Nouveau Monde Editions

  • Le choc de Carnac

    Sophie Marvaud

    • Nouveau monde editions
    • 25 Juin 2015

    - 4700 avant J. C. Les environs de Carnac sont occupés par deux groupes d'humains. Les Nomades des forêts vivent de chasse et de cueillette comme leurs ancêtres les plus lointains. Les Pêcheurs de la côte se sont fixés là où l'ampleur de la marée permet d'abondantes récoltes de poissons à l'aide de barrages de pierres. Un équilibre s'est instauré entre les deux groupes, fait d'échanges (de nourritures, de biens et de femmes) et aussi de conflits qui cessent au premier sang versé.Mais voilà que de nouveaux venus incendient les forêts, bâtissent des maisons et interdisent le passage sur de vastes territoires. Ils retiennent prisonniers des animaux inconnus. Ils domestiquent la terre qui leur offre de grosses quantités de céréales. Ce sont les Cultivateurs des vallées.Le conflit semble inévitable quand, Longues-jambes, le commerçant voyageur (qui connaît déjà les trois groupes) propose sa médiation. Il est assassiné. Cette fois, la guerre est déclarée et des humains visent à mort d'autres humains ' une nouveauté effrayante.Le soir de cette première bataille, au milieu des cadavres et des blessés, trois femmes s'interposent : Sourire-de-lynx chez les Nomades, Paruline chez les Pêcheurs, Ardente chez les Cultivateurs. Elles proposent de découvrir ensemble qui a tué le commerçant : le meurtrier porte la responsabilité de la guerre. Chacune garantira pour son groupe l'impartialité de l'enquête. Le coupable et son peuple devront quitter la région, laissant les deux autres se la partager. Persuadé que l'assassin se trouve chez ses ennemis, chacun accepte cette issue radicale.Tout en décrivant la rencontre des derniers chasseurs-cueilleurs et des premiers agriculteurs de Bretagne, Sophie Marvaud poursuit sa réflexion sur les rapports sociaux dans la Préhistoire, et en particulier sur le pouvoir et la violence. Elle s'appuie sur les analyses les plus récentes des spécialistes.Romancière, elle a publié Le Secret des cartographes chez (Plon 2008), Suzie la rebelle (Nouveau Monde éditions, 2014) et dans la collection « Crimes et Monuments » Meurtre chez les Magdaléniens.

  • Scipion l'Africain : le vainqueur d'Hannibal qui sauva Rome Nouv.

    Scipion l'Africain : le vainqueur d'Hannibal qui sauva Rome

    Luc Mary

    • Nouveau monde editions
    • 4 Mai 2022

    Adulé par ses soldats, respecté par ses adversaires et honoré par Rome, Scipion dit « l'Africain » (- 236 - 183) reste, pour la postérité, celui qui a sauvé la République après avoir anéanti les phalanges carthaginoises d'Hannibal lors de la bataille de Zama.  Fils d'un général ayant succombé en Espagne devant l'envahisseur punique, Scipion est un pur produit de la République romaine et un César avant la lettre. Parvenu sur la plus haute marche du podium romain à l'âge de 25 ans sans avoir été consul ni même préteur, il est l'un des généraux les plus talentueux de l'Antiquité. Sa victoire sur Hannibal l'a porté au zénith de sa gloire. En 202 avant notre ère, Scipion devient en effet le grand vainqueur de la Seconde Guerre Punique, un conflit long de plus de seize ans ayant opposé Rome à la cité marchande de Carthage. Stratège doué d'un vrai sens politique, il sait user de l'art de la simulation sur les champs de bataille, nouer des alliances et s'assurer la confiance des peuples vaincus. Aux dires de l'historien Polybe, son génie tactique va de pair avec sa magnanimité, comme l'atteste la libération des prisonniers puniques à l'issue de la prise de Carthagène.Scipion, surnommé l'Africain après Zama, est le premier grand général à avoir marqué la longue histoire de Rome. Cette biographie, la première depuis quatre-vingts ans, nous offre un portrait vivant de ce personnage hors pair, le tirant enfin de l'oubli.  Auteur d'une quarantaine de livres, Luc Mary est spécialiste de l'histoire gréco-romaine. Il a notamment écrit Hannibal, l'homme qui fit trembler Rome (2013), mais aussi Rends-moi mes légions ! (2010) et Les Thermopyles (2011).

  • Conversations avec Iggy Pop

    Christophe Goffette

    • Nouveau monde editions
    • 16 Mars 2022

    Il est le dernier monstre sacré et la dernière véritable bête de scène encore debout ! Indomptable, refusant toute notion d'embourgeoisement, Iggy est resté sauvage et n'a jamais galvaudé son surnom d'« Iguane ». Respecté par toutes les générations de musiciens depuis plus d'un demi-siècle, considéré comme le seul et unique « parrain du punk », Iggy a toujours su transcender sa propre légende, se mettre à nu (au propre comme au figuré !) pour alimenter un mythe sans cesse renouvelé - ainsi qu'une discographie ô combien riche et flamboyante.
     
    La France a toujours aimé Iggy et soutenu lors des périodes les plus complexes de sa vie. Notre homme, jamais ingrat, lui a toujours rendu la pareille, devenant petit à petit l'un des artistes les plus francophiles qui soient. Son amour pour la culture française (il a déjà chanté Gainsbourg, Brassens, Piaf et même Prévert !) et pour le public français se verra honorer en mai 2022 de la plus longue tournée de l'Iguane sur notre sol, avec au total 13 dates et aucune région épargnée !
     
