Les Éditions Québec Amérique

  • Les enfants étaient depuis longtemps couchés quand Zaza Mulligan, le vendredi 21 juillet, s'était engagée dans l'allée menant au chalet de ses parents en fredonnant A Whiter Shade of Pale, propulsé par Procol Harum aux côtés de Lucy in the Sky with Diamonds dans les feux étincelants de l'été 67. Elle avait trop bu, mais elle s'en fichait. Elle aimait voir les objets danser avec elle et les arbres onduler dans la nuit. Elle aimait la langueur de l'alcool, les étranges inclinaisons du sol instable, qui l'obligeaient à lever les bras comme un oiseau déploie ses ailes pour suivre les vents ascendants. Bird, bird, sweet bird, chantait-elle sur un air qui n'avait aucun sens, un air de jeune fille soûle, ses longs bras mimant l'albatros, les oiseaux d'autres cieux tanguant au- dessus des mers déferlantes. Tout bougeait autour d'elle, tout s'animait d'une vie molle, jusqu'à la serrure de la porte d'entrée, dans laquelle elle ne parvenait pas à introduire sa clé. Never mind, car elle n'avait pas vraiment envie de rentrer. La nuit était trop belle, les étoiles trop lumineuses. Elle avait donc rebroussé chemin, retraversé l'allée bordée de cèdres, puis elle avait marché sans autre but que de s'enivrer de son ivresse.
    À quelques dizaines de pieds du terrain de camping, elle s'était engagée dans Otter Trail, le sentier où elle avait embrassé Mark Meyer au début de l'été avant d'aller raconter à Sissy Morgan, son amie de toujours et pour toujours, à la vie à la mort, à la vie à l'éternité, que Meyer frenchait comme une limace. Le souvenir flasque de la langue molle cherchant la sienne en se tortillant avait fait monter un goût de bile acide dans sa gorge, qu'elle avait combattu en crachant, ratant de peu le bout de ses sandales neuves. Esquissant quelques pas maladroits qui lui avaient arraché un fou rire, elle s'était enfoncée dans la forêt. Les bois étaient calmes et aucun bruit n'altérait la quiétude des lieux, pas même celui de ses pieds sur le sol spongieux. Puis un léger souffle de vent avait effleuré ses genoux et elle avait entendu un craquement derrière elle.

  • À 30 ans d'intervalle, deux enfants disparaissent dans des circonstances nébuleuses. Rien ne lie apparemment ces drames, sinon l'horreur qui les entoure et la douleur de leurs survivants...


    Pour son 10e roman, Andrée A. Michaud nous offre un suspense psychologique situé dans un cadre enchanteur, mais loin d'être à l'abri des mauvais coups du sort. Peut-on faire véritablement la paix avec des événements aussi marquants ?


    Le 7 août 1979, Michael «Superman» Saint-Pierre, 12 ans, disparaît dans les bois de Rivière-aux-Trembles. Trente ans plus tard, c'est au tour de Billie Richard, 8 ans, de disparaître en sortant de l'école, dans un autre ville. Leurs corps ne seront jamais retrouvés et les proches deviendront aussi des victimes à part entière de ces événements. Il y a, d'une part Marnie Duchamp, qui était avec Michael ce jour-là, et d'autre part, Bill Richard et Lucy-Ann Morency, parents de la petite Billie. Ce sont donc les itinéraires de l'entourage qui structurent l'histoire, et plus particulièrement le moment où Marnie revient dans sa ville natale après 30 ans d'absence. Son retour coïncide avec la venue de Bill Richard qui choisit de s'exiler dans ce bled perdu après l'effritement de son couple. Le hasard voudra qu'un troisième enfant disparaisse et ranime les vieilles blessures de Marnie et de Bill, au point où ceux-ci seront soupçonnés d'avoir pris part à cette nouvelle disparition dans des circonstances tout aussi nébuleuses...

