Sciences humaines & sociales

  • Des témoignages et des documents pour comprendre la malédiction dont l'expédition Lapérouse semble avoir été victime, revivre un naufrage mythique et mesurer ses implications politiques.


    1785 : deux grands voiliers sous le commandement du comte de Lapérouse quittent les côtes de France pour un voyage d´exploration autour du monde. A leurs bords, des hommes de science et des hommes de bien, la fine fleur du XVIIIe siècle finissant. Ils ne reviendront jamais.
    Disparition d'une chaloupe chargée de vingt officiers et marins en Alaska, massacre de onze autres dans les îles Samoa, naufrage des deux navires sur les récifs d'une île corallienne, échec de l'expédition de secours... Pourquoi la malchance s´est-elle à ce point attachée au sort de M. de Lapérouse ?
    La réponse n'est pas anecdotique, car le voyage de laBoussoleet de l'Astrolabeavait une ambition qui dépassait de loin la simple connaissance géographique, comme si les deux frégates avaient été chargées par l'Histoire de transporter à travers les mers les idéaux du Siècle des Lumières - au point qu'en pleine Révolution, et jusqu'au pied de la guillotine, à la fois Louis XVI et les chefs de la Convention s'inquiétaient du sort des navigateurs.
    Un dossier de témoignages et documents pour comprendre le mystère et la malédiction, et mesurer les implications politiques d'un naufrage à nul autre pareil.


    Au sommaire, pour la première fois réunis :
    - les instructions de Louis XVI à M. de Lapérouse, véritable manifeste de l'esprit des Lumières ;
    - le journal de voyage de Lapérouse ;
    - la dernière lettre du navigateur avant sa disparition ;
    - les récits des expéditions de secours dont celui, très mouvementé, de l'aventurier Peter Dillon ;
    - le compte-rendu des fouilles sous-marine (témoignages des chercheurs de l'association Salomon) ;
    - la reconstitution du naufrage, désormais possible grâce à ces fouilles.

  • Silvain est un soldat de seize ans, engagé volontaire. Jean-Marieest un briscard de trente ans, grognard de la Vieille Garde. Adam est officier d'ordonnance auprès de l'Empereur. La Flize est chirurgien major. Ils viennent de Provence, du Jura, du Nord, de toute la France. Tous, ils l'ont suivi jusqu'à Moscou en passant par Austerlitz, Iéna, Wagram, mais aussi Madrid et Baylen. Ils le suivront encore au-delà de la Bérézina et, pour finir, à Waterloo... Ce sont les hommes de Napoléon.Un jour, ils ont posé les armes. Ils ont vieilli. Et, par chance pour nous, ils se sont finalement décidés à écrire leurs souvenirs, les meilleurs ? ah ! le soleil d'Austerlitz ! ? et les pires : la boue, la glace, le sang.Ces souvenirs tous ensemble sont une mine d'or de la mémoire. Voici les plus émouvants d'entre eux, extraits et agencés de façon à écrire l'histoire de la Grande Armée. Mis bout à bout, ces documents devenus introuvables, dénichés au fond des archives, font l'effet d'un grand film épique. Pour un peu, on entendrait cliqueter les sabres !Présenté par Christophe Bourachot

  • Un recueil de souvenirs rares, écrits par des témoins de tous les horizons - de Montereau à Fontainebleau, de Paris à l'île d'Elbe et retour, jusqu'à Waterloo. Pour revivre les grandes heures d'un crépuscule glorieux.

    Au tournant de l'année 1814, l'ennemi franchit les frontières de la France sur trois points différents. Alors que le pays est attaqué de toute part, les caisses de l'Etat sont vides, les maréchaux rechignent à se battre, on envoie au front des conscrits de quinze ans... et bientôt, les cosaques ravagent la Champagne.
    Pourtant, c'est une nouvelle épopée qui commence. Avec ses victoires fulgurantes, ses défaites glorieuses, ses héros et ses traîtres. C'est aussi la seule des campagnes impériales qui se déroule sur le sol de France.
    Aussi les témoignages sont-ils particulièrement riches et variés : à côté des soldats de la Grande Armée, il y a les civils qui subissent l'envahisseur, les étudiants qui se battent à la baïonnette sur les barricades de Paris, les occupants russes qui croient à peine à leur victoire, les fidèles qui suivent l'Empereur à l'île d'Elbe, ceux qui pleurent à Waterloo, et les émigrés qui décrivent une France qu'ils ont quittée depuis vingt ans. Ce livre réunit leurs souvenirs, agencés de façon à livrer un récit chronologique des faits, aux sources de la légende.
    AU SOMMAIRE :
    La campagne de France - Le siège de Paris, la capitulation, l'occupation par l'armée russe - Les adieux de Fontainebleau - Le voyage vers l'Île d'Elbe et le séjour - Le retour de l'Île d'Elbe - Les Cent-Jours, dans toute la France - La campagne de Belgique et Waterloo.
    PARMI LES TEMOINS :
    Joseph Bonaparte (commandant la place de Paris pendant le siège), comte Beugnot (chef de la police de Louix XVIII), Emma Cust (voyageuse anglaise), Mme de Chastenay (Parisienne royaliste), général de Caulaincourt, docteur Foureau (médecin à l'Île d'Elbe, grenadier Graincourt, capitaine Jobit, enseigne Kazakov (jeune officier de l'armée russe d'occupation), Emile Labretonnière (étudiant), adjudant Petiet, comte Schouvaloff, Thomas Underwood (peintre anglais, prisonnier des Français)...
    Présenté par Christophe Bourachot Christophe Bourachot est historien amateur, passionné par l'Empire. Il est modérateur du site www.napoleon1er.com, créateur du blog Lestafette.unblog.fr, membre de la Société napoléonienne internationale, créateur de la Librairie des deux Empires, spécialisée dans la réédition des souvenirs napoléoniens.


  • Depuis son enfance menacée jusqu'à sa vieillesse tragique, la vie de Louis XIV racontée par ceux qui le côtoyaient quotidiennement. Une entrée privée auprès du Roi-Soleil.

    Aussi lointain que le Soleil, Louis XIV a tout fait pour apparaître à ses sujets inaccessible et infaillible. Sa personne, effacée par la Majesté, est ainsi devenue un mystère. Qui était l'homme sous le roi ?
    Alexandre Maral, conservateur en chef au musée de Versailles, a retrouvé les témoignages de ceux qui ont pu approcher au plus près le Roi-Soleil - serviteurs, médecins, courtisans et courtisanes, ministres, artistes.
    Agencés selon les grandes époques du règne, ils forment un récit vivant qui suit le plus célèbre des souverains français tout au long de sa vie. Depuis son enfance menacée jusqu'à sa tragique vieillesse, en passant par la gloire et les amours, plus de 120 textes de une à dix pages sont ici réunis, qui racontent et expliquent son rayonnement universel.
    Parmi les témoignages : lettres de Mme de Sévigné, de la princesse Palatine, Mémoires de Saint-Simon, de Mme de Motteville, du marquis de Dangeau, de l'abbé de Choisy, comptes rendus des médecins du roi, écrits de Voltaire, extraits des Mémoires et du testament du roi lui-même...

  •  0500 Plus de quatre cents témoignages, recueillis de la bouche même des protagonistes, sont à l´origine de cetteChronique de la Résistancequ´ils nourrissent, page après page. « Celui qui croyait au ciel » et « celui qui n´y croyait pas » ; le plastiqueur et le « pianiste » ; le militant du PCF clandestin et l´agent du BCRA londonien ; le maquisard et l´agent de liaison ; le « corps franc » et la « boîte aux lettres » ; le torturé et l´évadé ; l´« apatride » des FTP-MOI et l´officier des « Travaux ruraux » ; celui de l´AS (Armée secrète) et celui de l´AJ (Armée juive) ; l´ancien des Glières et l´ancien du Mont Mouchet ; le FFI et le FFL ; celui de l´« Intelligence Service » et celui de l´« Orchestre rouge »... ? c´est à montrer ce qu´ils furent, comment ils vivaient et comment ils mouraient, que s´attache le livre d´Alain Guérin.

