FeniXX réédition numérique (Fleuve Noir)

  • Francis Lyotard, grand, mince, beau garçon, transformé en ce petit être hideux et difforme ? Inconcevable ! Et cela, dû à l'attaque de son navire spatial par une mystérieuse nuée violette ? Inexplicable... Ce n'est pourtant qu'une histoire répétée souvent : le second, qui se révolte et veut être plus puissant que le maître.

  • La mission dans laquelle Hubert Bonisseur de la Bath est jeté est littéralement délirante. On essaie de l'assassiner, on le retient prisonnier, et il est obligé de s'enfuir d'un couvent déguisé en nonne. Les femmes perdront OSS 117, on le lui a assez souvent répété. C'est pourtant grâce à l'une d'elles qu'il échappera au pistolet d'une autre et qu'il pourra ainsi terminer sa mission en beauté.

  • Ils étaient quatre agents de l'Est. Trois hommes et une femme, que la BE KA avait chargés d'une simple mission : obtenir des renseignements sur l'importance accordée par la France à l'Irak. Seulement, comme dans la Bible, au troisième chapitre des Rois : « Le fils de cette femme est mort pendant la nuit parce qu'elle s'était couchée sur lui. » Si bien que tout était infiniment plus compliqué que prévu, d'autant que Coste et son staff se tenaient à l'autre bout du chemin.

  • Il fit un pas sur la plage. Devant lui, la mer se perdait dans des lointains un peu flous, presque brumeux. Ce matin-là, il se sentit enfin profondément heureux. Quelle bonne idée il avait eue de choisir un Eldorador, à Hammamet. Il se rappela ceux d'Agadir et de Cala d'Or à Majorque. La même ambiance joyeuse et bon enfant, la même qualité de vie. Décidément, pour 2 300 francs, Jet Tours avait bien fait les choses. Au même moment, il sentit le sable bouger près de lui. Il tourna son regard et sourit. Ingrid l'avait rejoint.

  • Hubert Bonisseur de la Bath réussit à ramener, lors d'un voyage en Russie, un document prouvant que des plans provenant d'un laboratoire américain ont été transmis aux Russes. Mais les choses se gâtent à son retour en France et ce n'est qu'aux États-Unis, après avoir été la victime d'une tentative d'empoisonnement, qu'OSS 117 réussira à démasquer le coupable.

  • Un dieu qui n'en est pas tout à fait un. Un pouvoir qui s'arrête aux frontières d'un trou noir. Une sphère en contact avec des puissances bonnes, mauvaises, ou indifférentes. Disons qu'on est toujours le dieu de quelqu'un. Mais que devient l'homme, dans tout cela ? N'est-il, vraiment, qu'une marionnette jetée au rebut par son créateur ?

  • Les élections de 1978 ? À qui n'ont-elles pas paru quelque peu étranges, sinon arrangées ? Faillite et ridicule des instituts de sondage à la clé, et stupéfaction générale, y compris - et surtout ! - celle des vainqueurs... (« Y avait un truc ? ») Hey. Pourquoi pas ? Et l'axe, nom de Dieu ! va vous expliquer tout cela en détail ; bien croustillants. Et sans détour. Que ça plaise ou pas à certains, que ça fasse ou non grincer quelques dents. Suivez, suivez... Jusqu'où, dites-vous ? La Nouvelle Orléans, l'Utah et Washington D.C. ? Est-ce là qu'on va enfin savoir ? De qui vous moquez-vous ? Suivez, suivez ! vous répète-t-on. Entre Canal Street et Bourbon-du-French-Quarter, tapis au fond des beuglants, 234 maires français (marrons et piégés) vous attendent déjà, qui se font tout petits, les malheureux !

  • Prévoyant qu'il serait obligé de jouer deux personnages différents, Hubert s'était composé deux physionomies distinctes. Harry Blarney, l'émissaire de Barri, portait une moustache blonde et dure taillée en brosse et des lunettes aux fines montures d'or. Hubert, OSS 117, serait glabre et sans lunettes. C'était la première fois qu'Hubert portait une moustache postiche et il devait convenir que l'accessoire qui lui avait été fourni par le spécialiste de la C.I.A. était en tout point parfait, tant par sa présentation et son fini impeccables, que par l'extraordinaire facilité de la pose et de l'enlèvement.

