Le Sureau

  • Petit traité du canard Nouv.

    Petit traité du canard

    Bruno Bertheuil

    • Le sureau
    • 13 Mai 2022

    Élevé depuis l'antiquité égyptienne au moins, le canard a trouvé en France une terre d'élection. Deuxièmes producteurs mondiaux de canards derrière les Chinois, les Français en sont surtout les premiers consommateurs ! C'est dire si nous accordons à ce joyeux palmipède une place de choix. Il suffit de parler de cuisses de canard confit et de magret pour voir les yeux briller et la bouche saliver - sans même évoquer le foie gras dont la présence semble indispensable pour un repas de fête, tant il illustre à la fois le raffinement et un certain art de vivre français.

    Pourtant, il n'y a pas que des canards gras dans nos élevages. Il y a en France beaucoup de canards qui ne sont pas gavés, dont le foie reste bien rouge et qui ne demandent (ou presque) qu'à passer à la casserole, en cocotte ou à rôtir tranquillement accompagnés de navets, cerises ou de coings (le fameux canard coing-coing).

    Au-delà du canard de Barbarie qui est le plus présent de ces canards non gras, les Français, au fil des temps, ont développé de nombreuses variétés parfois très locales : le canard de Challans, le canard de Rouen, celui de Duclair, etc., dont certaines, en voie de disparition, ne doivent leur survie qu'au travail d'éleveurs passionnés.

    Inscrit depuis longtemps dans la gastronomie avec des recettes emblématiques comme le classique canard à l'orange, le prestigieux canard à la presse de la Tour d'Argent ou le canard laqué (morceau de bravoure de la cuisine chinoise), notre palmipède se prête volontiers à l'imagination des gastronomes.

    Qu'on se le dise, en cuisine, il n'y a jamais de vilain petit canard !

  • Petit traité de la tomate

    Mireille Gayet

    • Le sureau
    • 12 Mars 2021

    La tomate est un univers riche de plus de 12 000 variétés, d'un nombre incalculable de recettes et d'une histoire beaucoup plus complexe qu'on ne le pense généralement : originaire d'Amérique du Sud, la tomate s'est fait désirer avant de venir conquérir nos assiettes.

    Aujourd'hui incontournable, la tomate se déguste seule ou en accompagnement, un de ses attraits majeurs étant de s'allier avec bonheur à toutes sortes de viandes, de poissons, de fruits de mer, de légumes et de fruits : difficile de s'en passer ! Et quasi impossible de faire une erreur d'association - sauf une : manger des tomates « fraîches » en hiver, c'est-à-dire méconnaître totalement le vrai goût de la tomate.

    L'auteure retrace ici, entre autres, comment la tomate s'est introduite dans des recettes anciennes bien connues et appréciées avant son arrivée au XVIe siècle, comme le gaspacho, la pizza, le tian et bien d'autres plats qui se sont ainsi colorés pour le plus grand plaisir des yeux et des papilles, mais aussi, par exemple, comment la tomate a réussi ce tour de force de transformer une sorte de saumure asiatique au poisson en ketchup « américain » trônant sur toutes les tables !

    Une histoire pour le moins singulière et... juteuse - la tomate est le deuxième légume le plus consommé au monde après la pomme de terre ! - agrémentée de 112 recettes classiques ou originales.

  • Petit traité du pâté

    Marie-France Bertaud

    • Le sureau
    • 23 Septembre 2021

    Le pâté est consensuel.

    Tout le monde s'accorde pour lui trouver toutes les qualités. Il ne fait pas grimacer les enfants de dégoût, les amateurs de cuisine rabelaisienne ripaillent en sa compagnie sur les nappes vichy des tables de bistros, ceux qui déjeunent sur le pouce l'apprécient en sandwich, quand d'autres savourent, avec fourchette et couteau, le pâté en croûte à la pointe de la tendance gastronomique ces dernières années.

    Il y a aussi ceux qui le mangent sur une tranche épaisse de pain de campagne ou une baguette toute fraîche, les autres qui se targuent sans complexe de tremper leur tartine de pâté dans le café du matin.