  • Extrait:
    "Cependant que père était livré au docte-plâtreur, Manon entreprit de me débarbouiller. Je fus d'abord enseigné du sens de ce mot-là, qui désigne immersion en barrique et savonnade vigoureuse. Dans une chambrette de l'hospite, je fus ainsi récuré pour la première fois de ma vie, à l'aide de brosse et savonnette, que Manon maniait avec industrie. Tandis que je sentais la brosse manoeuvrer, il me paraissait que ma charmante ne faisait pas qu'enlever croûtes et étages de crasse sur ma peau, mais aussi qu'elle atteignait de plus aprofondes zones, jusqu'à l'abord d'une contrée encore ignorée. Comme si elle se faufilait en ma personne, y défrichait une forêt nouvelle et y venait s'établir. Je songeais à l'étrangeté que voici : souventes fois, nous nous concevons reclus en nous-mêmes comme en accoutre étanche. Puis, un jour, le commerce aimable des autres nous pénètre et abolit cette solitude de captif."

  • L'eau

    Collectif

    L'ENVIRONNEMENT englobe tous les éléments naturels de notre planète : l'air, l'eau, la terre, les végétaux et les animaux. Nous aussi, les êtres humains, en faisons partie !

    L'EAU est essentielle à la vie de tous les êtres vivants. Ce liquide est tellement important, qu'il est souvent appelé « l'or bleu ».


    Cet élément naturel qui semble inépuisable à nos yeux est de plus en plus pollué. En quoi consiste réellement cette ressource qui recouvre une grande partie notre planète ? Que pouvons-nous faire pour la préserver et ainsi protéger l'environnement ?

    Mais encore, c'est quoi l'eau ?
    L'eau est une ressource naturelle sous forme liquide, sans odeur, sans couleur et transparente. L'eau peut aussi se trouver sous forme solide (glace) ou gazeuse (vapeur) selon la température.

    Le cycle de l'eau
    L'eau est surtout une ressource naturelle renouvelable. La même quantité d'eau circule sur Terre depuis sa création. Ainsi, l'eau voyage de façon circulaire. C'est la reine du recyclage ! C'est donc que rien ne se perd, rien ne se crée, tout se TRANSFORME !

    Mais encore, c'est quoi l'eau salée ?
    L'eau salée se trouve dans les mers et les océans. Elle est une eau qui contient beaucoup de sels. Les sels viennent des montagnes enneigées, du sol des cours d'eau et de la nappe souterraine. Puisque l'eau voyage jusqu'à l'océan, les sels terminent eux aussi dans l'océan. Contrairement à l'eau, les sels sont solides et lourds. C'est pourquoi lors de l'évaporation, les sels restent dans l'océan.





  • Table des matières
    Adios muchacho
    I - Premiers virages
    Solitary Soul
    Misty
    Albee
    Lazy
    Charlie
    Cassidy
    II - Bifurcations imprévues
    Lucy-Ann Thomas
    Willy Donohue
    Ryan
    III - Dead ends
    Angelina Barnes
    Pale Face
    Lizzie, Ricky et Ricky
    Amanda Grey
    My Fair Lazy
    IV - Dangerous curves
    Bad to the Bone
    Farewell Charlie
    Play Misty for Me

  • Le pe´nis qui ne bande plus, le micrope´nis, le pe´nis qui fend, le pe´nis dans l'art, le pe´nis du fils. Celui de la premie`re fois, celui de trop, celui qui fait re^ver, celui qui viole... Quinze femmes racontent avec amour, humour et douleur, parfois, des histoires de pe´nis. Elles ont puise´ dans leur ve´cu pour nommer des tabous, de´faire des cliche´s et, surtout, parler a` leur tour du corps des hommes afin de lui donner un sens plus large, plus proche de ce qu'elles vivent.
    CAROLINE ALLARD o NANCY B.-PILON o FANIE DEMEULE
    MARIE-JULIE GAGNON o MARIE-NOE¨LLE GAGNON o SILVIA GALIPEAU
    MARIELLE GIGUE`RE o KARINE GLORIEUX o CORINNE LAROCHELLE
    GENEVIE`VE LEFEBVRE o EVE LEMIEUX o VE´RONIQUE MARCOTTE
    JOLE`NE MORIN o SUZANNE MYRE o CHLOE´ VARIN

  • J'ai éteint la seule lampe allumée dans le salon et me suis approchée de la baie vitrée donnant sur le Massif. À travers la neige brouillant l'obscurité, je ne percevais que l'à-pic de la falaise, au sommet de la montagne, se découpant sur le ciel chargé. La falaise du Loup, ai-je murmuré, distinguant dans les ombres de la pierre la gueule entrouverte du loup qui s'y profilait et lançait au ciel son hurlement. C'est de cette falaise que s'était apparemment jeté Adrien, et c'était pour la gravir à mon tour et mesurer la force d'attraction du vide que j'avais abouti aux pieds de Cold Mountain, car je ne croyais pas vraiment au suicide de cet oncle étrange qui aimait trop la terre pour quitter le monde en s'envolant.

