Hamac

  • Haïti est un joyau. Nous en avons pourtant une idée préconçue souvent liée au malheur et à la souffrance. S'il est vrai qu'Haïti a eu son lot d'épreuves avec, entre autres, le régime Duvalier et les catastrophes naturelles, elle est loin de ne se résumer qu'à la misère. C'est avec la verve et la poésie qu'on lui connaît que Rodney Saint-Éloi nous livre dans Passion Haïti un portrait de son pays d'origine qu'il voit fort, contrasté, riche et foisonnant.
    Dans ce carnet, on visite le pays à travers les yeux de quelqu'un qui le garde en lui malgré l'exil. On rencontre des personnages qui façonnent le visage d'une Haïti embrassant tant bien que mal ses propres contradictions et ses travers. On y découvre à la fois l'importance de la culture et les couleurs flamboyantes du créole, mais aussi le racisme qui sévit entre les citoyens et les inégalités qui rendent la politique complexe.

    Rodney Saint-Éloi est un poète, écrivain, essayiste et éditeur né à Cavaillon en Haïti en 1963. Il a étudié la littérature francophone à l'Université Laval. Son mémoire «Émergence de la poétique créole en Haïti» porte sur l'histoire de la langue créole. Il a fondé en Haïti la maison d'édition Mémoire, le magazine Cultura et la revue d'art et de littérature Boutures. Membre de l'Académie des lettres du Québec, il vit depuis 2001 à Montréal où il dirige les éditions Mémoire d'encrier.

  • Réagissant aux propositions culturelles qu'elle croise, réfléchissant aux choix qu'elle fait, mais aussi aux aléas de son parcours, Catherine Voyer-Léger offre de courts textes où l'intime est fait d'expériences partagées. Explorant des sujets comme le rapport au corps, la puissance du théâtre ou les différents visages du désir, la chroniqueuse visite Port-au-Prince ou évoque son enfance, toujours dans l'espoir de développer une réflexion sensible sur son monde. Ce livre est le témoin d'une pensée foisonnante et éclatée: l'auteure revendique des chemins de désir qui naissent au milieu du désordre de toute vie en mouvement. «Je revenais à la maison heurtée. Usual suspect: on ne voulait pas jouer avec moi. On ne me prenait pas dans les équipes de sport. On riait de mes goûts. On riait de mon linge qui ne ressemblait à rien ni personne. On me trouvait grosse. On me trouvait laide. On riait de mon lunch. [...] Histoire, au moins, d'avoir des desserts comme tout le monde, j'ai milité pour les gâteaux Vachon. J'ai fini par gagner. Je confirme qu'avoir des gâteaux Vachon dans son lunch ne change rien pour se faire des amis...» Catherine Voyer-Léger a publié le recueil de chroniques Détails et dédales (Hamac) et l'essai Métier critique (Septentrion). Elle collabore à plusieurs périodiques et projets collectifs et tient une chronique mensuelle au Journal de Montréal. Elle poursuit un projet d'écriture en ligne baptisé corps dedans/dehors (dedans-dehors.ca).

  • À travers ses aventures en Islande, Valérie Harvey a tenté de comprendre ce pays de glaciers, de volcans et de sagas mythiques. Dans ce livre, elle nous fait découvrir les paysages magnifiques de cette île de glace, puis nous partage ses connaissances de la géographie, de l'histoire et de la culture de la société islandaise. «Lorsqu'on visite le Cercle d'or, on passe quelques heures sur des lieux chargés de mémoire. Ces terres qui fument l'eau, la crachent, la roulent, la font bouillir fascinent l'oeil et l'imaginaire. On y admire la puissance de la planète à la fois lente, par ses glaciers et la tectonique des plaques, puis rapide, par ses chutes, ses volcans et ses geysers.» Valérie Harvey est originaire de Charlevoix. Elle a vécu au Japon avant de devenir mère et de repartir avec sa famille découvrir une autre île: l'Islande. Elle collabore comme sociologue à la table des humanistes sur ICI Radio-Canada Première. Elle est également chanteuse dans le duo Yume et prépare une thèse en sociologie sur les pères québécois.