    En bocaux, il dépanne lors de petits creux impromptus. Pâtés chauds ou froids, pâtés de viande, de poisson, aux fruits, aux légumes, ce serait réducteur de considérer que le pâté n'est qu'une affaire de cochon alors que son univers est infini dès lors que l'on y met un peu d'imagination créative.

    Le pâté est généreux, convivial, rassembleur. Aussi, c'est un vibrant hommage que nous allons faire dans ce petit traité des pâtés de France, de Navarre et du monde entier, en nous accordant des étapes gourmandes à la découverte des terrines, tourtes et rillettes qui mettent en avant des produits d'exception.

    Mesdames et Messieurs les censeurs de la cuisine du terroir, Mesdames et Messieurs les jurés, nous le clamons solennellement, faisons l'éloge du pâté, plaidons pour qu'il retrouve toutes ses lettres de noblesse et militons pour le voir inscrit au patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

    À vos marques, prêts, pâtés !

  • Petit traité de l'huile d'olive

    Martine Agrech

    • Le sureau
    • 1 Janvier 2011

    Environ 600 ans av. J.-C., l'olivier fait son apparition dans la région de Marseille et deviendra rapidement le symbole de toute une civilisation. Quelle est l'évolution de l'olivier depuis son implantation dans les pays de la Méditerranée jusqu'à nos jours ? Quels sont les secrets de la production de l'huile d'olive ? Quels sont les bienfaits réels de la consommation de cette huile ? Voulez-vous voyager dans les pays où l'on cuisine avec le merveilleux « jus d'olive » ? Quelles sont les meilleures variétés d'olives pour une huile au goût bien typé ? Et de l'Antiquité à nos jours, comment ce lieu magique où se joue la qualité des huiles - le moulin - a-t-il évolué ? Aujourd'hui, l'huile d'olive, à travers tous les régimes méditerranéens, est devenue le symbole d'une cuisine légère et ensoleillée mais, parmi toutes les huiles d'olive, comment faire un choix personnel ?
    De l'olivier à l'huile d'olive, le Petit traité de l'huile d'olive vous guidera dans le monde de l'olivier, vous conseillera pour choisir « votre » huile d'olive et ses nombreux conseils, ses recettes simples et originales vous permettront d'en tirer le meilleur parti. Un ouvrage pour découvrir l'huile d'olive.

  • Grand traité des fleurs comestibles

    Mireille Gayet

    • Le sureau
    • 25 Avril 2018

    L'idée de manger des fleurs est loin d'être nouvelle mais elle prend incontestablement de l'ampleur et surprend encore bon nombre d'entre nous. Qu'ils soient étoilés ou non, tous les chefs succombent, avec raison, au charme floral culinaire. En gastronomie, la vue importe autant que le goût et les fleurs multicolores rehaussent l'éclat des préparations, réjouissent notre vue et émoustillent nos papilles.
    Qui n'a pas appris, enfant, que les fleurs de trèfle au goût sucré pouvaient agréablement être sucées comme des bonbons ? Quel enfant n'a pas eu envie de croquer ces si jolies fleurs de toutes les couleurs ? Las, tout ce qui est beau n'est pas forcément bon et nos ancêtres ont dû l'apprendre à leurs dépens. Comme pour les champignons, il y a des fleurs toxiques, prudemment listées dans cet ouvrage.
    Parmi les deux-cent-cinquante fleurs comestibles, ce Grand traité s'attarde principalement sur les fleurs que chacun peut avoir dans son jardin ou sur son balcon, et sur celles qu'on peut très facilement reconnaître et cueillir dans la nature. De plus en plus de fleurs sont vendues dans des commerces spécialisés, voire sur les marchés, sèches et même, maintenant, fraîches.
    Beurre parfumé, glaçons fleuris, confits, salades hautes en couleurs, condiments, beignets ou crèmes délicieusement parfumés, farcis, sauce ou soupe au goût prononcé, buffets insolites et goûteux, tout est permis, ainsi que le montrent les nombreuses recettes présentées ici. Succès garanti auprès des convives ! Et comme la conversation se focalisera immanquablement sur ces fleurs qui ne peuvent que capter l'attention, toute leur histoire (origine, découverte, utilisation ancienne) y est aussi racontée.
    Mireille Gayet, auteure de nombreux ouvrages de cuisine, plusieurs fois primés, donne ici tous les moyens d'aborder et de développer cet original et magnifique versant de la gastronomie qu'est l'art floral culinaire.

