Eres

  • Déserts intérieurs

    Gérard Pirlot

    L'auteur mène une lecture « croisée », à la fois psychopathologique et sociologique, sur les troubles actuels dominés par le « vide psychique » : addictions, somatisations, état-limite, violences adolescentes, troubles du comportement de l'enfant, automutilations, T.O.C., anorexie-boulimie, etc. En contrepoint à ces « déserts négatifs » propres au narcissisme postmoderne, il évoque la « positivité des déserts intérieurs » trouvée au sein de certaines expériences philosophique, psychanalytiques ou scientifiques conduisant à l'acceptation du vide intérieur en soi indispensable au développement de la subjectivité et de la créativité. Gérard Pirlot est professeur de psychopathologie (université Toulouse 2 Le Mirail), psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Paris, psychiatre des Hôpitaux installé en libéral à Toulouse.

  •  

    Préface Jean Claude Rouchy 

    Prologue de Mireille Bitan

    Traduit de l'anglais par Geneviève Welsh, psychiatre, psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Paris

    Le dispositif psychanalytique de groupe donne la possibilité de voir en action les processus puissants à l'oeuvre dans l'intimité d'une psychanalyse individuelle. Le groupe donne un cadre à la fois « public» et « privé » à mi-chemin entre l'individu et la société. Chaque membre apprend par sa propre expérience et par l'observation des autres, en tentant de se débrouiller avec ses désirs personnels et les attentes et exigences du groupe.

    En s'appuyant sur la connaissance psychanalytique du développement psychosocial des êtres humains, et notamment, les travaux de Freud, Klein et Bion, Caroline Garland aborde les aspects théoriques et cliniques de la psychanalyse de groupe d'une façon claire et vivante.

    À partir de nombreuses vignettes cliniques, l'ouvrage décrit la technique de l'analyste menant le groupe, le traitement de patients présentant des difficultés psychopathologiques (psychose, personnalités borderline) et l'abord particulier des réfugiés. L'auteure apporte des réponses aux questions théoriques et techniques rencontrées par tout thérapeute, débutant ou chevronné,  dans la conduite de groupes analytiques. Elle  indique les conditions nécessaires pour devenir analyste de groupe et ouvre des pistes de réflexion stimulantes pour l'étude des grands groupes dans leurs tendances à la construction et à la destruction.

    Mise en vente le 23 avril 2015

  •  

    Préface Jean Claude Rouchy 

    Prologue de Mireille Bitan

    Traduit de l'anglais par Geneviève Welsh, psychiatre, psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Paris

    Le dispositif psychanalytique de groupe donne la possibilité de voir en action les processus puissants à l'oeuvre dans l'intimité d'une psychanalyse individuelle. Le groupe donne un cadre à la fois « public» et « privé » à mi-chemin entre l'individu et la société. Chaque membre apprend par sa propre expérience et par l'observation des autres, en tentant de se débrouiller avec ses désirs personnels et les attentes et exigences du groupe.

    En s'appuyant sur la connaissance psychanalytique du développement psychosocial des êtres humains, et notamment, les travaux de Freud, Klein et Bion, Caroline Garland aborde les aspects théoriques et cliniques de la psychanalyse de groupe d'une façon claire et vivante.

    À partir de nombreuses vignettes cliniques, l'ouvrage décrit la technique de l'analyste menant le groupe, le traitement de patients présentant des difficultés psychopathologiques (psychose, personnalités borderline) et l'abord particulier des réfugiés. L'auteure apporte des réponses aux questions théoriques et techniques rencontrées par tout thérapeute, débutant ou chevronné,  dans la conduite de groupes analytiques. Elle  indique les conditions nécessaires pour devenir analyste de groupe et ouvre des pistes de réflexion stimulantes pour l'étude des grands groupes dans leurs tendances à la construction et à la destruction.

    Mise en vente le 23 avril 2015

  • Préface de Pierre Delion

    Marion Milner et Margaret Little, toutes deux proches de Winnicott, ont été les premières psychanalystes à publier la relation détaillée de cures d'adultes psychotiques, en rendant compte tant de leur cheminement et de leurs errances, que du contre-transfert qui leur a permis de mener à bien le travail analytique.

