FeniXX réédition numérique (La Table Ronde)

  • Un voyage en automne

    Jean-Claude Pirotte

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 31 Janvier 2019

    « C'est partout, oui, partout la même mélancolie doucereuse, avec le clapotis de la pluie sur le ciment granuleux de la petite cour, la nuit d'automne, le chat perdu dans la contemplation de l'appareil électrique de chauffage, et ce concerto pour violon de Mozart en sourdine, troublé par les étranges quintes de toux du frigo, la lecture lente et triste, cher Antonio, de La Mort de Carlos Gardel où toujours l'enfance inassouvie rôde au coeur des quartiers dévastés de Lisbonne avec le souvenir des lauriers-roses, et puis le silence des mots que je trace et des pensées vagues et de la rua da Vitoria, le silence des maisons que l'amour abandonne au vent de novembre, puisque l'amour s'en va comme il vient, locataire fantasque et destructeur. »

  • Du bon usage des superstitions

    Pierre Canavaggio

    • Fenixx réédition numérique (la table ronde)
    • 12 Novembre 2015

    Nées avec l'humanité, cultivées en secret malgré l'opposition du clergé, les superstitions se sont révélées indéracinables. Dans une première partie sont retracées les origines de nombreuses superstitions, apportant anecdotes historiques et littéraires, puis treize superstitions universelles sont présentées : toucher du bois, le chiffre 13, le fer à cheval, etc.

  • Album de là-bas

    Jeannine Worms

    • Fenixx réédition numérique (la table ronde)
    • 26 Décembre 2017

    Je n'ai pas voulu ici raconter une histoire, moins encore mon histoire. J'ai cherché à rendre un sentiment qui m'a suivie pendant nombre d'années et qui se tapit encore, très caché - car on n'en guérit pas - derrière tous les autres : le sentiment d'exil. Il me semblait que ce malaise méritait d'être dit.

  • La cigue avec toi

    Prat L A

    • Fenixx réédition numérique (la table ronde)
    • 5 Novembre 2015

    Paris, 1861. À la recherche d'un sujet, un peintre se heurte à ceux qu'il aime : une maîtresse impérieuse, une soeur excessive, un ami écrivain à l'affût de ses faiblesses. Tous lui dérobent une part de sa vie qui se défait. Car il va mourir. Et c'est le dos au mur qu'il choisira de peindre la Mort même. Paris, 1982. Alors qu'une légende s'est forgée autour de l'artiste trop tôt disparu, le tableau réapparaît. Cette oeuvre fascinante, au sens mystérieux, devient immédiatement l'objet de féroces rivalités entre musées et marchands. Dans une quête passionnée, un jeune amateur cherche à en retracer la genèse. Véritable héros du roman, le tableau parcourt bientôt un étrange circuit, du fatras d'un brocanteur jusqu'à l'Élysée où François Mitterrand l'examine avec perplexité, en transitant par une salle de ventes aux enchères où intérêts commerciaux et frénésie des collectionneurs se donnent libre cours. Qui déchiffrera le message du peintre qui voulait interroger la Mort ?

  • La nuit des autres

    Yvonne Besson

    • Fenixx réédition numérique (la table ronde)
    • 24 Mars 2016

    La Nuit des autres, c'est le titre du dernier roman d'Aubin Corbier, écrivain normand célèbre, originaire de Marville et disparu au début des années soixante-dix. Une association célébrant sa mémoire a été créée par un groupe d'admirateurs. Mais, coup sur coup, deux des membres les plus en vue meurent dans des conditions dramatiques et mystérieuses. Pour le commandant Dubreuil de la Police judiciaire de Rouen, chargé de l'enquête, l'affaire est simple. Sur la foi d'un témoignage accablant, il met rapidement un suspect en garde à vue : le libraire de Marville. Mais le capitaine Carole Riou est convaincu de son innocence. Elle suit d'autres pistes, notamment celle de la disparition du journal intime d'Aubin Corbier. Pour la première fois, les vies privée et professionnelle de Carole Riou se mêleront dans sa quête de la vérité. Confrontée à une violence impitoyable, à la folie et à la trahison, elle finira par trouver une réponse à ses questions dans les cendres d'une histoire d'amour brisé.

