FeniXX réédition numérique (Fleurus)

  • « Pourquoi les adolescents sont-ils si nombreux à fumer du cannabis ? » « Le joint crée-t-il une dépendance du corps et de l'esprit ? » « Peut-on arrêter du jour au lendemain ? » « Quels retentissements a-t-il sur la vie affective, scolaire et sociale ? » « Et si la justice s'en mêle ? » « Ma fille est-elle devenue toxicomane ? » « Notre fils a changé ; comment savoir s'il prend du cannabis ? » « Auprès de qui pouvons-nous trouver des informations sérieuses et une aide réelle ? » « Il dit fumer pour faire la fête, mais j'ai l'impression qu'il se coupe des autres. » « Le dialogue est impossible avec mon fils : dois-je interdire, attendre ou faire appel à un psychologue ? » Ni réactionnaire ni laxiste mais ancré dans une longue pratique clinique, ce livre apporte des repères stables, des conseils rassurants et de vraies réponses à toutes les questions que les parents d'adolescents se posent. Que l'on soit touché de près ou de loin par le cannabis, cette réflexion offre des bases précieuses pour amorcer un débat en famille. L'auteur insiste sur les formes d'aide et de soutien psychologique que peuvent recevoir les jeunes consommateurs de joints en proie à un mal-être, ainsi que leurs parents. Loin de diaboliser ou de banaliser le cannabis, il invite les ados à grandir autrement et les parents à les aimer avec vigilance. Des adresses utiles sont proposées en fin d'ouvrage.

  • « Dois-je vérifier ses devoirs ? » « Elle a mal au ventre le dimanche soir : faut-il s'alarmer ? » « A quoi servent les réunions parents professeurs ? » « Je suis convoquée par la maîtresse : que se passe-t-il ? » « Le niveau baisse-t-il ? » « Que faire face à l'échec scolaire ? » École, adorée ou boudée, lieu de grands espoirs et de terribles angoisses... Si l'institution a connu d'irrévocables mutations, elle demeure le lieu privilégié de l'apprentissage du savoir et de la sociabilité pour l'enfant. Aujourd'hui l'école n'est plus un sanctuaire protégé, mais le reflet de notre société, en proie aux crispations et au manque de repères face aux incertitudes de l'avenir. Comment l'enfant vit-il en classe ? À quoi ses parents doivent-ils être attentifs pour suivre sa scolarité avec efficacité ? Leurs propres souvenirs scolaires les influencent-ils ? Entre laisser faire et interventionnisme, quelle place trouver par rapport aux enseignants ? Et les profs, quels sont leurs bonheurs et... difficultés ? Derrière les malentendus parents corps professoral, quels enjeux se cachent-ils ? Du CP au collège, que ses résultats soient brillants ou médiocres, il importe que les parents aient leur enfant « à l'oeil et au coeur ». En instaurant avec les enseignants un partenariat fondé sur le dialogue permanent, le soutien et la confiance, ils favoriseront ainsi l'épanouissement de leur enfant et sa réussite. Dans le grand débat actuel sur le rôle et les objectifs de l'école, cet ouvrage aidera tous les parents à trouver le mot et l'attitude justes.

  • « Vous devriez l'emmener chez le psy... » Quel parent n'a jamais frémi en entendant cette phrase d'un enseignant ou d'un pédiatre ? Difficultés scolaires, isolement en cour de récré, pipi au lit, turbulence excessive, agressivité... ou symptômes liés à des événements comme un deuil familial, la séparation des parents, un déménagement. Faut-il que jeunesse se passe, ou seraient-ce les signes d'une souffrance cachée et d'un profond mal de vivre ? Une psychothérapie est-elle nécessaire ? Combien de temps dure-t-elle ? Quels sont les tarifs ? Comment se déroule la première consultation ? Le psychothérapeute intervient-il dans l'intimité de la vie familiale ? Peut-il garantir un résultat ? D'un ton apaisant, Geneviève de Taisne nous invite à délaisser nos peurs et nos tabous pour entrer de plain-pied dans l'espace analytique. « La dame dont le métier est d'écouter les ennuis » nous fait vivre, de l'intérieur, les étapes de la thérapie d'enfant. Car « la thérapie est là pour permettre aux enfants de profiter au maximum de la vie qui est en eux, avec l'accord et la confiance de leurs parents. »

  • Qu'est-ce qu'un père ? Depuis trente ans, la fonction paternelle subit une profonde révolution. Le modèle du pater familias a fait long feu : au patriarche ont succédé les papas-poules et les nouveaux pères, aux contours flous et changeants. Le père d'aujourd'hui cherche à tâtons une place qui n'est plus acquise de droit. Mais qui se charge de dire la loi au sein de la famille ? Qu'attend l'enfant de son père, et de lui seul ? Une présence réelle ou symbolique, la protection ou le dynamisme, la cohérence ou le regard aimant ? Quel rôle spécifique le père peut-il tenir ? Se situe-t-il face à la mère, ou à ses côtés ? Après les illusions perdues, il est temps de réinventer la paternité...