  • « Échange hypothèque de F. 5 456 000,60, contre organisation de duel planétaire entre trois nations ». Bien naturellement, que l'Axe au monde, pour recevoir pareille proposition. Que l'Axe pour accepter aussitôt ! Rien de plus simple, il suffit d'abord de faire sortir d'une centrale un jeune ingénieur à peine un peu violeur et assassin, qui en a encore pour 18 ans à « tirer ». Il est utile aussi d'avoir quelques relations présidentielles et dans les ministères, puis d'étudier en détail la base souterraine de Taverny, d'établir ensuite ses quartiers d'automne chez Satan, à Vandenberg/Cal., avant de faire un détour par l'îlot où Mussolini fut emprisonné, et l'affaire est dans le sac. Bien entendu, à condition de disposer de May, de Kolbert - et - ses pistaches, de savoir briser quelques reins à mains nues, d'avoir une belle barbe blonde et de sérieuses connaissances en électronique, en un mot comme en cent d'être :

  • 28 millions de dollars, règlement d'avance d'une livraison jamais effectuée, attendent, à Bangkok, un second paraphe pour être rendus - sans enthousiasme à leurs propriétaires français d'origine. Las ! le détenteur dudit paraphe se trouve dans un camp de rééducation khmer de l'ex-Cambodge : L'enfer de Thmer Puok. Le faire évader ? Plus facile à dire qu'à faire. D'autant plus qu'avec lui se trouvent quelques centaines d'anciens policiers de Phnom Penh transformés en esclaves par le nouveau régime et que le camp est considéré comme le plus féroce et le mieux gardé du nouveau Kampuchéa Démocratique. Tout proche, chose aggravante, d'un ancien dépôt géant américain de munitions.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La guerre Noire ? La grande guerre du Pétrole, bien sûr, mais pas du tout ! cette fois fomentée par l'équivoque Orient. Une guerre noire purement américaine qui sévit depuis de longues années de Long Beach/Californie, au Texas et aux frontières de Louisiane. Combats continuels qui écrasent les petits propriétaires des puits, les acculent à la ruine par le biais des interdictions des pipelines (propriété des grands) sinon par celui de l'attentat, de l'incendie, de la mitraillade façon Chicago 28. Une guerre inconnue de l'Europe, avec ses batailles terribles, ses fusillades au milieu des « arbres de Noël » qui flambent droit, torchères de 200 mètres de haut éclairant les petits mafiosi manipulés par la grande Mafia n'hésitant pas à flanquer des camions entiers de « récalcitrants » vers les tankers en feu. Et même le « Mur de la Mort » - promotion publicitaire, en forme de baroud d'honneur, d'une compagnie moyenne spoliée se terminera en catastrophe, motos et voitures se carambolant dans le fracas d'un scandale à l'échelon de la nation et les cris des victimes. Mais cette fois, tout le monde en a assez ! Rude « guerre noire » pour :

  • Des intrus venus d'une autre planète se sont installés dans un canyon de l'Arizona. Leur but est la destruction des grandes puissances. Les recommandations faites à Hubert Bonisseur de la Bath pour cette nouvelle mission, ne sont pas superflues. C'est bien l'affaire la plus terrifiante qui soit jamais arrivée dans le monde. Mais Américains et Russes vont se retrouver côte à côte pour lutter ensemble contre ce danger venu d'ailleurs.

  • Comme jadis, il y a eu des « Périmètres de la Mort » où les nazis traitaient l'homme comme de l'engrais, existe-t-il de nos jours des secteurs secrets où la mort, pour être moins spectaculaire et plus insidieuse, n'en menace pas moins des millions de gens ? Telle est la question que l'Axe se pose, et toute la « Boutique » alors part en guerre. C'est sous un massif du Harz, à peu de distance des tristement célèbres camps de Dora et d'Ellrich, là où naguère des esclaves déportés montaient les futures fusées transcontinentales à charges nucléaires, de très peu ratées par Hitler, que se trouve la plus grande « poubelle atomique » de l'Europe occidentale. Politique et diplomatie s'en mêlent, un duel de scandales éclate, et pour avoir le dernier mot l'Axe est bel et bien obligé de descendre aux Enfers pour aller voir ce qu'il s'y passe !

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Indonésie, dictatoriale et secrète, 147 millions d'habitants - le 5e pays du monde en importance -, permanent volcan où la guerre civile peut reprendre un jour ou l'autre, une « Tsarine », officielle, et une autre de 28 ans plus jeune dont l'étoile monte, qu'on couvre de puits de pétrole comme d'autres ailleurs reçoivent des bijoux... Situation explosive, dans laquelle arrive un jour un détachement de la Marine nationale de Toulon, chargé d'une super-mission confidentielle. C'est alors qu'on découvre que la seconde petite « Tsarine » a été, deux ans auparavant, à 16 ans, pensionnaire très équivoque d'un très discret hangar du port aux voiliers...

  • Lima-de-tous-les-Saints, Lima-de-tous-les-Morts, sur le Mont des Ordures la grande Faux emporte constamment ses proies de misère, rage, typhoïde et méningite cérébro-spinale aussi virulentes que dans l'Europe du Moyen Âge. Et il y a aussi les petites avortées indiennes...« Des prostituées foetales », disent, méprisants, les médecins de l'Unesco. Et un jour le scandale éclate : un terrible scandale aux retombées internationales. Mais peut-il exister un rapport entre l'ignominie de ce qui se révèle à Lima, les agissements de quelques spécialistes de la recherche australiens, et les ogives multiples nucléaires françaises prêtes à exploser sur l'atoll de Mururoa ? Un rapport étroit, et l'Axe entre en scène. Pour, lui aussi, faire la bombe.

  • La roquette fusa, traversa l'avenue, la façade et explosa dans le réduit où les deux hommes se tenaient. La bibliothèque se désintégra et des débris humains volèrent dans le bureau tandis que des éclaboussures de sang maculaient le plafond et le plancher criblés d'éclats. L'opération « Blankenburg » vient de commencer.

  • Surpris par des policiers et par le mari d'une belle Polonaise dans une situation qui ne laisse aucun doute sur leurs relations, Christopher Pike, attaché à l'ambassade des États-Unis à Varsovie, est obligé de blesser l'époux jaloux. Conduit au siège de la police, on lui met le marché en main : jugement sommaire et exécution ou trahison. Christopher Pike choisit de vivre et de trahir. Mais Christopher Pike n'est autre qu'Hubert Bonisseur de la Bath chargé précisément de démasquer un traître à l'ambassade américaine. Il va avoir fort à faire pour ne pas éveiller les soupçons d'Anthon, le chef de la police polonaise qui croit le manipuler.

  • Mathieu secoua Valérie dans tous les sens, en l'injuriant, lui arracha son pull, et la projeta violemment sur le canapé. Elle se défendit le mieux possible, et les larmes lui montaient aux yeux quand Granget cria : "Coupez !"

  • L'Argentine « d'après »... Des militaires partisans de « l'avant »... Virage difficile à négocier après le désastre des Malouines. La grande danse, la grande valse ? Plutôt le tango ; tradition oblige !

  • Tandis que le gouvernement français, aux abois, cherche les fonds jadis prêtés aux quatre vents dans le monde, avenue Kléber, mystérieux, dramatique hold-up au siège d'un holding sans qu'apparemment un centime soit volé. En Jamaïque, l'un des pays naguère aidés, c'est la guerre civile larvée. Une fois la droite est au pouvoir, une autre fois, la gauche. Au ministère des Finances on s'aperçoit (bien heureusement) que, pour l'instant, des anticommunistes mènent la barque à Kingston : c'est donc le moment d'aller leur réclamer des comptes... Pas si facile ! C'est une rude tournée qui va commencer pour les hauts fonctionnaires socialistes chargés de « relever les compteurs ». Bon gré, mal gré, la Force M. ira leur donner un coup de main car c'est l'argent de la France. Très vite tout le monde va s'apercevoir que Beyrouth, en comparaison de Kingston, c'est le paradis !

  • Un certain Gheorghi Cuza, de nationalité roumaine et tireur d'élite, est désigné pour assassiner le président de la République française. Mais, à Tunis, ville par laquelle il vient de transiter pour faire perdre sa piste, Cuza est exécuté sous les yeux de Thierry Coste. Manifestement, un autre tueur sera désigné pour tirer sur le président Mitterrand. Qui est-il ? Quand et comment doit-il frapper ? Coste et le Groupe 45 du colonel Tardy sont déjà sur des charbons ardents...

  • Les espions ne se font pas de cadeau. Pour avoir commandé l'exécution de deux Français arrêtés en Pologne, Gregor Abramov est condamné par le Groupe 45, branche secrète de la DGSE. (Délégation Générale de la Sécurité Extérieure) ex-S.D.E.C.E. Patrick Danjou élimine Abramov à Berlin Est mais, à son tour, il est pris en chasse par les tueurs du KGB. De Berlin Est à Chartres, Blois et Saint-Étienne, on vient finir sur la Costa Brava/Gerona/España, pour y régler ses comptes en veillant bien à ne pas réveiller la Guardia Civil, sous la haute surveillance de Tardy et de Coste.

empty