Didier Anzieu

  • Bilan d'une vie intellectuelle et définition de son unité directrice autour de la notion de travail psychique créateur. Comme dans le Moi-Peau, Didier Anzieu a rassemblé et organisé des textes issus de revues ou d'ouvrages collectifs. Les 19 chapitres sont articulés en 3 sections: la double face négative et destructrice mais aussi positive et créatrice de tout travail créateur; l'exemple de Beckett écrivain; découverte et développement du Moi-Peau.

  • Inventé par J. L. Moreno, le psychodrame a connu en un peu plus d'un demi-siècle, des développements considérables dans les domaines de la psychothérapie, de la psychologie sociale, de la création et de la critiques dramatiques. Cet ouvrage en propose une synthèse théorique et pratique : la découverte, les notions de prise de rôle, de catharsis, l'évaluation qui peut en être faite du point de vue psychanalytique, puis dans une deuxième partie, des exemples cliniques aident à comprendre la technique et enfin une dernière partie traite de la formation des psychologues cliniciens et des psychodramatistes d'enfants et d'adolescents.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Un professeur de Nanterre a été mêlé à tous les événements qui, partis de l'Université, ont mis en cause les assises politiques, économiques et morales de notre société. Il connait professeurs et étudiants, participe à leurs discussions et à leur action, éprouve leurs réactions. Il a étudié les grands auteurs (Marx, Trotsky, Lénine, Mao ; Freud, Lewin, Rogers, Marcuse ; Sartre etc.) que commentent les maîtres de Nanterre et qui donnent aux étudiants une conscience suraiguë de leur situation singulière dans la société. Ils ressentent celle-ci comme une force inhumaine, qui veut les parquer dans des campus, les gaver de connaissances appropriées à ses seuls besoins, les modeler à son usage et selon ses structures de société industrielle, indifférente aux aspirations personnelles des hommes. Toute l'émotivité d'une jeunesse se double ainsi d'une armature intellectuelle des plus offensives. On se trouve en présence d'un phénomène psycho-sociologique des plus profonds, qui échappe aux analyses simplement fondées sur des rivalités politiques, nationales et internationales. Ce livre précis, lucide, ardent, relie constamment les faits aux idées qui les ont inspirés ou qui les expliquent. Il montre comment de petits incidents se gonflent en manifestations insurrectionnelles, comment des individus mécontents se forment en groupes homogènes et dynamiques. Il met en pleine lumière l'étroite interaction des faits, des sentiments et des idées et l'unité d'une révolution universitaire, sexuelle, éthique et politique. Ce que l'on prenait pour de vagues spéculations de théoriciens se révèle plein de dynamite ; ce que l'on considérait comme des poussées anarchiques se découvre chargé d'un sens irréversible. Ce sont de telles alliances, d'abord occultes, puis manifestes, qui font les révolutions. Quand les mouvements de la rue et les mouvements d'idées se rencontrent et s'épousent, ils provoquent un phénomène de résonance dont les vibrations amplifiées peuvent rompre les équilibres sociaux jusque dans leurs fondements. Ce petit livre étonnant dans son objectivité fait comprendre les événements de mai-juin jusque dans leurs origines profondes et prévoir leurs répercussions globales sur la société.

  • Un professeur de Nanterre a été mêlé à tous les événements qui, partis de l'Université, ont mis en cause les assises politiques, économiques et morales de notre société. Il connait professeurs et étudiants, participe à leurs discussions et à leur action, éprouve leurs réactions. Il a étudié les grands auteurs (Marx, Trotsky, Lénine, Mao ; Freud, Lewin, Rogers, Marcuse ; Sartre etc.) que commentent les maîtres de Nanterre et qui donnent aux étudiants une conscience suraiguë de leur situation singulière dans la société. Ils ressentent celle-ci comme une force inhumaine, qui veut les parquer dans des campus, les gaver de connaissances appropriées à ses seuls besoins, les modeler à son usage et selon ses structures de société industrielle, indifférente aux aspirations personnelles des hommes. Toute l'émotivité d'une jeunesse se double ainsi d'une armature intellectuelle des plus offensives. On se trouve en présence d'un phénomène psycho-sociologique des plus profonds, qui échappe aux analyses simplement fondées sur des rivalités politiques, nationales et internationales. Ce livre précis, lucide, ardent, relie constamment les faits aux idées qui les ont inspirés ou qui les expliquent. Il montre comment de petits incidents se gonflent en manifestations insurrectionnelles, comment des individus mécontents se forment en groupes homogènes et dynamiques. Il met en pleine lumière l'étroite interaction des faits, des sentiments et des idées et l'unité d'une révolution universitaire, sexuelle, éthique et politique. Ce que l'on prenait pour de vagues spéculations de théoriciens se révèle plein de dynamite ; ce que l'on considérait comme des poussées anarchiques se découvre chargé d'un sens irréversible. Ce sont de telles alliances, d'abord occultes, puis manifestes, qui font les révolutions. Quand les mouvements de la rue et les mouvements d'idées se rencontrent et s'épousent, ils provoquent un phénomène de résonance dont les vibrations amplifiées peuvent rompre les équilibres sociaux jusque dans leurs fondements. Ce petit livre étonnant dans son objectivité fait comprendre les événements de mai-juin jusque dans leurs origines profondes et prévoir leurs répercussions globales sur la société.

  • Sous forme de conférences-débats, des scientifiques d'horizons divers s'interrogent sur les présupposés philosophiques ou idéologiques qui fondent leurs activités et leurs rapports implicites avec ceux du reste du corps médical.

empty