Nil éditions

  • "Helléniste, connaisseur des anciens, Jacques Lacarrière était l'homme idéal pour mettre ses pas dans ceux d'Hérodote, voyageur infatigable et premier "grand reporter" de l'Histoire. Cheminant à ses côtés, l'interrompant à la pause d'utiles commentaires et de lumineux rapprochements, il propose de ce Grec illustre et mal connu une traduction coulante, plus fidèle qu'aucune autre à l'esprit d'un conteur dont la tradition prétend qu'il aimait à lire son oeuvre en public sur l'agora." Matthieu Galey, L'Express

  • « Par deux fois mon père m'a lancé des injonctions qui n'ont cesse de me poursuivre: "Un garçon bien ne dit pas ça" après que, à l'âge de sept ans, j'ai interpellé un petit camarade avec des accents racistes. Et "Il faut faire durement les choses nécessaires, sois raisonnable et humain" dans la dernière lettre qu'il écrivit avant de se jeter d'un train à pleine vitesse. Déchiffrer ces messages a été l'un des fils rouges de mon itinéraire intellectuel et de ma vie d'homme. Je ne suis pas certain d'y être parvenu dans le sens exact que Jean Kahn donnait à ses propos, mais j'ai élaboré moi-même un corpus de valeurs que je suis capable d'expliciter, de fonder en logique, de telle sorte que mes interlocuteurs et lecteurs puissent s'en saisir pour les contredire ou se les approprier. » Dans ce nouvel ouvrage, le célèbre généticien revisite les fondamentaux de sa réflexion éthique à la lumière de sa propre vie. Il montre comment s'élabore une réflexion approfondie autour de questions aussi cruciales que la procréation pour autrui, l'homoparentalité, l'euthanasie... et s'insurge contre les "icônes corruptrices" (dévalorisation de l'Autre, utopie scientiste, passion, argent...) qui peuvent fausser le jugement des médecins ou des scientifiques, même les plus éminents. Salutaire.

  • Un jour d'automne 1991, le narrateur se pose sur l'aéroport d'Alger. Jamais depuis trente ans, il n'est revenu dans ce pays où il est né et qu'il a mis sous clef dans sa mémoire. Dans un double travail d'enquête et de deuil, il fouille le présent et le passé de l'Algérie, revit son enfance et tente de comprendre un pays qu'il a tant aimé. En 1962, son père et son grand-père sont assassinés. À l'époque, les tueurs - FLN, OAS ou autres - n'ont jamais été identifiés. La violence et l'exode ont chassé le narrateur vers la métropole. Trente ans plus tard, l'enfant devenu journaliste reprend l'enquête. Aujourd'hui, entre le parti du sabre et le goupillon islamiste, les Algériens se torturent entre eux. On sait si peu de l'Algérie actuelle. Le narrateur plonge au coeur de l'islamisme algérien, de son organisation, des attentats et des massacres pour comprendre la nature et l'ampleur du mal algérien. Sans prendre parti, l'auteur fait en écrivain son métier de grand reporter. Il dit un pays devenu fou, en décrit les tourments. Mais par ce jeu de miroirs entre hier et aujourd'hui, il plonge en lui-même comme dans Alger la rouge, rude confrontation et descente aux enfers dont il ressort lavé.

  • La France est un grand pays d'avenir, capable de retrouver les voies d'une vraie croissance, sans laisser personne sur le bord du chemin. Tel est le message de l'homme politique.

  • Pourquoi ce succès du bouddhisme en occident ? révèle-t-il une faille dans la civilisation occidentale, scientifique et technique, un besoin insatisfait ? nul n'était mieux placé que matthieu ricard, à la fois intellectuel occidental et moine bouddhiste, pour traiter cette question et d'abord exposer ce qu'est exactement le bouddhisme.
    Les considérations de jean-françois revel, tout en comportant de sérieuses réserves ou objections, retiennent la partie du bouddhisme qu'il estime acceptable et universelle, sa sagesse dans la conduite de la vie. elles mettent en lumière les échecs de la pensée occidentale, notamment la faillite des grands systèmes philosophiques et des grandes utopies politiques, qui peuvent expliquer la présente attirance des occidentaux pour une forme de sagesse à la fois très ancienne et très nouvelle.
    Voilà pourquoi et comment, à hatiban, au népal, dans l'isolement d'un site perché sur une montagne dominant katmandou, se déroulèrent, en mai 1996, les entretiens qui fournissent la substance de cet échange entre le moine et le philosophe.

empty