    En l'absence d'autobiographie, ce livre d'entretiens comble un manque criant d'ouvrages sur le bonhomme, qui n'est pas facile à approcher. Personne n'a jamais pu l'interviewer autant de fois (une dizaine !), sur un laps de temps aussi étendu (30 ans). Les interviews, très détaillées, couvrent tous les aspects de sa carrière et de sa vie chaotique. Elles permettent aussi de rendre compte des évolutions de son état d'esprit. Elles sont complétées ici de leurs repères discographiques, biographiques et scéniques idoines.
    L'auteur : Christophe Goffette dirige des revues (principalement musicales) depuis trois décennies, revues musicales dans lesquelles il a toujours beaucoup écrit, se spécialisant dans des entretiens au long cours. Il est également traducteur, scénariste, producteur, directeur artistique, patron de maison de disques (et d'une radio rock) ou encore réalisateur. Il a traduit et présenté le monumental Tout Bowie (Nouveau Monde éditions).
     

  • Les armes secrètes de la CIA : tortures, manipulations, armes chimiques Nouv.

    Les armes secrètes de la CIA : tortures, manipulations, armes chimiques

    Gordon Thomas

    • Nouveau monde editions
    • 23 Mai 2022

    Hélas, si... et ce depuis plus de soixante ans. Dès le début de la guerre froide, la CIA a développé des "programmes de recherche" utilisant manipulations mentales, tortures et armes chimiques. Dans les années 1950, des cliniques nord-américaines financées par la CIA ont administré à d'innocents dépressifs ou malades mentaux des doses massives de drogues, d'électrochocs et autres traitements inhumains, à seule fin de trouver la clé du "reconditionnement mental") des ennemis des États-Unis, les communistes. Des substances mortelles telles que l'anthrax ont été testées à grande échelle sur l'ennemi pendant la guerre de Corée, mais aussi sur des populations carcérales et des objecteurs de conscience. L'existence de ces mêmes armes, attribuée à Saddam Hussein, devait pourtant justifier, des années plus tard, en 2003, la seconde guerre du Golfe. Les récentes tortures et humiliations commises dans les prisons de Guantanamo, d'Abou Ghraib et en Europe de l'Est n'ont donc rien d'un dérapage ponctuel lié à des circonstances exceptionnelles. Elles sont d'ailleurs codifiées dans le manuel d'assassinat de la CIA qui fut reproduit dans l'édition grand format pour la première fois. Riche en révélations explosives, l'ouvrage de Gordon Thomas s'appuie sur le témoignage de deux hommes-clés de la CIA, l'officier William Buckley et le scientifique Frank Olson, et sur des centaines de documents officiels, tels que des notes internes de la Maison Blanche des années 1970, signées George Bush (père), Donald Rumsfeld et Dick Cheney.
     
    Journaliste d'investigation mondialement réputé et auteur d'une quarantaine d'ouvrages, Gordon Thomas est l'auteur de plusieurs ouvrages sur le renseignement publiés chez Nouveau Monde éditions, dont l'Histoire secrète du Mossad, qui s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires dans le monde.   
     
     
     
     

  • Avocat des libertés

    Yassine Bouzrou

    • Nouveau monde editions
    • 16 Février 2022

    C'est par une affaire impliquant la police que Yassine Bouzrou entame sa carrière en solo en 2007. L'occasion de se frotter directement aux mensonges, aux petits arrangements entre administration, pouvoir et palais de justice, et aux journalistes. Mais aussi de jauger la force de frappe de l'avocat. Son deuxième dossier lui est apportée par un futur cinéaste, Ladj Ly, qui lui signale la fameuse bavure de Montfermeil (2008) qui servira de ferment au film Les Misérables. Il fera condamner les policiers. Plus récemment, en plein mouvement des  Gilets jaunes, il se voit confier un cas emblématique : celui de Zineb Redouane, une femme de 80 ans décédée après avoir été atteinte au visage, à la fenêtre de son appartement, par une grenade lacrymogène, à Marseille. La contre-enquête a mis en cause les CRS.
    Fils de berbères du Maroc ayant quitté Tiznit dans les années 60, Yassine Bouzrou a grandi dans un quartier populaire de Courbevoie, entre un père chauffeur-livreur et une mère garde-malades. Il aurait voulu devenir footballeur, il est entré à 29 ans dans le classement GQ des avocats « les trente plus puissants » de France. Sans changer de ligne : avocats de plusieurs victimes de violences policières durant le mouvement des Gilets jaunes, il défend la famille d'Adama Traore avec la même détermination. 
    « Je finis toujours le travail pour lequel on me paie. » C'est sa citation préférée, tirée du film Le Bon, la Brute et le Truand. L'avocat connaît des tas de répliques, picorées dans L'Impasse ou Le Parrain.
    Constitué de récits inédits et authentiques, ce livre est un plaidoyer pour les libertés, signé par un digne héritier de Robert Badinter et Henri Leclerc.
    Yassine Bouzrou, 42 ans, est avocat pénaliste. Il plaide dans de nombreux procès médiatiques, notamment concernant des affaires criminelles, d'accusations de violences policières et d'atteinte à la vie privée.

