Dominique LORMIER

  • Après des décennies de témoignages, d'ouvrages, d'articles, de documentaires télévisés et d'émissions radio, on croit tout connaître de la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, aux mythes de la propagande des belligérants de cette époque sont venues s'ajouter les thèses fumeuses de certains auteurs et médias, qui continuent de véhiculer une idéologie formatée et sans nuances.Cet ouvrage captivant, reposant sur des documents et des témoignages inédits, balaie de nombreux clichés : la France et ses Alliés pouvaient gagner la guerre en 1940 ; les Français sont tous des collabos et des antisémites ; la Résistance française est surestimée et a été inefficace ; Mussolini a toujours été acquis au nazisme ; le débarquement et la bataille de Normandie sont avant tout une victoire américaine... Dominique Lormier revient sur ces affirmations et révèle ici quelques-unes des vérités cachées de cette période cruciale du xxe siècle.
    Historien et écrivain, Dominique Lormier est l'auteur de plus de 140 ouvrages (documents historiques, biographies, littérature, spiritualité). Lieutenant-colonel de réserve, il est également membre de l'Institut Jean-Moulin, prix de la Légion d'honneur et chevalier de la Légion d'honneur. Il est l'un des meilleurs spécialistes de la Seconde Guerre mondiale. Parmi ses derniers ouvrages : Ces chrétiens qui ont résisté à Hitler, Artège, 2018.

  • De l'histoire de la Résistance, on croit tout connaître et l'on se persuade que, les années passant, cette période s'est décantée de sa part d'ombre. Or de nombreux récits demeurent encore méconnus. Découvrez dans cet ouvrage 16 destins extraordinaires, à travers toute la France :
    Edmond Cardoze, artilleur et résistant
    André Jolit, capitaine FFI à 22 ans
    Michel Slitinsky, juif et résistant
    Alain, Olivier et Francis Massart : trois frères résistants de la France libre François de Carrère, héros du corps-franc Pommiès
    Le père Marie-Benoît, Juste et résistant
    Georges Guingouin, résistant du Limousin
    Maurice Benezech et le maquis Bernard
    Marie Skobtsova, la Juste de Ravensbrück
    Laure Gatet, une femme libre dans la Résistance
    Germaine Ribière, une Juste dans la Résistance
    /> Jacques Nancy, le héros de Javerlhac...
    les maquis bretons (FFI du Morbihan, FFI du Finistère, FFI d'Auray) la poche de Saint-Nazaire (FFI Bretagne, FFI de Loire-Inférieure, 1er groupement mobile de reconnaissance à Châteaubriand)
    le maquis des Vosges (groupement mobile d'Alsace, FFI d'Alsace) les front des Alpes occidentales (bataillon de chasseurs alpins)
    Dominique Lormier, historien et écrivain, membre de l'Institut Jean Moulin, prix de la Légion d'honneur, est considéré comme l'un des meilleurs spécialistes de la Seconde Guerre mondiale et de la Résistance. Il est l'auteur d'une centaine d'ouvrages dont La Bataille de France, jour après jour, mai-juin 1940 (Le Cherche-midi, 2010, 7000 ex. vendus) ou encore Les 100 000 collabos : le fichier interdit de la collaboration française (Le Cherche-midi, sept. 2017, 4500 ex. vendus)

  • Depuis des décennies, la défaite française de 1940 hante toujoursla mémoire collective comme un épisode honteux de l'histoirenationale, durant lequel l'armée française se serait effondréeen quelques jours, contre des troupes allemandes surpuissantes etinvincibles.Réalité des forces en présence, erreurs ducommandement, résistance militaire héroïque, exploits méconnus,sacrifices oubliés, récits de civils pendant l'exode ou sous lesbombardements... Dominique Lormier, comme il l'a fait dans LesVérités cachées de la Seconde Guerre mondiale, a mené une enquêteminutieuse. Son livre passionnant, reposant sur des documents et destémoignages inédits, et sur les archives militaires françaises etallemandes, revient sur les véritables raisons de la défaite de1940 et révèle beaucoup de non-dits sur cette période houleuse quireste encore à découvrir.
    Historien et écrivain, Dominique Lormierest l'auteur de plus de 140 ouvrages (documents historiques,biographies, littérature, spiritualité). Lieutenant-colonel deréserve, il est également membre de l'Institut Jean-Moulin, prixde la Légion d'honneur et chevalier de la Légion d'honneur. Ilest l'un des meilleurs spécialistes de la Seconde Guerre mondiale.

