Danilo Martuccelli

  • "La sociologie, fille prodigue de la modernité, tarde à entrer dans les enjeux du XXIe siècle. La raison en est sa difficulté à appréhender ce qui constitue la nature même du social à notre époque et les changements survenus dans l'expérience de l'être ensemble.
    L'idée de progrès, longtemps associée à l'expansion croissante de la science et de la technique, voire à une sécularisation achevée du monde, a été l'objet d'une critique ravageuse, au même titre que l'occidentalo-centrisme et les grands postulats de la science - tels que la séparation nature-culture, ou humains-non humains. Après un demi-siècle de remises en cause, il est évident que la modernité ne sera dorénavant plus jamais ce qu'elle fut.
    Au coeur des inflexions contemporaines, il y a une nouvelle expérience de l'être ensemble - ce que Danilo Martuccelli appelle la condition sociale moderne - marquée par une dynamique particulière : l'accentuation d'un fort sentiment de singularité et de participation à une vie en commun.
    Dans un monde où les expériences individuelles prennent de plus en plus d'importance dans la compréhension que les acteurs ont de leurs sociétés, il est indispensable que l'analyse sociologique révise et reformule ses catégories d'interprétation de la vie sociale."

  • S´il est devenu un lieu commun d´annoncer et souvent de dénoncer une prétendue uniformisation du monde, il conviendrait plutôt, au-delà de la convergence des préoccupations planétaires, de se demander si nos sociétés ne sont pas désormais avant tout gouvernées par un idéal massivement partagé de singularité, et travaillées en leur coeur par les multiples processus de singularisation qui en découlent.  L´auteur du présent ouvrage suit à la trace les effets en tous domaines de cette expansion singulariste ; ce qui le mène à prendre acte, comme il est devenu urgent de le faire, d´une radicale déstabilisation de nos approches du social et du politique.  Au-delà du bouleversement induit des habitudes les plus enracinées de la pratique sociologique, c´est toute notre conception de l´individualisme et, avec lui, de nos manières de faire société qui est remise en question.
      Le temps est venu de concevoir et de mettre en oeuvre une nouvelle articulation entre les enjeux collectifs et les épreuves des individus, susceptible de singulariser l´étude des phénomènes sociaux. Il s´agit donc de rien moins que de bâtir une sociologie pour les individus. 

  • Cet ouvrage interroge la manière dont se tissent les liens sociaux entre les individus, de quoi sont faites nos vies en tant qu'acteurs sociaux. Il envisage également comment les sociologues peuvent envisager d'en rendre compte.

  • Enfin une approche inédite, un regard vraiment émancipé sur la France contemporaine !
    L'individu est devenu l'horizon de nos perceptions de la vie sociale. Soit. Reste à en tirer les conséquences, en termes épistémologiques notamment. L'ambition centrale de cet ouvrage est de faire reposer l'analyse sociologique sur un nouvel axe, l'individuation, le plus à même de nous faire comprendre le monde dans lequel nous sommes fabriqués.
    À la différence d'autres travaux, essais ou recherches thématiques, ce livre propose une vision d'ensemble. Sur la base d'une enquête de terrain exigeante, menée sur plusieurs années, il cerne en parfaite rigueur l'unité des processus d'individuation à l'oeuvre dans la société française ainsi que la diversité de ses formes concrètes.
    Nous voici installés de plain-pied au coeur d'un va-et-vient permanent entre dimensions sociétales et expériences subjectives ; de très fines et vivantes analyses mettent en résonance éléments de la vie quotidienne et grandes transformations sociales.
    Une ligne de force se dégage : chacun d'entre nous se forge au travers d'une série d'épreuves, selon des modalités inédites et selon un éventail renouvelé de contraintes et de possibles. Ces épreuves, inégalement déclinées, sont affrontées pour l'essentiel individuellement, mais le parcours de vie, de l'école à la famille, du travail à la ville, de l'histoire à l'intimité n'en est pas moins. profondément collectif.
    Une démonstration est faite : l'attention au mouvement central de singularisation permet seule de rendre compte de manière unifiée des phénomènes sociaux. Deux grandes leçons sont tirées : la compréhension de soi passe d'une manière plus décisive que jamais par l'intelligence de la société ; les grands enjeux sociaux et politiques sont désormais redéployés, recadrés et en attente de reformulation explicite. Ce qui risque d'en prendre certains de court.
    Danilo MARTUCCELLI est chargé de recherches au CNRS-CLERSÉ-IFRESI. Il est l'auteur, notamment, de Sociologies de la modernité (1999), Grammaires de l'individu (2002) et de La consistance du social (2005).
    Domaines. L'empreinte scolaire. Le travail ou le génie des modernes. Dans les rues de la ville. Vies de famille. Dimensions. L'histoire des individus. Le rapport au collectif. La participation défective. Le labyrinthe de l'altérité. À l'épreuve de soi. Topographies et temporalités. La déclination des épreuves. Conclusion : la singularité sociétale.

  • Illustre les différents types de décalages qui se manifestent dans notre société à l'aide d'exemples tirés de la vie quotidienne et de la vie politique moderne : l'expérience amoureuse, la passion révolutionnaire, la montée du populisme, la relation pédagogique...

  • L'auteur propose une nouvelle théorie de l'action. Quand un individu ou un groupe agit, il peut se dire ou on peut lui dire, "non ce n'est pas possible, c'est irréaliste". On se sert alors d'un argument, celui de la "réalité" indépassable. Après voir présenté cette théorie, en partant de Don Quichotte, l'auteur étudie les figures de Dieu, le Roi, l'économie et la nature comme ces "réalités" servant de référence majeure pour la construction d'un monde commun. L'homme augmente sa maîtrise technique mais s'impose toujours de fausses limites.

  • Les  individus doivent désormais s'émanciper des liens hérités et faire la preuve de leurs qualités personnelles. Depuis une vingtaine d'années s'est constituée une famille large et plurielle de démarches ayant fait de l'individu le coeur du renouveau théorique des sciences sociales. 
    Cette nouvelle édition, révisée et mise à jour, présente l'espace des débats de ce  champ de la sociologie de l'individu. Elle démontre l'intérêt d'une des voies les plus fécondes, et sans doute la plus originale, de la sociologie française contemporaine. 

  • L'école, en France, n'a pas seulement changé de forme. Elle a changé de nature. Les valeurs républicaines, les contrats pédagogiques, les règles et les objectifs clairement identifiés sont en crise. De nouveaux publics scolaires brouillent les cartes, l'utilité des diplômes est incertaine, la culture juvénile puise au-dehors autant qu'au-dedans, l'universalité des principes cache mal la concurrence entre filières et entre établissements.François Dubet, Danilo Martuccelli et leur équipe d'enquêteurs ne se sont pas limités à ce constat qui aurait pu alimenter un essai en chambre, un de plus. Sur plusieurs années, ils ont observé et questionné les écoliers, les collégiens, les lycéens afin de décrire et comprendre quelle est leur expérience de l'école, quelles relations ils nouent avec les adultes, professeurs ou parents. Cette école n'est pas seulement «inégalitaire» : elle produit des itinéraires différents et des individus différents. Elle n'est plus une institution qui fabrique des sujets conformes mais un espace où naissent des projets multiples. La nostalgie de l'âge d'or républicain n'est plus de mise. Ce livre, qui revisite l'école de l'intérieur, nous oblige à penser son actualité, donc sa transformation.

empty