  • Avocat des flics

    Laurent-Franck Lienard

    • Nouveau monde editions
    • 16 Février 2022

    Quand un policier est placé en garde à vue puis présenté à un juge du parquet qui va décider de son sort, sa vie bascule : il entre, souvent menotté comme s'il était le dernier des bandits. Ici entre en scène Me Laurent-Franck Liénard, qui en trente ans de barreau, a gagné le surnom d'« avocat des flics  », avec près de deux mille dossiers de policiers et de gendarmes à son actif, sur tout le territoire national.
    Il rêvait de devenir commissaire de police, étudiait le droit pénal, pratiquait le tir et la boxe dans ce seul objectif, mais une autre vocation s'est glissée sur son chemin. Et voilà qu'il est devenu l'avocat du RAID, puis des gendarmes du GIGN, avant d'imposer son nom dans tous les commissariats de France. Après la tentative de meurtre contre deux policiers à Viry-Châtillon, le 8 octobre 2016, les policiers s'appuient sur lui pour dire leur ras-le-bol. L'avocat accepte, fidèle à son éthique : défendre ces fonctionnaires qui font de leur mieux pour rester dans le cadre légal.
    Au lendemain de la manifestation Gilets jaunes du 1er décembre 2018, où la République a semblé vaciller, il poste sur les réseaux sociaux un texte appelant les agents mobilisés sur le terrain à s'interroger sur les confrontations qui les attendent. Plusieurs d'entre eux lui confient avoir vu la mort de près et avoir été à deux doigts d'ouvrir le feu. « Il m'est vraiment insupportable qu'une personne qui manifeste sur la voie publique perde un oeil ou une main à la suite d'une action policière, écrit M° Liénard. Dans notre pays la liberté d'expression est une valeur fondamentale. La liberté de manifester l'est tout autant. Mais quand la politique hurle, le droit a du mal à se faire entendre ».
    Un livre au coeur d'une polémique brûlante dans un pays où les anti-flics monopolisent souvent la scène médiatique. Un livre au coeur de l'intimité de ces policiers à qui l'on promet pafois le goudron et les plumes pour avoir tenté d'effectuer leur travail.

  • « Le sport, c'est la santé ! » dit-on. Pourtant, pratiquer le sport à haut niveau, en professionnel comme en amateur, fait courir toutes sortes de danger : pour la santé, mais aussi parce que le dopage, les trafics, la violence... sont monnaie courante dans le milieu.Ancien pratiquant de bodybuilding  et préparateur physique diplômé d'État, l'auteur explique qu'aucune discipline, pas même le tir sportif, n'est épargnée : tous les athlètes ont besoin de se doper pour maintenir un rythme contre-nature. Il montre également comment le sport détruit le corps - il en a personnellement fait l'expérience.Cyrille de Vergie retrace ici son parcours atypique, ses rencontres (parfois avec des célébrités) dans le microcosme sportif, évoquant de nombreuses anecdotes éloquentes. En parallèle de sa carrière officielle, il a lui-même préconisé  des substances à des sportifs afin de les aider à booster leurs performances, jusqu'à devenir un personnage central de l'approvisionnement en produits dopants en France. Il détaille leur fonctionnement, leurs effets sur l'organisme, ainsi que les moyens utilisés pour contourner les contrôles. Après avoir tiré un trait sur ce passé, l'auteur souhaite mettre en garde les lecteurs : le dopage n'est pas sans conséquence sur la vie du sportif comme sur celle de son entourage. Blessures, troubles psychologiques, déformations physiques, agressions et même violences sexuelles, couvertes par des clubs et des fédérations gangrénés par les dérives du marché sportif... En proposant un discours à contre-courant, il révèle la sombre réalité du milieu du sport. Un témoignage sidérant.  Ancien préparateur physique et biologique, Cyrille de Vergie est désormais musicien professionnel.

  • L'abbé Grégoire Nouv.

    L'abbé Grégoire

    Françoise Hildesheimer

    • Nouveau monde editions
    • 27 Avril 2022

    En un temps où la religion devait subir les attaques les plus virulentes, un curé tridentin se rallie à l'idéal révolutionnaire au point de vouloir y associer le message évangélique conçu par lui comme expression du même programme d'égalité et de fraternité. Parmi ces « foutus curés qui ont fait la Révolution », l'abbé Grégoire se révèle comme un cas unique, l'une des personnalités les plus originales et les plus désintéressées d'une période troublée qu'il traverse sans jamais renoncer à ses croyances et à son rêve généreux de bonheur pour l'humanité.
    Curé d'Emberménil en Lorraine, il échappe à l'obscurité d'une carrière ecclésiastique provinciale comme député aux États généraux de 1789, membre de l'Assemblée constituante puis de la Convention, évêque de Loir-et-Cher, vivant une intense période d'exaltation révolutionnaire, huit ans qui précèdent une longue retraite de trente années. Finalement sénateur et comte d'Empire, il meurt en 1831, au début de la Monarchie de Juillet. Les désillusions n'entament en rien ses convictions et il est de tous les combats humanistes visant à abattre les barrières entre « les hommes de toutes les couleurs » et religions.
    Grégoire, qui a écrit ses Mémoires vers la fin de sa vie et a voulu y forger l'image d'une personnalité immuable, est devenu le personnage qui représente à travers le monde une Révolution politique et sociale, en dépit de critiques souvent largement anachroniques. Reconnu par la République comme un Juste, il a retrouvé les feux de l'actualité en 1989 avec l'entrée de ses cendres au Panthéon.
    Conservateur général honoraire du Patrimoine, Françoise Hildesheimer est spécialiste de l'histoire politique, religieuse et sanitaire de l'Ancien Régime. Elle a notamment publié les biographies de Richelieu (Flammarion, rééd. 2021) et de Descartes (Flammarion, 2010), ainsi que Des épidémies en France sous l'Ancien Régime (Nouveau Monde, 2021).

