Bruno Étienne

  • Fils d'un résistant fusillé par les nazis, Bruno Etienne, spécialiste du monde arabe et de l'islam, retrace son parcours d'intellectuel marqué à jamais par la guerre d'Algérie, explicite sa vision républicaine de la politique et plaide en faveur d'un statut de l'islam en France.

    1 autre édition :

  • L'islamisme radical est la forme politico-religieuse que revêt l'orthodoxie musulmane confrontée aux problèmes de la modernité. Cet ouvrage propose d'expliquer la logique de ce mouvement politique connu en Occident sous le terme impropre d'intégrisme. Il combine l'histoire longue de la théologie, l'histoire récente du nationalisme arabe et l'histoire immédiate des mouvements islamistes. Ensemble théorique et doctrinal, l'islamisme radical propose une alternative, messianique, révolutionnaire et universelle à l'hégémonie occidentale. En ce sens, il est négativement le rejet du matérialisme, de la sécularité et de l'immortalité induites par la domination occidentale (dans laquelle est inclus le marxisme). Mais il est positivement l'affirmation de la nécessité d'un retour aux préceptes islamiques de comportement et d'organisation qui contiendraient en eux-mêmes la solution de tous les problèmes contemporains.

  • L'islamisme radical est la forme politico-religieuse que revêt l'orthodoxie musulmane confrontée aux problèmes de la modernité. Cet ouvrage propose d'expliquer la logique de ce mouvement politique connu en Occident sous le terme impropre d'intégrisme. Il combine l'histoire longue de la théologie, l'histoire récente du nationalisme arabe et l'histoire immédiate des mouvements islamistes. Ensemble théorique et doctrinal, l'islamisme radical propose une alternative, messianique, révolutionnaire et universelle à l'hégémonie occidentale. En ce sens, il est négativement le rejet du matérialisme, de la sécularité et de l'immortalité induites par la domination occidentale (dans laquelle est inclus le marxisme). Mais il est positivement l'affirmation de la nécessité d'un retour aux préceptes islamiques de comportement et d'organisation qui contiendraient en eux-mêmes la solution de tous les problèmes contemporains.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Quel rapport entre l'existence d'une oeuvre d'art et celle d'un être vivant ? Entre l'existence de l'atome et celle d'une valeur comme la solidarité ? Ces questions sont les nôtres à chaque fois qu'une réalité est instaurée, prend consistance et vient à compter dans nos vies, qu'il s'agisse d'un morceau de musique, d'un amour ou de Dieu en personne. Comme James ou Deleuze, Souriau défend méthodiquement la thèse d'un pluralisme existentiel. Il y a, en effet, différentes manières d'exister, et même différents degrés ou intensités d'existence : des purs phénomènes aux choses objectivées, en passant par le virtuel et le « sur-existant » dont témoignent les oeuvres de l'esprit ou de l'art, tout comme le fait même de la morale. L'existence est polyphonique, et le monde s'en trouve considérablement enrichi et élargi. Outre ce qui existe au sens ordinaire du terme, il faut compter avec toutes sortes d'états virtuels ou fugaces, de domaines transitionnels, de réalités ébauchées, en devenir, qui sont autant d'« intermondes ». Servi par une érudition stupéfiante qui lui permet de traverser d'un pas allègre toute l'histoire de la philosophie, Souriau donne les éléments d'une grammaire de l'existence. Mais son enquête se veut aussi une introduction à « la pratique de l'art d'exister ». À quoi nous attachons-nous précisément lorsque nous aimons un être ? À quoi nous engageons-nous lorsque nous nous identifions à un personnage de roman, lorsque nous valorisons une institution ou adhérons à une théorie ? Et finalement, quel(s) mode(s) d'existence(s) sommes-nous capables d'envisager et d'expérimenter pour nous-mêmes ? Questions métaphysiques, questions vitales. Cette nouvelle édition est précédée d'une présentation d'Isabelle Stengers et Bruno Latour intitulée « Le sphinx de l'oeuvre ». Elle inclut également un article d'Étienne Souriau, « Du mode d'existence de l'oeuvre à faire » (1956).

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La science politique n'intéresse plus que les politologues et ne peut être considérée comme une science car elle est incapable de traiter le champ politique comme un objet soumis à une critique démystificatrice. C'est ce que pensent et ce que démontrent les auteurs, politologues eux-mêmes.

  • Dans les années soixante, l'Afrique avait accédé à l'indépendance. Celle-ci fut fêtée en grande pompe. Près d'un demi siècle après, l'Afrique se cherche encore. C'est sûr, l'Afrique est partie, mais mal partie. Le destin de l'Afrique a été mis entre les mains des Africains qui étaient disposés à laisser à l'Occident les mains libres en Afrique et à remettre le continent à l'Occident, après la soi-disant indépendance accordée. Il est temps que cela cesse, que les erreurs commises soient réparées.

empty