Charles-Philippe David

  • "Aux États-Unis, l'élaboration de la politique étrangère implique une grande diversité d'acteurs, génère d'intenses débats et suppose de longs arbitrages. Tendance qui s'est encore amplifiée alors que se terminent les guerres des années 2000 et que se décident celles des années 2010.
    Ce panorama complet du processus de formulation de la politique étrangère américaine en retrace à la fois l'histoire et la constitution, la culture, les approches, les institutions et les liens avec la société. Les auteurs intègrent les différentes approches de la science politique américaine et des relations internationales, prenant en compte le droit constitutionnel ou encore la science administrative pour analyser les fondements, décrire les mécanismes et identifier les acteurs de cette politique. Sont ainsi passées en revue l'influence de la présidence, des bureaucraties, du Conseil de sécurité nationale, du Congrès, de l'opinion publique et des médias, sans oublier celle des lobbies et des think tanks.
    Pour cette troisième édition entièrement remaniée et actualisée, sans équivalent en langue française, Charles-Philippe David s'est entouré de sept experts reconnus de la politique extérieure des États-Unis."

  • "Pourquoi les États-Unis ont-ils choisi de renverser Kadhafi mais pas Assad ? L'équipe Bush a-t-elle manipulé les informations qui ont servi à justifi er l'invasion de l'Irak en 2003 ? Quelles raisons ont poussé Johnson puis Nixon à multiplier les bombardements durant la guerre du Vietnam ? Pourquoi Truman était-il si prompt à l'action et Eisenhower si réticent à se commettre ? Les exemples de décisions qui, échecs ou succès, ont infl uencé le cours de l'histoire et la politique des États-Unis dans le monde depuis 1945 - emploi de la bombe atomique, affaire des missiles de Cuba, « guerre des étoiles », fi n de la guerre froide, lutte contre le terrorisme - se multiplient à l'envi.
    Si la politique étrangère des États-Unis semble s'incarner dans le président, ce dernier ne dispose pas de structure hiérarchique sur laquelle appuyer ses décisions, comme c'est le cas en France. Aussi lui appartient-il de fédérer les intérêts spécifi ques d'une infi nité d'acteurs autour d'une politique extérieure commune. La manière dont il gère les discordances institutionnelles et choisit d'orchestrer son système décisionnel - son équipe de conseillers, sa lecture personnelle du monde et des événements internationaux - joue donc un rôle déterminant dans l'orientation de la politique étrangère.
    Bible du système décisionnel américain et des choix propres à chacune des présidences en matière de politique étrangère depuis 1945, Au sein de la Maison-Blanche décrypte la personnalité des occupants du bureau ovale, de Truman à Obama, celle des membres de leur cabinet et de leurs conseillers, détaille les fondements et l'évolution de sa plus haute instance en matière de politique extérieure - le Conseil de sécurité nationale (NSC) - et présente de nombreux exemples tirés de soixante-dix ans d'histoire.
    Unique en langue française, l'ouvrage permet de comprendre la trajectoire internationale de la première puissance mondiale et le sens réel des décisions de ses présidents."

  • Ce livre propose une analyse approfondie du système décisionnel du gouvernement des États-Unis pour expliquer les choix propres à chacune des présidences en matière de politique étrangère depuis 1945. Le lecteur y trouvera une étude du rôle qu'ont joué les présidents, les membres du Cabinet, leurs collaborateurs et les conseillers pour la sécurité nationale, mais aussi les bureaucraties, dans le processus décisionnel. Au coeur de ce dispositif, les aspects institutionnels et politiques de l'évolution de l'organisme décisionnel de la plus haute instance en politique étrangère, le Conseil de sécurité nationale (NSC), sont analysés systématiquement, pour chacune des présidences, étayés par de nombreux exemples tirés de 70 ans d'histoire de la politique extérieure américaine. À travers ce cadre d'analyse, c'est une nouvelle conception théorique et historique que nous proposons au lecteur, qui sera ainsi en mesure de mieux discerner le sens réel des décisions prises par les présidents américains sur la scène internationale.