  • Grand traité des herbes aromatiques

    Mireille Gayet

    • Le sureau
    • 1 Janvier 2012

    Qui ne connaît pas les herbes aromatiques ? Chacun d'entre nous est capable d'en citer un plus ou moins grand nombre - dix, vingt ou trente... Mais, en réalité, savons-nous combien d'entre elles sont de « vraies » herbes aromatiques ?
    Ce Grand traité des herbes aromatiques est le complément indispensable du Grand traité des épices. S'il traite des « fines herbes » largement répandues dans nos jardins comme la ciboulette, le basilic, la menthe ou le thym, il s'intéresse également à certaines plantes comme la coriandre, le fenouil ou la livèche, présentées dans le premier volume pour leurs parties « épices » (graines, écorce ou racines) mais dont l'utilisation d'autres éléments, en particulier les feuilles, n'avait pas été retenue. Ce volume traite aussi de nombreuses plantes de nos forêts et de nos chemins pour peu qu'elles soient aromatiques et utilisées en cuisine.
    Ainsi, plus de quatre-vingt-dix herbes aromatiques sont présentées dans ce livre, dont quelques-unes pour leur seule utilisation en tisanes ou en liqueurs. Toutes se trouvent facilement sur les étals des marchés ou dans la nature.
    Cet ouvrage, comme le précédent, est donc à la fois un livre de botanique et d'histoire, celle de la découverte de la plante et de son utilisation ancienne et actuelle en médecine, mais surtout en cuisine, plus de cent quarante recettes permettant de les utiliser pour en découvrir tous les bienfaits, pour la santé ou le palais !
    L'illustration originale, composée uniquement d'aquarelles et de dessins à l'encre, aidera le lecteur à reconnaître les grands classiques comme l'estragon ou le romarin mais aussi des herbes aromatiques plus discrètes dans nos cuisines et pourtant à portée de nos mains, comme l'ail des ours, la bourrache, les immortelles et bien d'autres...
    Un ouvrage tout en saveurs, en arômes et senteurs !

  • Petit traité du poivre

    Sylvie Jobbin-Le Moal

    • Le sureau
    • 22 Janvier 2021

    Cet or noir accompagne l'humanité depuis des milliers d'années. Que ce soit pour des rites religieux, des parfums, des remèdes ou pour la cuisine, rien ne se fait sans lui. Des hommes ont traversé les océans ou les déserts pour le vendre ou l'acheter et des cités se sont fait la guerre pour en posséder le contrôle. Le monde serait très différent sans lui !

    Et pourtant, aujourd'hui, on ne le voit même plus, on en ajoute dans la cuisine en suivant la recette, sans y réfléchir, on en saupoudre notre omelette sans même y penser.

    Ce produit devenu si banal, c'est le poivre.

    Mais que de produits différents sous ce nom ! Entre certaines poudres grises ou certaines baies plus ou moins piquantes qui n'ont plus du poivre que le nom, les abus de langage sont nombreux et demandent des éclaircissements.

    Ce Petit traité du poivre redonne ainsi à cette belle perle noire ses lettres de noblesse, avec deux objectifs : savoir reconnaître un bon poivre et savoir l'utiliser.

    Un voyage dans le temps mais aussi un tour du monde gustatif et culturel, avec de nombreuses recettes issues d'expériences culinaires asiatiques, de livres anciens datant des Romains ou du Moyen Âge ou encore des remèdes traditionnels.

    Le vrai poivre, ou plutôt les poivres retrouvent ici la place qu'ils méritent : celle d'un produit noble qu'il faut redécouvrir, lui qui donne aux plats des saveurs exceptionnelles, des arômes quasiment envoûtants, venus de loin.

    Agronome de formation, aimant les voyages et la cuisine, Sylvie Jobbin a découvert, il y a plus de dix ans, qu'il existe plus de 2 000 espèces de poivres au monde, et sa rencontre avec un producteur du Kérala l'a conduite naturellement à faire du poivre et des épices l'objet principal de ses recherches. Elle a ainsi ouvert en 2010 un magasin, où elle ne passe pas une seule journée sans parler de poivre, sans avoir une nouvelle recette à tester ou l'envie de découvrir un nouveau poivre.

  • Pour apprécier pleinement toutes les qualités d'un fromage - odeur, couleur, saveur, consistance, etc. - celui-ci doit être accompagné d'un vin et d'un pain appropriés. De plus, il faut qu'il soit arrivé à parfaite maturation et servi à la bonne température. Mais, surtout, il est indispensable que le fromage soit coupé de façon impeccable.
    Bien couper un fromage relève d'un art véritable, qui en rehausse toutes les qualités. Le vrai fromage ne mérite pas d'être coupé n'importe comment, ni avec n'importe quoi ! Une coupe irréprochable est un acte rituel, qui ne tolère ni bavure ni à-peu-près.
    Les gourmets trouveront dans ce Petit traité les règles de l'art pour couper parfaitement le fromage, mais aussi pour le présenter et l'assortir au pain et au vin - afin de mieux le savourer.
    Quelques recettes complètent les règles de cet art, que se doit de connaître tout amateur de fromages.

  • Petit traité de la confiture

    Mireille Gayet

    • Le sureau
    • 27 Août 2018

    La première édition de ce Petit traité étant épuisée, une nouvelle édition s'imposait. Non pas une simple réédition mais une nouvelle publication, revue et augmentée.
    Ce Petit traité se fonde donc cette fois sur la définition large et ancienne du mot confiture et aborde ainsi, notamment, les pâtes de fruits dont les préparations sont similaires.
    Une approche qui vous fera tout connaître de l'histoire des confitures, de leur rôle de médicament à celui, plus récent, de plaisir gourmand sucré. Elle vous emmènera des temps anciens à la bassine à confiture de nos grands-mères et à son odeur merveilleuse si caractéristique.
    L'autre apport de cette nouvelle édition tient à l'utilisation de toutes ces confitures. L'ouvrage ne se limite pas à donner des recettes, il s'intéresse de plus à leur utilisation dans divers desserts, des entrées ou des plats principaux à base de viandes ou de poissons.
    AncreEt vous ne résisterez plus à l'envie de tout essayer ! Confitures ou gelées de fruits ou de légumes, confits de fleurs, de feuilles ou d'algues, avec ou sans cuisson, avec ou sans sucre - tous les essais sont possibles pour un renouveau de la confiture !

  • Petit traité du pain d'épice

    Mireille Gayet

    • Le sureau
    • 13 Septembre 2019

    « Courre, courre aussi vite que tu peux ! Tu ne pourras pas m'attraper ! » Tout le monde connaît l'histoire du petit bonhomme de pain d'épice, mais de quel pays vient-il ? De France, d'Angleterre, d'Allemagne, d'Europe centrale, de Russie ? Non, il nous arrive tout droit des États-Unis.

    Alors, le pain d'épice est originaire d'Amérique ?
    Absolument pas ! On dit qu'il vient d'Égypte, de Rome ou de Chine, à moins que ce ne soit de Russie ou... de Pithiviers (via l'Arménie !).
    En réalité, il vient de nulle part et de partout, en forme de coeur, de cochon ou de saint Nicolas. Il est unique et multiple. Moelleux à souhait ou sec comme un cookie mais toujours d'une odeur délicieuse et bon pour la santé.
    Permet-il d'apprendre à lire ? A-t-il servi d'arme fatale ? Que de légendes ou de rumeurs à son sujet attestant de sa notoriété ! Que de questions !
    Est-il un pain ? En aucun cas. Est-il un gâteau ? Pas plus.
    Alors... qu'est-ce que le pain d'épice ?
    Une chose est certaine, qui ne trompe pas sur l'intérêt et le renouveau du pain d'épice : son retour en force sur les marchés de Noël et chez les grands cuisiniers où il participe maintenant à des recettes aussi bien salées que sucrées.
    Mireille Gayet explore dans ce petit traité toutes les régions du globe où le pain d'épice est à l'honneur et propose près de cent recettes, des plus classiques ou traditionnelles aux plus originales ou surprenantes : de quoi combler les palais les plus divers - et d'aller de surprise en surprise gastronomique !

  • Petit traité de la sardine

    Mireille Gayet

    • Le sureau
    • 1 Juin 2013

    Vous habitez au bord de la mer ou dans une grande ville où les poissons frais arrivent dans les douze heures qui suivent leur pêche ? Alors vous pouvez manger de délicieuses sardines fraîches - mais tout le monde n'a pas cette chance. Et, de toutes façons, la sardine, petite grande dame capricieuse, a ses saisons pour apparaître : elle sait se faire désirer.
    Heureusement, il existe d'excellentes sardines confites, en boîtes, appelées tout simplement « sardines à l'huile », quand bien même elles sont à la tomate, épicées ou au naturel. D'où un choix extraordinaire pour apprécier tout au long de l'année ce merveilleux poisson bleu aux bienfaits reconnus pour la santé.
    Qu'elles soient fraîches ou confites, ce sont toutes ces sardines que cet ouvrage vous propose d'accommoder, avec plus de soixante recettes et de nombreuses idées pour en réaliser de nouvelles.
    Mais ce petit traité raconte aussi toute l'histoire de la sardine, une histoire double : celle de la sardine, du temps où elle était salée et pressée à celui où elle s'est retrouvée marinée ou en boîte ; et celle des pêcheurs, confiseurs, ouvrières, inventeurs qui ont inscrit la sardine au patrimoine gastronomique - une histoire passionnante et insoupçonnée, pleine de péripéties, avec ses mystères, ses échecs et ses succès commerciaux.
    De sa naissance à sa fin dans une boîte en fer blanc ou au barbecue, la sardine est un monde. Autrefois produit de luxe réservé aux riches, aujourd'hui mets de choix accessible à tous, toute l'année, avec mille manières de le déguster. Pour preuve, cet ouvrage.

  • Petit traité de la boulette

    Pierre-Brice Lebrun

    • Le sureau
    • 1 Janvier 2009

    Avec ce Petit Traité de la boulette, Pierre-Brice Lebrun remédie brillamment à l'absence de la boulette dans la littérature culinaire : voici un livre d'histoire, et d'histoires !
    Remarquablement documenté, alliant richesse gastronomique et humour, l'ouvrage ne compte pas moins d'une centaine de recettes des quatre coins du monde, dont la plus ancienne date de quatre mille ans...
    Journaliste gourmand, auteur de livres de cuisine, de guides touristiques, de récits de voyages et d'ouvrages juridiques, Pierre-Brice Lebrun voue sa vie à la quête des saveurs et des odeurs de son enfance liégeoise. il signe ici un ouvrage très attrayant et complet.

  • Quand la saison des potirons et potimarrons bat son plein, vous vous demandez peut-être comment apprêter ces impressionnants petits délices de la nature... Pas de panique ! Ils se prêtent à tout et se plaisent aussi bien en salades originales qu'en soupes parfumées, en gratins croustillants ou en desserts surprenants. La preuve dans cet ouvrage ! Auteur de plusieurs livres de recettes célébrant les fruits et les légumes, Béatrice Vigot-Lagandré vous présente ici 65 recettes simples et savoureuses... pour épater famille et amis et se régaler en toute occasion.

  • Légumes oubliés, je vous aime

    Vigot-Lagandre Beatr

    • Le sureau
    • 1 Janvier 2006

    Topinambours, crosnes, scorsonères... de bien jolis noms de légumes qui, depuis quelque temps, font un retour remarqué sur les tables des restaurants et les étals des marchés.
    Délaissés, voire dédaignés car parfois liés à un passé douloureux, ces légumes que l'on dit « oubliés » ont pourtant de quoi séduire, non seulement par leur goût très savoureux mais aussi pour leurs vertus nutritionnelles !
    Soupe aux orties, salade de crosnes, velouté de topinambours, gratin de panais ou pot-au-feu de légumes anciens, voici plus de soixante recettes simples et appétissantes pour découvrir ou redécouvrir ces petites merveilles, surprendre et régaler vos convives... et émoustiller leurs papilles !

  • Fruits rouges, je vous aime...

    Béatrice Vigot-Lagandré

    • Le sureau
    • 15 Janvier 2011

    Qui n'a jamais picoré des fraises des bois gorgées de soleil, des myrtilles ou des mûres au cours d'une balade ? À leur simple évocation, les fruits rouges font saliver et ont une formidable force évocatrice.
    On les connaît bien sûr en dessert, mais les fruits rouges apprécient tout autant les accords avec les plats salés. Bonne nouvelle, on peut donc s'en délecter de l'amuse-bouche aux mignardises !
    Journaliste culinaire et auteur de plusieurs livres de cuisine, Béatrice Vigot-Lagandré vous propose dans cet ouvrage des dizaines de recettes salées et sucrées, toujours simples à réaliser et très colorées. Salade de tomates et fraises, madeleines salées aux mûres, carpaccio de saumon aux baies roses et aux fraises, risotto aux framboises, cake au citron, myrtilles et cassis ou riz au lait et fruits rouges, voici plus de 70 recettes à découvrir pour toutes les occasions.
    Une approche originale des fruits rouges et une nouvelle manière de s'en régaler !

  • La courgette mérite-t-elle sa réputation de légume fade sans intérêt ?
    Courgettes, je vous aime... apporte passionnément la preuve du contraire ! De l'entrée au dessert, Béatrice Vigot-Lagandré propose ici plus de quatre-vingts recettes qui montrent à quel point la courgette se révèle pleine d'intérêt si on lui accorde un peu d'attention et d'imagination.
    Excellente pour la santé, pleine de vitamines, de minéraux et de fibres, la courgette est de surcroît économique
    et simple à cuisiner.
    La courgette ? Un légume à découvrir ! Nouvelle édition comprenant vingt recettes originales !

  • Originaire et légume du Bassin méditerranéen par excellence, le fenouil apporte un véritable rayon de soleil sur nos tables. Vous hésitez encore à le cuisiner ? Ce livre est pour vous !
    Apprécié dès l'Antiquité, léger, vitaminé, bourré de bienfaits nutritionnels, le fenouil a sa place toute trouvée dans nos assiettes. Cru, son croquant est irrésistible ; cuit, il devient délicieusement fondant en bouche.
    Qui plus est, le fenouil s'invite de l'entrée au dessert ! De façon inattendue, il s'intègre à merveille à de nombreuses préparations et constitue ainsi un accompagnement parfait pour les poissons et les viandes. Sans compter que le fenouil, cultivé en Italie dès le bas Moyen Âge pour ses vertus médicinales et amincissantes, est aujourd'hui présent toute l'année sur nos étals.
    Le fenouil offre donc des ressources insoupçonnées que cet ouvrage met remarquablement en valeur.
    De la tarte aux fenouils confits à la poêlée de fenouils à la vanille, en passant par le tajine de poisson aux fenouils ou le cake au fenouil, et même le sorbet au fenouil, ce sont plus de 70 recettes gourmandes qui sauront vous séduire et régaler vos convives !

  • Pommes et poires, je vous aime...

    Vigot-Lagandre Beatr

    • Le sureau
    • 1 Janvier 2005

    Vous connaissez tous les pommes au four ou les poires au chocolat, mais avez-vous jamais essayé de glisser quelques dés de poires dans un gratin de pommes de terre ou de servir un filet de poisson avec des quartiers de pommes poêlées ?
    De l'entrée au dessert, de recettes classiques revisitées en salades sucrées-salées, en passant par des gratins parfumés... découvrez 63 recettes qui émoustilleront vos papilles !
    Journaliste culinaire et auteur de plusieurs livres de cuisine, Béatrice Vigot-Lagandré vous propose ici des dizaines d'idées simples, appétissantes et savoureuses pour toutes les occasions.

  • Petit traité du haricot

    Marie-France Bertaud

    • Le sureau
    • 26 Octobre 2018

    Vieux comme le monde, le haricot ne fait pas son âge ! Sans une ride, il porte plutôt beau malgré ses heures de vol qui en font un vieux briscard de la gastronomie ayant vu du pays. Il ne fayote pas pour autant mais, la mode étant au vintage, il peut s'esbaudir dans les assiettes sans paraître falot.
    L'entrée du haricot sur la scène des petits traités commence par la dissipation du malentendu qui tend à mettre dans le même panier deux plantes différentes : d'un côté, le haricot d'Amérique, introduit en Europe au xvie siècle par les conquérants du Nouveau Monde ; de l'autre, le dolique, cultivé en Abyssinie il y a 5 000 ans.
    Les présentations historiques faites, commence le voyage dans l'Hexagone - Paimpol, Soissons, Arpajon, Castelnaudary, Tarbes, en passant par la Vendée, les Charentes, la Meuse - pour savourer les cocos, lingots, mogettes, rognons et bien d'autres variétés... Un voyage qui se poursuit dans toute l'Europe, en Asie, en Afrique et sur le continent américain, à la découverte d'histoires et de recettes savoureuses.
    Marie-France Bertaud, auteur de plusieurs ouvrages de cuisine et de fiction, traite ici le haricot dans une approche globale - historique, linguistique, littéraire, argotique... - tout en inscrivant au menu de nombreuses recettes, traditionnelles ou inédites, salées et même sucrées, accompagnées de leurs accords vins.
    Un Petit traité du haricot délicieux pour tous les becs fins !

  • Grand traité des épices

    Mireille Gayet

    • Le sureau
    • 1 Janvier 2010

    Épices. Mot quasi magique qui nous entraîne vers des contrées lointaines, tropicales, exotiques. Mot qui s'associe immédiatement à l'image d'une échoppe située en Asie, au Moyen-Orient ou au Maghreb, qu'importe le lieu, pourvu qu'elle soit remplie de sacs, posés à même le sol, débordant de poudres diverses aux couleurs chaudes et à l'odeur enivrante.
    Mais qu'est-ce qu'une épice ? C'est à partir des différentes définitions du mot épice données par les dictionnaires ou les encyclopédies, à partir de l'histoire médicale et culinaire révisée depuis les temps les plus anciens jusqu'à nos jours, de l'approche chimique plus récente des scientifiques, mais aussi à partir du bon sens populaire, qu'ont été choisies les épices qui parfument ce livre.
    Ce Grand Traité des épices laisse donc de côté aromates et condiments et présente de manière exhaustive plus de soixante-dix épices, avec un historique de leur découverte, une description botanique, leur utilisation en cuisine, leurs vertus médicinales et leurs dangers, les découvertes empiriques des Anciens, les croyances qui leur sont attachées et, pour certaines d'entre elles, leur entrée, parfois ancienne, en parfumerie et en cosmétique.
    La richesse de l'illustration originale, où s'équilibrent les dessins en noir et blanc et les planches couleurs (aquarelles et photos), montre l'ensemble de chacune des épices et permettra au lecteur de ne pas confondre le fenouil avec l'aneth, la carotte avec la ciguë... Une invitation à découvrir le monde extraordinaire des épices.
    Le Grand traité des épices vient d'être couronné par le Gourmand Award 2010, catégorie Photographies, illustrations & présentation générale !
    L'auteure, directrice de recherche honoraire au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) a deux passions, la paléontologie et la cuisine. Lors de ses nombreux voyages « exotiques » à la recherche de fossiles, de l'Asie à l'Amérique du Sud, en passant par l'Afrique, elle a pu apprécier l'étonnante richesse des épices, qu'elle se plaît à présenter ici.

