Astolphe de Custine

  • The Marquis de Custines record of his trip to Russia in 1839 is a brilliantly perceptive, even prophetic, account of one of the worlds most fascinating and troubled countries. It is also a wonderful piece of travel writing. Custine, who met with people in all walks of life, including the Czar himself, offers vivid descriptions of St. Petersburg and Moscow, of life at court and on the street, and of the impoverished Russian countryside. But together with a wealth of sharply delineated incident and detail, Custines great work also presents an indelible picture--roundly denounced by both Czarist and Communist regimes--of a country crushed by despotism and intoxicated with slavery.
    Letters from Russia, here published in a new edition prepared by Anka Muhlstein, the author of the Goncourt Prize-winning biography of Custine, stands with Tocquevilles Democracy in America as a profound and passionate encounter with historical forces that are still very much at work in the world today.

  • BnF collection ebooks - "Remarquez d'abord ces dates dont le rapprochement me paraît assez curieux. Le commencement de nos révolutions et le mariage du fils d'Eugène de Beauharnais ont eu lieu le même jour à cinquante ans de distance."

  • BnF collection ebooks - "La dernière fois que j'ai pu vous envoyer de mes nouvelles, je vous ai promis de ne pas revenir en France avant d'avoir poussé jusqu'à Moscou ; depuis ce moment, vous ne pensez plus qu'à cette cité fabuleuse, fabuleuse en dépit de l'histoire. En effet, le nom de Moscou a beau être assez moderne et nous rappeler les faits les plus positifs de notre siècle, la distance des lieux, la grandeur des événements le rendent poétique par-dessus tout autre nom."

  • BnF collection ebooks - "Depuis deux jours j'ai vu beaucoup de choses : d'abord la mosquée tatare. Le culte des vainqueurs est aujourd'hui toléré dans un coin de la capitale des vaincus ; encore ne l'est-il qu'à condition de laisser aux chrétiens la libre entrée du sanctuaire mahométan."

  • BnF collection ebooks - "J'ai commencé hier mon voyage en Russie : le grand-duc héréditaire est arrivé à Ems, précédé de dix ou douze voitures et suivi d'une cour nombreuse. Ce qui m'a frappé dès le premier abord, en voyant les courtisans russes à l'oeuvre, c'est qu'ils font leur métier de grands seigneurs avec une soumission extraordinaire ; c'est une espèce d'esclaves supérieurs."

  • Extrait :
    "J'ai commencé hier mon voyage en Russie : le grand-duc héréditaire est arrivé à Ems, précédé de dix ou douze voitures et suivi d'une cour nombreuse. Ce qui m'a frappé dès le premier abord, en voyant les courtisans russes à l'oeuvre, c'est qu'ils font leur métier de grands seigneurs avec une soumission extraordinaire ; c'est une espèce d'esclaves supérieurs."

  • Extrait :
    "Remarquez d'abord ces dates dont le rapprochement me paraît assez curieux. Le commencement de nos révolutions et le mariage du fils d'Eugène de Beauharnais ont eu lieu le même jour à cinquante ans de distance."

  • Extrait :
    "La dernière fois que j'ai pu vous envoyer de mes nouvelles, je vous ai promis de ne pas revenir en France avant d'avoir poussé jusqu'à Moscou ; depuis ce moment, vous ne pensez plus qu'à cette cité fabuleuse, fabuleuse en dépit de l'histoire. En effet, le nom de Moscou a beau être assez moderne et nous rappeler les faits les plus positifs de notre siècle, la distance des lieux, la grandeur des événements le rendent poétique par-dessus tout autre nom."

  • Extrait :
    "Depuis deux jours j'ai vu beaucoup de choses : d'abord la mosquée tatare. Le culte des vainqueurs est aujourd'hui toléré dans un coin de la capitale des vaincus ; encore ne l'est-il qu'à condition de laisser aux chrétiens la libre entrée du sanctuaire mahométan."

  • BnF collection ebooks - "J'étais seul, assis à ma table ; je taillais mes plumes, ce qui veut dire que je n'avais guère d'envie d'écrire, quoique le loisir ne me manquât pas ! Mais bientôt les souvenirs ranimèrent ma pensée : je me reportai vers les lieux que j'ai parcourus il y a peu de temps, et les noms fameux, et les sites extraordinaires de l'Andalousie, de l'Afrique, me rendirent toutes les inspirations de la poésie !"BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • Extrait : "J'étais seul, assis à ma table ; je taillais mes plumes, ce qui veut dire que je n'avais guère d'envie d'écrire, quoique le loisir ne me manquât pas ! Mais bientôt les souvenirs ranimèrent ma pensée : je me reportai vers les lieux que j'ai parcourus il y a peu de temps, et les noms fameux, et les sites extraordinaires de l'Andalousie, de l'Afrique, me rendirent toutes les inspirations de la poésie !" À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de qualité de grands livres de la littérature classique mais également des livres rares en partenariat avec la BNF. Beaucoup de soins sont apportés à ces versions ebook pour éviter les fautes que l'on trouve trop souvent dans des versions numériques de ces textes. LIGARAN propose des grands classiques dans les domaines suivants : o Livres rares o Livres libertins o Livres d'Histoire o Poésies o Première guerre mondiale o Jeunesse o Policier

  • Entre 1830 et 1845, il fallait à Stendhal presque une semaine pour descendre vers le Midi, par coche d'eau avec plusieurs relais. Aujourd'hui, on va de Paris à Marseille en trois heures par le T.G.V., à Nice en un peu plus d'une heure par avion régulier, et on arrive en moins de quinze heures à Shanghai. Le voyage, naguère long et périlleux, s'est massifié et dilué dans des formalités et des passages de portillons. Le monde et ses merveilles, l'Acropole, les pyramides d'Égypte, Venise, la Grande Muraille de Chine, tombent en poudre, sous le poids de nos pas. À quoi bon voyager, quand tout est exploré et usé, et instantanément à notre portée sur Internet ? Le 19e siècle, qui a fait l'apprentissage de cette contraction du temps et des distances, a connu l'émerveillement du voyage et ses premiers désenchantements.
    Ce coffret contient dix oeuvres de la littérature française, avec une préface et une présentation de Jean Demerliac : Voyage autour de ma chambre de Xavier de Maistre, Promenades dans Rome de Stendhal, La Russie en 1839 d'Astolphe de Custine, Voyage d'un faux musulman à travers l'Afrique de René Caillié, Le Tour du monde en quatre-vingts jours de Jules Verne, Les Ascensions célèbres aux plus hautes montagnes du globe de Frédéric Zurcher, Le Voyage de Sarah Bernhardt en Amérique de Marie Colombier, Le Fleuve bleu de Gaston de Bézaure, Voyage en Abyssinie et au Harrar d'Arthur Rimbaud, Ruines et Paysages d'Égypte de Gaston Maspero.
    Retrouvez dans la même collection : Trois révolutions, deux empires, deux républiques..., Le Siècle positif, Le siècle de fer, Argent, bonheur et richesse, Esprit es-tu là ?, L'Invention de Paris : des bas-fonds au Gai Paris, Des Parisiens et des Parisiennes, L'Amour dans tous ses états, Miscellanées.

  • « Le goût des voyages n'a jamais été pour moi une mode, je l'apportai en naissant, et je l'ai satisfait dès ma première jeunesse. Nous sommes tous vaguement tourmentés du besoin de connaître un monde qui nous paraît un cachot, parce que nous ne l'avons pas choisi pour demeure ; il me semble que je ne pourrais sortir en paix de cet étroit univers, si je n'avais tenté de parcourir et d'explorer ma prison. Plus je l'examine et plus elle s'embellit et s'agrandit à mes yeux. Voir pour savoir : telle est la devise du voyageur ; c'est la mienne ; je ne l'ai pas prise, la nature me l'a donnée. »
    Cet ebook est constitué à partir de l'édition en quatre tomes parue en 1843 chez Amiot.

  • - 34%

    « JE suis né fort peu de temps avant l'époque où éclatèrent les discordes civiles qui agitent mon pays. Je n'ai connu ni mon père, qui périt victime de la fureur des factions, ni ma mère qui ne put se consoler de la perte de son époux, et mourut de douleur peu de temps après lui. Je fus élevé par une soeur de mon père, qui, restée veuve sans enfans, me reçut dans sa maison et me traita comme son propre fils. La Providence la protégea ; sa vie et une partie de sa fortune échappèrent comme par miracle aux fureurs et à l'avidité populaires.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

empty