Claire Rodier

  • Les contrôles migratoires ont pris, depuis le milieu des années 1990, une dimension qui dépasse largement l´objectif pour lequel ils sont officiellement mis en place, à savoir la protection des frontières contre l´immigration irrégulière (et accessoirement, en lien avec la lutte contre la criminalité organisée, la répression du trafic d´êtres humains). À partir d´exemples tirés de l´actualité des dix-quinze dernières années - principalement, mais pas seulement, en Europe -, les chapitres déclinent les différentes fonctions réelles qu´occupent les contrôles migratoires.

    Il est ainsi montré le rôle croissant joué par l´«économie sécuritaire », définie ici comme celle qui tire profit des dispositifs de plus en plus sophistiqués servant à verrouiller les frontières, mais aussi l'importance des fonctions idéologiques et/ou politiciennes des contrôles, c'est-à-dire la façon dont ils sont présentés comme une réponse aux préoccupations supposées des électeurs face à la menace (invasion, délinquance), et enfin leur dimension géopolitique, à travers la place qu´ils occupent dans les discussions diplomatiques et les négociations stratégiques entre les pays ou les régions d´immigration et les pays d´émigration et/ou de transit.

    Certains dispositifs de contrôle particulièrement emblématiques, qui croisent ces différents aspects, font l'objet de développements particuliers, comme l´agence européenne Frontex ou encore les centres de rétention d´étrangers.
    À la lumière de cette démonstration, Claire Rodier cherche àévaluer les conséquences des dispositifs mis en oeuvre et la pertinence, au regard des objectifs affichés, d´une politique fondée sur une approche sécuritaire de la circulation des personnes. Sans conclure à un projet délibéré, elle s´interroge sur le devenir d´un tel système, par la mise en perspective de sa cohérence et de ses contradictions à terme.

  • Ce chapitre intégral est extrait de l'édition 2015 de " L'état du monde " : Nouvelles guerres, publiée sous la direction de Bertrand Badie et Dominique Vidal.
    " L'Europe est en guerre contre un ennemi qu'elle s'invente. " Tel est le slogan de campagne choisi en 2013 par une coalition d'organisations de défense des droits des migrants pour demander la suppression de l'agence Frontex, chargée depuis 2004 de la surveillance des frontières extérieures de l'Union européenne (UE). Pour métaphorique qu'elle soit, la formule n'en attire pas moins l'attention sur les formes qu'ont prises, au cours des trois dernières décennies, les politiques mises en place par les États industrialisés pour lutter contre l'immigration irrégulière, notamment dans le domaine des contrôles frontaliers.

  • Face à la crise des réfugiés, un livre court et très accessible pour répondre sans tabou aux multiples questions d'une population tout à la fois émue par le sort des migrants et inquiète des conséquences de leur afflux. Nouvelle édition actualisée. L'arrivée en grand nombre de réfugiés et de migrants en Europe, à partir de 2015, ainsi que les nombreuses morts en Méditerranée, dont celle, très médiatisée, du petit Aylan Kurdi, ont souvent ému et " bousculé " la population européenne. Toutefois, après une première phase d'accueil, un discours officiel de défiance, voire hostile aux migrants s'est progressivement imposé sous la pression de l'extrême droite européenne, les transformant, ainsi que ceux qui leur portent assistance, en ennemis à combattre : en témoignent notamment les attaques contre le bateau humanitaire
    Aquarius en 2018.
    Malgré une baisse spectaculaire du nombre d'entrées irrégulières sur le territoire européen, les inquiétudes et les réticences s'expriment chez ceux qu'un élan de solidarité avait poussés à ouvrir leurs portes aux migrants, et de nombreuses questions émergent : quelle différence entre réfugiés et migrants ? Combien sont-ils ? La France et l'Europe ont-elles la capacité d'accueillir ces migrants, compte tenu de la crise économique ? Les murs servent-ils à quelque chose ? Qu'est-ce qu'un hotspot ? Qu'est-ce que le délit de solidarité ? Ne vaudrait-il pas mieux les aider à rester chez eux ? C'est pour répondre sans tabou à ces interrogations légitimes, et à bien d'autres, que ce petit livre a été conçu.

empty