    Dans sa préface, Marie-Madeleine Fourcade, la seule femme chef de réseau, l´estime « puissamment évocateur » et « pathétiquement écrit ». L´autre préfacier, le colonel Henri Rol-Tanguy, chef de l´insurrection parisienne, dit qu´il apporte à l´auteur « le simple merci d´un résistant ».

    Préfaces de Marie-Madeleine Fourcade et Henri Rol-Tanguy0300Plus de quatre cents témoignages, recueillis de la bouche même des protagonistes, sont à l´origine de cette vaste fresque qu´ils nourrissent, page après page.Préfaces de Henri Rol-Tanguy, chef régional des Forces Française de l'Intérieur d'Ile de France et Marie-Madeleine Fourcade, chef du réseau Alliance. Préfaces de Henri Rol-Tanguy, chef régional des Forces Française de l'Intérieur d'Ile de France et Marie-Madeleine Fourcade, chef du réseau Alliance.Dans l'Europe saignée par la Première Guerre mondiale, l'heure du fascisme sonne à Rome, à Berlin, à Budapest, bientôt à Madrid. Le pacte germano-soviétique, la drôle de guerre, la ruée de divisions allemandes laissent la France abasourdie.I - Une révolte très organisée: Comment, où et pourquoi est née la Résistance. Les premiers résistants, leurs raisons, leurs mobiles, leurs espoirs. L'appel du 18 juin et beaucoup d'autres. Le mythe du Maréchal. Où l'on se souvient du titre anglais du Chant des partisans :Underground Song.II - Du côté des bourreaux: Le temps des "brigades spéciales" et de la Gestapo, de l'Abwehr et de la Milice. Le temps de la torture, de la mort, de la trahison, de la prison et des camps d'extermination.III - Le temps des malentendus: Des villes sur la carte - une guerre mondiale : Kharkov, Kiev, Rostov, Tobrouk, El Alamein, Pearl Harbor, Bir Hakeim, Varsovie, Rome... Le destin de la France à Londres et à Alger. Mais aussi "Ceux du Maquis...", comme disait la chanson.IV - Le combat total: Où l'on calcule qu'à Paris l'Occupation dura 1533 jours et où l'on constate que ce fut assez pour mettre la France en piteux état. Où il est clair que la collaboration avec les nazis fut aussi un inéluctable encanaillement. Où du jour J aux barricades, il a suffi d'un seul été, celui de 1944...Annexes: Estimation du nombre des résistants "mobilisés et armés" au 11 juillet 1944 "Réseaux" et "Mouvements". Sources bibliographiques. Index des  noms cités.

  • La puissance du Vatican est inversement proportionnelle à la taille de son Etat. Puissance historique, officielle, mais aussi puissance occulte, insaisissable, qui prend ses racines aux origines de l'Eglise, dans une Rome décadente, et perdure à travers tous les régimes, toutes les guerres, tous les basculements géopolitiques. Corrado Augias, journaliste italien érudit, tire leurs terribles secrets aux vieilles pierres du palais. Depuis la donation de Constantin - un faux ! - jusqu'au meurtre du très beau garde suisse Cédric Tornay en passant par la disparition de la très jeune Emanuela Orlandi, en 1983, sans oublier les agissements suspect de sa banque et de l'Opus Dei, voici seize récits qui démontrent avec brio que le Vatican n'a pas encore livré tous ses secrets.

  • Trois procès pour repenser la guerre - l'heure des juges De juin 1944 à juin 1945, la France vit dans l'euphorie dramatique de la Libération : Vichy s'effondre, le nazisme est vaincu, les déportés voient les portes des camps s'ouvrir... Arrive l'heure d

  • Aux sources de la culture occidentale : figures, lieux, concepts en près de 400 entrées, de Acheloos à Zeus, illustrés par les textes des auteurs de l'Antiquité.


    Les dieux de l´Olympe, les exploits d´Hercule, les voyages de Jason et d´Ulysse, Thésée affrontant le Minotaure dans le Labyrinthe, Achille traînant le corps d´Hector sous les remparts de Troie, Enée traversant les Enfers... Des noms qui font rêver, des aventures prodigieuses, pleines de merveilles, de bruit et de fureur.

    La mythologie gréco-romaine est constituée d´un ensemble foisonnant de belles histoires imbriquées les unes dans les autres, remarquables de cohérence dans leur apparente diversité, car elles cherchent à donner un sens et un ordre aux mystères du monde. Constamment repris et réutilisés depuis l´Antiquité dans la littérature comme dans les arts, ces récits fabuleux n´ont jamais cessé d´irriguer notre culture occidentale.

  • Paris en guerres 1914-1918 est le premier livre à dévoiler dans le détail, par l'image et les témoignages saisis sur le vif, ce douloureux épisode de notre histoire.
    Des témoignages rares, 1600 documents, dont de nombreux inédits : photographies, affiches publicitaires et d'information en couleurs, dessins satiriques et caricatures, illustrations issues de livres et de revues illustrant l'actualité...
    Mois par mois, " Sur le front ", des encadrés chronologiques qui permettent de replacer la vie à Paris dans le contexte général du conflit en France et dans le monde Des double-pages spéciales sur des sujets particuliers : la presse quotidienne, les magazines et la censure, la presse enfantine, la littérature de propagande, les appareillages pour les grands blessés...
    Comment vécurent ces Français de l'arrière - femmes, enfants, vieillards - dans la capitale bombardée, rationnée, envahie par les blessés que le front déverse sans discontinuer ?
    Malgré les mauvaises nouvelles qui les accablent jour après jour, les Parisiens vont traverser l'orage avec un moral, un courage et un humour inépuisables.

  • ActionàZeus, les 50 citations essentielles, et une anthologie des grands philosophes grecs et latins (Epicure, Sénèque, Epictète, Marc Aurèle...)0500Manuel de la sagesse antique Dictionnaire de la sagesse antique - L´essentiel en cinquante citations - Les Sept Sages - Les sages associés - Pythagore - Epicure - Sénèque,Apprendre à vivre- Sénèque,La Vie heureuse- Epictète,Ce qui dépend de nous- Marc Aurèle,Pensées pour moi-même La sagesse, pour les penseurs grecs et latins de l´antiquité, c´est apprendre à vivre, découvrir l´harmonie, savoir dompter ses passions néfastes et les comprendre : en bref, acquérir lucidité et humilité. Dans notre monde moderne épris de vitesse, une telle quête reste plus que jamais d´actualité.
    Découvrons ces voix si diverses venues de l´Antiquité et réunies dans un dictionnaire à feuilleter au gré des affinités : poètes, moralistes, philosophes, fabulistes ; écoutons les conseils que les grands sages ont donné à leurs disciples (Pythagore, Epicure, Epictète), à leurs amis (Sénèque), à eux-mêmes (Marc Aurèle), car c´est aussi à nous qu´ils s´adressent dans ces textes réunis sous forme d´anthologie.

    Préface de Dominique Noguez Avant-propos d´Annie Collognat0300La sagesse, pour les grands auteurs de l'Antiquité, c'est apprendre à vivre, découvrir l'harmonie, ne pas subir ses passions néfastes mais les comprendre. Voilà un sujet qui n'a jamais perdu de son actualité, Montaigne lui-même a lu Sénèque et s'en est inspiré, et on redécouvre aujourd'hui les grands principes actifs de la pensée des grands philosophes et humanistes de l'antiquité.Lemanuel de sagesseest composé de deux parties distinctes :dictionnairedes grands thèmes de sagesse : l'amour, l'amitié, la colère, l'honnêteté, l'indifférence, la justice, la mesure, etc. Chaque article est illustré par une maxime et des extraits d'auteurs tels que Cicéron, Pline, Pythagore, Caton, Platon, etc.anthologiedes textes fondateurs : extraits des "Sept sages" précurseurs (Thalès, Solon, Chilôn, Pittacos, Bias, Cléobule et Périandre), des "Sages associés" (Anacharsis, Myson, Epiménide), Pythagore, Epicure et des textes beaucoup plus longs, voire complets : Sénèque,Apprendre à vivre etLa Vie heureuse(Lettres à Lucilius); Epictète,Ce qui dépend de nous; Marc Aurèle,Pensées pour moi-même.Les traductions, provenant du fonds Arléa, sont modernes et vivantes."L'essentiel en cinquante citations", les préceptes de sagesse les plus célèbres et les plus significatifs ('Connais-toi toi-même', 'L'homme est un loup pour l'homme', 'La colère est une courte folie'...), sorte de "pages roses" de ce manuel. 0400 L´essentiel en cinquante citations Les Sept Sages Les sages associés Pythagore Epicure Sénèque,Apprendre à vivre Sénèque,La Vie heureuse Epictète,Ce qui dépend de nous Marc Aurèle,Pensées pour moi-même

  • Dans ce volume La quête du Graal - Lucrèce, victime des Borgia ? - Le drame de l'enfant du Temple - L'hérésie cathare - Valmy : vraie canonnade ou bataille truquée ? - L'assassinat de Lincoln - Le secret du Masque de fer - Les trésors de la Flibuste - La malédiction de la Vallée des Rois - Qui a ordonné la Saint-Barthélemy ? - Cortés et Mexico : une conquête étrangement rapide - Mirabeau et l'armoire de fer - L'assassinat de Concini : la revanche de l'enfant-roi - La fin du Canada français - L'enlèvement du duc d'Enghien.
    Avec la collaboration deEdmond Bergheaud, Frank Chenecchi, Claude Guillaumin, Claude Couband, Michel Honorin, Francis Mercury, Guy Claisse, Lucien Viéville, Jean-Claude Kerbourc'h, Jean Lanzi, René Duval.

  • Cinquante ans après la signature des accords d´Evian, voici une rétrospective qui a le réalisme et le rythme d´un reportage. Présenté et dirigé par Bernard Michal, qui a couvert la guerre d´Algérie pour Paris Presse de 1957 à 1962.


    Tout commence le 1er novembre 1954 sur une petite route des Aurès par l´assassinat d´un couple d´instituteurs et d´un caïd. Un fait divers, en apparence, mais qui donne le signal de l´insurrection, et lève le rideau sur une guerre de libération qui menaçait depuis longtemps d´éclater.

    Du catégorique « l´Algérie c´est la France » de François Mitterrand à l´ambigu « je vous ai compris » du général de Gaulle, du 1er novembre 1954 au 19 mars 1962, de la Toussaint rouge à l´OAS, cette guerre pas comme les autres est une longue tragédie en quatre actes, pleine de faux-semblants, de chausse-trapes, de traîtres et de victimes oubliées, dans laquelle plus d´un a perdu son âme. Tortures, massacres, guérillas, attentats sanglants, terreur, mais aussi amitiés perdues et rendez-vous manqués, l´enchaînement se terminera par une renaissance de l´Algérie et l´exode de quelque 800 000 Français nés en Algérie. Fin des combats mais non des attentats de l'OAS qui se poursuivront bien après l´indépendance jusqu´à celui perpétré au Petit-Clamart.



    Cette page d´histoire, sombre déchirure, demandait àêtre racontée avec clarté, intelligence, mais sans passion. Structuré en quatre parties (54-56 ; 56-58 ; 58-60 ; 60-62), qui correspondent à quatre moments aisément repérables, le livre est émaillé de témoignages vécus et d´archives, mais aussi de résumés qui récapitulent au fur et à mesure l´ensemble des événements précédents pour une compréhension parfaite de l´issue à venir.

    Paru en 1970 et jamais réédité depuis, L´Histoire du drame algérien est l´oeuvre d´une équipe de journalistes réunie autour d´un directeur d´ouvrage, Bernard Michal, qui a couvert toute la guerre.

  • Une collection d'enquêtes historico-policières écrites par des journalistes de talent.

    « La diversité des sujets abordés est la règle, chaque énigme forme un tout, indépendant des autres. Cette promenade dans l'histoire permet au lecteur de passer, à son rythme et selon ses centres d'intérêt, d'une époque à une autre, d'un mystère à un autre, dans l'ordre qu'il a choisi. De l'agrément et de la variété, mais en restant fidèle à l'histoire, la grande et la petite. » Bernard MichalDans ce volume :
    Le système de Law, première bulle financière de l'Histoire ? La fin sanglante de la Commune ? Mayerling ou la mort de l'aigle à deux têtes ? Nicolas Flamel l'alchimiste ? Savonarole, le saint maudit de Florence ? Mme de Montespan a-t-elle voulu empoisonner Louis XIV ? ? La tragédie de fort Alamo ? Brumaire : les coulisses d'un coup d'Etat ? Le drame du Bounty : qui est coupable ? ? Le chevalier d'Eon ou l'espionnage en dentelle ? La résistible ascension du général Boulanger ? Qui était le vrai don Juan ?

  • De l'escroquerie aux meurtres en série Un tribunal, un juge, un accusé... et un crime. Nulle part l´intensité dramatique n´est plus grande que dans la salle où se déroule un procès. Unité de lieu, unité de temps, héros fort, enjeu vital... Un procès est toujours une tragédie ; les sentiments y sont exacerbés et les images teintées de sang - En même temps, il oblige les assistants à ne pas se satisfaire des apparences, et les enquêteurs à fouiller un passé obscur. Le plus souvent c´est une époque tout entière qui est convoquée à la barre. L´accusé est-il coupable ou innocent ? Y a-t-il eu crime ? Ou manipulation ? Un grand procès, c´est toujours une énigme...

  • Une erreur judiciaire sur fond d'espionnage et d'antisémtisme.


    Un tribunal, un juge, un accusé... et un crime. Nulle part l´intensité dramatique n´est plus grande que dans la salle où se déroule un procès. Unité de lieu, unité de temps, héros fort, enjeu vital... Un procès est toujours une tragédie ; les sentiments y sont exacerbés et les images teintées de sang - En même temps, il oblige les assistants à ne pas se satisfaire des apparences, et les enquêteurs à fouiller un passé obscur. Le plus souvent c´est une époque tout entière qui est convoquée à la barre. L´accusé est-il coupable ou innocent ? Y a-t-il eu crime ? Ou manipulation ? Un grand procès, c´est toujours une énigme...

  • De Gilles de Rais à Landru en passant par Charlotte Corday et la Brinvilliers, les plus dramatiques et les plus spectaculaires des procès qui ont fait l'histoire.
    Un tribunal, un juge, un accusé... et un crime. Nulle part l'intensité dramatique n'est plus grande que dans la salle où se déroule un procès. Unité de lieu, unité de temps, héros fort, enjeu vital... Un procès est toujours une tragédie ; les sentiments y sont exacerbés et les images teintées de sang - En même temps, il oblige les assistants à ne pas se satisfaire des apparences, et les enquêteurs à fouiller un passé obscur. Le plus souvent c'est une époque tout entière qui est convoquée à la barre. L'accusé est-il coupable ou innocent ? Y a-t-il eu crime ? Ou manipulation ? Un grand procès, c'est toujours une énigme : il y a le mystère qui entoure la personnalité d'un criminel : qui était le vrai Gilles de Rais ? qui était Charlotte Corday ? Il y a aussi le doute sur le bien-fondé du procès lui-même : pourquoi les Templiers sont-ils montés sur le bûcher ? Avec l'épaisseur du temps, l'accusation se retourne parfois contre l'accusateur - ainsi, au tribunal de l'Histoire, le roi qui a monté le procès des Templiers apparaît-il comme le principal coupable... Un livre de référence qui a les caractéristiques d'un thriller.

  • De Jeanne d'Arc à Bonnot, en passant par le marquis de Sade et les possédées de Loudun, les plus dramatiques et les plus spectaculaires des procès qui ont fait l'histoire.
    Un tribunal, un juge, un accusé... et un crime. Nulle part l'intensité dramatique n'est plus grande que dans la salle où se déroule un procès. Unité de lieu, unité de temps, héros fort, enjeu vital... Un procès est toujours une tragédie ; les sentiments y sont exacerbés et les images teintées de sang - En même temps, il oblige les assistants à ne pas se satisfaire des apparences, et les enquêteurs à fouiller un passé obscur. Le plus souvent c'est une époque tout entière qui est convoquée à la barre. L'accusé est-il coupable ou innocent ? Y a-t-il eu crime ? Ou manipulation ? Un grand procès, c'est toujours une énigme : il y a le mystère qui entoure la personnalité de l'accusé : Jeanne d'Arc était-elle une sainte ou une marionnette ? Jules Bonnot était-il un idéaliste ou un simple petit malfrat ? Il y a aussi le doute sur le bien-fondé du procès lui-même : Marie-Antoinette devait-elle passer en jugement ? Son procès était-il le fait d'une jeune nation ivre de liberté ou celui d'une dictature révolutionnaire ? Avec l'épaisseur du temps, l'accusation se retourne parfois contre l'accusateur - ainsi, au tribunal de l'Histoire, les possédées de Loudun, victimes du Diable au siècle des derniers procès en sorcellerie, apparaissent-elles aujourd'hui au mieux comme des malades, au pire comme des criminelles armées par la main de Richelieu... Un livre de référence qui a les caractéristiques d'un thriller.

  • Un tableau coloré et truculent du Paris populaire au temps des grandes transformations du XIXe siècle.

    " Je fais du document et non de la critique, de l'histoire et non de la théorie. " Ainsi se définit Charles Virmaître, observateur du Paris de la seconde moitié du XIXe siècle. Soumise à de vastes opérations d'urbanisme, confrontée à une augmentation démographique brutale, la capitale connaît alors de grands bouleversements : disparition de quartiers entiers, nouveaux axes de circulation, développement du rail. Fixant les vestiges d'une ville en pleine mutation, Charles Virmaître en dresse une cartographie pittoresque et truculente. Des cafés disparus aux cabarets excentriques, des distractions populaires aux curiosités macabres, des bouges clandestins aux spectaculaires arnaques de la pègre, une nouvelle géographie se dessine qui entend être, de prime abord, celle du Paris des marges dont il enrichit la description par sa connaissance des nombreux argots corporatistes.
    Choix et présentation de Sandrine Fillipetti.

  • Si la Ville lumière accueille chaque année des millions de touristes, l'histoire de la création des monuments, des musées est souvent méconnue des visiteurs, voire des Parisiens eux-mêmes.
    Se laissant inspirer par sa curiosité naturelle et à son goût de l'insolite, Corrado Augias nous livre des récits érudits et passionnants sur l'art et l'histoire de cette ville qu'il considère comme sa deuxième patrie. Il nous emmène hors des sentiers battus et nous raconte les histoires oubliées des quartiers, des artistes, des monuments, des hommes d'influence qui ont fait de Paris un lieu fascinant aux yeux de tous.
    Qui a eu l'idée grandiose de rassembler des collections d'art du monde entier et de créer le musée du Louvre ? Quel est le parcours incroyable du célèbre tableau de Gustave Courbet L'Origine du monde ? Savez-vous que l'Arc de triomphe est inachevé ? Quel assassinat mystérieux a eu lieu au château de Vincennes ? Comment Modigliani et Kiki de Montparnasse ont-ils laissé leur empreinte sur un quartier de la ville ? Qui connaît le cimetière révolutionnaire de la rue de Picpus ?