  • « Ce très beau roman d'Élaine Turgeon aborde le thème du suicide de plein front, par le difficile chemin qui y conduit et qu'il laisse dans son sillage, le chemin de la souffrance, immense, indicible, dans laquelle certains choisissent de se noyer et d'autres d'apprendre à nager. »
    Isabelle L'Italien-Savard, Québec français

    « Ce pourrait être une histoire triste. Mais c'est une histoire très belle qui nous laisse sur une note d'espoir. »
    Sonia Sarfati, Entre les lignes

    « Les adolescents (...) vont découvrir une romancière sensible et grave qui, dans Ma vie ne sait pas nager, aborde avec tact un sujet auquel ils sont sensibles : le suicide. »
    Sonia Sarfati, La Presse

    « En guise d'entrée en matière, une couverture signée Stéphane Poulin - qui plonge le lecteur dans l'atmosphère du roman, avant même qu'il n'ait ouvert le livre. »
    Sonia Sarfati, La Presse

    « (...) oeuvre unique traitant de détresse et d'espoir qui s'adresse en particulier à tous ces jeunes qui ont déjà voulu en finir avec la vie. »
    Simon Letendre, Courrier Ahuntsic

    « (...) elle démontre avec justesse et simplicité qu'il existe une vie après la mort, c'est-à-dire que la dépression n'est pas un gouffre sans fond et qu'il est toujours possible de sortir la tête hors de l'eau et de respirer librement. »
    Simon Letendre, Courrier Ahuntsic

    « Une belle poésie, allant du journal intime du mal de vivre de Geneviève au dialogue intérieur des proches. Simple et percutant. »
    Martin Thibault, Full fille

    « Une histoire émouvante qui apporte un réconfort à ceux qui ont vécu la perte d'un être cher. »
    Danny Saunders, Radio Ville-Marie - Temps libre

    « Tout ado devrait lire cette oeuvre carrément géniale (...) d'une femme qui a la plume juste et douce, qui peut finir par faire des miracles. »
    Claudia Larochelle, Le Journal de Montréal

    « Ma vie ne sait pas nager, titre-choc pour cet ouvrage d'Élaine Turgeon, recèle une oeuvre sensible et salutaire, écrite avec sobriété. »
    Florence Meney, Radio-Canada (Internet)

    « Histoire bouleversante. Enfin quelqu'un qui n'a pas peur du mot suicide ! »
    Marie-Noëlle Gagnon, CFEL FM (Québec)

    « Bravo pour la publication de Ma vie ne sait pas nager ! Ce livre mérite d'être connu et lu par tous les ados et adultes du monde pour qu'on comprenne le suicide un peu plus ! Une façon directe et simple d'aborder le sujet, bravo à l'auteure ! (...) Félicitations!
    Marie-Noëlle Gagnon, CFEL FM (Québec)

    « Un roman écrit d'une plume franche. Pour raconter la désespérance, Élaine Turgeon a choisi des mots clairs, des contextes précis et des idées fortes ! »
    Hélène Cantin, Radio-Canada - Sonnez les matines (radio, Gaspésie, Les Îles)

    « Une lecture bouleversante pour les 14 ans et plus, qui leur permet de réaliser que les « idées noires » passent, et qu'on finit toujours par guérir. »
    Louise Robitaille, Le Lundi

    « J'ai beaucoup aimé ce livre... très touchant, avec des émotions à fleur de peau. Pour tous ceux qui ne trouvent pas toujours les mots pour demander de l'aide. »
    Julie Roy, CHOE FM (Matane)

    « Quasiment un « must » pour nos jeunes ados et préados... »
    Florence Meney, Radio-Canada (Internet)

    « Les mots d'Élaine Turgeon, intenses et vrais, (...) décrivent brillamment les réalités fragiles du deuil, de la dépression et du suicide, et laissent passer la lumière dans l'éclat des plus petites choses; un regard, un geste, une parole. »
    Annie Mercier, Le Libraire, Internet

