Les Presses de l'Université de Montréal

  • Profilages policiers

    ,

    • Les presses de l'université de montréal
    • 10 Janvier 2022

    Cet ouvrage présente les résultats de neuf enquêtes sur le profilage policier menées par des spécialistes qui se sont penchés sur les pratiques de corps policiers au Québec, en France et en Argentine. Il met en lumière les dynamiques de croisement entre différents types de profilages (racial, social, politique et de genre, entre autres) et se démarque en cela de l'habitude d'étudier ce phénomène en fonction d'une seule caractéristique. Tout en exposant les particularités de chaque profilage, il ouvre ainsi la voie aux études intersectionnelles sur le sujet.

    D'une brûlante actualité, et très pertinent d'un point de vue des sciences sociales, ce recueil intéressera toutes les personnes préoccupées par les inégalités croissantes dans nos sociétés ainsi que par la violence subie par les populations discriminées, stigmatisées et marginalisées ciblées par la police.

  • La Révolution tranquille 60 ans après

    ,

    • Les presses de l'université de montréal
    • 17 Janvier 2022

    Existe-t-il un modèle de gouvernance québécois ? D'après les auteurs de ce livre, oui, et le Québec s'en serait doté à partir de la Révolution tranquille. Ce modèle économique et social unique ne fonctionne pas selon la logique libérale propre à la norme canadienne, mais, au contraire, s'en émancipe toujours davantage. Peut-on toujours, plus de soixante ans après la Révolution tranquille, parler d'un tel « modèle québécois » ? Contrairement aux pires scénarios que certains avaient anticipés, ce modèle existe toujours. Il se caractérise par une plus grande intervention de l'État dans l'économie, par des programmes sociaux mieux financés, par une redistribution de la richesse plus importante et par une concertation sociale beaucoup plus large entre l'État, les syndicats, la communauté d'affaires, le secteur financier et la société civile qu'ailleurs au Canada.

    Rassemblant les textes de divers spécialistes, cet ouvrage fait un bilan nuancé des évolutions de ce modèle ; il en présente les principales caractéristiques actuelles, mais aussi les défis auxquels il doit faire face, à court et à moyen termes, et propose des voies pour l'avenir.

  • Migration et classement social : enquête auprès de migrants marocains au Québec

    Stéphanie Garneau

    • Les presses de l'université de montréal
    • 27 Janvier 2022

    Les politiques en matière d'immigration que privilégient les instances publiques québécoises sont conçues pour être un gage de performance économique. Pourtant, nombreuses sont les recherches sociologiques qui pointent le haut taux de chômage des migrants, leur forte représentation parmi les travailleurs précaires ainsi que la déqualification dont ils font l'objet.

    Dans cet ouvrage, l'autrice offre un angle de vue original, car elle appelle le lecteur à décentrer son regard pour mieux « déséconomiciser » la sociologie des migrations. Elle considère ainsi le phénomène de migration non pas comme une finalité, mais comme une stratégie de classement social qui prend racine dans le pays d'origine et qui se poursuit bien en aval de l'immigration.

    Au cours de son enquête démarrée au Maroc, elle a rencontré une quarantaine de ces individus qualifiés qui ont quitté leur pays pour le Québec, et où certains sont finalement retournés. À bien des égards, leur parcours permet de décloisonner les spécialités disciplinaires et de comprendre que la migration n'est pas susceptible d'une seule lecture.

  • Migration et classement social

    Stephanie Garneau

    • Les presses de l'université de montréal
    • 27 Janvier 2022

    Les politiques en matière d'immigration que privilégient les instances publiques québécoises sont conçues pour être un gage de performance économique. Pourtant, nombreuses sont les recherches sociologiques qui pointent le haut taux de chômage des migrants, leur forte représentation parmi les travailleurs précaires ainsi que la déqualification dont ils font l'objet.

    Dans cet ouvrage, l'autrice offre un angle de vue original, car elle appelle le lecteur à décentrer son regard pour mieux « déséconomiciser » la sociologie des migrations. Elle considère ainsi le phénomène de migration non pas comme une finalité, mais comme une stratégie de classement social qui prend racine dans le pays d'origine et qui se poursuit bien en aval de l'immigration.

