FeniXX réédition numérique (Jacques Grancher)

  • Ce livre est une nouvelle approche du « diable boiteux ». On a beaucoup écrit sur Monsieur de Talleyrand, mais pour la première fois, un ouvrage est consacré à l'humour de ce personnage étonnant : Évêque défroqué, grand trousseur de jupons, M. de Talleyrand est montré sous un jour nouveau, celui d'un merveilleux homme d'esprit. Pour un bon mot M. de Talleyrand était prêt à vendre son âme, s'il ne l'avait déjà vendue pour assouvir sa passion des femmes, du pouvoir et de l'argent. En suivant, pas à pas, la vie de ce personnage historique et controversé, véritable caméléon de la politique, vous découvrirez le fabuleux humour fin et parfois décapant qui fut celui de M. de Talleyrand. Au travers de ses démêlés avec ses belles amies et ses contemporains, vous vous délecterez de ses mots d'esprit d'une rare saveur, de ses boutades à l'emporte-pièce et de ses flèches assassines qu'il décochait à l'adresse de ses nombreux ennemis. Ce livre qui déroule l'Histoire de France, de Louis XVI à Louis-Philippe, est truffé d'anecdotes savoureuses et de réparties spirituelles d'une étonnante modernité. C'est aussi un parfait manuel pour briller en société en empruntant quelques uns des mots de M. de Talleyrand : o Le secret de plaire en société est de se laisser apprendre des choses que l'on sait par des gens qui les ignorent ! o C'est une si belle chose le mariage qu'il faut y songer toute sa vie ! o Si quelqu'un vous dit qu'il n'est d'aucun parti, commencez par croire qu'il n'est pas du vôtre !

  • Depuis de nombreuses années, Jacques Mailhot scrute de son oeil aiguisé la comédie politique française et internationale. Après quinze ans d'Oreille en Coin, il a désormais rejoint Europe 1 où, chaque dimanche matin, dans « Persona-Gratter », il déshabille l'actualité et ses acteurs les plus prestigieux. Fort de ces quinze années d'observation, il nous livre aujourd'hui ses « secrets de campagne » dans un livre drôle à souhait : « Le Président à vendre ». Il nous fait découvrir avec causticité les méandres des états-majors politiques et des grands médias, mais aussi - et surtout - comment on prépare et on fabrique un candidat à l'élection présidentielle. Une fable souvent hilarante, parfois grinçante, des nouvelles méthodes de conquête du pouvoir, et une véritable antidote contre la duperie. Un livre d'intérêt collectif, qui devrait être remboursé par la Sécurité Sociale !

  • Dans les grandes métropoles, une personne sur deux vit seule ; et quand on souffre de la solitude, qu'est-ce qu'on fait ? On passe une petite annonce pour "s'ennuyer à deux" ou "dénicher son alter et go". Que vous soyez "clair de notaire" ou "espert Unesco", voire "ingénieur en savoir vivre" (profession dont nous ignorons tout), les arcanes insondables des colonnes des journaux s'ouvrent à votre sagacité. Alain Carayac a passé deux ans de sa vie à collecter plus de cent mille petites annonces de rencontre, dans tous les journaux de France. Il en a extrait plus de sept cent cinquante, toutes véridiques, toutes ahurissantes. Mis à part les maladroits, les prétentieux, ou les imaginatifs, qui ne sont pas méchants, au fond, vous découvrirez aussi les fous-furieux, les absurdes, les délirants sexuels, etc. Le livre des records peut aller se rhabiller !

  • Une de ses cinq épouses disait : - C'est fatigant de vivre aux côtés de Sacha, il est constamment en train de jouer... Il est vrai que cet auteur prodigieux, cet acteur étonnant, cet écrivain ironique, ne vivait que pour écrire, imaginer, mettre en scène. Il était le théâtre. Comment être surpris que sa vie entière ait été "théâtrale" ! La chance sourit à Sacha Guitry dès sa naissance en lui accordant pour père Lucien Guitry, le plus grand comédien de son temps, qui emmène l'enfant en tournée en Russie, aussi simplement que d'autres emmènent leur progéniture au Parc Monceau. L'influence du père fut considérable sur l'homme que Sacha allait devenir. Très jeune, Sacha Guitry fut un auteur comblé. James Harding révèle comment il écrivait ses pièces, comment il vivait entre deux représentations, entre deux films ; comment, en lui, la "bête de théâtre" n'était jamais assoupie, au point que, même en voiture ou dans le train, il emmenait une petite mallette emplie de blocs de papier et de crayons bien taillés "pour noter les idées". L'époque était riche en beaux esprits. Jules Renard, Alfred Capus, Tristan Bernard, Claude Monet, Sarah Bernhardt, Octave Mirbeau, Georges de Porto-Riche, Edmond Rostand, Anatole France, Alphonse Allais, Jean Cocteau, Colette, d'autres encore, furent les amis proches de Sacha Guitry. Ils l'aimèrent et apprécièrent son talent. Sacha intime n'était pas moins intéressant. On découvre le mécanisme de séduction, tout scénique en vérité, qu'il déclenchait pour conquérir les femmes qu'il avait l'intention d'épouser. Sur la période de la Libération de Paris, où Sacha Guitry fut injustement inquiété et privé de ce qui était sa vie, sur sa maladie et sur ses derniers jours, James Harding a recueilli nombre d'anecdotes qu'il livre avec infiniment de délicatesse. A voir comment les pièces de Sacha Guitry tiennent toujours l'affiche avec grand succès, comment ses films sont appréciés lorsqu'ils sont présentés à la télévision ou projetés dans les cinémathèques et dans les salles, on est bien tenté de croire qu'il y a beaucoup plus que de l'esprit dans son oeuvre, que René Benjamin avait raison de le surnommer "le roi du Théâtre", et de faire sienne l'opinion de Paul Léautaud qui le considérait comme le Molière du XXe siècle.

empty