  • "Comment comprendre la permanence de l'état d'insécurité plus de vingt ans après la fi n de la guerre froide ? Malgré le « réalisme » de la présidence Obama, qui a succédé à l'arrogance des années Bush, les défi s persistent : risques de terrorisme international ; rééquilibrage multipolaire avec l'ascension de la Chine ; avenir du Moyen-Orient et perspective d'un Iran doté de capacités nucléaires ; instabilité croissante en Afghanistan et au Pakistan ; bien-fondé des interventions humanitaires, etc. Sans oublier les « surprises » qui obligent, comme après le 11 septembre 2001, à une réévaluation constante des objectifs de sécurité.
    Introduction aux études de sécurité et de stratégie, cet opus en douze leçons présente de manière pédagogique et critique les enjeux de la guerre et de la paix. Les stratégies de coercition et de paix sont appréhendées à travers le temps, de la mise en place en 1648 du système westphalien centré autour de l'État et des questions militaires, jusqu'à nos jours.
    Une somme ambitieuse qui permet de disposer des bases essentielles sur les stratégies de guerre comme de paix, complétée de nombreuses définitions, d'encadrés thématiques, d'un glossaire et d'une bibliographie exhaustive."

  • Quand il sagit de comprendre pourquoi les États-Unis agissent dune façon ou dune autre dans le monde, les débats sont généralement virulents, et souvent réducteurs. Les théories peuvent alors être très utiles pour éviter ces dérapages dans la mesure où elles permettent de structurer lexpression des enjeux et des arguments.
    Conçu comme une introduction générale, ce livre vise essentiellement trois objectifs :
    Offrir un survol complet des théories qui sous-tendent la politique étrangère américaine. Le menu est très riche et chaque collaborateur a eu pour mission dexposer les théories pertinentes, de présenter les auteurs principaux et les lectures incontournables.
    Offrir une sélection pluraliste de points de vue, une diversité de théories qui sont à la fine pointe de la recherche et qui sont parmi les plus couramment évoquées.
    Proposer une vision panoramique des principales théories dans une langue accessible, hors de tout jargon.

  • Cinq ans plus tard, le 11 septembre provoque encore des ressacs qui affectent nos vies, nos sociétés, nos libertés. Le monde subit toujours les conséquences du coup d´éclat d´Al-Qaïda: le Moyen-Orient s´embrase, les États-Unis s´enlisent dans le bourbier irakien, tandis que le Canada semble se chercher une diplomatie conforme à sa tradition. Pourtant, il importe de dépasser les idées reçues pour s´interroger sur l´impact réel des attentats. Qu´en est il de la menace terroriste? Qu´adviendra-t-il de la politique étrangère des États-Unis avec les élections législatives de novembre 2006? Où la relation entre Washington et Ottawa s´en va-t-elle? A-t-elle véritablement changé? Les conclusions de cet ouvrage sont parfois inattendues, souvent rassurantes. Elles sont en tout cas essentielles, car comprendre l´impact du 11 septembre cinq ans plus tard, c´est aussi commencer à penser le monde de demain.

  • Depuis l'élection de Trump, le monde a changé. L'arrivée à la tête des États-Unis de ce magnat de l'immobilier a bouleversé les équilibres mondiaux et entériné le recul des relations internationales, à tel point qu'il pourrait être irréversible. L'abandon du leadership qu'avaient exercé tous ses prédécesseurs sans aucune exception a créé les conditions propices à des situations extraordinairement préoccupantes et menaçantes pour l'ordre mondial : fin du multilatéralisme, durcissement des frontières, compétition commerciale exacerbée, réarmement généralisé, fragilisation des grands traités mondiaux, ébranlement de la démocratie et de ses institutions, etc.

