Les Editions Blanche de Peuterey

  • Le livre "la Didaché", dont l'auteur est inconnu, a été écrit vraisemblablement au 2nd siècle. Il se présente comme un ensemble de maximes, de conseils, d'indications, à mettre en pratique par qui veut vivre en chrétien.
    Le christianisme, la nouvelle religion qui commence à se répendre dans l'Empire Romain, a besoin d'être expliquée et comprise par ses adeptes. Comment faut-il se comporter ? Quels sont les principes fondamentaux ?
    Le livre est simple à lire, et très concret.
    " 1. - Il y a deux chemins : celui de la vie et celui de la mort; mais il y a une grande différence entre les deux chemins.
    2. - Voici donc le chemin de la vie. En premier lieu tu aimeras le Dieu qui t'a créé; en second lieu tu aimeras ton prochain comme toi-même. Et tout ce que tu ne voudrais pas qu'on te fît, ne le fais pas non plus à autrui.
    3. - Voici donc l'enseignement renfermé dans ces paroles : bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour vos ennemis, jeûnez pour ceux qui vous persécutent.
    4. - Car quel gré vous saura-t-on si vous aimez seulement ceux qui vous aiment ? Les païens ne le font-ils pas aussi ?
    5. - Mais vous, aimez ceux qui vous haïssent et vous n'aurez pas d'ennemi.
    6. - Abstiens-toi des passions charnelles et mondaines.
    7. - Si quelqu'un te donne un soufflet sur la joue droite, présente-lui aussi l'autre et tu seras parfait.
    8. - Si quelqu'un te requiert pour une corvée d'un mille, fais-en deux avec lui. Si quelqu'un t'enlève ton manteau, donne-lui aussi la tunique. Si quelqu'un te prend ce qui est à toi, ne le redemande pas, car tu ne le peux.
    9. - A quiconque te demande donne et ne redemande pas, car à tous le Père veut faire part de Ses propres bienfaits.
    10. - Heureux celui qui donne selon le commandement, car il est sans reproche. Malheur à celui qui reçoit : si quelqu'un reçoit parce qu'il a besoin, il sera sans reproche."

  • Le Pasteur, écrit par un romain du nom d'Hermas, fut un livre très apprécié en son temps (2nd siècle), et dont la valeur théologique était proche de celle des Evangiles.
    Hermas voit apparaître en songe une belle femme, puis cette même femme devenue beaucoup plus vieille : c'est l'Eglise, qui est soumise à diverses attaques.
    Il voit ensuite l'Ange de la Pénitence, qui lui donne de nombreuses explications sur l'importance de la Pénitence, élément indispensable pour construire l'Eglise et pour obtenir le salut.
    Le livre est ancien, mais toujours actuel. Il donne une vision de l'Eglise à laquelle nous ne sommes plus habitués. Loin d'être une société hiérarchique, l'Eglise est avant tout construite par les efforts des fidèles.
    Edition revue et corrigée (janvier 2016). Nous proposons une présentation du Pasteur d'Hermas par l'abbé Genoude. La mise en page a également été reprise.

  • Trois romains vont à Ostie pour se baigner et se reposer. Marcus Minucius Felix, avocat, converti au christianisme, a invité ses amis Octave (Octavius), chrétien lui aussi, et Cecilius. En cours de route, Cecilius embrasse une statue d'une divinité, et Octave en fait le reproche à son ami Marcus : « Ce n'est pas bien de laisser son ami dans l'erreur » et de le regarder embrasser de fausses divinités sans l'aider à rechercher la vérité.
    Cecilius est touché par cette remarque, et déclare qu'il est assez grand pour se faire une idée, seul, de ce qui doit être crû, ou non.
    Cecilius demande donc à Marcus de se faire le juge impartial entre lui et Octave ; commence alors une « joute verbale », au cours de laquelle Cecilius va expliquer pourquoi il n'est pas devenu chrétien et continue à croire dans les divinités romaines ; puis Octave va lui répondre, et celui qui aura le mieux parlé sera déclaré vainqueur.
    Une façon agréable de présenter le christianisme, en exposant puis en réfutant les idées fausses véhiculées dans les premiers siècles, à Rome, sur cette religion.

  • Tous les mercredis matins, place Saint-Pierre, le pape donne une catéchèse sur un thème qui lui est cher; Benoît XVI a choisi, pendant plus d'un an, de nous parler des Pères de l'Eglises, et plus spécialement des Pères Apostoliques.
    Nous avons là un véritable livre d'histoire : un abrégé, qui nous permet de découvrir ces hommes qui ont servi l'Eglise par leur foi, leur intelligence pour expliquer leurs enseignements face aux hérésies, et très souvent par leur vie, puisque beaucoup d'entre eux sont martyrs.
    Voici la liste des Pères apostoliques présentés par Benoît XVI dans ses catéchèses :
    Saint Clément, Évêque de Rome
    Saint Ignace d'Antioche
    Saint Justin
    Saint Irénée de Lyon
    Clément d'Alexandrie
    /> Origène, sa vie, son oeuvre
    Origène, sa pensée
    Tertullien
    Saint Cyprien
    Eusèbe de Césarée
    Saint Athanase
    Saint Cyrille de Jérusalem
    Saint Basile (1)
    Saint Basile (2)
    Saint Grégoire de Nazianze (1)
    Saint Grégoire de Nazianze (2)
    Saint Grégoire de Nysse (1)
    Saint Grégoire de Nysse (2)
    Saint Jean Chrysostome (1)
    Saint Jean Chrysostome (2)
    Saint Cyrille d'Alexandrie
    Saint Hilaire de Poitiers
    Saint Eusèbe de Verceil
    Saint Ambroise
    Saint Maxime de Turin
    Saint Jérôme (1)
    Saint Jérôme (2)
    Aphraate, le Sage persan
    Saint Ephrem le Syrien
    Saint Chromace d'Aquilée
    Saint Paulin de Nole
    Saint Augustin (1)
    Saint Augustin (2)
    Saint Augustin nous rappelle que Dieu n'est pas loin de notre raison et de notre vie
    La leçon de saint Augustin sur la véritable laïcité
    Les trois étapes de la conversion de saint Augustin, un modèle pour chaque être humain
    Saint Léon le Grand
    Boèce et Cassiodore
    Saint Benoît de Nursie
    Pseudo-Denys l'Aréopagite
    Romanos le Mélode, théologien, poète et compositeur
    Grégoire le Grand pacificateur de l'Europe
    Saint Grégoire le Grand (II)
    Saint Colomban, un saint « européen »
    L'enseignement de saint Isidore de Séville sur les relations entre vie active et vie contemplative
    Saint Maxime le Confesseur

  • De bono conjugali, ou "De ce qui est bien dans le mariage", "De ce qui est bon dans le mariage", ou encore "De ce qui fait que le mariage est bon".
    Daté de l'an 401, cet écrit reste une référence pour l'enseignement de l'Eglise sur la vie matrimoniale. Une étude morale sur la bonté du mariage dont saint Augustin se fait le défenseur.
    Avec son style précis, l'évêque d'Hippone montre aux détracteurs de son temps que le mariage est bon. Il en profite pour rappeler ses finalités (la génération des enfants et la fidélité entre époux), et il détaille la moralité des actes matrimoniaux.
    L'Eglise s'est souvent appuyée sur cette étude de saint Augustin, et Pie XI l'utilisera en abondance pour son encyclique Casti Connubii


  • Saint Augustin fut un évêque très pédagogue, et des centaines de ses sermons ont été recueillis par ses auditeurs, retranscrits et traduits en français.

    Nous vous en proposons quelques-uns. Ceux-ci concernent le temps de Noël, depuis le jour de Noël jusqu'à l'Épiphanie. Il s'agit des sermons 184 à 204 de la collection intégrale des sermons de saint Augustin, traduits par le P. Raulx.

    Nous n'avons retenu que le texte brut : nous avons supprimé de l'ouvrage du P. Raulx tout ce qui n'était pas de saint Augustin.

    Voici la table des matières des « Sermons pour le temps de Noël » :


    Sermon pour le jour de Noël (1). Abaissement et élévation.

    Sermon pour le jour de Noël (2). Justification de l'homme.

    Sermon pour le jour de Noël (3). Le fils de Dieu devenu fils de l'homme.

    Sermon pour le jour de Noël (4). Jésus-Christ Dieu et homme.

    Sermon pour le jour de Noël (5). Le but de l'incarnation.

    Sermon pour le jour de Noël (6). Vérité et justification.

    Sermon pour le jour de Noël (7). Trois circonstances.

    Sermon pour le jour de Noël (8). De la virginité.

    Sermon pour le jour de Noël (9). Bonté de Dieu dans l'incarnation.

    Sermon pour le jour de Noël (10). Jésus notre paix.

    Sermon pour le jour de Noël (11). Le pain de vie.

    Sermon pour le jour de Noël (12). Les titres du sauveur.

    Sermon pour le jour de Noël (13). pour qui l'incarnation ?

    Sermon pour le premier janvier (1). Orgueil et humilité.

    Sermon pour le premier janvier. (2). Étrennes des chrétiens.

    Sermon pour l'Épiphanie. (1). La gloire du Christ.

    Sermon pour l'Épiphanie. (2). Grandeur du Christ.

    Sermon pour l'Épiphanie. (3). Le messie glorifié.

    Sermon pour l'Épiphanie. (4). Unité de l'Église.

    Sermon pour l'Épiphanie. (5). L'humilité.

    Sermon pour l'Épiphanie. (6). La pierre angulaire.



  • Saint Augustin fut un évêque très pédagogue, et des centaines de ses sermons ont été recueillis par ses auditeurs, retranscrits et traduits en français.
    Nous vous en proposons quelques-uns. Ceux-ci concernent le temps de Carême, depuis le Mercredi des Cendres jusqu'au Vendredi Saint. Il s'agit des sermons 205 à 218 de la collection intégrale des sermons de saint Augustin, traduits par le P. Raulx.
    Entre autre, on trouve 4 sermons dans lesquels l'évêque d'Hippone explique le symbole de la foi aux catécumènes.
    Nous n'avons retenu que le texte brut : nous avons supprimé de l'ouvrage du P. Raulx tout ce qui n'était pas de saint Augustin.

  • Saint Augustin fut un évêque très pédagogue, et des centaines de ses sermons ont été recueillis par ses auditeurs, retranscrits et traduits en français.
    Nous vous en proposons quelques-uns. Ceux-ci concernent le temps de Pâques, depuis la vigile pascale jusqu'au deuxième dimanche de Pâques. Il s'agit des sermons 219 à 260 de la collection intégrale des sermons de saint Augustin, traduits par le P. Raulx. (soit 41 sermons...)
    On trouve entre autre de magnifiques explications de saint Augustin sur les 153 poissons, sur "ne me touche pas, je ne suis pas encore monté vers mon Père", sur les disciples d'Emmaüs...
    Nous n'avons retenu que le texte brut : nous avons supprimé de l'ouvrage du P. Raulx tout ce qui n'était pas de saint Augustin.

  • La parabole du fils prodigue est l'une des trois paraboles de la miséricorde dont parle le pape François dans sa bulle d'indiction de l'année de la miséricorde. Plusieurs auteurs spirituels lui ont consacré des écrits ou des homélies, parmi lesquels saint Augustin, saint Jérôme, et surtout saint Pierre Chrysologue, qui en parle au cours de six sermons.
    Les trois auteurs sont des prédicateurs, des hommes habitués à expliquer les choses à leur public. Le texte est donc facile à lire et à comprendre.
    Nous avons réuni les homélies de ces trois Pères de l'Eglise, tous plus ou moins contemporains, pour en faire un livre. Les homélies sont précédées du texte de la parabole, tiré de la traduction de la Bible par le Chanoine Crampon.

  • Un recueil de sermons choisis de saint Léon le Grand sur le jeûne et le grand carême.
    Nous faisons précéder les textes d'une explication sur la notion de grand carême, et nous avons également ajouté une explication sur le jeûne du dixième mois dont il est question dans les trois premiers sermons à partir d'un texte de Don Guéranger.
    Enfin, nous avons ajouté une présentation de saint Léon le Grand faite par Benoît XVI au cours d'une audience du mercredi qui lui était consacrée.
    Le livre comporte trois sermons sur le jeûne, et cinq sur le carême.

  • Nous continuons la publication des sermons de saint Augustiin. Dans cet ouvrage, nous vous proposons des sermons prononcés à l'Ascension ou à la Pentecôte.
    Il s'agit des sermons 261 à 272, traduits par le P. Raulx.
    Saint Augustin profite de ces fêtes pour aborder des thèmes tels que la gloire du Christ, l'espérance dans le Christ, l'unité de l'Eglise, l'Esprit-Saint bien sûr. L'évêque d'Hippone ne résiste pas non plus à expliquer certains chiffres "mystérieux" (pourquoi 50 jours par exemple).

    Extrait :

    "La résurrection du Seigneur est notre espérance ; son ascension, notre gloire. Nous célébrons aujourd'hui la solennité de l'Ascension ; si donc nous célébrons cette fête du Seigneur avec droiture, avec fidélité, avec dévotion, avec sainteté et avec piété, montons avec lui et tenons en haut notre coeur."