    Pour chacune d'elles, Jean-Pierre Lehmann présente chronologiquement, leurs livres et articles. Leurs manières de procéder quand elles affrontaient les angoisses psychotiques et les accès délirants de leurs patients montrent, très concrètement, que le travail analytique avec des psychotiques exige que l'analyste se risque hors des chemins battus en faisant preuve d'une infinie patience et d'une capacité renouvelée d'invention. Toutes les deux font du transfert psychotique le seul guide en ces aventures. L'analyste doit être apte à l'accueillir, jusqu'à accepter que se développe chez lui, en certaines circonstances, un contre-transfert délirant susceptible de sortir l'analysant d'une situation qui bloque la progression de la cure. A travers un langage simple, imagé et direct, sorti tout droit de leur clinique, ces britanniques ouvrent grand une porte susceptible d'apporter un courant d'air vivifiant aux psychanalystes d'aujourd'hui.

    Jean-Pierre Lehmann est psychiatre, psychanalyste, membre du Cercle freudien.

    Avec la participation de Christine Royer-Lumbroso, psychanalyste, pour le compte rendu de la cure d'une patiente souffrant de psychose, menée aujourd'hui de manière comparable à celles de Marion Milner et Margaret Little.

    Mise en vente le 16 février 2012

  • Préface de Pierre Delion

    Marion Milner et Margaret Little, toutes deux proches de Winnicott, ont été les premières psychanalystes à publier la relation détaillée de cures d'adultes psychotiques, en rendant compte tant de leur cheminement et de leurs errances, que du contre-transfert qui leur a permis de mener à bien le travail analytique.

    Pour chacune d'elles, Jean-Pierre Lehmann présente chronologiquement, leurs livres et articles. Leurs manières de procéder quand elles affrontaient les angoisses psychotiques et les accès délirants de leurs patients montrent, très concrètement, que le travail analytique avec des psychotiques exige que l'analyste se risque hors des chemins battus en faisant preuve d'une infinie patience et d'une capacité renouvelée d'invention. Toutes les deux font du transfert psychotique le seul guide en ces aventures. L'analyste doit être apte à l'accueillir, jusqu'à accepter que se développe chez lui, en certaines circonstances, un contre-transfert délirant susceptible de sortir l'analysant d'une situation qui bloque la progression de la cure. A travers un langage simple, imagé et direct, sorti tout droit de leur clinique, ces britanniques ouvrent grand une porte susceptible d'apporter un courant d'air vivifiant aux psychanalystes d'aujourd'hui.

    Jean-Pierre Lehmann est psychiatre, psychanalyste, membre du Cercle freudien.

    Avec la participation de Christine Royer-Lumbroso, psychanalyste, pour le compte rendu de la cure d'une patiente souffrant de psychose, menée aujourd'hui de manière comparable à celles de Marion Milner et Margaret Little.

    Mise en vente le 16 février 2012

  • L'auteur soutient que les contributions de Winnicott touchant tant au masculin et au féminin, qu'à l'élaboration de la position dépressive, permettent de traiter sous un jour nouveau, théoriquement et dans la praxis, les diverses formes de masochisme, points de butée dans nombre de cures d'analysantes. Une nouvelle prise en compte de la clinique de Winnicott dans un domaine qu'il n'avait pas eu l'occasion ou le temps de traiter explicitement. Jean-Pierre Lehmann est psychanalyste, psychiatre (Paris).

  • Traduit de l'italien Cet ouvrage rend compte des séminaires théoriques et cliniques que Ferro a tenus au Brésil. L'auteur reprend, commente et développe le travail psychique accompli par le psychanalyste venu lui parler d'un cas. Il ne cherche pas à imposer sa manière d'entendre mais fait écho à celle du psychanalyste : double écoute, écoute mutuelle qui permet d'exposer le travail psychique du « couple » thérapeutique, et d'illustrer le processus qui marque le travail de supervision. Présenté de manière vivante, le matériel clinique est discuté en groupe sous l'autorité d'Antonino Ferro qui, dans la continuité de la pensée de Bion, transmet avec simplicité et rigueur une théorie complexe de la psyché. Antonino Ferro est psychiatre et psychanalyste.

