FeniXX réédition numérique (Éditions de l'Aube)

  • Fiction troublante, les Versets sataniques le sont comme rarement oeuvre littéraire à l'échelle mondiale. Leur parution a déclenché une violence inouïe. Pourquoi ce déchaînement autour d'une fiction ? Est-ce seulement affaire de fanatisme, de médias, de manipulation politique, de blasphème, d'hommes ignorants de ce qu'est le roman ? Et si la violence que déchaîne ce texte était le signe d'une vérité plus difficile, plus paradoxale, plus essentiellement révélatrice des forces qui s'affrontent dans notre monde en vue d'une souveraineté inédite ?

  • Dans une ville grise, un jardin public. Le narrateur, assis sur un banc, est témoin d'une scène étrange : des hommes bien mis, parmi lesquels il croit reconnaître des personnalités en vue, disparaissent comme par magie dans les entrailles de la terre. Il les suit, et les surprend en train de creuser frénétiquement des galeries, le regard absent. Revenu chez lui, il est soumis à la terrible pression d'une enquête policière. Un récit kafkaïen, où l'absurde se joue du politique...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • "Ce charmant petit livre n'a pas besoin d'introduction. Aussi ne dirai-je rien de son contenu. Le lecteur découvrira lui-même à chaque ligne la poésie parfois délicate, parfois rude, qui se dégage de ces lignes. Avec la licence permise au poète, Rivolier nous apporte aujourd'hui un ensemble de courts récits fondés sur des observations précises, qui rappellent plus d'une fois les Histoires comme ça du grand Kipling", écrit Paul-Émile Victor. Les chiens sont les personnages principaux de ces récits, chiens de travail certes, chiens de traîneau mais d'abord des chiens observés finement et avec amour. Avec l'aide de sa femme, Jean Rivolier apporte ici une contribution affectueuse à l'observation du monde animal, cruel, féroce parfois mais aussi poétique et touchant. Rivolier, en partie par pudeur, raconte les chiens qui furent pendant un an ses compagnons indispensables en terre Adélie, plutôt que de décrire les hommes ; mais les similitudes de comportement y sont parfois troublantes. À lire en famille !

  • Le procès de Maurice Papon a été voulu par un homme qui y a consacré sa vie : Michel Slitinsky, qui a échappé de justesse à la rafle de 1942 dont son père et son frère ne sont jamais revenus. Lui, le « petit » grâce à qui, finalement, le puissant préfet de police des années soixante, l'ancien ministre de la Ve République, se retrouve enfin devant des juges. Ce livre, unique, est celui d'une double mémoire. Celle de 42. De Bordeaux, de la rafle, de la survie, des responsabilités de l'époque, de Vichy, de cette République qui servait les nazis. Mais il est aussi celui de l'incroyable lutte menée pendant un demi-siècle pour qu'enfin Maurice Papon soit inculpé de crimes contre l'humanité. Et aujourd'hui jugé. Michel Slitinsky nous raconte tout cela, non par esprit de vengeance, mais par volonté de justice, et pour que nous retrouvions la mémoire des responsabilités de la haute administration de l'époque. Un livre indispensable qui fera référence.

empty