    « Un livre très touchant, qui aborde le suicide et la dépression avec justesse et finesse. L'illustration de Stéphane Poulin est remarquable et est empreinte de volupté. Madame Turgeon aborde ce problème avec une grande dignité. À lire absolument ! »
    Linda Newman, CHOD FM - Première heure, radio (Cornwall)

    « Le titre de son roman Ma vie ne sait pas nager, emprunte les mots de la chanson Aquanaute d'Ariane Moffat. L'auteure en a perçu toute la sensibilité, qualité tout à fait appropriée pour aborder un sujet aussi délicat. »
    Christiane Laforge, Progrès dimanche (Chicoutimi)

    « Élaine Turgeon cède la parole à son personnage, donnant ainsi plus de force à son propos. Pas question de juger, de commenter, encore moins de tenter de résoudre le problème. Elle observe, sachant que la vie génère ses propres solutions. »
    Christiane Laforge, Progrès dimanche (Chicoutimi)

    « L'essentiel du message de l'auteure repose sur deux certitudes : d'abord, l'importance de se confier à d'autres, de partager ses émotions et aussi de s'accrocher assez longtemps pour laisser à la vie le temps de renaître, de comprendre. »
    Christiane Laforge, Progrès dimanche (Chicoutimi)

    « La magnifique page couverture de Stéphane Poulin ondule et accompagne bien ce titre d'un roman qu'on devine sombre. (...).
    Ginette Guindon, Lurelu

    « (...) la lecture est bouleversante de vérité. »
    Ginette Guindon, Lurelu

    « Author Élaine Turgeon confides in her preamble that she was herself obsessed with death and suicidal at age of 15, which gives her main caracter's voice a certain authenticity. The author hopes the book will help troubled young people « chose to live an to love living . » It may well do this, but above all, it is a gripping story told in a style that is compelling and powerful. »
    Michelle Lalonde, The Gazette

  • Pour mourir, il faut être vieux. Ou alors, gravement malade. On doit habiter dans un pays où c'est la guerre, très loin d'ici. Il y a aussi des enfants qui meurent de faim, ma mère le répète souvent quand je rechigne à finir mon assiette. Mais c'est ailleurs. Ici, on ne meurt pas en revenant de l'école. À 9 ans.

    Entre son amour secret pour le beau Thomas et l'amitié collante d'Émeline, Ève cherche une façon d'exister. Mais quand la maladie puis la mort font brusquement irruption dans la classe, c'est toute la vie qu'il faut réinventer.

  • Pascal est sociable et ouvert d'esprit ; Pascal est aussi un poil, un poil d'avant-bras ! Il aime discuter philosophie et comprendre la réalité des poils qui l'entourent. Quand un poil de dos pique sa curiosité, Pascal met tout en oeuvre pour le rencontrer.
    Un poil aussi vigoureux et inattendu a sans doute plein d'idées et d'expériences à partager!
    Un livre surprenant qui permet de découvrir
    les fonctions des poils corporels en rigolant !

  • En passant par cette porte, tu trouveras ce que tu cherches, mais aussi ce que tu n'as jamais cherché...?
    Féroce et irascible comme le carcajou, Lucy Wolvérène, 17 ans, sent la colère bouillir en elle depuis qu'elle a été arrachée à la communauté crie dont elle est originaire. À Québec, en 1907, vivant du fruit de ses vols, la jeune femme se moque des autorités aussi bien que des hommes-corbeaux qui sillonnent la ville la nuit. Quand la possibilité de perpétrer le coup du siècle se présente, elle est prête à tout mettre en oeuvre pour y parvenir... même si ça implique de se rendre sur l'île d'Orléans, siège d'une forteresse où se retrouvent les plus dangereux criminels de la cité.

  • Après Anne... la maison aux pignons verts, voici la suite de cette célèbre série qui a suscité un engouement incomparable chez un très large auditoire à travers le monde.Les lecteurs retrouveront avec bonheur les désopilantes et inoubliables aventures d'Anne Shirley. Génération après génération, les jeunes et les moins jeunes rêvent, rient et s'émerveillent en suivant fidèlement les péripéties de cette attachante jeune fille aux cheveux roux tressés et aux yeux émeraude.Anne Shirley vient d'avoir 16 ans. Institutrice, elle est plus impétueuse et espiègle que jamais, commentant le monde avec cette naïveté lucide qui la caractérise, parlant poésie comme les oiseaux chantent. Avec quelques amis, elle met sur pied la Société d'amélioration du village d'Avonlea mais il semble que cette bonne idée la plonge dans toutes sortes de situations embarrassantes...






  • Table des matières
      Les bases de l’alimentation rebutent souvent les non-initiés. Voici donc une version simplifiée des besoins caloriques et nutritionnels pour les gens qui pratiquent des activités de plein air. Les plus curieux trouveront en annexe des textes et tableaux concernant l’évaluation des dépenses énergétiques, le calcul des besoins en calories selon les activités de plein air pratiquées ainsi que la répartition calorique de la consommation alimentaire journalière.
    Que ce soit pour réaliser des sorties de plein air bucoliques ou des exploits sportifs, une alimentation adéquate en quantité et en qualité s’impose afin de mieux performer, de profiter d’une capacité physique plus résistante et de favoriser une meilleure récupération.
    De par le monde, une grande variété d’aliments existe en fonction des conditions géographiques, climatiques, économiques et socioculturelles pour satisfaire les besoins énergétiques et nutritionnels de l’homme, que ce soit des aliments d’origine animale (viandes, volailles, poissons, oeufs, produits laitiers) ou d’origine végétale (fruits, légumes, produits céréaliers, légumineuses, noix, graines et certaines huiles).
    Malgré les apparences et les saveurs extrêmement diversifiées, la composition chimique des aliments demeure sensiblement la même. Leur valeur énergétique et nutritive évaluée en fonction des nutriments qu’ils contiennent les divise en six groupes : glucides, lipides, protéines, vitamines, minéraux et eau. Transformés par la digestion ou absorbés directement dans l’intestin, les nutriments que nous mangeons se retrouvent utilisés par les cellules de l’organisme. Chaque groupe de nutriments joue un rôle spécifique et son activité crée un équilibre avec celle des autres nutriments. Certains agissent sur le plan énergétique (glucides, lipides et protéines), d’autres sur le plan structural (protéines et minéraux) ou encore sur le plan régulateur (vitamines, minéraux et eau).
     

  • La visite du prince Fushimi Hiroyasu approche et il reste encore beaucoup à faire si Lucy veut profiter de l'occasion pour s'emparer de la couronne. Mais l'argent n'est plus le seul enjeu depuis que Marguerite a été enlevée par le perfide Schneider. Sans cesse menacés par les hommes-corbeaux, confrontés au retour inattendu d'un ancien coéquipier ainsi qu'aux prodiges de la vieille guérisseuse, Lucy et ses complices ne savent plus où donner de la tête.

    Dans cette cruelle réalité infusée de magie, Lucy est fortement secouée. Peu de choses réussiraient à faire craquer son armure, et pourtant... Que trouvera-t-elle qu'elle n'avait jamais cherché??

    Haute voltige sous l'augure d'obscures paroles

  • Extrait:

    Connaître la normalité adoptive avant de s'attarder aux pathologies les plus fréquentes en adoption

    Rappelons que parmi les enfants adoptés, un pourcentage, 15 à 20 %, présentera, en plus des caractéristiques de la normalité adoptive, des séquelles permanentes plus graves attribuables à un vécu préadoption particulièrement traumatisant et difficile ou à des problèmes de santé présents dès la naissance. Ce seront des enfants dits « à besoins spéciaux ». Le plus souvent, ces besoins spéciaux ne seront découverts qu'après l'adoption. Ces enfants auront besoin de soins spécialisés, et ce, sur une longue période. Ils seront en dehors de la normalité adoptive. Déjà, un enfant dans la normalité adoptive est à entretien plus sophistiqué qu'un enfant modèle de base ; un enfant adopté à besoins spéciaux est pour sa part à entretien extrêmement sophistiqué. À titre de comparaison, on considère que 10 % des enfants que l'on désigne dans ce livre comme « modèle de base », c'est-à-dire non adopté, ont des besoins spéciaux pour le reste de leur vie (handicap à la naissance, maladie chronique, traumatisme* précoce, accident grave, troubles psychiatriques).

    C'est un fait : les enfants adoptés constituent une population cliniquement de deux à trois fois plus à risque de conserver des besoins très spéciaux, mais la majorité vont bien après une période indispensable de soins pour récupérer de leur vie préadoption. Attention : ce premier ouvrage ne s'adresse pas spécifiquement aux parents d'enfants adoptés à besoins spéciaux, mais plutôt aux parents des enfants qui correspondent à la normalité adoptive. Pourquoi ? Parce que, justement, on en parle peu, ou du moins pas assez, de cette majorité parmi la minorité d'enfants qui trouvent une famille par adoption. Une majorité qui récupère de façon spectaculaire les retards constatés à leur arrivée, tout en gardant leurs particularités ; rattrapage spectaculaire, il faut le souligner, ne veut pas dire rattrapage parfait. Une meilleure connaissance de la normalité adoptive prend ici toute son importance. Il faut un nouvel étalon de mesure. Ne pas rattraper parfaitement la moyenne des enfants modèles de base, pour un enfant adopté, ne constitue pas un échec, mais une victoire ! Trop de parents oublient d'imaginer ce que serait devenu l'enfant sans leur merveilleuse intervention.


  • L'oisillon, la clochette et moi

    Même si j'ouvre grand les bras,
    Je ne pourrai jamais m'envoler.
    Pourtant, si l'oisillon vole dans le ciel,
    Sur la terre, il ne court pas aussi vite que moi.
    Même si je balance tout mon corps,
    Il ne jouera jamais de belles musiques.
    Pourtant, si la clochette tinte harmonieusement,
    Elle ne connaît pas autant de chansons que moi.
    C'est ainsi que la clochette, l'oisillon et moi,
    Nous sommes tous différents, et nous sommes tous beaux.

  • Le classique des classiques des romans d'horreur gothique! L'effroyable aventure du docteur Victor Frankenstein qui, cherchant à percer le secret de la vie, donna naissance à une créature monstrueuse.

  • Voici le plus grand classique canadien-anglais de tous les temps, vendu à plus de 60 millions d'exemplaires, traduit en 40 langues et adapté plusieurs fois pour le cinéma et la télévision. L'histoire de cette petite orpheline de l'Île-du-Prince-Édouard a véritablement envoûté les jeunes et les moins jeunes!


    S'émerveiller face à la nature, jouir de la magie des mots, rire de ses propres défauts, découvrir des coins de pays pittoresques, voilà ce qui vous attend dans la série Anne...


    Anne Shirley a maintenant dix-huit ans. Après avoir enseigné à l'école d'Avonlea, elle réalise enfin son vieux rêve de poursuivre des études universitaires. Elle quitte l'Île-du-Prince-Édouard pour aller, pleine d'appréhension, étudier à l'Université de Redmond, en Nouvelle-Écosse, en compagnie de son amie Priscilla, de Charlie Sloane et, surtout, de Gilbert Blythe!


    Dans ce troisième épisode, de nouveaux personnages attachants entrent en scène, de nouvelles amitiés se nouent, d'anciennes se transforment, d'autres s'éclipsent à tout jamais. L'amour se présente à Anne, mais saura-t-elle le reconnaître ? Saura-t-elle faire la différence entre rêve et réalité ?

  • Noam Chomsky célèbre cette année ses 90 ans ; depuis plus de 60 ans, il contribue au domaine des idées. L'auteur Normand Baillargeon, lui-même un penseur s'intéressant à mille et un aspects de l'humain et de la vie en société, a rassemblé dans ce collectif des chercheur(e)s et des professeur(e)s de différents horizons, proposant des essais synthétisant l'apport de Chomsky à leur discipline respective - dont la linguistique, les sciences politiques et cognitives, l'informatique, la philosophie et les communications. À ces contributions savantes s'ajoutent des hommages rendus par des militant(e)s, des journalistes, des pacifistes, des anarchistes - et même un humoriste (qui rassemble un peu de tout cela) : c'est dire combien les empreintes de la pensée chomskyenne sont multiples.

