FeniXX réédition numérique (Éditions universitaires)

  • Une fraction importante de l'opinion publique et une fraction non négligeable du corps enseignant réclament depuis des années une profonde et véritable rénovation pédagogique, rendue urgente et irrémédiable par la violence de récentes revendications estudiantines, souvent pertinentes. Ne faut-il pas plutôt reporter les responsabilités fondamentales de l'immobilisme antérieur sur une société qui n'a jamais voulu réellement accorder aux éducateurs « au contact » un statut digne de leurs fonctions ? Faute de reconnaître l'importance première de la cellule de base de l'éducation, le groupe éducateur-éduqués, les pouvoirs et l'opinion ont laissé se développer au-dessus de lui un corset hiérarchique de plus en plus dense et de moins en moins efficace. Tout le système d'enseignement et d'éducation repose alors sur la permanence d'illusions pédagogiques au caractère rituel et sclérosé, qui interdisent toute dynamique positive du savoir et de la conduite des éduqués. Cet ouvrage s'emploie à dénoncer ces illusions et à proposer des solutions de remplacement.

  • Un apport essentiel à la découverte psychologique de l'homme, dans la mesure où le conflit peut conduire à une désorganisation, à la névrose, à diverses maladaptations, tout aussi bien qu'à une réorganisation et une restructuration à un niveau supérieur. Source d'enrichissement et de changement, il apparaît comme marque de la condition humaine. Si sa signification - souvent angoissante - est, en dernière limite, liée à la faculté de choix de chaque homme, le conflit constitue, en quelque sorte, la mesure et la rançon de notre liberté.

  • Nul n'est volontairement méchant, disait Socrate. Or les bourreaux et tyrans ont toujours existé, de même que les jaloux, les haineux, les homicides, etc. ; déjà les animaux d'une même espèce se battent. Ces conduites d'hostilité résultent-elles d'un instinct agressif obsédé par la mort ? Ou bien faut-il distinguer des formes divergentes de l'agressivité ? On découvre d'abord un fond commun, car il y a « de l'attaque » dans l'amour comme dans la haine. La condition de l'homme, être d'abord faible et impuissant qui le demeure toujours au moins quelque peu, peut être éclairée, expliquée, si l'on suit l'évolution de l'agressivité, ses heurs et malheurs, sa fermentation qui la fait tourner à l'aigre ou son épanouissement : le parfait amour bannit la peur, mais non l'ardeur, et la tendresse même est agressive.

  • Jouer avec les tout-petits ! mais « ne sait pas jouer qui veut, ni quand il veut. Il y faut parfois un apprentissage (Henri Wallon). De plus en plus souvent, parents et éducatrices sont disposés à fournir un tel effort. L'auteur leur propose, à partir des travaux de Spitz, de Winnicott, de Piaget, et de bien d'autres, non seulement une analyse des difficultés qu'ils rencontrent à vouloir jouer avec des bébés mais, avant tout, une vision dynamique de la progression du jeu des tout-petits et des conditions affectives et matérielles favorisant son évolution heureuse. Les nombreux conseils pratiques de l'ouvrage découlent d'une option résolue en faveur de l'auto construction de l'enfant, seule garantie, semble-t-il, de le voir faire face, pas à pas, aux mutations de cette fin du XXe siècle.

  • Les enfants et les adolescents connaissent des fatigues diverses, les unes d'origine organique, les autres ayant des causes psychologiques, voire sociales. La fatigue est très souvent un langage inconscient relatif à des difficultés scolaires ou familiales. Les examens approfondis et les médicaments ne suffisent plus, ils doivent être doublés d'une attitude psychothérapique.

  • Être quelqu'un, être une personnalité s'emploient parfois avec l'idée d'une qualité d'exception ; ce n'est pas de cette situation extraordinaire qu'il est question ici. Tout au contraire, il s'agit de l'éducation normale de l'enfant ; bien conduit il peut parvenir à être lui-même, tenir sa vie bien en main choisir son but, créer sa réussite. Une pédagogie constructive est à la portée de tout le monde, à condition de se fonder sur la participation effective de l'enfant, indispensable à sa formation, et de bien connaître le rôle du milieu. Ce sont les erreurs éducatives le plus souvent rencontrées qui ont commandé le choix des domaines étudiés et cette conviction qu'une meilleure connaissance des conditions de développement de l'enfant permet aux éducateurs d'agir préventivement pour éviter les échecs.

  • Les enfants et les adolescents connaissent des fatigues diverses, les unes d'origine organique, les autres ayant des causes psychologiques, voire sociales. La fatigue est très souvent un langage inconscient relatif à des difficultés scolaires ou familiales. Les examens approfondis et les médicaments ne suffisent plus, ils doivent être doublés d'une attitude psychothérapique.

  • Être quelqu'un, être une personnalité s'emploient parfois avec l'idée d'une qualité d'exception ; ce n'est pas de cette situation extraordinaire qu'il est question ici. Tout au contraire, il s'agit de l'éducation normale de l'enfant ; bien conduit il peut parvenir à être lui-même, tenir sa vie bien en main choisir son but, créer sa réussite. Une pédagogie constructive est à la portée de tout le monde, à condition de se fonder sur la participation effective de l'enfant, indispensable à sa formation, et de bien connaître le rôle du milieu. Ce sont les erreurs éducatives le plus souvent rencontrées qui ont commandé le choix des domaines étudiés et cette conviction qu'une meilleure connaissance des conditions de développement de l'enfant permet aux éducateurs d'agir préventivement pour éviter les échecs.

  • Le concept de créativité répond à une aspiration profonde de notre temps : libérer l'homme de tout ce qui fait de lui un robot. Il s'agit là, à la fois d'une remontée aux sources de la création et d'un projet dynamique pour démystifier le génie. C'est la conscience rendue à tout être humain d'être un créateur en puissance. « Les créateurs » peuvent servir de sujets d'études pour déceler ; les conditions de l'aptitude à créer et les caractères de l'attitude créatrice. La créativité utilise une énergie propulsive que l'on serait tenté d'appeler « agressive » au sens valorisant que donnent à ce qualificatif de récentes écoles de psychologie. Toute création exige la présence simultanée des valeurs des deux sexes. L'évolution de l'idée de création à celle de créativité doit restituer leur éminente dignité aux valeurs de la génitalité féminine, sans mépriser celles de la virilité.

  • Le concept de créativité répond à une aspiration profonde de notre temps : libérer l'homme de tout ce qui fait de lui un robot. Il s'agit là, à la fois d'une remontée aux sources de la création et d'un projet dynamique pour démystifier le génie. C'est la conscience rendue à tout être humain d'être un créateur en puissance. « Les créateurs » peuvent servir de sujets d'études pour déceler ; les conditions de l'aptitude à créer et les caractères de l'attitude créatrice. La créativité utilise une énergie propulsive que l'on serait tenté d'appeler « agressive » au sens valorisant que donnent à ce qualificatif de récentes écoles de psychologie. Toute création exige la présence simultanée des valeurs des deux sexes. L'évolution de l'idée de création à celle de créativité doit restituer leur éminente dignité aux valeurs de la génitalité féminine, sans mépriser celles de la virilité.

  • L'auteur cherche à déterminer si le divorce répond en France à son véritable objectif : apaiser le conflit conjugal chaque fois qu'il en est encore temps et, à défaut, organiser du mieux possible la survie des membres d'une famille alors dissociée. Une étude systématique de l'institution débouchant sur une réponse négative, l'auteur recherche d'abord les possibilités d'utiliser les règles existant au profit des parents et des enfants. Se fondant sur l'expérience du droit d'autres pays, sur la sociologie et la psychologie, elle propose alors une modernisation et une humanisation des institutions judiciaires qui débouchent sur une refonte complète du divorce.

  • L'auteur cherche à déterminer si le divorce répond en France à son véritable objectif : apaiser le conflit conjugal chaque fois qu'il en est encore temps et, à défaut, organiser du mieux possible la survie des membres d'une famille alors dissociée. Une étude systématique de l'institution débouchant sur une réponse négative, l'auteur recherche d'abord les possibilités d'utiliser les règles existant au profit des parents et des enfants. Se fondant sur l'expérience du droit d'autres pays, sur la sociologie et la psychologie, elle propose alors une modernisation et une humanisation des institutions judiciaires qui débouchent sur une refonte complète du divorce.

  • Mon enfant et ses dessins s'applique à montrer, à travers des dessins d'enfant, leurs conversations et leurs inventions diverses, l'importance de leur vie symbolique dans toutes leurs productions. Le lecteur, surpris peut-être de la richesse rencontrée à chaque instant dans les paroles de ces enfants, sera-t-il conduit à prêter, à leurs propos, une oreille plus attentive ?

  • La réussite scolaire, la réussite humaine, dépendent pour bonne part de l'art d'apprendre et d'organiser sa vie. Les nombreux conseils simples et pratiques donnés ici, pour bien lire, bien retenir, faire un fichier, suivre une conférence, assimiler les langues, organiser ses loisirs, s'imposer une hygiène de vie, s'exprimer avec aisance, etc. permettent aux adolescents de réussir leur « métier scolaire ». Ce livre est un préventif - ou un remède - contre la lassitude, le manque de culture profonde, l'échec scolaire.

  • La réussite scolaire, la réussite humaine, dépendent pour bonne part de l'art d'apprendre et d'organiser sa vie. Les nombreux conseils simples et pratiques donnés ici, pour bien lire, bien retenir, faire un fichier, suivre une conférence, assimiler les langues, organiser ses loisirs, s'imposer une hygiène de vie, s'exprimer avec aisance, etc. permettent aux adolescents de réussir leur « métier scolaire ». Ce livre est un préventif - ou un remède - contre la lassitude, le manque de culture profonde, l'échec scolaire.

  • Non, quoi qu'on puisse en penser, il ne faut pas éduquer les filles de la même manière que les garçons : c'est en affirmant leurs particularités et leurs complémentarités, qu'elles pourront le mieux rivaliser face à la vie sociale, économique, artistique, et qu'elles assureront le mieux le bonheur du foyer et leur bonheur professionnel. Le sommaire de ce livre aborde les problèmes clés : la puberté, l'éducation sexuelle, les camarades, la crise de l'adolescence, etc. ; c'est là, que l'éducation des filles doit se différencier. Dans le domaine des applications, l'hygiène, la liberté, l'argent, les études et la profession, les loisirs, voyages de groupes, sorties, culture générale, etc., s'éclairent à la fois de l'expérience de l'auteur, et des données psychopédagogiques les plus récentes.

  • Non, quoi qu'on puisse en penser, il ne faut pas éduquer les filles de la même manière que les garçons : c'est en affirmant leurs particularités et leurs complémentarités, qu'elles pourront le mieux rivaliser face à la vie sociale, économique, artistique, et qu'elles assureront le mieux le bonheur du foyer et leur bonheur professionnel. Le sommaire de ce livre aborde les problèmes clés : la puberté, l'éducation sexuelle, les camarades, la crise de l'adolescence, etc. ; c'est là, que l'éducation des filles doit se différencier. Dans le domaine des applications, l'hygiène, la liberté, l'argent, les études et la profession, les loisirs, voyages de groupes, sorties, culture générale, etc., s'éclairent à la fois de l'expérience de l'auteur, et des données psychopédagogiques les plus récentes.

  • Cet ouvrage aborde le problème de l'autorité et, spécialement, celle de l'autorité paternelle. Car c'est le père qui, dans le couple parental, symbolise l'interdit du désir, et qui se trouve ainsi être le représentant de la LOI. Loi sans laquelle il ne peut y avoir de vie collective humaine. L'auteur s'efforce de montrer qu'avant toute culture et toute action éducative, existe une crainte ancestrale du père. Peur et agressivité culpabilisée, qui soumet inconsciemment l'homme à ceux qui détiennent l'autorité. D'où des altérations, et des abus possibles de l'autorité, lorsque celle-ci fait appel à cette culpabilité profonde qui puise dans « l'univers morbide de la faute ». L'auteur est ainsi amené à proposer une désacralisation de l'autorité sous toutes ses formes, afin de l'humaniser. Il envisage une refonte profonde de la relation éducative, aussi bien dans la famille qu'à l'école, et à tous les niveaux sociaux.

  • Cet ouvrage aborde le problème de l'autorité et, spécialement, celle de l'autorité paternelle. Car c'est le père qui, dans le couple parental, symbolise l'interdit du désir, et qui se trouve ainsi être le représentant de la LOI. Loi sans laquelle il ne peut y avoir de vie collective humaine. L'auteur s'efforce de montrer qu'avant toute culture et toute action éducative, existe une crainte ancestrale du père. Peur et agressivité culpabilisée, qui soumet inconsciemment l'homme à ceux qui détiennent l'autorité. D'où des altérations, et des abus possibles de l'autorité, lorsque celle-ci fait appel à cette culpabilité profonde qui puise dans « l'univers morbide de la faute ». L'auteur est ainsi amené à proposer une désacralisation de l'autorité sous toutes ses formes, afin de l'humaniser. Il envisage une refonte profonde de la relation éducative, aussi bien dans la famille qu'à l'école, et à tous les niveaux sociaux.

  • L'avortement n'est pas - et ne sera jamais - à de rares exceptions près, un incident simple et banal. Il engage trop profondément la femme. Son vécu met en lumière, de façon flagrante, la lutte de tendances, l'ambiguïté entre le vouloir et le non-vouloir. Il fait éclater le conflit permanent que tout individu est, un jour, amené à résoudre, entre le concept de vie et le concept de mort. Une question complexe, abordée ici avec prudence et rigueur, à partir du vécu de l'avortement.

  • L'avortement n'est pas - et ne sera jamais - à de rares exceptions près, un incident simple et banal. Il engage trop profondément la femme. Son vécu met en lumière, de façon flagrante, la lutte de tendances, l'ambiguïté entre le vouloir et le non-vouloir. Il fait éclater le conflit permanent que tout individu est, un jour, amené à résoudre, entre le concept de vie et le concept de mort. Une question complexe, abordée ici avec prudence et rigueur, à partir du vécu de l'avortement.

  • On s'est accoutumé à partir de l'enfant pour se préoccuper de la maternité. Cette fois, on part de la femme, et on se préoccupe des mères. La maternité exalte le moi, mais peut aussi le détruire. Il fait décoloniser la femme, afin que se réalise le statut de sa personne, face à son instinct maternel et à son insertion dans la société. De l'accouchement, à l'érotisme, du rôle du père, à la maternité virginale, de l'avortement, aux haines maternelles, ce livre constitue une approche libératrice de la maternité.

  • On s'est accoutumé à partir de l'enfant pour se préoccuper de la maternité. Cette fois, on part de la femme, et on se préoccupe des mères. La maternité exalte le moi, mais peut aussi le détruire. Il fait décoloniser la femme, afin que se réalise le statut de sa personne, face à son instinct maternel et à son insertion dans la société. De l'accouchement, à l'érotisme, du rôle du père, à la maternité virginale, de l'avortement, aux haines maternelles, ce livre constitue une approche libératrice de la maternité.

  • Jouer avec les tout-petits ! mais « ne sait pas jouer qui veut, ni quand il veut. Il y faut parfois un apprentissage (Henri Wallon). De plus en plus souvent, parents et éducatrices sont disposés à fournir un tel effort. L'auteur leur propose, à partir des travaux de Spitz, de Winnicott, de Piaget, et de bien d'autres, non seulement une analyse des difficultés qu'ils rencontrent à vouloir jouer avec des bébés mais, avant tout, une vision dynamique de la progression du jeu des tout-petits et des conditions affectives et matérielles favorisant son évolution heureuse. Les nombreux conseils pratiques de l'ouvrage découlent d'une option résolue en faveur de l'auto construction de l'enfant, seule garantie, semble-t-il, de le voir faire face, pas à pas, aux mutations de cette fin du XXe siècle.

empty