  • La baleine du pont

    Jack Thieuloy

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 11 Janvier 2018

    Et si votre meilleure amie était une baleine ? C'est ce qui arrive ici à Justine et M. Blanchard, sous le Directoire. Elle, cétacé de 20 mètres et 80 tonnes, mystérieusement surgie dans l'estuaire du Havre. Lui, pionnier des montgolfières (son poids n'est pas précisé). Le 17 vendémiaire de l'an VIII, la rencontre a lieu : Roméo Blanchard et Justine ne se quitteront plus, jusqu'à la mort de la belle nageuse. Histoire vraie (eh oui !), fantaisie gargantuesque, parabole à tiroirs, Odyssée délirante ; ce stupéfiant roman n'est ni zoophile ni lubrique. En fait, c'est un chant d'amour cosmique : la baleine est ici mythe et mère, comme la vache sacrée des hindous.

  • La punition

    Xaviere

    • Fenixx réédition numérique (la table ronde)
    • 16 Novembre 2017

    Ce court récit, brutal et liquide, réclame du lecteur un certain courage. Non qu'il ne se laisse lire avec aisance car les phrases claires, rapides, dénoncent en Xavière un écrivain authentique auquel l'accent de la vérité - une vérité purulente - donne un talent fou, brûlant, mais parce que son sujet donne la nausée. On patauge dans l'ordure du sexe et la prostitution. René Vigo. La Vie judiciaire.

  • Le silence inutile

    Lambert Schlechter

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 31 Janvier 2019

    « Le silence inutile, c'est un livre que j'ai écrit, parce que je ne savais plus écrire. Depuis plus de trente ans, j'avais pris le pli d'écrire sur des petits riens de la vie - puis un jour, le 27 février 1989, c'était le grand rien de la mort. Ma femme avait trente-quatre ans quand le cancer se mit à la démolir ; cela dura quatre ans. Quelques semaines après sa mort, j'ai recommencé à écrire, à faire un livre, j'ai écrit pendant douze mois, ne savais plus écrire mais n'étais capable de rien d'autre ; par bribes et lambeaux au fil des jours, des nuits, surtout des nuits, j'ai écrit cette femme, ma femme, j'ai écrit sa vie, notre vie, notre bonheur, nos gosses, notre vie ensemble pendant dix-neuf ans, j'ai écrit sa maladie, sa souffrance, son agonie, j'ai écrit ma vie, ma survie, j'ai écrit un an de ma vie, je n'avais plus de femme, mais il restait la féminité, la douceur de quelques prénoms qui avaient corps de femme. Ce n'est pas un journal, même s'il y a des dates ; ce n'est pas un roman bien que je raconte. C'est un livre sur les petits riens de la mort, du malheur, mais aussi sur le bonheur et la merveille de vivre. » L. S.

  • L'ardoise et la craie

    Gaston Bonheur

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 4 Février 2019

    Les propos qui constituent ce livre ont été tenus durant l'autre été, dans l'ombre jalousement préservée d'une pièce du château de Floure. Au-dehors, le parc à la française bruissait d'assourdissantes cigales. Comme dans La croix de ma mère, le cabinet de travail, que nous avions fui pour un endroit plus frais, ouvrait sa large baie sur l'Alaric, la montagne blanche et verte aux flancs de laquelle mûrissait le raisin, son raisin, celui qui donnait ce Vin d'ombre dont il était presque aussi fier que de son oeuvre littéraire. Dans la galerie voûtée, au rez-de-chaussée, des trophées, parmi lesquels un drapeau occitan et la cape de Dominguin... L'ouvrage a été complété à la fin de ce printemps. Et Gaston Bonheur - qui souffrait alors du mal qui allait l'emporter au mois de septembre 1980 - mit la dernière main aux corrections de forme dans le courant du mois de juillet. Nous publions le livre tel quel. Tel que son auteur l'avait voulu et conçu. Ajoutons simplement que, livre d'une vie, L'ardoise et la craie devait être aussi un livre de vie, celui d'un romancier, d'un poète et d'un journaliste qui a su garder sa jeunesse et aimer jusqu'au bout la création et les êtres - hommes, bêtes et plantes - qui la peuplent.