  • Voici le plus grand classique canadien-anglais de tous les temps, vendu à plus de 60 millions d'exemplaires, traduit en 40 langues et adapté plusieurs fois pour le cinéma et la télévision. L'histoire de cette petite orpheline de l'Île-du-Prince-Édouard a véritablement envoûté les jeunes et les moins jeunes!

    Comme dans les romans précédents, on trouve dans Anne au Domaine des Peupliers beaucoup d'humour, de tendresse et de réflexion. Comme quoi la vie quotidienne, relatée allègrement et avec une grande lucidité, peut aussi engendrer l'émerveillement et la joie de vivre.

    Au Domaine des Peupliers, la nouvelle demeure d'Anne, il y a tante Kate et tante Chatty, deux sympathiques veuves, le chat Dusty Miller, et surtout, Rebecca Dew, une grognonne au coeur d'or dont les réparties font notre joie. Il y a aussi la nature omniprésente, les vacances à Avonlea, avec Marilla, Mme Lynde, les jumeaux... et Gilbert Blythe, dont Anne est séparée et à qui elle écrit fidèlement.

  • XXX

    Xxx


    - Qui peut vaincre ce dragon ? se lamente le roi, assis sur son trône.
    Petit Homme hésite à sortir de l'ombre. Il aimerait prendre la parole quand, soudain, une grosse voix éclate, en réponse à la question du roi.
    - MOI !
    PRROUUUUUTTT !
    Immédiatement, une infecte odeur d'oeufs pourris envahit la grande salle tandis que le géant Kassoulet avance à pas de géant vers le trône.
    - Pas trop près, le prie le roi, qui s'est pincé les narines.
    Il est imité par les membres de la cour.
    - Je vais m'en occuper, moi, de ce dragon ! déclare Kassoulet, avec assurance. (...)
    - Allez ! Bon brave ! lui lance le roi, le nez toujours pincé. Vous serez récompensé si vous réussissez votre bission.
    Croyant à une sorte de coutume, le géant se pince également le nez.
    - Berci, votre Bajesté

  • Kid est vendu comme plante décorative par ses parents. Tandis que son nouveau propriétaire part en voyage, Myra vient l'arroser régulièrement. Mais Kid n'est pas une plante. Heureusement Myra a l'oeil pour voir ce qui brille dans le noir.

  • Pourquoi s'entourer de plantes ? Pour embellir et ensoleiller toutes les pièces, pour cultiver un bout des tropiques chez soi (même en hiver !), pour assainir l'air ambiant tout en augmentant le bien-être de tous. Et, surtout, parce que cultiver des plantes vertes, ce n'est pas si sorcier...
    En plus des bases de l'horticulture intérieure, ce livre présente plus d'une
    centaine de plantes classées selon leur degré de difficulté d'entretien.

  • L'ENVIRONNEMENT englobe tous les éléments naturels de notre planète : l'air, l'eau, la terre, les végétaux et les animaux. Nous aussi, les êtres humains, en faisons partie !

    LES DÉCHETS sont des matières ou des objets dont nous n'avons plus besoin ou dont nous voulons nous débarrasser.

    Puisque le nombre de personnes dans le monde augmente sans cesse, la production de déchets augmente elle aussi. Ces déchets peuvent être dangereux pour notre environnement. En quoi consistent réellement ces déchets ? Que pouvons-nous faire pour protéger l'environnement ?

    Mais encore, c'est quoi les déchets?
    Les déchets sont les résidus, ou les restes de TOUT ce que les humains produisent, utilisent et dont ils n'ont plus besoin. Une pelure de banane, un sac de croustilles vide, un soulier troué, un ordinateur brisé, TOUT!

    Mais encore, c'est quoi le compostage?
    Le compostage réduit la quantité de déchets mis à la poubelle. Le compostage inclut les restes de nourriture, mais aussi toutes les matières biodégradables de la maison. Par exemple les vieux mouchoirs. Au lieu de les jeter à la poubelle, ils sont mis dans un contenant prévu à cet effet. Certains pays font la collecte du compost, c'est-à-dire que tout comme la collecte des ordures, il passe une fois par semaine pour récupérer les contenants.

    Mais encore, c'est quoi le recyclage?
    Le recyclage permet de récupérer la matière d'objets afin d'en faire de nouveaux objets. Il diminue la quantité de déchets jetés aux ordures, ce qui permet de réduire la pollution.

empty