  • L'épitre à Diognète est, comme son nom l'indique, une lettre écrite "à Diognète", qui, selon toute vraisemblance, était un citoyen romain vivant au 2ème siècle. L'auteur de la lettre, inconnu, explique à son correspondant qui sont les chrétiens, comment ils vivent leur foi, et en quoi leur religion se défférencie de la religion juive.
    Il s'agit donc d'un véritable texte apologétique, avec de plus une valeur historique, car on découvre très clairement comment les premiers chrétiens vivaient leur foi au sein de la société civile.
    " Tu veux donc savoir, illustre Diognète, quelle est la religion des chrétiens. Je te vois très préoccupé de ce désir. Tu leur demandes publiquement et avec le plus vif intérêt quel est le Dieu sur lequel ils fondent leur espoir, et quel est le culte qu'ils lui rendent ? Qui donc leur fait ainsi mépriser le monde et la mort, et leur inspire cet éloignement pour les fausses divinités des Grecs et pour les pratiques superstitieuses des Juifs ? D'où leur vient cet amour qu'ils ont les uns pour les autres ? Pourquoi ce nouveau culte, ces nouvelles moeurs n'ont-ils paru que de nos jours ?"
    Voilà la première phrase du livre : la question est posée, et l'auteur y répond.

  • Nous sommes au début du second siècle, vers l'an 107; Ignace, 3ème évêque d'Antioche, est prisonnier des romains, et commence un long voyage vers la capitale de l'Empire, où il doit être condamné à mort.
    Au fur et à mesure de son passage par les différentes églises d'Asie mineure, il leur écrit pour leur apporter son soutien, et les encourager à être fidèles à l'enseignement du Christ et des Apôtres.
    "Je suis le froment de Dieu, et je suis moulu par la dent des bêtes, pour être trouvé un pur pain du Christ." Phrase célèbre, qui montre bien la force d'âme et de caractère de cet homme.
    Un livre relativement court, mais dont le contenu nous impressionne : tout le message du Christ est déjà là. Bien qu'écrit au début du Christianisme, on sent un enseignement sûr. Le texte pourrait très bien avoir été écrit de nos jours.
    Nouvelle édition revue et corrigée (janvier 2016). Le texte est précédé d'une présentation de saint Ignace d'Antioche par Benoît XVI, au cours d'une catéchèse sur les Pères de l'Eglise. On trouve également une carte de l'actuelle Turquie, sur laquelle sont situées les églises auxquelles Ignace s'adresse.

  • Un ebook inédit : un recueil des 3 textes sur la patience écrits par saint Cyprien de Carthage, saint Augustin et Tertullien.
    La patience est une vertu parfois difficile à vivre, qui plus est dans notre monde trépidant, où l'immédiateté semble être la règle. Ces trois auteurs, tenus d'être patients face aux persécutions de l'empire romain, nous transmettent leur expérience et leurs conseils, chacun dans son style.

  • Les Traités de saint Cyprien constituent le 1er tome de ses oeuvres complètes. La traduction en a été faite par Mgr Guillon, évêque du Maroc, et publiée en 1837.
    On est impressionné par l'actualité du texte et des thèmes abordés. C'est pourquoi il nous a paru utile de faire ce travail, pour porter à la connaissance d'un grand nombre les indications données par un saint et docteur de l'Eglise à ses contemporains, face à des situations qui ressemblent de beaucoup à celles que nous connaissons dans notre monde.
    L'ensemble est précédé par une note historique sur saint Cyprien, qui rappelle le contexte dans lequel ce Père de l'Eglise a vécu.
    Les traités présentés :

    De la conduite des Vierges
    De ceux qui sont tombés pendant la persécution.
    De l'unité de l'Eglise catholique.
    De l'oraison dominicale.
    Traité contre Démétrien.
    De la vanité des idoles.
    De la mortalité ou de la peste.
    De l'aumône.
    Des avantages de la patience.
    De l'envie et de la jalousie.
    À Fortunat. - Exhortation au martyre.
    Des deux espèces de martyre.
    Des spectacles.

  • Dès le début du christianisme, les convertis ont mis leur savoir et leur compétence au service de leur foi. C'est le cas de saint Justin, philosophe, qui a écrit au moins deux textes destinés à l'autorité romaine. Il souhaite expliquer la foi chrétienne, et montrer, par la raison, qu'elle n'est ni absurde ni dangereuse.
    Il ne s'agit pas d'un simple pamphlet, mais bien d'un texte raisonné, construit, étayé. Saint Justin écrit dans la 1ère apologie à l'empereur Antonin le Pieux, puis dans la 2ème apologie, il s'adresse au Sénat romain. La première apologie est tout particulièrement l'occasion pour Justin de décrire la foi chrétienne : il réalise un exposé de ce que croient et vivent les chrétiens, et l'on est frappé de voir que dès les premiers siècle, la foi que l'on confesse de nos jours existe déjà à l'époque dans son intégralité.
    Le texte proposé est la traduction de Louis Pautigny. Il est accompagné d'une présentation historique.
    De plus, nous avons ajouté la catéchèse de Benoît XVI sur saint Justin, que le pape présentait comme "le plus important des Pères apologistes du II siècle".

empty