  • En librairie le 23 février 2010 Dans son recueil, Daniel Rondeau nous amène à la rencontre de personnages esseulés, qui, pour la plupart, ont abandonné la partie et se laissent porter par un courant de fond qui suffira parfois à les rendre sincèrement heureux. Derrière leur constat d'échec, sous cette épaisse couverture où ils s'isolent, se dessinent parfois des êtres dont la volonté de vivre dépasse des blessures aussi cruelles que banales.
    Au travers de ces rencontres, se révèlent également les amours à la fois tranquilles et tumultueuses d'un narrateur que la dive bouteille finit par consoler, jusqu'à ce que le soleil se lève à nouveau.
    Malgré le tragique des thèmes abordés, l'univers de l'auteur n'est jamais lourd. Son écriture est portée par une belle et grande sensibilité toute masculine. J'écris parce que je chante mal est un recueil de nouvelles saisissant, à la fois touchant et drôle.

    Daniel Rondeau aime manier les mots de la langue française comme d'autres aiment savourer le chocolat. Détenteur d'une maîtrise en linguistique appliquée, il tente de propager sa passion à ses étudiants durant ses cours de français et de linguistique. Certains d'entre eux ne lui en tiennent pas rigueur. L'auteur a publié des textes ici et là. Il a remporté le prix Paulette-Chevrier 2006 pour sa nouvelle intitulée Graine de sésame. J'écris parce que je chante mal est son premier recueil de nouvelles.

  • Après avoir publié Les Chroniques d'une fille indigne. J'ai vraiment des parents de base, Caroline Allard a fermé le dossier, certaine que sa fille Lalie, en grandissant, troquerait son esprit fantasque pour devenir sérieuse et rangée comme sa mère. Mais non! À peine le premier tome publié, notre énergumène d'héroïne en rajoutait une couche. Multipliant les mots d'esprit tordus et les situations saugrenues dans lesquelles elle évolue avec un naturel déconcertant, Lalie lui a inspiré un tome 2. Toujours délicieusement mises en images par Francis Desharnais, ses nouvelles frasques sauront rendre ses nombreux fans, jeunes et moins jeunes, affreusement heureux.
    En 2007, Caroline Allard publie un recueil de textes intitulé Les Chroniques d'une mère indigne. Portées par un succès critique et populaire, ces chroniques seront adaptées en websérie par Radio-Canada. S'aventurant ensuite dans le roman, le livre illustré et la BD, l'auteure ne cesse pas pour autant d'exploiter ses enfants. Ce nouveau livre en constitue la preuve.
    Francis Desharnais dessine depuis qu'il a l'âge de Lalie. Comme cela faisait de lui un enfant très sage, il prend maintenant sa revanche sur l'humanité en dessinant Les Chroniques d'une fille indigne. On lui doit avant cela Burquette (Mécanique générale) et La guerre des arts (éditions Pow Pow).

  • Une fille louche rassemble des textes du blogue du même nom, tous publiés entre 2006 et 2015. L'auteure a commencé ce journal virtuel à la suite d'une rupture amoureuse particulièrement éprouvante.

    Dans ce carnet, on la suit tout au long de la vingtaine, alors qu'elle tente de survivre au passage à l'âge adulte, à la dépression chronique, aux peines d'amour, aux relations qui vont et viennent, aux idées noires et aux paradoxes de la vie et de sa propre tête. Elle partage également des moments d'extase, de questionnements existentiels et de tendres banalités. À travers une écriture parfois poétique, mais toujours authentique, elle se livre avec une pointe d'humour et beaucoup d'émotions.
    Sylvianne Blanchette est née à Québec en 1985 et a grandi à Edmundston, au Nouveau-Brunswick. Elle a obtenu un certificat en création littéraire de l'Université Laval. Libraire pendant sept ans, elle est maintenant toiletteuse pour animaux. Elle vit de lecture, de petites portions d'écriture et de trop grandes rations de sommeil.

