Les moutons électriques

  • Autour du chaudron fumant, trois silhouettes s'activent : les sorcières font frémir à petit feu des mystères parsemés de poils de chat noir. Des cris d'horreur, des frissons enfantins et de sensuelles silhouettes féminines bouillonnent dans leur potion verdâtre. Leurs voix fredonnent des noms familiers : Baba Yaga, Morgane, Médée, Carrie, Esmé Ciredutemps... Leur sabbat fait danser, depuis des siècles, une litanie de clichés : crapaud, balai, chapeau pointu... Mais qui sont ces envoûteuses dont les doigts crochus lacèrent la toile du temps ? Sont-elles les fiancées du Diable ou de simples révélatrices d'une sombre Histoire du féminin ? Nécromanciennes redoutables, guérisseuses ignorées, doubles obscurs des fées, femmes fatales livrées au bûcher... Rejoignez-les dans ce grimoire moderne qui vous révèlera les lointaines origines et l'étrange destinée de vos sorcières bien-aimées ! Après Pirates !, Julie Proust Tanguy explore une des autres ombres de notre imaginaire : la sorcière. Quand elle ne se passionne pas pour les rebelles de l'Histoire, elle anime la rubrique « Passerelles » de la revue Fiction, le blog De Litteris, des parties de jeu de rôle et des cours de lettres classiques.

  • 1969-1989 : vingt années durant, les Monty Python - John Cleese, Graham Chapman, Terry Gilliam, Eric Idle, Terry Jones et Michael Palin - ont déployé, dans leurs émissions télévisées, leurs disques, leurs livres et leurs films, un humour décapant, d'un style si unique, si caractéristique, que dans les pays anglo-saxons l'adjectif pythonesque est passé dans le langage courant, en bonne compagnie avec rabelaisien, shakespearien, proustien, kafkaïen ou bernard-henri-lévyen.

    Bon. Peut-être pas le dernier. Il faudrait vérifier.

    Bref.
    Aussi brillant et singulier qu'il soit, le groupe n'est pas le fruit d'une génération spontanée : il s'inscrit clairement dans une transformation de l'humour après-guerre au Royaume-Uni, et plus encore dans le grand mouvement de contestation des années soixante. Ce livre examine les origines des Monty Python, leurs biographies, les circonstances de la création du groupe, sa carrière jalonnée de scandales, sa fin tragique et sa postérité.
    Un ouvrage que nous nous permettons de juger indispensable.

    (Nothombien, plutôt ? Angotesque ? Mussoïais ? Bogdanovoïde ?)

  • Imaginez un passé qui aurait pu être ! Un XIXe siècle victorien soudain théâtre de l'affrontement de robots gigantesques propulsés grâce à la vapeur, des gentlemen magiciens luttant contre des créatures maléfiques - le steampunk c'est cela et encore bien d'autres folies, des rouages, du cuivre, des dirigeables, tout un imaginaire populaire entièrement revisité et réinventé, dans une étourdissante relecture des oeuvres de Jules Verne et de H. G. Wells. Une nouvelle esthétique du « rétro-futur » prend son envol ! Sous la plume des meilleurs spécialistes du genre, vous saurez tout du steampunk, dans un beau livre qui s'impose comme la référence ultime sur le sujet. Avec la participation d'Arthur Morgan. Illustrations de Dave Clifton, Richard `Datamencer' Nagy, Prince Gigi, Sam Van Olffen, Christopher Perez.

  • En quelques décennies, le zombie s'est imposé comme une figure incontournable de la culture globale, s'adaptant et mutant pour se maintenir sur la ligne d'horizon.
    Bien plus que de notre chair, c'est de nos peurs qu'il se nourrit, incarnation putride et déshumanisée de l'avenir incertain qui hante nos sociétés.
    Julien Bétan et Raphaël Colson, deux anciens libraires férus de culture populaire, épaulés par Julien Sévéon, de la revue Mad Movies, ont réalisé cette étude historique et culturelle de ce que Deleuze et Guattari qualifiaient de « seul mythe moderne » : le zombie !

  • Space Opera : une succursale majeure de la science-fiction. Tout l'imaginaire des espérances de l'espace, lorsque cape flottant à l'épaule et pistolet-laser au poing, de vaillants héros parcouraient les immensités galactiques à bord de leurs vaisseaux rutilants. De Flash Gordon à Star Trek, de la faune de l'espace aux empires galactiques, d'E. E. Doc Smith à Samuel Delany en passant par Poul Anderson, Isaac Asimov, Charles Harness et E. C. Tubb, sans oublier Buck Rogers, Dan Dare, Perry Rhodan, les pulps, les serials ou Doctor Who : l'histoire illustrée du rêve spatial, lorsque les étoiles étaient plus proches. André-François Ruaud s'est entouré de Vivian Amalric, Jean-Michel Archaimbault, Isabelle Ballester, Jean-Daniel Brèque, Raphaël Colson, José Gérard, Christine Luce, Richard D. Nolane, Élisabeth Vonarburg et Roland C. Wagner, sous une préface de Gérard Klein, pour un beau livre célébrant le mythe de l'aventure spatiale avant Star Wars - avec comme toujours une riche iconographie.

  • A€ travers une exploration du "cinéma vomitif" (mondo, torture flicks, snuff movies et autres "mauvais genres"), cet essai se propose de réfléchir librement aux rapports ambigus que le spectateur entretient avec la violence extrême. L'étude de cette face sombre du 7ème art, généralement ignorée ou méprisée, permet pourtant de remettre en question un certain nombre d'idées reçues et de catégorisations hâtives.

  • Nés dans les pages des comic books américains dans les années 1930, les super-héros sont taillés aux dimensions du gigantisme des États-Unis, à la hauteur des gratte-ciel qu'ils franchissent d'un bond. Désormais figures populaires aimées de tous, ils furent pourtant longtemps regardés d'un mauvais oeil par la censure aux États-Unis ou en France, jugés pernicieux et néfastes pour la jeunesse ou pointés du doigt comme suppôts de l'impérialisme par la contre-culture.

  • La science-fiction, dans sa version littéraire ou cinématographique, a depuis longtemps alimenté les visions technologiques en mettant en scène toutes sortes d'objets « futuristes ». Voitures volantes, vaisseaux spatiaux, stations orbitales et autres robots humanoïdes ont ainsi formé l'ossature de bien des récits. Pour autant, ces artefacts emblématiques semblent absents de notre vie de tous les jours, comme si l'avenir décrit depuis une soixantaine d'années était sans cesse repoussé. Ce qui n'empêche pas certains de continuer à répéter ces mêmes mythes, comme victimes d'une panne d'imaginaire. Doit-on se cantonner à ces visions du futur ? Des imaginaires alternatifs ne sont-ils pas en cours de construction ? Est-ce que cet avenir technologique n'est pas advenu autrement ?
    Cet ouvrage aborde ces différentes questions et montre comment d'autres champs que la science-fiction explorent des futurs possibles. En s'intéressant à notre rapport aux objets numériques, il montre ainsi comment artistes, designers, programmeurs ou architectes permettent un renouveau des imaginaires technologiques.

  • Zone interlope, où tout semble encore possible, l'adolescence cristallise les hystéries du monde contemporain. Cible privilégiée du formatage culturel mais puissance de subversion suscitant la crainte de toutes les autorités (familiale, politique, éducative), l'adolescence est aussi l'objet d'une exploration cinématographique tous azimuts où s'articule et se recompose sans cesse le rapport à la norme et à l'identité. Parcours singulier et kaléidoscopique dans l'univers du film adolescent, cet ouvrage sonde sans a priori l'intimité des adolescents, d'une multitude d'adolescents : les potaches de Judd Apatow, les fêtards d'Harmony Korine, les nihilistes de Larry Clark, les collés de John Hugues, les banlieusards d'Abdellatif Kechiche, les suicidées de Sofia Coppola, les vacanciers d'Eric Rohmer, et tant d'autres encore... Olivier Davenas est critique musical pour le magazine Big Bang. Il est diplômé de philosophie de l'art de l'Université Paris-Sorbonne.

  • Le 21 juillet 1969, près d'un demi milliard de personnes étaient devant leur téléviseur pour assister au débarquement de deux Américains sur la Lune. Mais de nos jours, en tapant « Armstrong » dans un moteur de recherche, on tombe d'abord sur un coureur cycliste à l'éthique douteuse et pas sur l'astronaute ayant le premier foulé de sa botte l'astre des nuits. Pourtant, l'espace et ses conquérants ont fait rêver nos pères, et les pères de nos pères depuis des siècles et même des millénaires. Avant même que sonnez devienne proverbial pour son aérodynamisme, Cyrano explorait la Lune.Jules Verne et H.G. Wells nous l'ont décrochée. Tous les grands héros, deTintin à Mickey, en passant par le Spirit et l'Espiègle Lili, ont tenté de l'atteindre, et y sont souvent parvenus. Comment notre civilisation a-t-elle tourné le dos aux mondes lointains, et pourquoi ne délègue-t-elle plus que des machines pour aller les explorer ? L'homme a-t-il encore sa place dans ces espaces infinis ?