  • La défaite de 1940 ébranla la France entière ainsi que la communauté internationale. Une des plus grandes puissances du monde, une armée de près de cinq millions d'hommes était vaincue en quelques semaines.
    Les responsables n'ont jamais été présentés en détail ; le sujet est resté tabou en France. La plupart du temps les chefs militaires ont été accusés et ces derniers ont cherché à se couvrir en trouvant des boucs émissaires parmi les cadres subalternes et certaines personnalités politiques... La victoire de 1945 a quasiment clôt le débat.
    Pour la première fois, cet ouvrage présente les raisons et déchiffre les responsabilités, aussi bien sur le plan militaire, que politique, diplomatique et intellectuel...
    Dominique Lormier, historien et écrivain, membre de l'Institut Jean Moulin et de la Légion d'honneur, est considéré comme l'un des meilleurs spécialistes de la Seconde Guerre mondiale et de la Résistance.
    Il est l'auteur d'une centaine d'ouvrages dont La Bataille de France, jour après jour, mai-juin 1940 (Le Cherche-midi, 2010, 7000 ex. vendus), Les 100 000 collabos : le fichier interdit de la collaboration française (Le Cherche-midi, sept. 2017, 4500 ex. vendus), Nouvelles histoires extraordinaires de la Résistance (Alisio, nov. 2018) et Les grandes affaires de la libération (Alisio, avril 2019).


  • Après des décennies de publications et de documentaires, on croit tout savoir de Charles de Gaulle.

    Or de nombreux faits et anecdotes surprenants demeurent méconnus de nos jours. Loin des considérations partisanes et s'appuyant sur des documents et des témoignages inédits, Dominique Lormier nous propose un Charles de Gaulle sans masque, vu à travers les yeux de ses proches et de son entourage.
    L'intérêt du grand homme d'état - qui a marqué la France comme aucun autre président -pour la spiritualité mystique, ses liens profonds avec Philippe Pétain pendant de nombreuses années, ses cinq tentatives d'évasion des camps de prisonniers allemands en 1916-1918, son action militaire en Pologne ou encore les origines cachées de l'arme nucléaire française sont des éléments méconnus ou encore peu explorés que l'auteur nous présente dans un narratif passionnant et plein de détails, qui est désormais sa marque de fabrique.
    Dominique Lormier, historien et écrivain, membre de l'Institut Jean Moulin et de la Légion d'honneur, est considéré comme l'un des spécialistes les plus remarquables de la Seconde Guerre mondiale et de la Résistance. Ses lecteurs fidèles apprécient les recherches minutieuses qui passent souvent par les archives familiales ou encore peu explorées, la mémoire infaillible de l'auteur pour les faits ainsi que son amour pour les anecdotes et détails qui colorent son narratif puissant.
    Il est l'auteur d'une centaine d'ouvrages dont La Bataille de France, jour après jour, mai-juin 1940 (Le Cherche-midi, 2010, 7000 ex. vendus), Les 100 000 collabos : le fichier interdit de la collaboration française (Le Cherche-midi, sept. 2017, 4500 ex. vendus), Nouvelles histoires extraordinaires de la Résistance (Alisio, nov. 2018) et Les grandes affaires de la libération (Alisio, avril 2019).