  • Les témoignages vécus de jeunes Juifs qui se sont dressés les armes à la main face à la barbarie nazie Un jeune officier français organise un maquis juif ; un adolescent lance des bombes ; une jeune fille humilie son bourreau ; un gamin de quinze ans raconte comment il a participé au soulèvement d'un camp de la mort... Ces quatre récits témoignent qu'il y a eu diverses façons de se révolter, mais aussi que toutes disent la même chose à l'oppresseur : il a échoué. Se répondant les unes aux autres pour donner son sens le plus profond au mot "révolte", voici les histoires vécues de héros qui parlent pour tous ceux et de celles qui se sont dressés les armes à la main contre la barbarie nazie. Ces textes sont les plus forts parmi ceux qui étaient parus dans Les Révoltés de la Shoah (Omnibus 2010). Au sommaire : Juifs au combat , par Jacques Lazarus Thomas Elek, un de l'Affiche rouge (extrait de La Mémoire d'Hélène), par Hélène Elek Mala, une héroïne à Auschwitz , par Gérard Huber Sobibor, la révolte oubliée , par Thomas Toïvi Blatt

  • Près de 60 métiers disparus racontés par la dernière génération à les avoir exercés. Gérard Boutet, infatigable arpenteur de nos campagnes, fait ici oeuvre de mémoire.
    On imagine mal ce que pouvait être l'existence journalière des gens de naguère, bien avant que la machine ne vienne améliorer leur condition. Souvent on naissait sans être vraiment désiré ; on grandissait comme une mauvaise herbe et sitôt les dix ans, avec plus de force en bras que de jugeote en ciboulot, on se louait pour gagner sa croûte loin des jupes rassurantes d'une mère trop occupée à torcher les puînés. On apprenait le boulot sur le tas, en regardant faire les anciens qui n'étaient pas avares en coups de pied au cul.
    Ils ne sont plus légion, ceux qui peuvent encore évoquer ces duretés qu'ils ont endurées. Les années ont coulé. Ils sont partis les uns après les autres, sans bruit, le plus simplement du monde. Avec eux ont disparu les derniers témoins d'une époque à jamais révolue.
    Gérard BOUTET En quarante ans, de 1920 à 1960, la vie quotidienne dans nos campagnes a subi plus de transformations que pendant les vingt siècles qui ont précédé.
    Conscient de la disparition progressive d'un savoir-faire rural devant les assauts de l'urbanisation et de la mécanisation, Gérard Boutet a arpenté nos campagnes à la rencontre de ces gens de peu, les gagne-misère, et a rapporté sans nostalgie le récit de leur vie quotidienne avant qu'ils ne s'éteignent, et avec eux la mémoire de nos campagnes.




    Préface de l'auteur

  • Eglise monarchique devenue temple républicain, le Panthéon a vécu une histoire mouvementée fourmillant d'anecdotes qu'Olivier Le Naire raconte de manière vivante et colorée. De son édification sous Louis XV au transfert en mai 2015 de quatre grandes figures de la Seconde Guerre mondiale (Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay), voici un portrait vivant de ce symbole de l'idée républicaine, qui a connu bien des variations au fil du temps. Où l'on apprend que Mirabeau, premier à y être entré, en fut le premier expulsé, que le pendule de Foucault y fut testé en 1851. Une foule d'histoires et de curiosités qui rendent passionnant ce voyage dans le passé de ce monument légendaire.

empty