Anne-Sophie Martin

  • C'est le plus formidable fait divers du XXe siècle : un meurtre inexpliqué, un cadavre introuvable, un accusé – Guillaume Seznec, un Breton –, qui se dit innocent, et qu'on envoie au bagne pour vingt ans ; des débats à n'en plus finir pendant trois générations, et 14 demandes de révision du procès refusées...
    Symbole de l'erreur judiciaire, l'affaire Seznec mobilise au fil des décennies des milliers de passionnés. Sa légende fascine encore, et les interrogations qui l'accompagnent : affaire d'Etat, complot policier, barbouzerie, trafic international, règlement de comptes, crime passionnel ou crapuleux ? Le mystère semblait impossible à percer.
    Anne-Sophie Martin nous donne enfin la solution de l'énigme, confirmée par les petits-enfants du condamné, qui se sont tus si longtemps. Toute simple, vraie, presque nue, cette vérité était l'objet d'un secret de famille presque centenaire, qui est ici révélé en détail. Quémeneur a voulu violer Marie-Jeanne Seznec, elle s'est défendue et l'a tué. Guillaume a choisi de porter le chapeau... Une histoire d'amour, en somme, mais d'une puissance rare, que raconte avec verve et passion Anne-Sophie Martin.
    Journaliste, réalisatrice pour la télévision, Anne-Sophie Martin est secrétaire générale de l'Association confraternelle de la presse judiciaire. Auteure d'enquêtes sur le monde criminel, elle est l'une des spécialistes des faits divers français.

  • In diesem Band sind die nachgelassenen Schriften Moritz Schlicks zur Logik und Philosophie der Mathematik gesammelt, ediert und kommentiert. Keine der zu Lebzeiten verffentlichten Schriften Schlicks war ausschließlich diesen Themen gewidmet. Man sollte daraus jedoch nicht den Schluss zu ziehen, diese Themen hatten an der Peripherie von Schlicks Interesse gelegen. Überlegungen zur Logik und Mathematik ziehen sich durch Schlicks gesamtes Werk, von der Habilitation, über sein Opus Magnum, die Allgemeine Erkenntnislehre, bis zu seinen letzten stark von Ludwig Wittgenstein geprägten Aufsätzen in den 1930er Jahren. Es ist vielmehr so, dass Schlick Fragen der Logik und Mathematikphilosophie stets im Zusammenhang mit anderen Problemen sah und sie deshalb nie einzeln für sich behandelte. Ausnahmen machte er vor allem für Lehrveranstaltungen und so wundert es nicht, dass fast alle Texte dieses Bandes im Umkreis von solchen entstanden sind.

empty