  • Dès son plus jeune âge, l'enfant expérimente une série de petits ou grands deuils qui constituent pour lui un apprentissage de la perte : entrée à l'école, déménagement, éloignement des jours heureux de la petite enfance, disparition d'un être proche... L'existence apparaît comme une suite de séparations, liées à l'écoulement du temps. Comment nous y préparer et accompagner les enfants dans ces deuils nécessaires ? Faut-il leur parler de la mort ? Avec quels mots, et dans quelles conditions ? Les larmes réparent-elles le chagrin ? La crise d'adolescence est-elle un deuil de l'enfance ? Pourquoi certains jeunes sont-ils fascinés par le morbide ? Le divorce cause-t-il un choc comparable à la mort ? Peut-on affronter le manque et dépasser sa douleur ? La mort, réelle ou symbolique, représente le véritable tabou de cette fin de siècle. Ne faut-il pas apprendre à reconnaître et à accepter nos peurs, pour parvenir à goûter la saveur infiniment précieuse de la vie ?

  • Mais que peuvent-ils bien inventer avec leurs cousins ? Que vivent-ils au centre de loisirs ? Comment leur séjour chez Mamie se passe-t-il ? Sont-ils heureux en classe de nature ou au camp de vacances ? Des parties de cache-cache dans la lande, des amitiés éternelles ou le gros chagrin d'un soir car « Maman n'est pas là »... voici les jours sans les parents ! Qu'il soit désiré ou involontaire, préparé ou non programmé, ce temps où l'enfant vit loin de ses parents n'est jamais anodin : c'est celui de l'ouverture au monde et des profondes métamorphoses. L'enfant en sort toujours transformé. Nicole Fabre nous conte ces moments uniques à la lumière de son expérience de psychothérapeute et de ses souvenirs intimes. Par de nombreux témoignages d'enfants d'hier et d'aujourd'hui, elle restitue avec justesse les ressorts psychologiques permanents qui animent l'enfant, ses parents et ses éducateurs au cours de « jours pas comme les autres ». Les adultes trouveront ici des conseils et des suggestions pour aider les enfants à acquérir confiance et autonomie, sources de liberté.

  • « Elle redoute les contrôles en classe et a mal au ventre. » « L'institutrice trouve notre fils renfermé, passif, peu enclin à jouer avec ses camarades. » « Elle a la phobie des chiens ! » « Il s'angoisse pour un rien, alors nous faisons tout pour le protéger. » « Elle ne supporte pas d'être séparée de moi et reste dans mes jupes. » « Il est jaloux de sa petite soeur et devient tyrannique. » « Depuis notre divorce, notre enfant est hyperactif. » « On me dit que l'angoisse lui passera... » « Recommandez-vous une psychothérapie ? Les résultats sont-ils rapides ? » Tous les parents veulent éviter à leur enfant les larmes et la douleur. Pourtant l'angoisse est inséparable de la vie et prend chez lui des formes multiples et des apparences déguisées. Si elle s'installe, elle peut gêner l'enfant dans ses relations aux autres, dans son développement et son épanouissement. Il importe donc de la débusquer pour la maîtriser. Quels pièges les parents doivent-ils éviter ? Leur propre angoisse est-elle contagieuse ? Si tous les enfants éprouvent des peurs archaïques, il importe qu'ils trouvent en eux et en ceux qui les entourent les ressources nécessaires pour les exprimer et les déjouer. Vaincue ou devenue levier, l'angoisse devient alors un moteur pour mieux grandir.

  • À notre époque où les repères traditionnels s'estompent, de quoi a besoin tout enfant pour s'humaniser et grandir ? Surtout de sécurité et de confiance. La transmission de l'histoire familiale et des repères de base, l'apprentissage des limites et l'ouverture à l'imaginaire constituent des facteurs primordiaux pour lui et sa famille. Enfin, les valeurs spirituelles ne doivent pas être oubliées. Dès les premiers jours de la vie, l'enfant élabore sa personnalité sur ces pierres angulaires, en lien constant avec ses parents. Si ces derniers éprouvent le sentiment d'être en perpétuelle recherche, leur démarche d'éducateurs possède aujourd'hui une formidable authenticité.

  • « Ma fille de 9 ans tient un journal intime : quels secrets peut-elle bien avoir ? » « Nous avons adopté un bébé. Devrons-nous lui révéler ses origines ? » « J'ai appris un lourd secret de famille qui concerne l'identité de mon frère. Comment lui en parler ? Je crains ses réactions. » « Faut-il répondre aux questions indiscrètes des enfants ? » Le domaine du secret n'a pas de limites. Que nous soyons adultes ou enfants, il affecte sans cesse notre vie intime, affective, familiale et sociale. Doux ou terrible, secret de polichinelle ou de famille, il implique silence, culpabilité ou complicité et délivrance autour de son partage. Même tu es enfoui, un secret douloureux traverse les générations pour agir comme une bombe à retardement. Comment ouvrir le placard aux fantômes ? Que dire et à quel moment ? Il importe de connaître les fonctions positives et négatives des secrets, afin de comprendre leurs mécanismes et leurs conséquences sur tous ceux qu'ils concernent, de près et de loin. Le secret garantit notre autonomie psychique, enrichit parfois notre créativité et assure notre liberté personnelle. Nous possédons tous une zone intime inviolable qui doit être préservée du regard d'autrui. Mais s'il crée douleur, incompréhension et difficultés de vivre, il nous prive d'une partie de nous-mêmes. Il importe alors de le désamorcer et de trouver l'attitude juste pour nous permettre de vivre pleinement.

empty