Seuil (réédition numérique FeniXX)

  • « La justice est impartiale », disent les uns. « Justice de classe », répondent les autres. Qu'en est-il exactement ? La loi laisse en fait aux magistrats une certaine latitude pour la détermination de la peine. Mais comment cette liberté est-elle utilisée ? Peut-on évaluer la part du subjectif et de l'objectif dans la détermination des sentences ? Y a-t-il vraiment deux poids et deux mesures ? De l'observation attentive de plus de 400 procès correctionnels et de l'analyse des Comptes généraux de la justice ressort la partialité de la justice pénale : les jeunes, les étrangers et les prolétaires sont les plus lourdement et les plus fréquemment sanctionnés. Pourquoi ? Cette surpénalisation tient-elle à l'humeur des juges ou à la logique de la structure sociale elle-même ? Et pourtant une répression équitable est un idéal, non une utopie.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le Laboratoire de Sociologie Industrielle de l'École Pratique des Hautes Études (VIe section) a été créé en 1958. Son but est d'étudier directement les conditions de travail et les attitudes des travailleurs industriels, ainsi que les mouvements sociaux auxquels ils participent. Chacun des mémoires qu'il publiera présentera des recherches concrètes. Mais son ambition est que chaque observation, loin d'être monographique, contribue à l'élaboration de principes généraux d'analyse, refusant ainsi d'accepter la dangereuse séparation de la recherche « empirique » et de la spéculation « théorique ». Aux mémoires, qui présentent les recherches effectuées par le laboratoire, s'ajouteront des publications plus générales, présentant l'état actuel des divers domaines de la sociologie du travail. A mi-chemin des articles et des ouvrages d'ensemble, ces mémoires chercheront à faire connaître les intentions, le mouvement et les méthodes de la recherche. Dans les prochaines publications, B. Mottez suivra l'évolution des systèmes de rémunération ; R. Bassoul, P. Bernard et A. Touraine proposeront une analyse des attitudes au travail dans une usine de la région parisienne ; L. Karpik considérera de nouveaux aspects de l'arrivée dans l'industrie des ouvriers d'origine rurale ; R. Bassoul présentera les méthodes modernes de construction de plans d'analyse ; J. Lenfant étudiera les conseils ouvriers yougoslaves.

  • Pour la quasi-totalité des « compétiteurs » politiques, le vote est un jugement porté par les électeurs sur les options présentées par les camps en présence. Toute voix obtenue est considérée comme une approbation des principes fondamentaux de son bénéficiaire. La théorie démocratique postule des citoyens attentifs aux événements politiques, au fait des problèmes et instruits des idéologies en lice, exprimant en définitive par leur vote un choix réfléchi et motivé. C'est une tout autre réalité que dévoile l'analyse sociologique...

  • Les entreprises françaises sont amenées à relever des défis et à s'engager sur la voie de la modernisation. Mais, à y regarder de plus près, le consensus réel dans l'entreprise n'est pas assuré, ce qui favorise les démarches prudentes, une politique de l'autruche qui n'est pas forcément la plus efficace.

empty