Amélie Panneton

  • Nous sommes rue Saint-Joseph, à Québec, au coeur du quartier Saint-Roch. Voici le territoire idéal pour un tel portrait, un tel puzzle: lieu par excellence du métissage social et de la cohabitation inévitable entre les différentes classes de ce microcosme de la société. Bien sûr, à la lecture de ce livre d'Amélie Panneton, on pensera au chef-d'oeuvre de Perec, La vie mode d'emploi. Ici aussi, un immeuble et ses habitants. Ici aussi, ils sont différents, singuliers, mais obligés à cette promiscuité anonyme des urbains. Ils se croisent, parfois se parlent, mais n'en demeurent pas moins d'éternels solitaires.

  • À quinze ans, Emmanuelle fuit comme la peste les conversations improvisées et ne se sent à l'aise que sous l'eau, lors de ses entraînements de natation, où sa timidité passe inaperçue. Sa vie se gonfle de sens et de musique lorsqu'elle fait la connaissance de Thomas, son nouveau voisin. Les deux s'apprivoisent doucement, partageant chaque matin le même banc et les mêmes écouteurs, et se retrouvant à contempler les étoiles lors de soirées autour d'un feu de camp.

    Mais tout bascule le jour où Emmanuelle est témoin d'une scène bouleversante, qui créera autour d'elle comme une onde de choc et chamboulera sa relation avec Thomas.

  • C'est le genre d'histoire sur lequel on tombe toujours par hasard.

    La nôtre commence dans le quartier Saint-Roch, à Québec, où une jeune documentariste prépare un film portant sur le tricot-graffiti, une variante textile du street art qui consiste à enrober ou à enjoliver le mobilier urbain avec de la laine. En remontant le fil de la pratique, elle s'emmêle dans les récits croisés de Marjolaine, d'Alexandra et de Marie, trois vieilles dames qui ont, avec Zina, leur amie disparue, fondé un collectif de tricot-graffiti dans leur vingtaine, au début du 21e siècle...

    À la fois doux et piquant, comme un chandail tricoté par ta grand-mère, Petite laine est un récit tissé de souvenirs et de mensonges, teinté par l'engagement et la naïveté de la jeunesse.

empty