Sciences humaines & sociales

  • Intituler un ouvrage La résistance au changement organisationnel c'est vouloir aller au-delà de la classique résistance au changement. Il s'agit d'examiner la résistance au changement organisationnel en focalisant le débat sur les notions d'intention et de sens en mettant l'accent sur l'importance à accorder à la volonté. Une approche positive qui unit l'histoire des individus et des organisations à l'expérience d'un travail de terrain.

  • Le travail industriel était, et continue d'être, de manière dominante, défini dans les termes d'une réalisation rapide d'opérations, manuelles ou intellectuelles.
    Or, une mutation très importante est en train de se réaliser sous nos yeux. Le travail apparaît de plus en plus comme la sollicitation d'une intelligence pratique d'événements et comme l'intervention pertinente sur ces événements. Cet ouvrage entend explorer le contenu de cette mutation. Après avoir développé ce que l'on peut entendre par " événement " et les différentes formes sous les lesquelles il apparaît, il tire l'ensemble des conséquences d'une telle mutation, dans les domaines de définition de ce qu'est une " compétence professionnelle ", de l'organisation du travail, de la réduction de son temps, des systèmes de classification et de la manière d'approcher les motivations au travail.
    Il prolonge, mais en même temps modifie et développe, la notion de " nouvelle productivité ". Il introduit à cette occasion, un débat sur l'éthique manifestée dans le travail autour de la notion de pratique de la générosité qu'il oppose à la pseudo-éthique des " valeurs de l'entreprise ".

  • Comparer le fonctionnement d'une grande organisation industrielle à 15 ans d'intervalle (1977-1991), reconstruire l'histoire des changements qui s'y sont déroulés, caractériser la dynamique et les clefs de ce changement, telles sont la démarche et l'originalité de cet ouvrage. Cette recherche conduite au sein de la branche spécialisée dans la fabrication de bouteilles et de contenants en verre d'un grand groupe industriel, est l'occasion de comprendre quels sont les facteurs du changement organisationnel, et en particulier le rôle des dirigeants et de leurs styles managériaux dans ces changements.

  • Si entreprendre est un art, la gestion est une affaire d'esthétique. Mais comment produit-on le beau ou le sublime. Suivant le conseil de Joseph Beuys qui insiste sur KUNST=KAPITAL, l'art est identique au capital dans l'entreprise de demain. Et nous voilà en route pour une leçon de gestion. Enseignée par les maîtres modernes de Kant à Gadamer. Un vrai cours européen de M.B.A., c'est-à-dire un Master en Business Art.

empty