  • Tout Bowie

    Nicholas Pegg

    • Nouveau monde editions
    • 3 Novembre 2021

    Enfin disponible en français, Tout Bowie est le livre référence ultime sur David Bowie l'homme et surtout David Bowie l'artiste protéiforme : compositeur, chanteur et musicien multi-instrumentiste, mais également producteur, acteur, mime, peintre... Acclamé par la critique et reconnu comme la principale source d'analyse et d'information sur toutes les facettes de l'oeuvre de Bowie, l'ouvrage fourmille de détails, d'anecdotes, d'avis éclairés et d'une multitude de références à la pop culture de manière générale, et la culture britannique plus particulièrement.La carrière de David Bowie a été l'une des plus colorées, des plus riches et des plus intrigantes de l'histoire du rock moderne. Nicholas Pegg en retrace les moindres faits et gestes, depuis son groupe rock'n'roll et ses débuts folk en solo dans les années 60, à sa transformation spectaculaire en Ziggy Stardust dans les années 70, jusqu'à son dernier chef-d'oeuvre, Blackstar, en passant par ses rôles dans des films comme L'Homme Qui Venait d'Ailleurs ou Les Prédateurs. Chaque aspect de l'extraordinaire carrière de David Bowie est exploré et disséqué par Nicholas Pegg, qui combine de manière inégalée connaissances approfondies et perspicacité, pour une somme qui émerveillera tant le fan que le néophyte.  Nicholas Pegg est réalisateur, acteur (principalement dans la série «Doctor Who»), journaliste et écrivain. Tout Bowie est l'oeuvre de sa vie.  Ouvrage traduit de l'anglais par Christophe Goffette, rédacteur en chef (Crossroads), auteur, programmateur radio, producteur...
    Nicholas Pegg est réalisateur, acteur (principalement dans la série «Doctor Who»), journaliste et écrivain. Tout Bowie est l'oeuvre de sa vie.
    Ouvrage traduit de l'anglais par Christophe Goffette

  • In fine mundi

    Andres Serrano

    • Nouveau monde editions
    • 2 Février 2022

    3, 4, 5 juillet 1962. Alors que sonne le glas de la présence française en Algérie et que, sous couvert de patriotisme, les crimes les plus abjects se perpétuent, trois gamins d'un quartier pauvre d'Oran sont les cibles d'un tueur anonyme. Deux garçons sont éliminés, le troisième reste introuvable.L'inspecteur Abel Helme, pourtant sur le point de regagner la métropole, décide de sauver l'enfant. Hanté par sa mission, il s'immerge dans les quartiers populaires européens, tandis que les enfants poursuivent leurs jeux, comme pour conjurer la menace mortelle qui les guette.Dans sa course effrénée pour neutraliser l'assassin, il se retrouve confronté aux perdants  de l'OAS, aux rapports ambigus de l'Église avec les deux camps, mais aussi à la vie du petit peuple des quartiers de la Cité des Lions.Un polar d'une rare intensité qui va traverser les horribles évènements du Grand Massacre d'Oran et trouver sa conclusion dans le ventre d'un paquebot...
      Né à Oran en 1948 dans une famille espagnole,  Andrès Serrano a connu l'exode de 1962 avant de s'installer en France avec sa famille. Musicien professionnel, il est devenu professeur d'histoire à 38 ans.  In fine mundi est son premier roman.

  • La préhistoire du sexe

    Timothy Taylor

    • Nouveau monde editions
    • 18 Mars 2020

    Que sait-on de la sexualité de nos ancêtres  ? Leurs comportements sexuels étaient-ils les mêmes que ceux d'aujourd'hui  ? De quelles manières déterminaient-ils l'organisation des sociétés préhistoriques  ? Et surtout, quel rôle a joué la sexualité dans une évolution que l'on s'accorde davantage à expliquer en termes de lutte pour la survie que le désir  ?
    À partir de découvertes archéologiques, Timothy Taylor reconstitue, des origines jusqu'à nos jours, l'évolution des pratiques sexuelles. Que l'on puisse faire remonter si loin la contraception, l'eugénisme ou la prostitution étonnera sans doute. Plus surprenant peut-être le lien que les hommes de la préhistoire semblaient capables d'établir entre leur sexualité et les notions d'extase, de beauté ou d'immortalité. Ou encore que les politiques et les normes régissant nos propres comportements sexuels, de la répartition des rôles entre les sexes au contrôle des naissances, soient si profondément enracinées dans notre préhistoire. Une façon originale de revisiter quatre millions d'années.
     
    Archéologue spécialiste de la Préhistoire, Timothy Taylor est actuellement professeur à l'université de Vienne.

  • échos des Lumières : un XVIIIe siècle pour aujourd'hui Nouv.

    Période décisive, à bien des égards fondatrice de la modernité, les Lumières voient les individus investir l'espace public et s'emparer de l'actualité. On découvre dans l'histoire du XVIIIe  siècle ici dépeinte la proximité saisissante entre cette actualité et la nôtre. Violences policières, condition des femmes, précarité, désastres environnementaux, fake news avant l'heure, racisme, rapport au corps et à la médecine  : bien avant nous, les Lumières ont questionné ces réalités. Tout en prenant la mesure de ce qui nous en sépare, l'ouvrage fait revivre l'exceptionnelle dynamique du siècle, mais aussi ses ambivalences et ses contradictions. Les Lumières, en effet, ne peuvent être appréhendées comme une période monolithique, seule porteuse d'universalisme et de progrès. Leur modernité réside davantage dans une effervescence de débats et de changements présente dans toute la société. Ce livre en fait résonner les échos dans des champs aussi variés que l'économie politique, les rapports sociaux, les relations entre les États et les populations, les savoirs et les techniques, ou encore la vie urbaine.
    Dans ce tableau historique vivant et original, les Lumières nous apparaissent sous un jour nouveau, à travers l'étonnante actualité d'un siècle à part, qui connut dans tous les domaines l'émergence de questions et de problèmes dont nous cherchons encore aujourd'hui les réponses les plus adéquates.
     