  • Long John Silver, Barbe Noire, Jack Sparrow... Jambes de bois, perroquets, rhum, trésors... Autant d'images qui tissent, dans nos esprits, la figure du pirate. Étonnante vitalité que celle de ce rufian qui, de l'Antiquité à nos jours, s'est toujours illustré dans nos imaginaires, quel qu'en soit le support d'expression ! Jadis barbare, hors-la-loi, source de terreur et de cruauté ; aujourd'hui, symbole de liberté, de résistance et d'aventure. Comment expliquer une telle évolution ? Embarquez sous le pavillon noir pour découvrir les distorsions de la légende de ces bandits qui, après avoir parcouru les sept mers, hantent désormais le cyber-espace...

  • Vampires, loups-garous, fantômes et sorcières ont toujours été présents parmi nous. Effrayants, envoûtants, fascinants, ils tremblent désormais devant les arbalètes et les pieux d'humaines vulnérables qui les pourchassent sans pitié... Sans pitié ? Pas si sûr, car bien souvent, l'amour se noue entre créatures surnaturelles et fragiles mortels. En quelques années à peine, la bit-lit a dépoussiéré l'image des vampires et rendu au féminisme les honneurs qui lui sont dus. Les femmes occupent aujourd'hui le devant de la scène tandis que les monstres frissonnent de peur et de désir pour elles... Plongez avec nous dans cette étude d'un genre qui a su réunir lecteurs et spectateurs de tous âges pour les faire frémir à l'unisson. Mordue des vampires, accro aux débordements sanglants et amatrice d'amours impossibles, Sophie Dabat, entourée d'autres spécialistes et passionnées comme Isabelle Ballester, Elisabeth Campos et Coralie David (plus des entretiens avec Charlaine Harris et Kelley Armstrong), s'est plongée avec délice dans l'étude de ce phénomène de mode du XXIe siècle, la bit-lit !

  • Signe des temps : les prophètes de malheur pullulent et envahissent tout tels une onzième plaie.
    Et s'ils s'étaient tous trompés ? Et si le ciel ne nous tombait pas sur la tête ? Et si Godzilla ne venait pas nous croquer ? Et si Damien n'était qu'un petit garçon mal élevé ?
    Et d'abord, qu'est-ce qu'elle raconte en vrai, l'Apocalypse ?
    Alex Nikolavitch est scénariste de bandes dessinées, mais surtout traducteur de comic books depuis de nombreuses années, ce qui l'a conduit à disséquer de près cette forme de narration graphique. Il a signé entre autres les adaptations françaises de Planète Hulk, Batman : l'Asile d'Arkham, L'Arme X, Uncle Sam ou des Mickey de Gottfredson.

  • Depuis le flâneur des villes jusquà lexplorateur de salon, de la dérive au détournement, la psychogéographie nous procure de nouvelles manières dappréhender notre environnement, des méthodes pour transformer les rues familières de notre expérience quotidienne en quelque chose de nouveau et dinattendu. Depuis Guy Debord et les situationnistes jusquà Jacques Réda, Iain Sinclair ou Will Self, en passant par Stevenson, Baudelaire, Léon-Paul Fargue ou Jacques Yonnet, nombreux sont les adeptes de la psychogéographie qui ont couché par écrit leurs errances et leurs explorations urbaines. Londres et Paris sont les territoires privilégiés de la psychogéographie, mais celle-ci peut se pratiquer tout aussi bien à New York ou à San Francisco, à Lisbonne ou à Bruxelles. Cet ouvrage conduit le lecteur à travers lhistoire et les processus de la psychogéographie, en offrant à la fois une explication et une définition des termes concernés, et une analyse des figures et uvres clefs de ce mouvement.
    Avec la collaboration dOlivier Bailly, Julien Bétan, David Calvo, Raphaël Colson, Guy Darol, Damien Dion, Sara Doke, Patrick Marcel, André-François Ruaud.

empty