  • Le sport et les femmes

    Serge Bressan

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 2 Avril 2019

    À force de patience, à force de combats, une pratique sportive féminine a pu naître, se développer et parvenir aujourd'hui à maturité, en attendant de se retrouver à parité avec le sport masculin.
    À travers des portraits de femmes vivant aux quatre coins du monde, Serge Bressan montre les rapports qui existent aujourd'hui entre le sport et la femme.
    Émaillé d'anecdotes savoureuses, significatives, rehaussé d'illustrations et de documents originaux et inédits, « Le sport et les femmes » constitue un témoignage de la société contemporaine.

  • Libérez l'égalité

    Jean-Claude Colli

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 4 Février 2019

    Il est temps de jeter les bases d'une autre politique, pour vivre en société plutôt qu'en socialisme et pour une réelle égalité des chances entre les Français. L'égalité est un thème ambigu. Traité sous sa forme idéologique par les animateurs du « socialisme à la française », il privilégie systématiquement le principe idéocratique d'État aux dépens du principe de liberté pratique de la personne. Dans les faits, en France comme ailleurs, l'expérience montre comment cette démarche erronée aboutit à des « inégalités nouveaux modèles » : comportements d'évasion, perte d'efficacité de l'État-providence, apparition de nouvelles classes dominantes et d'appropriations privées d'avantages publics, pression fiscale, affaiblissement économique. La France s'enfonce peu à peu dans un néo-conservatisme social. C'est pour la dégager de cette sombre perspective que Jean-Claude Colli montre ici à quel point et plus que jamais l'égalité est une idée neuve. Une idée qui, pour porter ses fruits, demande à vivre en liberté.

  • Pour une politique anti-criminelle du bon sens

    Michèle-Laure Rassat

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 4 Février 2019

    Depuis vingt-cinq ans, la politique pénale est en crise dans l'ensemble du monde occidental. La crise devient paroxystique en France : à une augmentation galopante de la criminalité répond mal un arsenal insuffisant de mesures inadéquates. La cause principale de l'échec réside dans l'incertitude sur les droits et les devoirs réciproques de l'État et de l'individu. Pénétré par les théories marxistes, notre droit, qui croit toujours plus ou moins à une culpabilité sociale dans la délinquance, ne punit plus que d'une façon trop clémente sans réussir à réinsérer socialement ceux qui en paraissent dignes. Après avoir présenté d'une façon claire le bilan des connaissances criminologiques actuelles tant en ce qui concerne les causes connues de la délinquance que les moyens possibles d'y remédier, le livre propose une orientation radicalement nouvelle de la politique anti-criminelle. Convaincue que le principal défaut du système actuel tient à un amalgame des différentes catégories de délinquants, l'auteur propose une distinction catégorique de trois types de traitements à appliquer aux trois types de délinquants : les paumés, les coupables, les antisociaux. Personne ne peut affirmer qu'il est en mesure de réduire le phénomène criminel. Ce n'est pas une raison suffisante pour ne pas essayer.

  • Vers le IVe Reich

    Jean-Paul Picaper

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 26 Avril 2018

    Voici un livre percutant, fascinant, un avertissement lucide et froid - preuves à l'appui. Associant le vécu à l'analyse en profondeur, assemblant les éléments épars et nouant les fils d'une « autre » histoire de l'Allemagne des vingt dernières années, inconnue en France, Picaper formule une mise en garde. La République fédérale de Schmidt est oubliée. Celle d'Helmut Kohl n'est-elle plus que le dernier rempart, fragile, contre la montée du « IVe Reich » ? Contre une « démocratie populaire » de type est-allemand, mais transposée clandestinement en Allemagne fédérale, plus puissante, plus totalitaire encore que la R.D.A., bref une Allemagne socialiste réunifiée, assoiffée de revanche et mue par une idéologie national-bolcheviste ? Sous des dehors « écolo-pacifistes », « humanitaires », « socialistes », un mouvement anonyme, tentaculaire, nouvel iceberg totalitaire, dérive jusqu'à nos frontières dans un courant prosoviétique. Des agents de l'Est nagent dans ces eaux, figures inconnues, intrigantes, dominatrices ou frustrées. C'est tout un monde, souvent occulté par la presse et la politique, que fait surgir l'auteur, avec la précision rigoureuse d'un universitaire de formation et la plume facile d'un journaliste.