    Au cours de son enquête démarrée au Maroc, elle a rencontré une quarantaine de ces individus qualifiés qui ont quitté leur pays pour le Québec, et où certains sont finalement retournés. À bien des égards, leur parcours permet de décloisonner les spécialités disciplinaires et de comprendre que la migration n'est pas susceptible d'une seule lecture.

  • Antijudaïsme et influence nazie au Québec

    Pierre Anctil

    • Les presses de l'université de montréal
    • 15 Octobre 2021

    Quelle fut la réaction des francophones du Québec aux premières manifestations de la diversité culturelle à l'aube du XXe siècle ? Comment, en particulier, ont-ils accueilli les immigrants irlandais, juifs est-européens et chinois dans la ville de Québec ? En ces temps de bouleversement et de conditions économiques extrêmement difficiles, la population francophone majoritaire semble pour le moins inquiète, confuse et très réticence face à la venue de ces immigrants qui doivent surmonter de nombreux obstacles pour s'intégrer à la société canadienne-française. C'est du moins ce que révèle l'étude qu'a menée l'auteur de ce livre qui, par le prisme du journal L'Action catholique - soutenu par l'Église et représentatif des opinions d'une grande partie des élites francophones conservatrices -, décrit l'apparition de commerces juifs dans la capitale provinciale, et notamment l'ouverture, en 1931, du grand magasin Pollack.

    Avec une écriture limpide, et appuyé par plusieurs images d'archive et des sources écrites, l'historien trace le portrait précis d'un sujet qui donne à mieux comprendre les enjeux politiques et idéologiques de la diversité religieuse jusqu'à aujourd'hui.

  • Les operas de verdi. elements d un langage musico-dramatique

    Huebner

    • Les presses de l'université de montréal
    • 24 Janvier 2017

    Année après année, Giuseppe Verdi reste le compositeur d'opéras le plus joué dans le monde. Pourtant, peu d'études musicologiques sur son style ont été publiées à ce jour, et encore moins en français. En fait, ce livre, véritable guide d'analyse opératique, est le premier dans toutes les langues qui traite de façon systématique du langage musical du compositeur. En s'appuyant sur les 23 opéras en italien et en mettant en lumière leurs conventions et leurs principes sous-jacents, l'auteur examine méthodiquement les personnages et leurs intrigues au regard de l'écriture musicale et brosse ainsi le portrait d'une oeuvre grandiose. À l'aide de plusieurs exemples, il décrit avec brio la forme musico-dramatique d'un compositeur dont le style unique est, ultimement, au service de la théâtralité.

    Steven Huebner est musicologue à l'école de musique Schulich de l'Université McGill et titulaire de la chaire James McGill.

  • Les Autochtones et le Québec

    , ,

    • Les presses de l'université de montréal
    • 3 Octobre 2013

    Des premiers contacts jusqu'au récent Plan Nord, la rencontre entre les Autochtones et les descendants des Européens est au coeur du développement économique, politique et culturel du territoire aujourd'hui nommé Québec. Cet héritage commun, avec ses contradictions et ses tensions, nous est parfois rappelé dans des circonstances difficiles, comme celles de la Crise d'Oka, qui est devenue un symbole des relations tendues entre Blancs et Amérindiens. Plus récemment, les images du mouvement Idle No More ont fait le tour de la planète, tel un cri du coeur rappelant la profondeur du fossé qui sépare les nations américaines.

    Écrit par des auteurs chevronnés issus de plusieurs disciplines - histoire, ethnographie, droit, science politique, linguistique, criminologie... -, cet ouvrage unique en son genre propose une série de dix-huit essais qui plongent au coeur des réalités et des enjeux historiques et contemporains des onze peuples autochtones du Québec.

  • La fonctionnaire et le hijab

    Bertrand Lavoie

    • Les presses de l'université de montréal
    • 20 Août 2018

    Depuis plusieurs années, le port de signes religieux au sein des institutions publiques est un enjeu social important dans la société québécoise. Au milieu des années 2000, lors des travaux de la commission Bouchard-Taylor, de nombreux Québécois sont stupéfaits de constater que plusieurs de leurs concitoyennes de confession musulmane affichent publiquement leur religiosité au moyen d'un foulard couvrant leurs cheveux, le hijab. Certains projets de loi ont proposé d'interdire le port de signes religieux pour l'ensemble du personnel des organismes publics ou parapublics. Cette interdiction reste possible en droit québécois, mais elle doit se fonder sur la recherche d'un équilibre entre la neutralité religieuse de l'État et le droit à la liberté de religion.

    Quels sont les liens existants entre la laïcité et la liberté de religion au Québec ? Que signifie la laïcité pour une fonctionnaire portant le hijab ? En documentant de manière descriptive et nuancée la question des signes religieux, l'auteur propose un examen des normes étatiques et une analyse des pratiques quotidiennes des fonctionnaires québécoises qui ainsi tentent de concilier le respect de leur foi et le respect de l'État.

  • L innovation municipale. sortir des sentiers battus

    Beaudet/Shearmur

    • Les presses de l'université de montréal
    • 13 Mai 2019

    Au Québec comme dans l'ensemble des pays industrialisés, les municipalités ont dû relever, depuis le milieu du xix e siècle, des défis sans cesse renouvelés. De nos jours, l'adaptation aux changements climatiques, l'indispensable transition énergétique, les impératifs d'une mobilité moins dépendante de l'automobile, la lutte à la dévitalisation de petites communautés et le développement des outils de gouvernance numérique en constituent quelques-uns. Si elles disposent, pour y faire face, d'outils éprouvés, elles doivent souvent sortir des sentiers battus. En d'autres termes, elles doivent innover.

    Or, l'innovation est généralement associée à l'entreprise privée et aux grands organismes publics, comme si les municipalités ne pouvaient qu'emprunter les voies tracées par d'autres. C'est à cette idée reçue qu'entend s'attaquer le présent ouvrage.

    Prenant prétexte de la célébration du 15 e anniversaire du prix mérite Ovation municipale de l'Union des municipalités du Québec, il propose une mise en perspective des finalités, des motivations, des modalités, de la portée et des retombées de l'innovation dans le monde municipal québécois. Ce faisant, il révèle une dimension méconnue de l'exercice des compétences des municipalités.

  • Le partage de l'intime

    ,

    • Les presses de l'université de montréal
    • 1 Septembre 2018

    L'intime, qui est généralement tu, caché, privé, est de plus en plus exposé à l'écran et se trouve transformé du fait de cette exposition : il devient partagé, dans une sorte d'intimité à distance de soi et à destination d'autres personnes secrètes et multiples. Ce faisant, il nourrit la sensibilité du spectateur en même temps que celle du cinéaste et des artisans du film.

    Dans une série d'essais riches et contrastés, les auteurs de ce livre réfléchissent à la question paradoxale de l'intime au cinéma, par les archives, les affects, les formes narratives ou les dispositifs. Ils explorent l'univers de cinéastes aussi différents que Jean Eustache, Richard Linklater, Carolee Schneemann, Jean-Luc Godard, Leighton Pierce, Chris Petit, Xavier Dolan, Paolo et Vittorio Taviani, Jean Renoir, Lars von Trier, Laure Vermeersch, Sarah Polley, Yasujiro Ozu et quelques autres. Au fil de leurs analyses, ils font apparaître le film comme un acte, un événement, avec ses ramifications et ses conséquences sociales, politiques, esthétiques et éthiques.

  • Quand la musique prend corps

    , ,

    • Les presses de l'université de montréal
    • 22 Mai 2014

    La musique entretient des liens indissociables avec le corps. Toutefois, les recherches portant sur ce couple fondateur sont rarissimes. Point de départ et d'arrivée de la médiation musicale, le corps est un lieu d'expression et de communication, de techniques, de production de sons et de mouvements et mérite toute l'attention que les auteurs de ce livre - musicologues, interprètes et philosophes - lui prêtent.

    Du timbre vocal à la chorégraphie cultuelle, en passant par la position des doigts sur un clavier ou sur des cordes, cet ouvrage aborde plusieurs thèmes qui intéresseront grandement les musiciens, les danseurs et tous ceux que la question du corps dans l'art interpelle.

  • Trajectoires de la neutralité

    Amiraux/Koussen

    • Les presses de l'université de montréal
    • 29 Avril 2014

    Au cours des débats sur la Charte des valeurs de la laïcité, qui ont animé le Québec d'août 2013 à avril 2014, la neutralité de l'État en matière religieuse et les conditions de sa mise en oeuvre ont été âprement discutées. Quels sont les enjeux autour desquels se cristallisent les tensions générées par l'application du principe de neutralité ? Que font les États laïques en matière de régulation de la diversité religieuse pour établir des régimes de « reconnaissance » implicite ? Et comment l'interaction entre acteurs religieux et État produit- elle des situations pratiques où ce principe est directement mis à l'épreuve ? Ces questions ne se posent pas uniquement au Québec ; des discussions similaires ont lieu dans d'autres contextes et appellent une mise en perspective
    de l'idée du Québec comme « société distincte ».
    Cet ouvrage donne un aperçu de la variété et de la complexité des trajectoires de la neutralité étatique pluraliste avec des études de cas ancrées dans différents espaces nationaux et des analyses issues des sciences sociales, humaines et juridiques.

  • Discriminations et acces aux soins en guyane

    Carde Estelle

    • Les presses de l'université de montréal
    • 28 Novembre 2016

    Cet ouvrage explore les discriminations liées à l'origine des gens dans le système de santé. À partir d'un terrain spécifique - la Guyane française, terre d'outre-mer au passé de colonie esclavagiste -, l'auteure, dont l'expertise dans ce domaine n'est plus à démontrer, étudie le décalage entre les cadres institutionnels et la réalité d'un contexte précis. Elle vient combler une brèche dans les savoirs lacunaires sur les pratiques discriminatoires dans les systèmes de santé et analyse les processus sociaux et politiques qui y conduisent. Immigration, culturalisme, racisme, inégalités sociales, droit aux soins : autant d'enjeux universels qui sont ici décryptés de façon limpide.

    Estelle Carde, professeure au Département de sociologie de l'Université de Montréal, a suivi une formation en médecine et en sciences sociales. Elle travaille sur les inégalités sociales de santé en Guyane française, en France métropolitaine et au Québec.

  • L'Afrique du Sud entre émergence et responsabilité

    Moda Dieng

    • Les presses de l'université de montréal
    • 6 Février 2017

    Considérée comme paria du fait de l'apartheid et de sa politique agressive en Afrique australe, l'Afrique du Sud a longtemps été isolée de la scène internationale et africaine. Toutefois, depuis la fin de ce régime, elle a connu une évolution inédite : abandon du programme nucléaire, mise sur pied des commissions vérité et réconciliation, réconciliation nationale, réformes du secteur de la sécurité, abandon d'une politique sous-régionale belliqueuse et surtout définition d'une nouvelle identité politique progressiste. Ce parcours historique a une grande influence sur la manière dont l'Afrique du Sud post-apartheid aborde les questions de paix et de guerre. Son implication dans le règlement pacifique des conflits est tout à fait récente. Comment se manifeste son engagement ? Quels en sont les tenants, les forces et les limites ? Cet ouvrage apporte, sous plusieurs angles, des éléments de réponses à ces interrogations en étudiant le rôle croissant que l'Afrique du Sud exerce dans la gouvernance mondiale, notamment en matière de paix et de sécurité.

    Moda Dieng est professeur adjoint à l'École d'études de conflits de l'Université Saint-Paul à Ottawa. Ses recherches portent principalement sur la politique africaine, le règlement des conflits et les relations internationales.

  • Le 1% le plus riche. l exception quebecois

    Zorn Nicolas

    • Les presses de l'université de montréal
    • 26 Avril 2017

    Un bilan rigoureux et incontournable de la croissance des inégalités et un avertissement salutaire quant à la pertinence et aux limites du modèle québécois (Alain Noël, professeur de science politique, Université de Montréal).

    En analysant l'évolution du 1% le plus riche au Québec, Nicolas Zorn montre bien comment les institutions jouent un rôle crucial dans la modération ou l'élargissement des inégalités, bien davantage que l'innovation technologique ou la mondialisation. Ce livre est important pour ceux qui se préoccupent de l'accroissement des écarts de revenus et il explique ce que nos sociétés peuvent accomplir pour s'en prémunir (Emmanuel Saez, professeur d'économie, UC Berkeley).

    Ce livre fournit la description la plus complète et la plus claire sur le 1% québécois, et est porteur d'une leçon essentielle : l'augmentation des inégalités n'est pas inéluctable, c'est avant tout un choix politique (Gabriel Zucman, professeur adjoint d'économie, UC Berkeley).

    Nicolas Zorn est analyste de politiques à l'Institut du Nouveau Monde et doctorant en science politique à l'Université de Montréal. Spécialiste des inégalités économiques, il a écrit plusieurs études sur le sujet.

  • Le quebec par ses enfants. une sociologie historique (1850-1950)

    Turmel A

    • Les presses de l'université de montréal
    • 16 Octobre 2017

    De 1850 à 1950, le Québec transite d'une société rurale vers une société en voie d'industrialisation qui s'installe peu à peu dans la modernité urbaine. Dans cet important ouvrage, l'auteur observe ce passage et propose aux lecteurs de mieux comprendre l'histoire du Québec à partir du traitement que l'on a fait aux enfants. Il éclaire de manière tout à fait originale les questions difficiles à affronter, comme celle des orphelins de Duplessis, de l'adoption des filles, de notre rapport très ambigu avec l'éducation. Cet ouvrage s'inscrit dans une perspective précise, réintroduisant le passé dans le présent ; il porte au jour ces idées de jadis qui aiguillent encore nos façons d'agir. Cela place l'enfance québécoise dans une position en apparence contradictoire : un pied dans la modernité, l'autre dans certaines pesanteurs de la société agraire qui subsistent malgré tout. Au moment où l'homme a tendance à être de plus en plus présenté, ou rêvé, comme un être isolé, autonome, responsable, guidé par sa raison, opposé à la collectivité contre laquelle il défendrait son « authenticité » ou sa « singularité », les sciences sociales ont plus que jamais le devoir de mettre au jour la fabrication des individus. L'auteur de ce livre s'attelle à cette tâche avec brio.

    André Turmel est professeur associé au Département de sociologie de l'Université Laval. Il poursuit depuis des années des recherches en sociologie de l'enfance.

  • Léon Gérin ; devenir sociologue dans un monde en transition

    Frédéric Parent

    • Les presses de l'université de montréal
    • 5 Novembre 2018

    L'auteur s'inscrit dans une longue tradition sociologique au Québec - de Léon Gérin en passant par Jean-Charles Falardeau, Fernand Dumont, Gilles Houle, Nicole Laurin et Nicole Gagnon - et permet sa redécouverte. Il nous montre le cheminement de Léon Gérin, « le premier sociologue cana­dien », en même temps que celui d'une certaine société, comme une trame évolutive de l'individu et de la collectivité dans laquelle il s'active.

    Le recours à la correspondance nourrie de Gérin, ainsi qu'à de riches fonds d'archives, nous fait entrer dans le privé, aborder des aspects difficiles à déceler dans d'autres types de sources et reconstituer les réseaux de relations du sociologue. Les connaissances qui en découlent apportent un éclairage qui nous fait mieux comprendre la société québécoise de cette époque, mais aussi d'aujourd'hui.

  • Grandeurs et misères de l'université québécoise : souvenirs et réflexions d'un recteur

    Robert Lacroix

    • Les presses de l'université de montréal
    • 16 Septembre 2019

    Autobiographique autant qu'historique, cet ouvrage pousse la réflexion bien au-delà de la simple anecdote sur le parcours somme toute unique de son auteur. Celui-ci fut recteur d'une des plus grandes universités de recherche du Canada pendant sept années et professeur de sciences économiques pendant 35 ans. Il témoigne de plusieurs questions primordiales sur la place de l'université dans notre société, outre celles de l'éducation, de la recherche ou du leadership. Ce faisant, il passe au crible le fonctionnement de cette organisation complexe en analysant ses liens nécessaires avec les partenaires externes et les fonctions souvent méconnues de chacun de ses acteurs. Il explore au détour les notions de philanthropie dans un contexte francophone, de syndicalisme ou d'engagement envers l'excellence.

    Écrits sur un ton personnel, mais gardant une saine distance envers son sujet, ses souvenirs et ses réflexions viennent enrichir le patrimoine historique québécois en offrant un regard inédit sur l'une de ses institutions les plus fondamentales.

  • Les Zombies

    , ,

    • Les presses de l'université de montréal
    • 18 Février 2015

    Qu'est-ce qu'un zombie ? Un « paradoxe ambulant » précédé d'une odeur nauséabonde, selon certains ; un « héros culturel de l'ère néobaroque », selon d'autres. Parfois comique, le plus souvent terrifiant, cet être putride possède un insatiable appétit pour la chair fraîche et, occasionnellement, le sexe.

    Le monstre a envahi depuis longtemps la culture populaire : cinéma, bande dessinée, télévision, littérature et jeux vidéo regorgent de sa répugnante présence, qui commence aussi à infester le monde universitaire. À preuve, ce livre où des spécialistes de diverses disciplines se penchent sur le phénomène des morts-vivants, et posent des hypothèses pour mieux comprendre leur incroyable vitalité dans la psyché collective.

    Bernard Perron est professeur titulaire au Département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques de l'Université de Montréal.
    Antonio Dominguez Leiva et Samuel Archibald sont tous deux professeurs au Département d'études littéraires de l'Université du Québec à Montréal.

  • Vivre en famille au coeur de la ville

    Meloche/Torres

    • Les presses de l'université de montréal
    • 13 Octobre 2015

    La réinvention de l'habitat familial par le développement de la ville satellite, de la cité jardin et plus largement de la banlieue a suscité (et suscite encore) beaucoup d'enthousiasme ; or, les effets pervers de la prolifération de ces formes urbaines, notamment par la disqualification des quartiers anciens et des espaces publics, puis par la dépendance à l'automobile, sont de plus en plus évidents. Aujourd'hui, le défi de mieux arrimer la vie en famille et la ville reste entier. Il passe par la transformation des milieux aménagés dans les dernières décennies, mais surtout par la requalification des quartiers anciens au coeur de la ville.

    Ce livre ne propose pas seulement de revisiter les arguments mettant en opposition ville et banlieue. Il vise à rendre intelligible une réalité complexe et nuancée : celle de la diversité des quartiers, des familles et des perspectives d'intervention dans le but non pas de favoriser une forme d'habitat au détriment d'une autre, mais d'envisager l'environnement urbain comme un ensemble d'espaces complémentaires et, à leur manière, profitables.

  • Une guerre sourde

    Jabara Carley Michae

    • Les presses de l'université de montréal
    • 19 Septembre 2016

    Les années 1920 ont été le théâtre de la montée en puissance de l'Union soviétique et de l'alignement des pays occidentaux contre le « péril rouge ». Cette histoire, qui pourrait s'intituler « La première véritable guerre froide », a le plus souvent été racontée du point de vue des puissances de l'Ouest. Mais avec l'effondrement de l'URSS, dans les années 1990, l'accès aux archives soviétiques a permis de jeter un tout nouvel éclairage sur cette période. Replacées dans leur juste contexte par le travail méticuleux et acharné de Michael J. Carley, et accompagn.es de documents de sources britannique, française, allemande et américaine, dont plusieurs inédits, ces archives nous livrent le récit - décrit de l'intérieur - des premières années de l'État soviétique.
    En faisant une large place à l'humain, l'auteur illustre, non sans humour, le rôle essentiel d'individus comme Joseph Staline ou Léon Trotski, et leur influence sur la politique étrangère, qui se déploya dans des arènes assez éloignées de Moscou, notamment en Turquie, en Perse, en Afghanistan et, particulièrement, en Chine. Il retrace avec précision les positions et les interventions publiques - et surtout privées - des personnages de ce récit historique, et brosse un portrait vivant de la diplomatie des ann.es 1920 et des relations de l'URSS avec l'Allemagne, la Grande-Bretagne, les États-Unis et la France. L'actualité insufflant un véritable regain d'intérêt pour la Russie, ce livre saura captiver les érudits comme les amateurs.
    Michael J. Carley est professeur-titulaire au Département d'histoire de l'Université de Montréal. Il poursuit depuis plusieurs décennies sa recherche sur les relations entre l'URSS et les pays occidentaux, notamment de 1917 à 1945.

  • Plurilinguisme et de pluriculturalisme

    Lane-Marcier G Merkl

    • Les presses de l'université de montréal
    • 25 Avril 2016

    Rares sont les sociétés contemporaines qui ne sont pas pluriculturelles et plurilingues, en raison notamment de l'émergence de l'anglais comme nouvelle lingua franca et de l'augmentation des flux migratoires des quarante dernières années. Dans un contexte de mutations sociales et économiques mondiales sans précédent, les défis posés par les politiques linguistiques et culturelles font désormais partie intégrante de notre quotidien. Mais quels sont leurs véritables enjeux - juridiques, politiques, culturels et symboliques - ainsi que leurs incidences sur l'éducation, la traduction ou les langues autochtones?

    Dans une perspective résolument interdisciplinaire, ce livre fait état de la recherche collective sur la question du plurilinguisme officiel dans plusieurs pays et de solutions concrètes à des problèmes communs. Sa pertinence et son originalité résident autant dans l'actualité que dans la ferme volonté de réfléchir aux réformes à envisager afin que chaque citoyen ait la possibilité, selon l'idéal de la diversité universelle prôné par l'UNESCO, de s'exprimer, d'apprendre et d'exercer ses droits civiques dans la langue de son choix.

  • Histoire des pensionnats indiens catholiques au Québec

    Henri Goulet

    • Les presses de l'université de montréal
    • 2 Août 2016

    Une énigme : pourquoi les pensionnats indiens du Québec étaient-ils si peu nombreux - six en tout - comparativement à ceux de l'Ontario et de l'Ouest canadien ? Pourquoi ont-ils ouvert si tardivement - au début des années 1950 - a lors qu'ailleurs i ls sont implantés dès la fin du 19e siècle ? Autre énigme : comme la majorité des pensionnats catholiques canadiens étaient administrés par des pères oblats - 39 sur 45 - et que ceux-ci missionnaient dans la plupart des communautés autochtones au Québec depuis le milieu du 19e siècle, pourquoi ont-ils attendu si longtemps avant d'ouvrir des pensionnats au Québec ?
    Fondé sur les archives des pères oblats, très peu exploitées à ce jour, ce premier livre sur les pensionnats autochtones au Québec relate l'histoire de chaque établissement. L'auteur y fait ressortir les pressions politiques exercées par la communauté religieuse sur les autorités fédérales au moment même où le gouvernement libéral de Louis St-Laurent projetait de fermer ces institutions au Canada anglais. Il met aussi en lumière l'idéologie des oblats en matière d'éducation des enfants autochtones : contrairement à ce que prônait la politique d'intégration dans les écoles publiques du département des Affaires indiennes dans les années 1950, ils cherchaient plutôt à maintenir vivante la culture de leurs pensionnaires. Écrit dans le contexte tendu de la Commission de vérité et réconciliation, ce livre ouvre la voie à une interprétation différente de la responsabilité première de ces institutions au Québec.

    Henri Goulet a été chargé de cours en histoire et en études québécoises à l'Université de Montréal. Il a publié, entre autres ouvrages, avec Jacques Rouillard Solidarité et détermination. Histoire de la Fraternité des policiers et policières de la Communauté urbaine de Montréal (Boréal, 1999), ainsi que L'enseignement médical : une profession. Histoire de l'AMCEM, 1968-2008 (PUM, 2008).

  • Les villes non occidentales

    Collectif

    • Les presses de l'université de montréal
    • 15 Mai 2017

    Cet ouvrage souhaite montrer la richesse d'une ouverture géographique et thématique des recherches urbaines actuelles en présentant celles qui prennent en considération les villes situées en dehors de l'aire occidentale. Il donne la voix à de jeunes chercheurs et praticiens originaires de six pays et de trois continents qui, par leurs réflexions engagées, proposent de corriger les perceptions souvent négatives, voire catastrophiques, de l'urbanisation non occidentale. En partant du principe que tout espace urbain est aussi banal que singulier, ils aident à décentrer le regard et à envisager sérieusement l'importance de l'altérité dans la construction des représentations collectives. Ouvert sur le monde, donc, cet ouvrage montre tout l'intérêt de diversifier les approches théoriques et empiriques en urbanisme, dont le fort ancrage nord-américain ou européen empêche souvent de rendre compte des multiples réalités des villes de la planète.

    Docteur en géographie, Gabriel Fauveaud est chercheur invité au Centre d'études et de recherches international de l'Université de Montréal ( CÉRIUM ) et chercheur associé à l'UMR 8586 Prodig.

empty