  • Petit traité du camembert

    Pierre-Brice Lebrun

    • Le sureau
    • 20 Octobre 2017

    Pierre-Brice Lebrun a prouvé que Marco Polo n'a pas ramené les pâtes de Chine, que Parmentier n'a pas fait grand-chose pour la pomme de terre et que, si la Terre est ronde, c'est parce que la boulette existe (croire l'inverse est une aberration scientifique). Il s'attaque aujourd'hui aux origines du camembert, véritable héros français depuis qu'il a accompagné les Poilus dans les tranchées.
    L'histoire prétend qu'un prêtre réfractaire venu de Meaux a transmis la recette du brie à une fermière qui aurait ainsiAncre inventé le camembert : Pierre-Brice Lebrun est donc allé enquêter sur place, parcourant le bocage et les registres d'état-civil, visitant les fermes et les laiteries, suivant à la trace les protagonistes de cette saga révolutionnaire. Il a tenté ainsi de percer les mystères qui entourent le processus naturel de l'élaboration de ce fromage mythique.
    Il était urgent de s'en préoccuper : le camembert est en danger !
    Il ne reste en Normandie que deux producteurs de camembert fermier, et le lait cru est de toutes parts attaqué : de nombreux fromages sont déjà tombés au champ d'honneur, occis par les directives européennes, terrassés par les normes sanitaires, sacrifiés sur l'autel de la grande distribution.
    Ce Petit traité défend sans hésiter le véritable camembert de Normandie au lait cru moulé à la louche, et en appelle au Peuple : il faut sauver le soldat camembert !
    Habité par la nostalgie du camembert-assiette servi avec un verre de côtes-du-Rhône sur le zinc de chez Loulou, Pierre-Brice Lebrun suggère d'autres accords, plus savoureux, que le rouge avec le fromage, et détaille aussi dans ce Petit traité une bonne centaine de recettes de camembert, à déguster de l'entrée au dessert.

  • Las des carottes râpées ou bouillies ?
    Carottes, je vous aime...vous fait redécouvrir ce délicieux légume qu'est la carotte, pleine d'excellentes qualités.
    De l'entrée au dessert, Béatrice Vigot-Lagandré, journaliste gastronomique, auteur de nombreux ouvrages de cuisine, célèbre la carotte et vous propose un véritable voyage culinaire en plus de 70 recettes simples, originales, parfois inattendues, toujours appétissantes.
    Des rivages de la Méditerranée à l'Inde ou au Canada, laissez-vous entraîner dans ce voyage riche de saveurs et de contrastes.
    Deuxième édition, revue et enrichie de nouvelles recettes.

  • Petit traité des pâtes

    Pierre-Brice Lebrun

    • Le sureau
    • 1 Janvier 2010



    Pierre-Brice Lebrun traque ici sans merci les légendes qui entourent macaronis, cannellonis, farfalles et autres lasagnes. Marco Polo les a-t-il réellement ramenés de Chine ? Les Italiens ont-ils inventé la sauce tomate ? La première usine américaine de pâtes n'était-elle pas lyonnaise ? Et Panzani n'était-il pas français ?
    L'auteur, passionné de pâtes et de cuisine, répond ici, preuves à l'appui, à ces questions fondamentales. Il fait voyager le lecteur de Pékin à Venise, de Babylone à Cordoue, de la Toscane au Pérou et de la Sicile à la Belgique, en évoquant les miracoli de son grand-père, la pastaschutta du Luxembourg et les vermicelles de la Mésopotamie. Il livre aussi une soixantaine de ses recettes préférées, de pâtes et de sauces pour les accompagner. Il explique la cuisson, la spadellata, et enseigne comment transformer la farine en tagliatelles : si ce livre donne envie de manger des pâtes, il donne aussi envie d'en fabriquer, d'en inventer, d'en découvrir tous les jours de nouvelles...
    Chroniqueur gastronomique et journaliste voyageur, auteur de livres gourmands et de récits de voyage, Pierre-Brice Lebrun mange, goûte, boit, déguste, teste et savoure toute la journée, consciencieusement.

  • Tomates je vous aime

    Collectif

    • Le sureau
    • 8 Mars 2009

    « Pomodoro »,
    « pomme d'or »,
    « pomme des Maures »
    Que de chemins parcourus par la tomate depuis sa naissance en Amérique du Sud, probablement au Pérou, et notre table !
    Rouge, orange, jaune et même blanche, lisse ou côtelée, ronde ou allongée, les Incas avaient déjà sélectionné de nombreuses variétés. De la grosse tomate coeur-de-boeuf à la tomate cerise, en passant par l'olivette et bien d'autres, nous avons maintenant l'embarras du choix pour les cuisiner. Crues en salade, arrosées d'un simple filet d'huile d'olive, en potages chauds ou froids, cuites au four, farcies ou gratinées, les tomates se prêtent aussi aux conserves, séchées ou non, bref elles s'accommodent... à toutes les sauces.
    Nouvelle édition comprenant vingt recettes originales.

empty