  • Le coût d'État permanent

    José Frèches

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 4 Février 2019

    600 milliards de francs empêchent aujourd'hui le socialisme à la française de tourner en rond. Ils forment le coût d'État permanent qui, par un curieux retour des choses, empêche le président de la République (auteur en son temps du Coup d'État permanent) de dispenser aux Français autre chose que la politique de rigueur et de matraquage fiscal. Décrire l'engrenage du coût d'État permanent, c'est conduire le lecteur dans la jungle inconnue de la machine bureaucratique, là où prennent leur source les déficits en tous genres dans lesquels la France s'enfonce depuis mai 1981. Tout contribuable a le droit de savoir pourquoi il paie un si cher tribut à un système qui organise implacablement le coût d'État permanent. Si les Français n'étaient pas tenus dans l'ignorance, il y a fort à parier que le cours de notre histoire récente aurait été changé...

  • Justice pour la police

    Remy Halbwax

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 2 Avril 2019

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • À Moscou, on rit jusqu'aux larmes

    Armand Miff

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 31 Janvier 2019

    - Qu'est-ce qu'un squelette ? - C'est un kholkozien après la livraison obligatoire du fruit de son travail à l'État. Cette devinette, parmi mille autres, a fait le succès de Radio-Érivan : l'émetteur-vedette du Marseille de l'U.R.S.S. qui a compté, pour certaines émissions, jusqu'à 240 millions d'auditeurs - record mondial absolu. Mais sait-on que Radio-Érivan n'a jamais eu de micros ni de longueur d'ondes ? En vérité, cette station de radio n'existe pas. Ce qui subsiste, en revanche, au pays de M. Brejnev, c'est l'âme russe qui refuse toute soumission et s'exprime avec le talent et l'humour des descendants de Pouchkine et de Gogol. L'ironie est une arme redoutable et souvent le Système se venge, il punit cruellement et le sourire se mue en larmes. A l'aide de documents rarissimes, "évadés" de l'Est, Armand Miff fait une revue complète de ces historiettes, de ces anecdotes, de ces poèmes, de ces chansons, les replaçant dans leur quotidien face à la rigidité soviétique.

  • L'amour à l'espagnole

    Paul Werrie

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 27 Février 2019

    Les Espagnols ont-ils une façon à eux de « pratiquer l'amour » ? « Leur amour est toujours un amour furieux » écrivait la comtesse d'Aulnoy. C'était en 1679. En est-il toujours ainsi en 1964 ? Trente ans de vie espagnole permettent à l'auteur de répondre à la question. Il le fait d'une manière qui ne doit rien à personne, si ce n'est aux Espagnols eux-mêmes. Aucun des poncifs dont nous vivons en France depuis trois siècles, à ce propos, n'est de la sorte épargné : ni le fameux donjuanisme, ni la célèbre jalousie, ni l'éternel honneur. Le « premier mâle du monde » est revu et corrigé à la lumière d'un long commerce. La façon dont il garantit son front de certains affronts est décrite dans une « physiologie du mariage », différente, et pour cause, d'un précédent célèbre. L'auteur n'hésite pas davantage au seuil des maisons closes de Barcelone. Mais s'il importait de « démystifier » certaines légendes, il s'agissait aussi de laisser intact ce qui l'est resté. Dans quelle mesure, néanmoins, l'ultime vierge d'Europe l'est-elle encore, en dépit d'une coquetterie prodigieuse - ou peut-être grâce à elle ? C'est ce que révèlent ces pages, écrites dans un style divertissant, où passe le reflet de certains peintres - Vélasquez, Goya, même Dali - et où s'ébat un esprit clairvoyant, évocateur et caustique, qui n'est pas insensible à l'ironie ni à la poésie, mais qui toujours leur préfère la vérité.