    Guillaume Lancereau enseigne l'histoire contemporaine à Sciences Po Toulouse. Ses travaux portent sur l'histoire de l'historiographie et l'histoire transnationale des savoirs.
     
    Suzanne Rochefort enseigne à l'Université d'Aix-Marseille. Ses recherches croisent l'histoire sociale du travail artistique et l'histoire culturelle des publics.
     
    Jan Synowiecki enseigne l'histoire moderne à l'Université de Strasbourg. Ses recherches portent sur l'histoire environnementale de la période moderne.
     
    Postface d'Antoine Lilti, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Ses travaux portent principalement sur l'histoire sociale et culturelle des Lumières et sur leur héritage intellectuel.
     

  • Dans la tête de Zidane Nouv.

    Dans la tête de Zidane

    Sabine Callegari

    • Nouveau monde editions
    • 23 Mai 2022

    Zinedine Zidane est aujourd'hui une figure mondialement reconnue et admirée. Pourtant, au-delà de son histoire personnelle  -  celle d'un des plus grands joueurs de l'histoire de football  -, il demeure un mystère, une énigme. D'une certaine façon, l'homme concourt à sa propre opacité quand il se retranche dans le silence. Mais quand il parle des événements intimes de sa vie, Zidane  désire nous dire autre chose  que ce que nous percevons de lui. Il semble avoir à coeur de se livrer. Zidane n'est pas un illusionniste des mots - il tend à faire entendre une vérité nue. Sa famille, son talent exceptionnel, son rapport au jeu, à la beauté, aux femmes, son «  pouvoir de mutation  »  : la réalité intérieure de Zidane est ici examinée à la lumière de la psychanalyse dans une saisissante biographie d'âme. Sabine Callegari restitue toute la profondeur d'une existence hors du commun, jusque dans le secret des moments qui ont nourri sa légende, en particulier ce soir du 9 juillet 2006, dans l'arène de Berlin, théâtre du drame que le monde entier appelle désormais  le  coup de tête de Zidane.
     
    Sabine Callegari est psychanalyste, auteure et chroniqueuse (RTL, LCI, France Info TV).
     
     

  • Histoire universelle des hommes-chats

    Josu Arteaga

    • Nouveau monde editions
    • 2 Mars 2022

    Un village enchâssé dans les brumes des montagnes basques, non loin de la frontière française.
    Un village qui se maintient à l'écart d'un monde qu'il méprise et qui l'agresse.
    Un village dont plusieurs habitants sont décrits comme correspondants à un félin particulier. D'où leurs surnoms d'hommes-chats.
    Un village dont une bonne partie de la population, traditionnellement catholique, a choisi le camp des vainqueurs durant la guerre civile mais autour duquel des guérilleros anti-franquistes ont longtemps rodé.
    Un village qui cache de terribles secrets. Outre les jalousies, rivalités ou haines qui se résolvent de façon tragique ou cocasse, une rumeur persistante fait état de cadavres aux mains coupées, on ne sait par qui ni pourquoi.
    Jusqu'à ce que le brouillard se lève sur la scène des crimes.
    Le narrateur est lui-même un villageois qui raconte, à chaque chapitre et à différents âges de sa propre vie, un personnage remarquable. Tour à tour spectateur naïf, fin observateur, victime ou complice, il utilise le ton redondant des paysans des montagnes sans rechigner à la métaphore poétique.
    Son récit constitue la chronique d'un bourg terriblement localisé mais qui pourrait se trouver dans n'importe quelle région du monde.
    Josu Arteaga vit sur un plateau du Pays basque espagnol dont les habitants sont traités de «néandertaliens» par les autres Basques. Ouvrier, bassiste du groupe de rock La banda del abuelo, il  est l'auteur de nouvelles et de poésie.  Histoire universelle des hommes-chats, déjà paru en Espagne et au Mexique, est son premier roman.
     

  • Les services secrets chinois : de Mao à Xi Jinping

    Roger Faligot

    • Nouveau monde editions
    • 5 Janvier 2022

    Les services secrets chinois seront-ils les plus puissants du XXIe siècle ? Le journaliste et écrivain Roger Faligot répond à cette question au terme d'une longue investigation sur les services de renseignement et les coulisses de la politique internationale de Pékin.
    Spécialiste de l'Asie, l'auteur a enquêté en Chine, à Hong Kong, au Japon, en Australie, récoltant des documents inédits, exploitant des archives originales et interviewant de nombreux spécialistes, experts du renseignement, responsables politiques, diplomates, analystes de défense, transfuges et dissidents.
    Riche en révélations, ce livre permet de comprendre comment la Chine veut devenir une superpuissance en s'appuyant sur des services secrets actifs dans tous les domaines : la sécurité d'État soviéto-stalinienne, l'infoguerre, l'intelligence économique, la guerre-éclair dans le cyberespace.
    Un chapitre inédit détaille les affaires les plus récentes depuis les jeux Olympiques de Pékin jusqu'à la direction des Services sous Xi Jinping, aux conséquences dans ce domaine du procès Bo Xilai et à l'emprisonnement de l'ex-coordinateur de la communauté du renseignement Zhou Yongkang.
     