  • Qui a besoin d'un guide de politesse? Pas vous. Mais peut-être votre voisine bruyante, votre collègue envahissant ou cet usager du métro qui prend beaucoup de place. Parce que ce n'est jamais nous qui manquons de savoir-vivre. À moins que...
    Stéphanie Neveu, Montréalaise de naissance, et Laurent Turcot, originaire de Québec, s'amusent à décortiquer avec humour une journée typique dans la métropole québécoise. Cette compilation irrévérencieuse des manières de vivre et d'agir pourrait bien faire mouche.

    «Basé sur de réelles anecdotes de l'entourage des auteurs, Vivre et survivre à Montréal au 21e siècle vous fera rire, certes, mais vous remplira aussi de fierté. Parce qu'aussi malcommode qu'elle peut parfois paraitre, Montréal, c'est notre ville à nous et nous ne l'échangerions pour rien au monde.»
    - Extrait de la préface d'Alexandre Taillefer

    Diplômée en communications profil journalisme à l'UQAM, Stéphanie Neveu a touché à tout, que ce soit dans l'édition, les relations de presse, la chronique musicale et les télécommunications. Longtemps, elle a tenu un blogue sous le nom de Fanny Ardente, mais, à la rencontre de Laurent, sa folle vie onirique a basculé dans la vie rêvée des gens heureux.
    Laurent Turcot est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire des loisirs et des divertissements. Professeur en histoire à l'UQTR, il a été consultant historique sur le jeu d'Ubisoft Assassin's Creed Unity qui se déroule à Paris pendant la Révolution française.

  • À 29 ans, écoeurée de sa vie en général et même d'elle-même, Véronique Daudelin part en Inde pour quatre mois en espérant que ce voyage changera sa vie. Ce ne sera pas aussi simple. Au coeur d'une crise existentielle assumée, la narratrice cherche «tout»: qui elle est, sa place dans le monde et un sens à son existence. Rien de moins. Elle cherche des indices non seulement à travers le yoga et la méditation, mais aussi à travers les «personnages» qu'elle croise en route: des réfugiés tibétains, un itinérant, un mort, un chien... De la traversée de l'Himalaya à un mariage indien en passant par un rituel chamanique, la voyageuse pose sur elle-même un regard toujours lucide. Son récit, honnête et authentique, est à la fois profond et rempli d'humour. L'Inde n'y est en rien idéalisée. La quête spirituelle non plus.

    Véronique Daudelin est diplômée du Conservatoire d'art dramatique de Québec (2003). Elle a travaillé comme comédienne pour diverses productions théâtrales, pour la télé et pour le Cirque du Soleil. En 2016, elle a également coanimé l'émission Azimut, diffusée sur Évasion. Elle habite à Montréal.

  • Pour beaucoup de monde, le Japon se limite à une geisha en kimono de soie très colorée, à un maître d'arts martiaux vêtu de blanc, à un samouraï, à deux villes détruites d'une seule pression du doigt par des bombes atomiques, à des tatamis, à des cerisiers en fleurs ou aux sushis. Pour le reste, à moins d'avoir été initié, on ignore à peu près tout de ce pays.
    Passion Japon, en plus d'aller au-delà de ces idées reçues, est le compagnon idéal pour mieux connaître les diverses facettes de ce pays fascinant. Ayant vécu au Japon durant un an, Valérie Harvey s'est inspirée de son expérience personnelle pour écrire ce livre.
    Très accessible, cet ouvrage tient à la fois du carnet de voyage et de l'essai. Les arts, la gastronomie, les vêtements, les religions, la langue, les relations avec les Japonais, les villes ou les temples à visiter n'échappent pas au regard aimant et curieux de l'auteure, dont le style est imprégné de la sobriété propre à la culture japonaise.

    Valérie Harvey est originaire de Charlevoix. Elle a voyagé dans plusieurs pays avant de vivre un an à Kyoto, au Japon. Depuis son retour en 2007, elle visite les écoles et les universités afin de mieux faire connaître ce pays extraordinaire. Elle est également auteure et interprète dans le duo Yume qui signifie «rêve» en japonais. Elle prépare un mémoire de maîtrise en sociologie sur la dénatalité au Japon à l'Université Laval. Passion Japon est sa première publication.

empty