    L'ensemble de l'architecture du système international repose sur la mise en œuvre d'une diplomatie américaine engagée et soutenue. Un monde qui en serait exempt deviendrait instable. La présidence Trump, dit-on souvent, est atypique. Sur de nombreux plans, à l'évidence, elle constitue un tournant dans l'histoire. Mais qu'en est-il des effets de cette politique à l'échelle internationale ?

    Charles-Philippe David est professeur titulaire de science politique à l'université du Québec à Montréal (UQAM) et président de l'Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand. Il a écrit, avec Olivier Schmitt, La guerre et la paix. Approches et enjeux de la sécurité et de la stratégie (4e éd., 2020) et dirigé l'ouvrage La politique étrangère des États-Unis : Fondements, acteurs, formulation (3e éd., 2015).

  • Les grandes puissances reprennent leur compétition stratégique, Donald Trump répand sa vision isolationniste du monde, le terrorisme s'internationalise, la Chine devient le nouveau géant, la Russie retrouve son agressivité, les guerres se font cybernétiques... Autant de signes que l'ordre international tel que nous le connaissons a vécu.
    Si un terme devait résumer la période charnière que nous vivons, ce serait celui du recul des relations internationales : recul de la sécurité, de la stabilité et du multilatéralisme.
    Pour mieux comprendre la reconfiguration en cours du système mondial, cet ouvrage de référence présente, de manière pédagogique et critique, les concepts fondamentaux des études de stratégie et de sécurité, et revient sur les mutations du caractère de la guerre, les possibilités de régulation des conflits et les stratégies de paix au XXIe siècle.
    Charles-Philippe David est président de l'Observatoire sur les États-Unis et fondateur de la chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques à l'Université du Québec à Montréal, où il enseigne également la science politique. Olivier Schmitt est professeur de relations internationales et directeur du Center for War Studies (CWS) de l'Université du Danemark du Sud.

    Charles-Philippe David est président de l'Observatoire sur les Etats-Unis et fondateur de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques à l'université du Québec à Montréal, où il enseigne également la science politique.

    Olivier Schmitt est professeur de relations internationales au Center for War Studies, University of Southern Denmark. Il est l'auteur de Pourquoi Poutine est notre Allié? Autopsie d'une Passion Française (Hikari Éditions, 2017).

  • Première synthèse en langue française des réflexions sur le terrorisme post-11 septembre, cet ouvrage propose aux enseignants, aux chercheurs et aux étudiants un manuel de base. Trois objectif principaux ont été suivis lors de sa préparation:

    - Fournir au lecteur un façon de repenser, à la lumière de l'actualité des six dernières années, le phénomènes du terrorisme;

    - Développer des instruments pédagogiques qui donnent les connaissances nécessaires pour mieux appréhender le phénomène;

    - Donner des pistes pour mieux cerner les limites et les obstacles qui se dressent dans la lutte contre le terrorisme.

  • 2003. Les États-Unis envahissent l'Irak, à la recherche d'armes de destruction massive et au nom de la lutte contre le terrorisme. C'est sans l'accord de la communauté internationale, sans véritable plan de reconstruction et sur le fondement d'informations erronées que les GIs partent à l'assaut de l'État baassiste le 20 mars 2003. À peine trois semaines plus tard, le président américain annonce la fin des opérations militaires.
    Mais l'épopée glorieuse se transforme très vite en occupation ratée. Aux pillages spectaculaires des premiers jours succèdent l'épuration, la désolation, les attentats, les massacres et les guérillas interconfessionnelles.
    Comment expliquer cette guerre qu'a déclenchée la Maison-Blanche il y a maintenant cinq ans ? Quels intérêts le président Bush a-t-il servis en occupant un État que son père avait délibérément refusé d'envahir plus d'une décennie auparavant ? L'erreur qu'ont commise les décideurs en s'enlisant dans les sables de Mésopotamie est si désarmante qu'il est aujourd'hui difficile de croire véritablement au complot. L'explication est beaucoup plus simple, elle reflète les contradictions et la cacophonie du système décisionnel américain.

empty