    Roger Faligot a signé une quarantaine d'ouvrages sur les coulisses de l'histoire moderne et sur les services de renseignement (La Piscine  ; DST, Police secrète). Étudiant le chinois et le japonais, il se consacre depuis longtemps à l'Extrême-Orient. Ses livres sur la mafia chinoise ont connu un grand succès au Japon. En 2007, il a codirigé un autre best-seller : Histoire secrète de la Ve République (La Découverte). 
     
     
     

  • La défaite des idoles

    Benjamin Dierstein

    • Nouveau monde editions
    • 19 Février 2020

    Octobre 2011 : Kadhafi est tué, la Libye est en feu, François Hollande devient candidat des socialistes. L'UMP et le PS entrent dans la phase finale d'une guerre qui les mènera jusqu'à l'élection présidentielle.
    Ancienne gloire des Stups de Paris, le policier déchu Christian Kertesz est recruté par des truands corses pour relancer un trafic de cocaïne. En parallèle, il espionne pour une société de renseignement privée le haut responsable d'une multinationale du BTP afin de l'écarter d'un marché juteux en Libye.
    Alors que Squarcini, Péchenard, Neyret et d'autres grands flics sont inquiétés par des affaires qui mettent à mal l'image de la police, la capitaine Laurence Verhaeghen de la Brigade Criminelle de Paris, proche des sarkozystes, est plus que jamais déterminée à freiner la montée en puissance des troupes de Hollande. La découverte d'un cadavre va rapidement la mettre sur la piste de son ancien collègue Kertesz et de quelques fantômes de la PJ qu'elle s'est jurée de détruire.
    Pris en étau entre une cellule de la DCRI qui cherche à sauver la peau des sarkozystes et d'anciens barons de la Mitterrandie qui oeuvrent pour le retour de la gauche au pouvoir, Kertesz et Verhaeghen vont se livrer un duel à mort au coeur de la corruption moderne.
    Benjamin Dierstein est agent et directeur artistique d'un label spécialisé dans les musiques électroniques, basé à Rennes. Après un début remarqué avec La Sirène qui fume, il signe ici un deuxième opus qui confirme son entrée sur la scène du roman noir francophone.

  • Dictionnaire du cinéma coréen

    Antoine Coppola

    • Nouveau monde editions
    • 24 Novembre 2021

    Depuis une vingtaine d'années, le cinéma coréen a pris de l'assurance et de l'ampleur dans les pays européens dans lesquels il est distribué.
    Des films comme Old Boy (Park Chan-Wook, Grand Prix 2005 à Cannes), Deux soeurs (Kim Jee-Woon), Dernier train pour Busan (Shang-ho Yeon, 2016), ou encore Parasites (Bong Joon Ho, Palme d'or 2019 à Cannes) ont fait bougé les lignes de notre lecture du cinéma mondial, et ce, dans des genres très divers (comédie, horreur, science-fiction, onirisme, réalisme, etc.).
    Cet ouvrage offre un nouveau regard sur ce cinéma étonnant, à travers des notices détaillées, développées, de films, de réalisateurs, d'acteurs les plus charismatiques, mais également par le biais de bilans annuels et d'études thématiques telles que "Cinéma et bouddhisme", L'histoire au présent du cinéma coréen", "SF et fantastique à la coréenne", Chamanisme coréen et cinéma", Histoire de la censure dans les cinémas du Sud et du Nord", etc.).
    Une mine d'informations, pas un spécialiste et passionné par l'histoire et la culture coréenne.
    Cinéaste et enseignant-chercheur, Antoine Coppola fait autorité en matière de cinéma asiatique et coréen en particulier. Il collabore régulièrement à la revue panasiatique Munwhakwahak et contribue depuis 2010 à la chaîne sud-coréenne KBS world international en tant que critique de cinéma. Il a publié plusieurs ouvrages en France sur le sujet.

  • Commando Delta : confessions d'un soldat de l'OAS

    Edmond Fraysse

    • Nouveau monde editions
    • 6 Octobre 2021

    Pour la première fois, un ancien membre des meurtriers commandos Delta raconte de l'intérieur. Ce bras armé de l'OAS en 1961-1962 aurait à son actif plus de 1 600 assassinats - attentats à la bombe, fusillades, exécution d'Européens favorables à l'indépendance de l'Algérie. Le chef des commandos Delta, Roger Degueldre, a été condamné à mort et exécuté en 1962.Fils de colons, Edmond Fraysse avait vingt ans lorsqu'il a basculé dans ce combat. Militaire, il a apporté son savoir-faire en matière d'armes à feu et d'explosifs. Aujourd'hui âgé de 82 ans, il raconte comment il a participé à l'élimination d'ennemis de l' « Organisation », membres du FLN ou traîtres à l'Algérie française. Il dévoile surtout dans le détail les complicités dont il a bénéficié jusqu'au sein de l'appareil d'État : commissaires de police, militaires, agents du renseignement.  A l'heure où la France juge urgent d'ouvrir les archives aux chercheurs, ce livre apporte un témoignage inédit sur cette campagne meurtrière, soixante ans après le cessez-le-feu. 
     

  • Dealer du Tout-Paris : les débuts ; l'éducation d'un voyou

    Gérard Faure

    • Nouveau monde editions
    • 26 Mai 2021

    Dans Dealer du Tout-Paris, Gérard Fauré évoquait brièvement sa jeunesse marocaine. Il revient ici plus en détails sur cette période cruciale de sa «  formation  ». Ce nouveau pan de sa biographie permet de mieux comprendre comment il est devenu le « dealer du Tout-Paris  » et jette une lumière crue sur le rapport des élites françaises avec le Maroc depuis 50 ans.
    Fils du médecin de la famille royale marocaine, Gérard Fauré découvre à travers son père plusieurs secrets inavouables de la dynastie  : les circonstances troubles de la mort de Mohammed V, qui a permis à son fils Hassan de lui succéder  ; les manoeuvres des services secrets français pour s'assurer l'obéissance du nouveau roi  ; et enfin le complot ourdi par le général Oufkir, chef des services secrets marocains accusé d'avoir fait assassiner l'opposant Ben Barka, pour s'emparer du trône.
    À peine sorti de l'adolescence, Gérard Fauré devient l'amant d'une femme de pouvoir charismatique qui reçoit chez elle toute la haute société marocaine  : Fatima, épouse du général Oufkir. Bien malgré lui, il est alors mêlé à des affaires d'État qui le dépassent. Amoureux comme on peut l'être à 20 ans, Gérard devient un simple pion du «  Grand Jeu  » des puissances occidentales au Maghreb. Manipulé par sa maîtresse, il va vivre un véritable thriller, bientôt pourchassé par les polices de plusieurs pays.
    Récit d'une éducation sexuelle, politique et criminelle, cet épisode inédit livre quelques clés de l'histoire contemporaine, et dévoile comme jamais les blessures secrètes d'un jeune homme appelé à devenir l'un des grands voyous de son époque.
    Gérard Fauré a été trafiquant de drogue, membre du SAC, bras droit du parrain Gaëtan Zampa, braqueur de banques... jusqu'à son arrestation en 1986. Ses Mémoires, Dealer du Tout-Paris et Le Prince de la coke ont connu un très grand succès.
     

  • Maquis, histoire des guérillas anti-franquistes

    Secundino Serrano

    • Nouveau monde editions
    • 13 Octobre 2021

    Cet ouvrage unique sur les guérillas anti-franquistes de 1936 à 1960 comble un véritable vide historiographique.  Une fois la guerre civile espagnole (1936-1939) terminée, des milliers d'hommes et de femmes républicains furent contraints de fuir et de se cacher dans les zones les plus inhospitalières d'Espagne. Au sein des montagnes se forgea une authentique organisation de résistance antifasciste : le maquis, qui fut le mouvement d'opposition le plus conséquent au régime de Franco.Considérés comme des héros en France, ces guérilleros furent traités en délinquants, assassins, criminels et bandits de grand chemin dans leur pays. Ils formèrent des foyers qui ont fait vaciller le régime. Ce dernier s'est chargé de les effacer de l'histoire officielle. Face à l'impossibilité d'en parler librement, la mémoire de ce mouvement a survécu grâce aux témoignages que ces protagonistes et leurs proches ont transmis à leurs enfants.Maquis reconstitue cette épopée en détail, assemblant pour la première fois tous les morceaux du puzzle. On y suit les premières guérillas autonomes, le rôle des services secrets anglais et américains durant la Seconde Guerre mondiale, les conséquences de la guerre froide, le retour de l'état de guerre dans plusieurs régions, la fabrication de faux maquis par le régime, les nouveaux massacres qu'il va déclencher et l'incompétence criminelle des partis républicains en exil. L'auteur évoque aussi les guérillas urbaines, dont certaines perdureront jusqu'aux années 1960.Secundino Serrano est l'un des meilleurs spécialistes en études anti-franquistes. Il s'est basé sur une documentation exhaustive pour recueillir ce legs, le nettoyant du mythe et des légendes. Il tire ainsi de l'oubli l'un des chapitres les plus méconnus de l'histoire espagnole : la guerre de « Ceux des montagnes » pour la liberté.  Secundino Serrano est historien spécialiste de l'après-guerre d'Espagne et de l'exil républicain. Professeur agrégé de géographie et d'histoire, il a enseigné à l'Institut Legio VII de León et a été membre du Centres d'archives générales de la guerre civile espagnole. Il est l'auteur d'une douzaine de livres.  Ouvrage traduit de l'espagnol par Pierre-Jean Bourgeat

  • Voici enfin révélés les moyens officieux mis en oeuvre par le pouvoir gaulliste pour lutter contre l'OAS. À partir du putsch de 1961, les «  barbouzes  » entrent en piste en Algérie. Beaucoup sont issus de la résistance, toutes tendances confondues. Ils intègrent 3 organisations clandestines  : La mission C (comme Choc), l'organisation clandestine du contingent et le Mouvement pour la Communauté, vitrine politique qui défend l'amitié franco-arabe.
    Ce livre éclaire l'organisation de l'intérieur. C'est aussi l'histoire d'un homme-clé, Marcel Hongrois, instituteur, ancien résistant, et en même temps celle d'une quête, puisque la vie secrète du père a été reconstituée par le fils, Christian Hongrois, ethnologue. Enfant de l'assistance publique, Marcel a habité le coeur des services secrets depuis 1945, suivi par des syndicalistes, des socialistes, des communistes, des gaullistes, des catholiques, des protestants, des musulmans et des francs-maçons.
    L'histoire violente des dernier mois de la guerre d'Algérie est rapportée dans ces pages à partir de nombreuses sources inédites  : manuscrits personnels mais aussi archives nationales, civiles et militaires.
     
    Né en 1958, Christian Hongrois a grandi à Alger dans une famille sous protection policière, au milieu des mitraillages et plastiquages.
    Ethnologue, enseignant, il mène depuis plusieurs décennies une enquête sur son père, resté énigmatique jusqu'à la mort. Cette enquête historique élargie à l'ensemble de la lutte anti-OAS est aussi une thérapie, qui vise à surmonter un passé encore douloureux, qui ne passe toujours pas.

  • Le livre noir de la CIA

    Yvonnick Denoël

    • Nouveau monde editions
    • 23 Juin 2021

    Assassinats de dirigeants étrangers, coups d'État, trafic d'armes et de drogues, soutien à des groupes terroristes ou à d'anciens nazis, détentions abusives et tortures, expérimentations d'armes chimiques... Depuis sa création, la CIA n'a cessé de multiplier les infractions à la loi. Elle déclassifie une partie de ses archives arguant que les dérapages de la guerre froide sont aujourd'hui révolus. Ce livre montre qu'il n'en est rien.
    Pour la première fois, cet ouvrage dresse un bilan aussi exhaustif que possible des méthodes douteuses de l'Agence, des origines à nos jours. Il reproduit les archives permettant d'approcher la vérité  : témoignages d'acteurs directs, mémos confidentiels, rapports de commissions d'enquête.
    On trouve ici de nombreuses anecdotes inédites sur des épisodes que l'on croit connaître (comme l'assassinat d'Allende au Chili ou les tentatives de meurtre contre Fidel Castro), mais aussi des révélations sur les activités plus ou moins adroites de la CIA en France. On apprendra enfin le rôle exact de l'Agence dans les trafics de drogue, la finance internationale, l'essor d'Al-Qaïda ou la lutte contre Daech.
     
    Historien et spécialiste du renseignement, Yvonnick Denoël a publié chez Nouveau Monde éditions 1979, guerres secrètes au Moyen-Orient (2009), Histoire secrète du XXe siècle (2009) et Mémoires d'espions en guerre (2018).
     

  • Officiellement, le Vatican n'a pas de service d'espionnage...   Mais cela ne veut pas dire que personne ne s'y occupe de renseignement  ! Le Saint-siège a toujours été la cible de services secrets étrangers. Persuadés que le Vatican dispose d'un réseau de renseignement sans équivalent, ils veulent soit en percer les secrets, soit s'en faire un allié.
    Pendant la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide, Rome a été un véritable nid d'espions de toutes nationalités. Sous couverture de diverses institutions comme la secrétairerie d'État, certains monsignori ou simples prêtres se sont impliqués dans des missions allant de la chasse aux «  taupes  » à la diplomatie secrète, en passant par des enquêtes sur les assassinats de prêtres ou des scandales susceptibles d'éclabousser l'Église, mais aussi des missions à haut risque de l'autre côté du rideau de fer.
    Pour la première fois, ce livre raconte de façon aussi complète que possible 80 années de guerres secrètes et de coups tordus. L'ouverture des archives de nombreux services ayant travaillé contre ou avec le Vatican permet de lever le voile sur des affaires longtemps ignorées. L'infiltration de prêtres russophones en Union soviétique sous Staline, presque tous démasqués par le KGB, les négociations secrètes menées par Jean XXIII avec Khrouchtchev par des intermédiaires peu conventionnels, les relations étroites du cardinal Montini, futur Paul VI, avec la CIA, l'infiltration agressive du Vatican par les différents services du bloc de l'est, les fonds secrets de la banque du Vatican destinés à combattre le communisme en Amérique du Sud, puis à soutenir la lutte de Solidarnosc en Pologne... Ces épisodes et bien d'autres dessinent une autre histoire de la papauté contemporaine.
    La chute du communisme a marqué la victoire personnelle de Jean-Paul II, sans doute le pape qui s'est le plus impliqué personnellement via une petite cellule de prêtres polonais dans des opérations secrètes à haut risque. Mais elle n'a pas marqué la fin de l'histoire  : l'ouvrage aborde également les affrontements souterrains qui ont opposé certains groupes au sein de l'Église (comme les Jésuites et l'Opus Dei), avec des méthodes dignes des services secrets et l'implication de la CIA. Il revient enfin sur les affaires financières controversées de l'Église dans les années 1970-80 et leurs effets non encore expliqués à ce jour.
     
    Historien et spécialiste du renseignement,  Yvonnick Denoël a notamment publié chez Nouveau Monde éditions  Histoire secrète du XXe siècle, Le Livre noir de la CIA, Les guerres secrètes du Mossad et Mémoires d'espions. 

  • La sirène qui fume

    Benjamin Dierstein

    • Nouveau monde editions
    • 5 Avril 2018

    Mars 2011. La campagne présidentielle bat son plein, plus d'un an avant les élections. Le capitaine Gabriel Prigent débarque à la brigade criminelle de Paris après avoir vécu un drame à Rennes. Obsédé par l'éthique, il croise sur son chemin le lieutenant Christian Kertesz de la brigade de répression du proxénétisme, compromis avec la mafia corse et tourmenté par un amour perdu.Alors qu'éclate une sordide histoire d'assassinats de prostituées mineures, ils plongent tous les deux dans une affaire qui rapidement les dépasse, entraînant dans leur chute une ribambelle d'hommes et de femmes qui cherchent à sauver leur peau -  flics dépressifs, politiciens salaces, médecins corrompus, gangsters imprévisibles et macs tortionnaires.Poursuivis par leurs propres obsessions et les fantômes qui les hantent, Prigent et Kertesz vont se livrer un duel sans merci, au coeur de la barbarie et des faux-semblants du monde contemporain.  Préface de Caryl Férey  Lauréat du Prix découverte polar Sang-froid, Benjamin Dierstein signe ici son premier polar. Dans le civil il est agent de musiciens et directeur artistique d'un label spécialisé dans les musiques électroniques.

empty