  • Le cas Guevara

    Leo Sauvage

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 31 Janvier 2019

    Le dimanche 15 octobre 1967, Fidel Castro annonçait, devant les caméras de la télévision cubaine, que la mort de Che Guevara était « douloureusement certaine ». Dans ce que l'on pourrait appeler le dossier de l'affaire Guevara, l'auteur analyse les circonstances de la présence en Bolivie et de la mort de celui qui incarna le visage romantique de la Révolution de Juillet. A travers la vie et la personnalité de Che Guevara c'est la conception même d'une certaine idée de la Révolution qui est remise en question. Une opinion émise en France fait de Guevara « l'homme le plus complet de son époque ». Voici, à ce sujet, le témoignage d'un observateur qui ne se pose ni en ennemi ni en juge. Sa voix est objective. Elle mérite qu'on l'écoute.

  • Les corrompus

    Jean Montaldo

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 31 Janvier 2019

    11 décembre 1968 : un crime est commis au Fétich's Club, une « maison de tolérance clandestine » ouverte à Neuville-sur-Ain, sur la Route Nationale 84, Lyon-Genève, près du camp militaire de Thol. Des gangsters dit « d'envergure » y sont arrêtés. Décembre 1968 à mai 1969 : l'attention des enquêteurs et du juge d'instruction est attirée par les agissements suspects de certains membre et ancien membre du corps de la police nationale, protecteurs des truands incarcérés L'un d'eux, à la retraite, est inculpé. Un autre, qui se trouve être à la tête du Groupe de Répression du Banditisme (la brigade anti-gang) de Lyon, est compromis et en passe d'être accusé de corruption. Juillet 1969 : le commissaire-chef des « incorruptibles » lyonnais se voit retirer l'« habilitation » dont dépendent ses compétences judiciaires. Décembre 1970 : scandale à Lyon. Des policiers du Groupe de Répression du Banditisme sont accusés d'avoir torturé l'assassin d'un chauffeur de taxi lyonnais. Avril 1971 : ni policier, ni juge, ni avocat, le journaliste Jean Montaldo (carte n° 22529) révèle dans Les corrompus l'identité de leur supérieur. Il s'agit du commissaire-chef du Groupe de Répression du Banditisme de Lyon, impliqué dans l'affaire du Fétich's Club, convaincu de corruption et maintenu à son poste en dépit de la mesure administrative qui lui interdit d'accomplir tout acte judiciaire (interrogatoire, procès-verbal, arrestation perquisition, etc.). Après plusieurs mois d'une minutieuse enquête, Jean Montaldo accuse, preuves irréfutables en main, « les corrompus » qui déshonorent la police et la justice de France.

  • La Grèce en chantier

    Camille Begue

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 31 Janvier 2019

    Professeur, sociologue, économiste, homme politique, écrivain, Camille Bégué présente ici l'image de la Grèce telle qu'il l'a rapportée d'une minutieuse enquête. La terre d'Homère et de Socrate, d'Aristophane et de Lucien, terrorise aujourd'hui les bien-pensants. « Régime des Colonels ! » La formule dispense de s'informer et de réfléchir. "La Grèce en chantier" rappelle à l'objectivité. En une introduction vivante comme un reportage, parfois truculente, l'auteur démonte les mécanismes qui, fatalement, vouaient ce pays ou à disparaître, ou à se réfugier sous un système politique de type autoritaire. Il analyse ensuite le programme et l'oeuvre économico-sociale. Les faits et les chiffres recueillis sur place et empruntés à la documentation internationale, assortis d'exemples pris sur le vif, montrent que, cessant de se détruire, la Nation se construit. La deuxième partie s'emploie à cerner, en ses nuances et ses clairs-obscurs, le visage de l'homme et du citoyen modelé par la nouvelle constitution et par les institutions dérivées. Elle définit la nature et les limites de la future démocratie. Après en avoir confronté les règles avec les principes du droit classique, Camille Bégué souligne les liens de filiation qui sans rien lui ôter de son ouverture et de sa modernité, rattachent le système actuel à la tradition hellène. Ainsi s'éclaire d'un jour inattendu cette « révolution » dont les origines, la démarche e la solidité ne laissent pas de surprendre et de déconcerter En conclusion, l'auteur suppute froidement les chances et les risques. Un postulat sous-tend l'exposé : la liberté se mérite.