  • Le groupe

    Claudio Neri

    Destiné à être utilisé tant par des étudiants que par des professionnels, cet ouvrage propose une approche de la psychothérapie de groupe basé sur l'emploi des notions de champ et de pensée de groupe. Le glossaire, très développé, présente une version actualisée et contemporaine des concepts principaux utilisés par ceux qui s'occupent de thérapie de groupe. La première édition est parue chez Dunod en 1997 ; en Italie, l'ouvrage a été vendu à 14 000 exemplaires (8e édition) et a été traduit en diverses langues. Il s'inscrit dans la ligne post-bionienne que Neri enseigne à l'université Paris Descartes et à l'université Lyon Lumière 2. Claudio Neri est psychanalyste didacticien de la Société psychanalytique italienne (SPI) et de l'International Psychoanalytical Association (IPA).

  • Maîtres d'oeuvre d'un renouveau clinique et théorique de la psychanalyse, Nicolas Abraham et Maria Torok sont à l'origine de notions clés de la psychothérapie contemporaine : les effets des secrets de famille à travers les générations (clinique du fantôme), le deuil impossible d'un être cher (maladie du deuil), la secrète identification avec un autre (fantasme d'incorporation), l'enterrement d'un vécu honteux et indicible (crypte). Nicolas Abraham, penseur clinicien, est philosophe et auteur littéraire avant de devenir psychanalyste en 1958. Maria Torok travaille comme psychothérapeute dans une école maternelle dès 1954 et cherchera en permanence à reculer les limites de la rencontre psychanalytique. Tous deux ont décrit le moment du trauma, la présence insistante de la mort, des morts, dans la vie, en même temps que le mouvement constant, inlassable, de recréation de soi et de l'élaboration du sens. Dans cet ouvrage, les auteurs présentent la pensée de Nicolas Abraham et Maria Torok dans son ouverture créatrice et dans ce qu'elle réserve encore d'inattendu aujourd'hui.

  • L'analyse de la pratique est un dispositif de parole en groupe destiné à mettre au travail et à soutenir la rencontre professionnelle souvent difficile, voire « usante », entre praticiens du champ social (travailleurs sociaux, soignants, enseignants...) et usagers. Souvent lieu d'une première inscription professionnelle pour les psychologues, elle est devenue en volume la seconde de leurs activités et fait l'objet d'une demande de théorisation de leur part pour en baliser l'exercice. Pour cette pratique « tout terrain » parfois rendue confuse par la multiplicité des modèles en présence, l'auteur propose des pistes de réflexion à partir d'un ancrage psychanalytique et des outils précieux pour soutenir ce travail psychique groupal. Catherine Henri-Ménassé est psychologue et psychanalyste à Valence.

  • Comment traverser sans mourir ou sans s'effondrer de graves traumas physiques ou psychiques ? Ce texte relate les histoires de vie de patients rencontrés en trente ans de pratique analytique, en privé ou à l'hôpital. Qu'ils soient encore dans enfants ou déjà vieillissants, ils se sont trouvés à un moment crucial de leur vie face à une grave rupture d'équilibre. L'auteur souligne l'importance du cadre dans la création du lien quand les mots n'ont plus cours, et la nécessité d'un engagement personnel du thérapeute dans ce processus de renaissance possible. Danièle Deschamps, docteur en psychologie clinique, psychanalyste (Bruxelles, Lausanne)

  • Issue de la psychanalyse et d'autres disciplines, l'analyse de groupe en tant que psychothérapie de groupe, s'est développée depuis une soixantaine d'années dans la plupart des pays occidentaux et a donné lieu depuis à de nombreuses recherches. C'est dans ce cadre que s'inscrit ce travail basé sur une longue expérience clinique de la psychanalyse et de l'analyse de groupe, clairement posées ici comme des pratiques distinctes, mais aussi des groupes d'évolution, de supervisions d'équipes, d'analyse d'institution. Il permet de comprendre ce qu'est l'analyse de groupe, à partir d'un travail analytique avec des patients. La conceptualisation élaborée après coup donne à la théorie sa cohérence, sa profondeur et sa dimension opératoire : c'est ce qui justifie la réédition de cet ouvrage paru en 1999, qui est devenu une référence pour les psychothérapeutes analytiques de groupe et pour les étudiants en mastère de psychologie clinique dans plusieurs universités. Jean Claude Rouchy, psychanalyste, analyste didacticien de groupe, rédacteur en chef de Connexions et de la Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe.

