Catherine Siguret

  • Huit destins hors du commun. Huit façons de se réinventer.
    Accident, deuil, maladie, handicap... la vie ne les a pas épargnés. Ils auraient pu rester victimes, mais ils ont trouvé le courage de se relever en montant un projet altruiste.
    Tournant le dos au malheur, ils ont créé ce qui leur avait manqué dans les moments les plus durs. Refusant l'inertie et la fatalité, ils ont puisé dans la douleur l'énergie de transformer une épreuve personnelle en réussite collective. On leur doit un institut de bien-être pour les corps abîmés; une loi du code pénal qui condamne la prise de stupéfiants au volant; une marque de vêtements pour enfants handicapés, ou encore des produits cosmétiques compatibles avec la chimiothérapie...
    /> Ils sont des héros du quotidien.

  • 24 décembre 1800. Quand la bombe manque de tuer le premier consul qui se rendait en carrosse à l'Opéra, Bonaparte décide d'employer les grands moyens pour trouver les coupables et transformer l'affaire en événement politique. C'est le commissaire Donatien Lachance, le bras droit de Fouché, ministre de la Police, qui est chargé de l'enquête ; Bonaparte se prononce sur-le-champ : il préférerait que les terroristes soient républicains... A l'aide d'indices précis et nombreux, Donatien entend mener ses investigations d'une façon rigoureuse, annonciatrice de ce que deviendront les méthodes d'une police moderne. Il est entraîné sur la piste d'extrémistes monarchistes vendéens, à l'opposé des désirs de Bonaparte. Sur la liste des suspects qu'a entérinée le premier consul figure un officier républicain qui est le mari d'Olympe, une pasionaria de la Révolution, que Donatien a follement aimée. Dans le salon de Juliette Récamier, dans les luxueuses maisons de plaisir du Palais Royal ou sur les côtes de la Manche où s'affrontent les marins anglais et français, des intrigues échevelées se déroulent aussi subtiles dans le domaine des sentiments que dangereuses dans les allées tortueuses du pouvoir. Les idéologies comme les passions se bousculent encore dans une France à peine sortie de la Terreur et qui vit sous la férule d'un petit homme adulé ou honni, qui va devenir empereur. Séduisant héros d'une époque nouvelle, Donatien Lachance voudra-t-il sauver l'honneur ou favoriser son ambition ?

  • Les meurtres familiaux sont souvent les affaires criminelles qui passionnent l'opinion et mobilisent les médias. L'auteur a enquêté sur six d'entre elles et montre comment, faute de paroles ou d'espoir, l'amour se change en haine et la haine en bain de sang.

  • Brûlé à 95%, il survit grâce à la greffe de peau de son jumeau.
    Une première médicale mondiale.
    Un matin de septembre 2016, Franck, technicien chimiste, manipule un bidon inflammable. Une explosion le fait flamber. Son corps est brûlé à 95 %, ses organes vitaux menacés. Ses chances de survie sont statistiquement nulles : on n'a jamais sauvé de grand brûlé à plus de 60 %. L'un des seuls morceaux de sa peau demeuré intact est tatoué d'un mot : " Life " ...
    Son frère Eric indique immédiatement qu'il est prêt à devenir donneur de sa peau. Sourires embarrassés du corps médical : ce type de greffe est impossible. L'heure est au deuil, ou à peu près. C'est un miracle que Franck soit même encore " en vie ". Eric insiste : il veut donner, il est tout de même son jumeau, dit-il par hasard. À ce mot, le professeur Maurice Mimoun, chef du service des grands brûlés de l'hôpital Saint-Louis, vacille : " Vrai jumeau ? " Branle-bas de combat, tests génétiques, examen de passage devant l'Agence de la biomédecine, autorisation du procureur de la République : le feu vert est donné pour cette première médicale mondiale d'une greffe de peau presque totale.
    Eric est " pelé à vif " pour donner sa peau à son frère. Après des mois d'incertitudes et de combats, Franck est sauvé. Les jumeaux ont vaincu la mort annoncée. Ils sont heureux, fiers, plus vivants que jamais.
    Une aventure humaine d'une rare intensité, sur fond de prouesse médicale.

empty