  • Leni Riefenstahl

    Charles Ford

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 4 Février 2019

    Le destin de Leni Riefenstahl relève du fantastique. Elle a connu la célébrité universelle grâce à trois oeuvres qui se situent au sommet de l'art cinématographique, : « La Lumière bleue », « Le Triomphe de la Volonté », « Les Dieux du Stade ». Portée aux nues par la critique du monde entier, elle s'est heurtée ensuite à une hostilité persistante, aux pires calomnies. C'est que la politique s'en était mêlée. Deux de ses chefs-d'oeuvre ayant été réalisés au temps de la domination nazie, on en a profité pour précipiter Leni Riefenstahl aux enfers... L'Histoire lui avait pourtant accordé un non-lieu. Charles Ford, historien du cinéma, rétablit les faits dans leur stricte objectivité. S'appuyant sur des témoignages irrécusables des documents authentiques et des pièces établies par les tribunaux, il retrace l'extravagante aventure d'une des femmes les plus talentueuses de notre siècle. Danseuse, comédienne, auteur, scénariste, monteuse, réalisatrice de films, Leni Riefenstahl s'est imposée depuis quelques années comme une extraordinaire photographe avec ses albums sur les Nouba et sa vision des atolls du Pacifique dans « Jardins de Corail ».

  • Le vrai drame de l'école de France

    Abel Clarte

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 4 Février 2019

    Le vrai drame de l'École de France est d'abord un cri d'alarme. Insidieusement, quotidiennement, un nombre croissant d'enseignants de tous grades, et dans tous les secteurs de l'École, s'efforcent d'orienter l'esprit et le coeur des jeunes Français dans le fameux "sens de l'Histoire". Autorisés, invités même, par la lettre de Jules Ferry, à faire l'éloge de la Révolution de 89 et de la République libérale, ils ont mué cette tâche en exaltation de la Révolution à préparer et de la République soviétique. Les prêtres sans soutane de l'Église marxiste ont comblé le grand vide philosophique de la laïcité en y déversant leur idéologie. Il est aussi un chant nostalgique : la nostalgie du libéralisme qui a tout de même régné en France sous la troisième République et le rêve d'une Université ouverte largement et sincèrement à tout l'échantillonnage des familles spirituelles de ce pays, celles de Droite comprises, le rêve, la nostalgie de ce que typifiait naguère l'esprit dit secondaire, le goût de la culture désintéressée ("ce qui reste quand on a tout oublié") aujourd'hui stigmatisé comme "bourgeois". Il est un cri d'admiration pour la droiture d'une jeunesse choquée par la contradiction d'un État l'envoyant faire des guerres qu'il sait et qu'il veut inutiles. Il est enfin un documentaire analysant la vie quotidienne du professeur de base, simple licencié, sa participation aux examens, les joyeusetés du baccalauréat - bref son dur métier, son noble métier, ses servitudes et ses grandeurs. Sexagénaire naïf, Abel Clarté dit tout haut ce que beaucoup murmurent tout bas. Le ton est celui de l'humour, car mieux vaut se hâter d'en rire...

  • Paysage avec rivière

    Hubert Juin

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 11 Mars 2019

    L'opération de la mémoire, lorsqu'elle se conjugue avec l'évocation des voix naturelles, fait surgir hors du passé des îlots de rêveries - mais qui semblent arrachés à l'intemporel bien plus qu'à la course du temps. Il convient, alors, de mettre le langage à l'épreuve : comment fixer l'odeur de l'herbe mouillée, donner à voir le dessin d'une corolle, traduire les caprices d'une rivière ? Mais l'enfance est une contrée dont on s'éloigne. Tout narrateur découvre ses Amériques, et se dégrade au fil des aventures et du quotidien. Les mots sont-ils capables de tout dire ? Non, certes ! Ni le silence, ni la mort... Un cri parti des origines et qui ne cesse de se faire entendre souligne cette énigme qu'est, à chaque homme, l'homme même. Peut-être la littérature n'a-t-elle point d'autre sujet ! H. J.

  • Guide de l'homme arrivé

    Robert J. Courtine

    • La table ronde (réédition numérique fenixx)
    • 27 Février 2019

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty