Les mots bleus editions

  • Fils de paysans travaillant sur les terres du cruel comte de Nansac, Jacquou voit son père injustement condamné aux galères, avant d´assister impuissant, à la mort de sa mère. Orphelin à neuf ans, il est recueilli par le curé Bonal qui l´instruira et s´occupera de son éducation. Au fil des années, il deviendra un jeune homme séduisant, toujours épris de la jolie Lina. Rongé par son serment de se venger des Nansac, il transformera pourtant son désir en un combat contre l´injustice sociale.
    Texte adapté pour la jeunesse par Valérie Levardon

  • Rien ne distingue Laura, des autres jeunes filles de son âge, si ce n´est une beauté remarquable. Cependant, elle cache une blessure qui l´emmènera à faire basculer le destin de ceux qu´elle croisera. Au sein d´un huis-clos étouffant, dans un immeuble parisien, chacun chemine, masqué par l´habit social ; pourtant, sans pudeur, les masques tomberont, annihilant les faux-semblants et obligeant chacun à se révéler au grand jour. Qui sont réellement les personnages de cette étrange histoire ? Des gens ordinaires ? Quels secrets les unissent dans un complot qui trop souvent leur échappe ? Une question hante les protagonistes : le poids du passé laisse t-il sa place au libre-arbitre ? L´auteur a choisi de mener une intrigue à rebondissements où tout le monde peut se reconnaître et se demander : « cela peut-il m´arriver demain ? »

  • Deux frères, intimement liés qui, épris de la même femme, affrontent l'ambivalence de leurs sentiments.Jean et Henri Marchand traversent la période de l'entre deux-guerres, en suivant le parcours de Marx Dormoy (1888-1941), politicien de l'Allier jusque dans les coulisses du pouvoir. Confrontés au scandale Stavisky, à la Cagoule, à la menace de la guerre, les deux hommes s'opposent, déchirés par leur jalousie, sans jamais aperçevoir les liens qui se tissent entre l'Histoire et leur destin.
    Histoire d´amour, intrigue de société, c´est en s´inspirant des souvenirs de sa grand-mère que Valérie Villatel a eu l´idée d´écrire son deuxième roman.C'est aussi un hommage rendu à Marx Dormoy, à son courage politique et à tous ceux qui, comme lui, ont sacrifié leur vie pour défendre les valeurs de notre Démocratie.

  • « Il y avait une chose qui étonnait fort la petite demoiselle Valérie. Elle avait ouï dire à la cuisinièreque Damase n´avait ni père ni mère : cela, elle ne le comprenait pas(...) - Alors, tu n´as ni père ni mère ?
    - Hé ! non, notre demoiselle. (...) - Alors, n´ayant pas de parents, tu n´aimes personne, Damase ?
    - Pardonnez-moi, demoiselle, j´aime ceux qui me font du bien.
    - Et qui ça, la Mariette ? la Fillette ?
    - Oui, j´aime tous ceux de Guersac.
    - Tu aimes papa aussi, alors ?
    - Oui, je l´aime parce qu´il est bon et qu´il m´a retiré de la charité.
    - Et moi, tu m´aimes aussi, Damase ?
    - Oui, notre demoiselle, je vous aime plus que tous les autres ensemble !
    - Et pourquoi ça ?
    - Je ne peux vous en rien dire, ne le sachant point ; seulement, je me ferais couper en morceaux pour vous ! »

empty