Christian Jelen

  • Comment fabrique-t-on une purge en pays socialiste ? Selon quels mécanismes ? Et dans quels buts ? C'est à ces questions que ce livre tente de répondre. Sur la base d'un exemple concret : celui de la Pologne où, en 1968, une véritable chasse aux sorcières a été déclenchée aussi bien contre les communistes juifs que contre tous les intellectuels contestataires. Dans cette Pologne où ne vivaient que de 25 000 à 30 000 Juifs, on a soudain l'impression qu'il en existe des millions. A tous les échelons de la hiérarchie du Parti et du gouvernement, des cellules jusqu'aux ministères, les communistes de vingt ans comme les anciens de la guerre d'Espagne, tous ceux qui ont le malheur d'être d'origine juive ou d'être non-conformistes sont persécutés, emprisonnés, traqués. En plein printemps de Prague, l'antisémitisme est un moyen efficace pour museler la société. A six mois du congrès du Parti communiste qui verra naître un nouveau Bureau politique, l'antisémitisme est aussi l'une des armes de la lutte pour le pouvoir. On reproche au président du Conseil des ministres d'avoir dissimulé qu'il s'appelait Cymerman. Le nez busqué du ministre de la Défense devient suspect. On accuse le premier secrétaire du Parti, de sionisme parce que sa femme est d'origine juive. Pour reconstituer ce que fut l'enfer de 1968, Christian Jelen a rencontré des centaines d'émigrés en Suède, au Danemark, en Allemagne, en Autriche, en France, en Italie et en Israël. Il a dépouillé systématiquement les journaux de Varsovie et de la province. Ce livre est donc le montage de ce que les hommes ont vécu et vu, les dirigeants déclaré et les journaux publié. Il démontre que la purge est le sous-produit d'un système politique.

  • Comment fabrique-t-on une purge en pays socialiste ? Selon quels mécanismes ? Et dans quels buts ? C'est à ces questions que ce livre tente de répondre. Sur la base d'un exemple concret : celui de la Pologne où, en 1968, une véritable chasse aux sorcières a été déclenchée aussi bien contre les communistes juifs que contre tous les intellectuels contestataires. Dans cette Pologne où ne vivaient que de 25 000 à 30 000 Juifs, on a soudain l'impression qu'il en existe des millions. A tous les échelons de la hiérarchie du Parti et du gouvernement, des cellules jusqu'aux ministères, les communistes de vingt ans comme les anciens de la guerre d'Espagne, tous ceux qui ont le malheur d'être d'origine juive ou d'être non-conformistes sont persécutés, emprisonnés, traqués. En plein printemps de Prague, l'antisémitisme est un moyen efficace pour museler la société. A six mois du congrès du Parti communiste qui verra naître un nouveau Bureau politique, l'antisémitisme est aussi l'une des armes de la lutte pour le pouvoir. On reproche au président du Conseil des ministres d'avoir dissimulé qu'il s'appelait Cymerman. Le nez busqué du ministre de la Défense devient suspect. On accuse le premier secrétaire du Parti, de sionisme parce que sa femme est d'origine juive. Pour reconstituer ce que fut l'enfer de 1968, Christian Jelen a rencontré des centaines d'émigrés en Suède, au Danemark, en Allemagne, en Autriche, en France, en Italie et en Israël. Il a dépouillé systématiquement les journaux de Varsovie et de la province. Ce livre est donc le montage de ce que les hommes ont vécu et vu, les dirigeants déclaré et les journaux publié. Il démontre que la purge est le sous-produit d'un système politique.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Mis à part le Front national et quelques groupuscules, la France n'est pas seulement favorable à l'intégration, elle est restée fidèle, dans ses profondeurs, à sa tradition assimilatrice. Ainsi, Christian Jelen concluait-il son précédent livre Ils feront de bons Français. Pourtant, devant l'afflux des immigrés du tiers monde, des doutes et des inquiétudes se sont manifestés touchant les capacités de ces populations à s'intégrer, comme l'ont fait précédemment les immigrés d'origine européenne. Or, le moteur, ou le frein de cette intégration, se trouve dans la famille. Tout dépend d'abord de l'affection et de l'attention des parents envers leurs enfants, de leur attitude à l'égard de l'éducation, du rôle tenu par la femme, et de la considération qui lui est portée. Si Chinois et Viêtnamiens accordent une place privilégiée au savoir, c'est un peu moins le cas chez les Maghrébins dont l'intégration, bien qu'enclenchée, reste freinée par l'islam et le statut dévalorisé de la femme. Quant aux Africains, le principal obstacle à leur intégration est la polygamie, qui a pris une ampleur alarmante. Tels sont les résultats de l'enquête passionnante que Christian Jelen a effectuée sur le terrain. Les conclusions s'imposent d'elles-mêmes : il faut lutter contre l'éclatement et la déresponsabilisation des familles, et contrôler les flux migratoires.

  • L'auteur s'insurge contre ce qu'il appelle les tartuffes de droite et de gauche, qui se présentent comme les adeptes du multiculturalisme, en arrivant à accepter l'excision, considèrent le voile islamique comme un détail, comparent la lutte contre l'immigration avec les lois antijuives et ouvrent ainsi un boulevard au Front national.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty