Langue française

  • Frangines

    Manon Torielli

    Les apparences sont trompeuses. Planter, percer la mauvaise viande, il savait faire. En revanche, il avait oublié que les plaies ouvertes ne se referment jamais...


    IL COMPTAIT FRAPPER DEUX FOIS. Deux armes pour percer sa viande à deux endroits bien précis, toujours les mêmes. Il les dégustait d'avance, ces deux boutonnières qu'il allait lui faire, et ensuite la trachée, là-haut, à lui décoller le colbac de sa fiole moche.
    « Ça, c'est pour Gio', pour son palpitant tout chaud qui ne savait que vouloir du bien à tout le monde ! Ça, c'est pour Adda, pour sa gorge qui savait si bien pousser des goualantes à faire bicher les anges ! Et ça, c'est pour elles deux, qui en avaient avalé des couleuvres dans leur chienne de vie, et à qui on venait encore de voler leur voix, leur air et leur âme de gosses. »
    Les choses s'étaient passées comme ça, à peu de chose près.

    Voici « Frangines », Noir de SuiTe n°2. Manon Torielli, c'est tout le sulfureux, tout l'improbable de cette collection, et quelque chose qui n'appartient qu'à elle. Sans doute une manière très particulière de faire saillir les ambiances, de cercler les personnages suivant une mécanique implacable.

  • Glandeur

    Laurence Biberfeld

    Au coeur de la forêt, entre effroi et fantasmagorie, un enfant sera initié à l'horreur...


    Les pères ! Les vrais, les faux, les beaux, les laids, celui qui est aux cieux et celui qui vous tombe dessus... Tous plus tarés les uns que les autres. Il en passe, du monde, dans cette forêt. Le petit garçon que personne ne cherche, un « glandeur » qui a plus peur des hommes que des chiens. Les chiens, des bloodhounds, sympathiques pisteurs d'esclaves en fuite, un berger du seigneur à la recherche d'agneaux égarés. Un horrible méchant qui n'est pas fou, une horrible folle pas vraiment méchante, juste à l'Ouest (mais ne perdant pas le Nord). Et Saint-Michel, chef des milices de Dieu, pour surveiller tout ça de haut.
    Oui, il s'en passe, des choses, dans cette forêt.


    Laurence Biberfeld nous donne ici le quatrième opus de la série Noir de suiTe. Une plongée dans l'enfance d'un tueur, décrite la plume au poing par l'une des auteures la plus talentueuse de sa génération.

empty