  • Comment l'investissement de la pensée mathématique permet-il, comme pour Paul et Gabriel, de maintenir en équilibre une potentialité psychotique ? De quelle façon certaines spécificités des mathématiques peuvent-elles offrir, à ces sujets, un point d'appui pour leur je menacé d'effondrement ? Quel lien établir, chez eux, entre la présence d'un fantôme et leur orientation vers une pensée fondée sur les idéalités mathématiques ? Ces questions, jusqu'à présent très rarement étudiées, sont travaillées ici au plus près de la clinique, avec des éclairages théoriques d'horizons différents (Piera Aulagnier, Winnicott, Melanie Klein, Maria Torok et Nicolas Abraham).

  • En s'appuyant sur les témoignages de Winnicott lui-même et de quelques-uns de ses contemporains, sur l'ensemble de ses écrits dont certains sont inédits en France, l'auteur montre comment Winnicott a construit progressivement sa théorie en partant des questions soulevées par la position dépressive et son élaboration, questions qu'il n'a cessé de reprendre jusque dans ses tout derniers textes. Par cette démarche, il a abordé d'une façon originale, mais pas toujours bien comprise, les régressions nécessaires au cours des cures de patients situés plus communément aujourd'hui dans les états-limites.

  • L'analyse de la pratique est un dispositif de parole en groupe destiné à mettre au travail et à soutenir la rencontre professionnelle souvent difficile, voire « usante », entre praticiens du champ social (travailleurs sociaux, soignants, enseignants...) et usagers. Souvent lieu d'une première inscription professionnelle pour les psychologues, elle est devenue en volume la seconde de leurs activités et fait l'objet d'une demande de théorisation de leur part pour en baliser l'exercice. Pour cette pratique « tout terrain » parfois rendue confuse par la multiplicité des modèles en présence, l'auteur propose des pistes de réflexion à partir d'un ancrage psychanalytique et des outils précieux pour soutenir ce travail psychique groupal. Catherine Henri-Ménassé est psychologue et psychanalyste à Valence.

  • Cet ouvrage a été conçu dans un rapport étroit entre le travail clinique sur le terrain et l'élaboration de concepts utiles à l'analyse, en dialogue avec différentes théories de la psychanalyse et des sciences humaines portant sur l'institution et le changement. L'approche que proposent les auteurs est centrée sur la personne, sur ses constructions, sur les difficultés, les conflits, les souffrances éprouvées dans le cadre professionnel. Traiter de l'évolution des structures, de changements individuels et collectifs, concerne le vécu des personnes dans des équipes, des services, des établissements dont elles font partie, mais qui font aussi partie d'elles-mêmes. Pour les auteurs, l'analyse d'institution est un travail d'élaboration au sens psychanalytique du terme, qui demande du temps, un cadre complexe et rigoureux, et concerne à la fois l'évolution des processus psychiques au plan individuel et collectif, et des changements du système d'organisation en rapport à de nouvelles valeurs instituantes. Les exemples cliniques qu'ils développent ici permettent au lecteur d'en comprendre les étapes et d'en mesurer les effets et les implications. Dans les secteurs du soin et du travail social, cette analyse des processus inconscients - actifs dans les rapports individu, groupe, organisation, institution et valeurs sociales - conduit à envisager des changements et la restauration d'un cadre de travail cohérent où circule à nouveau la vie, où la qualité des soins et des prises en charge fait écho à la satisfaction des équipes de réaliser enfin leurs aspirations professionnelles. Jean-Claude Rouchy est psychanalyste, analyste didacticien de groupe, rédacteur en chef de la Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe (érès) et de Connexions (érès). Il est président de la Fédération des associations de psychothérapie psychanalytique de groupe et président de Transition (association européenne d'analyse de groupe et d'institution). Monique Soula-Desroche est analyste didacticienne de groupe et d'institutions, chargée de cours à l'Institut de psychologie de Paris V. Elle a conduit comme ethnosociologue des actions d'économie sociale et de développement en Afrique (EPHE) et auprès de personnes âgées et d'exclus en France. Elle est membre du comité de rédaction de Connexions et membre fondateur de Transition.

  • Cet ouvrage constitue une synthèse sur un sujet encore trop peu connu, l'analyse de groupe, qui s'intéresse à l'inconscient dans la relation plurielle, sociale (groupe, famille, institution), et aux bases groupales de la formation de l'inconscient individuel. Il montre l'importance, à la fois théorique et pragmatique, de cette ouverture de la psychanalyse aux situations sociales. L'auteur dégage un véritable corpus théorique, riche, cohérent, et particulièrement utile aux cliniciens et, au-delà, à la compréhension de toutes les situations plurielles dans lesquelles chaque individu se trouve quotidiennement impliqué et confronté. Edith Lecourt est professeur de psychologie clinique et de psychopathologie à l'université Paris Descartes.

  • L'auteur apporte un éclairage personnel sur la spécificité des relationsentre parents et enfant souffrant de troubles instrumentaux. Entre enfance et parentalité, comment s'engendrent les morts subites du nourrisson, les épilepsies et autres troubles du développement du moi instrument (Rosenfeld), qu'ils soient psychomoteurs, langagiers ou mentaux ? L'auteur nous propose de l'accompagner dans ses approches cliniques, à partir desquelles se dévoile la portée de l'implication parentale, biologique ou professionnelle, y compris celle des institutions, dans l'engendrement ou le traitement de ces troubles instrumentaux. Les nombreuses observations cliniques sont analysées à la lumière des théories kleiniennes, de l'approche phénoménologique et de l'influence de Loczy, qui invite à repenser le concept de parentalité, individuelle et institutionnelle. Dominique Thouret est psychiatre et psychanalyste (Lyon).

  • Le livre de Salomon Resnik est un long voyage dans l'univers de la folie. Ce sont les vicissitudes de ces voyages avec des patients psychotiques qui permettent de vivre avec le lecteur les péripéties d'une poësis thérapeutique dans les méandres de l'inconscient.

    Les patients psychotiques chroniques vivent une existence suspendue, comparable à un état d'hibernation. La personne psychotique est particulièrement fragile et sensible et ne peut tolérer ni souffrance psychique (douleur d'être) ni plaisir. Au fond, l'apathie psychotique est une paralysie du "re-senti.

    Dans leur excessive sensibilité, ils se sentent blessés par toutes formes d'impact affectives, dloù la nécessité diune protection. La carapace autistique est paradoxalement l'expression vitale de ce renfermement, où la dévitalisation est la condition pour perdurer. La nature de cette armure est ontologiquement importante. Que sa texture soit de coton, de bois, de verre, de fer ou de glace, elle est un langage en soi. La congélation des sentiments est une régression pré-historique a l'époque glaciaire de l'individu pris dans une indicible détresse. La glaciation est alors une tentative de " rassembler " les morceaux de son moi éclaté. La déglaciation, expression inévitable dlun " changement catastrophique " (Bion), fait, elle, partie du processus thérapeutique de guérison. Le retour à la vie requiert une prise en charge institutionnelle, humaine, compréhensive et efficace.

    Cet ouvrage constitue la synthèse d'un travail psychanalytique et psychiatrique. Depuis cinquante ans, llauteur travaille auprès de patients psychotiques, en individuel et en groupes, dans divers contextes culturels (Argentine, France, Angleterre, Italie). Salomon Resnik continue sa recherche sur l'existence à travers son contact quotidien avec le monde de la psychose.

  • Alors que la psychanalyse classique s'essouffle sur ses propres dogmes et rigidités, l'oeuvre de Nicolas Abraham (1919-1975) et de Maria Torok (1925-1998) offre une théorie globale de la psyché à partir de quelques principes souples et maniables dans le seul but de libérer l'infinie variété des créations, des vécus et des drames humains. Pour ces auteurs, il faut refondre voire abandonner toute théorie qui ne cadre pas avec le vécu des patients. Mais s'ils mettent en cause nombre de principes théoriques, ainsi que des cas cliniques freudiens, jamais ils n'abandonnent leur conviction quant à la valeur première de la démarche analytique. La psychanalyse rénovée qu'ils proposent découle d'une série de modifications apportées au freudisme, mais elle reste ancrée dans la problématique de la sexualité infantile, l'inconscient, l'interprétation des rêves et l'importance du transfert dans la situation analytique.

empty