.




    Et pour cela j'ai appelé un grand gastronome à la rescousse : Alexandre Dumas lui-même, auteur d'un mémorable dictionnaire de la cuisine. Bien que cet illustre écrivain ne dédaignât aucunement la chaire, il ne négligeait pas non plus les légumes et les céréales : ses 240 recettes végétariennes puisque sans viande - vous le prouveront !




    Bon appétit !


  • Charles Dufresny, ou plus précisément Charles Du Fresny sieur de la Rivière est né à Paris en 1648.

    S'il pratiquait la musique en amateur Charles Dufresny était également doué d'un sens inné du dessin et inventa les jardins à l'anglaise et ce "avant même que les Anglais eux-mêmes ne s'en fussent avisés"; précise Jean Vic dans la dernière réédition (1921) des Amusements sérieux et comiques.


    Fréquentant les plus prestigieux cercles de l'époque, Dufresny portera toujours - à travers ses pièces de théâtre et ses articles - un regard sans indulgence sur les courtisans acharnés à courir la fortune.


    A cela il faut ajouter que Dufresny était homme à s'amuser: il menait grande vie, jetait ses écus par la fenêtre et possédait la passion - pour ne pas dire la brûlure - du jeu ; ce qui le laissait toujours, ou à peu près, sans le sou.


    Le roi, qui avait une grande sympathie pour lui, payait sans cesse ses dettes, ce qui lui fit dire au sujet de son cousin de bohème :


    « Je ne serai jamais assez riche pour préserver de la misère un homme aussi expert à faire fondre l'argent entre ses doigts. »


    Lorsqu'à la cour, le règne impitoyable de Madame de Maintenon s'affirma, Dufresny en eut assez, vendit sa charge d'huissier de la chambre du roi puis monta à Paris.


    Il s'y amusa de plus belle et rencontra dans les tripots, où il passait les trois quarts de son temps à jouer, un dénommé Regnard, auteur à succès de comédies jouées par les acteurs italiens.


    Dufresny vit dans cette occupation d'auteur dramatique une ressource nouvelle où trouver quelques écus...et c'est ainsi qu'il décida à quarante-cinq ans - âge messianique en 1693 ! - de commencer sa carrière littéraire.


    Il cosigna tout d'abord deux comédies avec Regnard, puis en écrivit seul.


    Tantôt Dufresny roulait dans un galant équipage, tantôt Dufresny courait à pied toute la ville sans un sou vaillant.


    Dufresny se consolait de son éternel endettement en fréquentant les cafés et les cercles bourgeois où sa conversation y était fort appréciée : nombreux sont ses contemporains qui disent combien sa conversation était originale, imprévue et amusante. Il se servit de ses bouillonnements d'idées et de jeux d'esprit pour écrire cet ouvrage - Amusements sérieux et comiques - qui eut un grand succès lors de sa parution en 1698.


    Dufresny, dans ses Amusements comiques et sérieux , a supposé un voyage qu'il fait dans Paris en compagnie d'un Siamois; il parcourt avec lui les différents pays qui composent le monde parisien : la Cour, le Palais, l'Opéra, les Promenades, l'Université, etc.


    Sous sa plume ironique il décrit tout autant les moeurs sous le règne de Louis XIV que l'opinion qu'en a l'auteur : « Le Génie des Courtisans, c'est de ne rien, donner à ceux qui ont besoin de tout, et de donner tout à ceux qui n'ont besoin de rien »..


    Véritable chroniqueur de son époque, Dufresny, dramaturge, journaliste, chansonnier, poète... nous livre dans cet ouvrage chargé d'humour et de philosophie un témoignage unique sur une époque, qui dans ses travers, n'est pas sans faire penser à la notre ...

  • Chroniques de Plovdiv : tribulations d'un breton en Bulgarie.



    Souvenirs pittoresques chargés d'humour et d'autodérision de la découverte de la Bulgarie - et en particulier de Plovdiv - par un artiste français tout autant que breton.
    Les sujets de prédilection de ce carnet de voyage sont les femmes et les artistes bulgares, mais aussi les chauffeurs de taxi, éternels ennemis d'un coeur de Roméo ...
    Au fil des anecdotes, c'est un arrêt-image - ou plutôt un arrêt-collage, puisqu'il est question également de l'art du collage dans cet ouvrage, sur la Bulgarie quelques années avant son entrée officielle dans l'union européenne.
    Il ne faudrait pas penser que ce livre, ce carnet de voyage consacré aux femmes et aux artistes Bulgares soit une vision ferme et définitive sur la Bulgarie en général et ses habitants en particulier.
    Tout d'abord, elles sont nées du hasard d'une rencontre, une rencontre qui fut suivie d'une demande : écrire en tant que français des articles sur la Bulgarie pour une News Letter ...
    C'est par cette demande que furent écrits ces modestes feuillets.
    Les rassembler sous un titre global - mais très approximatif - me semblait être une bonne chose...
    Mon intérêt pour Plovdiv, ma sympathie pour le peuple bulgare qui a tant souffert à travers son histoire, m'a amené à faire des recherches, à lire des ouvrages, des articles, d'établir des échanges d'opinions à travers divers sites internets bulgares, etc.
    Cela m'a permis de mieux comprendre, du moins je l'espère, l'attitude de mes amis bulgares, leur façon de réagir, leur silence et leur non-réponse à certaines de mes questions.
    Pour cette série d'articles j'ai choisi la position radicale de ne pas m'apitoyer sur le peuple bulgare, mais plutôt de le secouer sous diverses facettes.
    Il ne faudrait pas croire que je me place en tant que juge, et en tant que français, je ne suis rien pour juger autrui, et quant à ma nationalité je rappellerai qu'un grand connaisseur du peuple français - le Général de Gaulle, pour ne pas le citer - avait cette sentence sans équivoque : les français sont des veaux !
    Et si parfois certains Bulgares peuvent trouver mes articles un peu vaches, j'en suis désolé, mais il ne fallait rien attendre d'autre provenant d'un veau.


  • Les techniques de l'art postal, par Pierre Jean Varet, fondateur du musée de l'art du collage (Artcolle). Art postal et mail art : apprendre à réaliser des enveloppes décorées, des cartes d'art et des vignettes d'artiste aussi simplement que de poster une lettre à la poste, c'est ce que vous propose cet ouvrage ...

    L'art Postal ou Mail Art est un terme générique qui désigne un ensemble d'activités artistiques dont la spécificité réside dans leur mode de diffusion : l'utilisation des réseaux postaux.


    Le Mail Art inclut ainsi (mais sans s'y limiter) la pratique de l'art Postal : création originale de tous les supports se référant à l'univers postal : enveloppes et timbres d'Artistes, tampons, cartes postales, etc. La diffusion postale à caractère limité à ces articles en accroît d'ailleurs leur valeur artistique : par exemple, timbres ou enveloppes d'artistes commémorant une exposition, un événement culturel, etc.. le cachet de la poste faisant " foi.


    D'une façon plus large, toute création originale, artistique ou littéraire dont la conception intègre cette notion d'échange postal et dont la diffusion échappe aux circuits classiques d'exposition entre dans la catégorie Mail Art.


    L'efficacité des opérations de Mail Art repose sur leur capacité à mobiliser des centaines d'artistes du monde entier autour de projets artistiques, à vocation culturelle ou humanitaire. Les Mails Artistes constitués en réseau d'échanges et de communication (et ce bien avant...internet !) contribuent à la richesse et la diversité d'expositions qui regroupent et présentent l'ensemble de ces envois artistiques.


    Avec cet ouvrage vous apprendrez à la vitesse d'un télégramme à réaliser vos enveloppes décorées, vos cartes d'art et vignettes d'artiste.






  • Ombre et Lumière, poèmes de Clo Scolan.

    Ombre et Lumière


    Ballade entre la terre et mer, entre ombre et lumière.


    Des expositions avec des amies plasticiennes ont mis un premier temps mes poèmes sur les murs, offerts aux regards des passants... puis est venu le temps où les textes ont voulu laisser une trace plus palpable.


    Ombre et Lumière s'est réfugié dans un ouvrage où les mots se font douceur, se font couleur, s'éclairent d'ombres et de lumières comme un tableau, comme une image.

  • Fragmenta Colorata (Fragments Colorés), est le premier recueil de collages et de poèmes bilingues (italien-français) de Adriana Langtry. Artiste née à Buenos Aires, elle habite en Italie depuis 1977. Ses poèmes ont paru dans de nombreux recueils et revues littéraires. Ses oeuvres visuelles ont participé à plusieurs expositions collectives et à la publication des livres sur l'art du collage.




    Fragmenta Colorata (Frammenti Colorati), è la prima raccolta di collage e poesie bilingui (italiano-francese) di Adriana Langtry. Artista nata a Buenos Aires, risiede in Italia dal 1977. Le sue poesie sono apparse in numerose riviste letterarie e antologie poetiche.


    Come artista visuale ha partecipato a diverse mostre collettive e alla pubblicazione di libri sull'arte del collage.

  • Après les recettes végétariennes d'Alexandre Dumas (« Comment devenir végétarien sans en faire tout un plat ») voici les recettes sucrées du même gastronome cuisinier.
    Car si Alexandre Dumas (1802-1870) est l'un des plus grands personnages de la littérature française du XIXe siècle, il était aussi fin gastronome et n'hésitait pas à passer derrière les fourneaux.
    Son grand Dictionnaire de cuisine, auquel il a consacré les dernières années de sa vie et publié à titre posthume, contient un glossaire concernant la cuisine, ingrédients (épices, légumes, animaux), plats, desserts et plus de trois mille recettes.
    Dans ce présent Ebook, plus de deux cents recettes sucrées vous sont expliquées sous la plume d'Alexandre Dumas : du simple Baba aux Cannelons à la d'Escars, de la Charlotte aux Choux soufflés au zeste d'orange, de la Fanchonnette au chocolat au Pudding aux groseilles vertes et roses, du Dumpling de Norfolk au Croquembouche de quartiers d'oranges - la plume de l'illustre auteur frétille à chaque ligne de saveur en saveur pour nous offrir les plus illustres desserts.


  • Imaginez une forme de quintessence collagistique : des centaines d'esprits - illustres, connus, moins connus, inconnus - réfléchissant à l'art du collage, que cela soit en définition, en démarche ou souvenir personnel, en appréciation générale ou particulière, en dix phrases ou en deux mots, etc.


    Imaginez que toutes ces pensées seraient notées et classées par thématique.




    Imaginez que le tout serait réuni en un livre : un livre qui de par sa structure n'a jamais été réalisé concernant l'art du collage.




    En ces trois souhaits vous avez là tous les ingrédients qui font que j'avais forcément envie de réaliser cela - suivant mon principe concernant l'art du collage que tout ce qui n'a jamais été fait est en soit la meilleure raison de le faire - et que par conséquent, j'ai oeuvré une année dans mon athanor a réaliser ce nouveau projet.




    Voilà donc le " Dictionnaire thématique des citations relatives à l'art du collage ": plus de 300 citations de plus de 150 auteurs - vous même peut être ! - plus de 260 thématiques et plus de 80 références bibliographiques...


empty