Religion & Esotérisme

  • Max weber décrit le grand bouleversement des temps modernes, la transformation dans les mentalités du rapport à l'argent et à la fortune.
    Aux consciences médiévales marquées par la parole évangélique selon laquelle " il est plus aisé pour un chameau de passer le chas d'une aiguille que pour un riche d'entrer dans le royaume de dieu " (marc, x, 25), le protestantisme affirme que l'homme est sur terre pour se livrer à des oeuvres terrestres, et que le succès de ses entreprises est le signe de la grâce divine. l'essor du capitalisme se fonde sur cette révolution des esprits, engendrée par la tourmente luthérienne.
    Max weber est le premier à donner une explication spécifique de l'essor du capitalisme.
    A travers cette magistrale leçon de sociologie, il éclaire d'un jour nouveau notre civilisation.

  • Rédigé en 1852, au milieu de l'élaboration du Système de politique positive (1851-1854), le Catéchisme positiviste en justifie dès l'abord pleinement le sous-titre de Traité de sociologie instituant la religion de l'Humanité. En effet, les onze entretiens entre une jeune femme et un prêtre de l'humanité qui composent l'ouvrage constituent à la fois une vivante méditation de l'idée d'Humanité et un résumé dense, complet et didactique, de la foi positive proprement dite. Le Catéchisme positiviste est donc bien en ce sens ce qu'on pourrait appeler une oeuvre de propagande; et cela, sans cesser pour autant d'être philosophique. D'une part, le dialogue se déploie en effet sous la bannière d'une religion nouvelle, le positivisme, à qui son fondateur réserve rien moins que l'avenir humain. Mais aussi bien ce catéchisme n'a-t-il point été écrit, d'autre part, afin de cultiver en l'esprit oisif et confortable de vains doutes et de stériles hypothèses. Il s'agirait plutôt ici de donner des convictions actives aux hommes et aux femmes du peuple, dont les fantômes théologiques, mis définitivement à terre par la Révolution, ne sauraient désormais plus nourrir la raison comme le coeur. Il appartiendra donc au lecteur de comprendre comment, élevant les sciences modernes à la dignité d'une philosophie organique, Comte a pu également découvrir en elles les germes d'une spiritualité profondément humaine, d'après laquelle tracer les plans d'une République encore à venir: sans Dieu ni Roi.

empty