  • "La Seconde Guerre mondiale a été marquée par le développement des forces spéciales et des actions commandos chez tous les acteurs du conflit : cette guerre non conventionnelle faite de « coups de main » à l'intérieur des lignes ennemies a souvent joué un rôle crucial dans la guerre, jusqu'à renverser des rapports de force qui semblaient inéluctables.
    Pour la première fois, un ouvrage francophone offre un point de vue d'ensemble sur cette « guerre dans la guerre » à travers trente des plus spectaculaires opérations commandos conduites sur tous les fronts, analysant succès et échecs.
    Tous les groupes sont ici présentés, des plus connus (SAS britanniques, FFI français, spetsnaz soviétiques, hommes torpilles du prince Borghese, commandos paras allemands...) aux plus méconnus (commandos skieurs finlandais, norvégiens, résistants, commandos japonais, Chindits...).
    "

  • Nicholas Alkemade, mitrailleur d'un bombardier britannique, survit à une chute de 6 000 mètres. Giorgio Perlasca, Italien en poste en Hongrie, sauve 5 200 Juifs de la déportation. L'aviateur américain Charlie Brown est épargné par un pilote de chasse allemand. Jacques Sztark subit les horreurs des camps nazis et sauve des prisonniers allemands de la mort. Yves La Prairie joue un rôle important dans la Résistance, s'évade par les Pyrénées et termine la guerre dans la marine. Amedeo Guillet, officier italien, devient un héros en Afrique orientale. Adolf Galland demeure un aviateur atypique de la Luftwaffe. Les pilotes britanniques Robert Tuck et Douglas Bader multiplient les exploits en plein ciel. Les Britanniques mènent des raids commandos en Gironde et en Norvège. Erich Hartmann devient l'as des as. Jean-Baptiste Piron et ses soldats belges sont les grands oubliés de la Libération. Les parachutistes japonais taillent les Alliés en pièces. Charles Wingate et ses soldats s'illustrent dans la jungle birmane. Matome Ugaki est le dernier kamikaze japonais mort au combat. Captivant.

  • La Résistance française a marqué les esprits par la diversité de ses actions, dans un conteste particulièrement dangereux, du fait que l'occupant considérait les combattants de l'ombre comme des « terroristes », voués en cas de capture à la torture, la déportation et la fusillade. Cet ouvrage donne la place à tous les résistants, et présente la multiplicité de leurs actions dans la lutte contre l'Allemagne hitlérienne.


    Ces histoires sont toutes extraordinaires par le courage immense que ses femmes et ses hommes ont déployé, risquant leur vie à chaque instant, contraints de se préparer au pire, mais également portés par un patriotisme ardent, des valeurs humanistes transcendant parfois les clivages et les appartenances politiques des uns et des autres.


    L'extraordinaire activité de la Résistance clandestine de 1940 à 1943, à travers ses groupes, ses réseaux et ses mouvements, touche l'ensemble du territoire national. L'affaire Grandclément ne cesse de fasciner par les incroyables événements qui s'y rapportent. Les évadés de France sont les témoins d'une épopée allant des Pyrénées à l'Afrique du Nord. Gilbert Rémy, l'agent secret dont l'action a été déterminante au niveau des réseaux de renseignement, offre une personnalité riche et pleine de contrastes. Ginette Vincent-Baudy incarne le rôle important des femmes dans la Résistance et le martyr des déportés. Les forces françaises de l'intérieur (FFI), regroupant l'armée secrète (AS), les francs-tireurs partisans (FTP) et l'organisation de Résistance de l'armée (ORA), jouent un rôle capital dans la libération de la métropole en 1944-1945. Henri Romans-Petit démontre l'efficacité des maquis dans la lutte armée, de même que les combats du corps franc Pommiès.


  • JÉSUS, QUI ÉTAIT-IL VRAIMENT ?

    Qui était vraiment Jésus ? Et comment expliquer qu'il soit devenu une figure d'inspiration aussi largement partagée, le fondateur d'une nouvelle religion, et surtout le personnage le plus important et le plus connu de l'histoire universelle ? Cet ouvrage, relevant à la fois de la biographie, de l'enquête historique et archéologique et de l'étude spirituelle et mystique, dévoile le vrai visage de Jésus et répond à ces questions. Chapitre après chapitre, l'auteur nous fait découvrir, la vie extraordinaire de Jésus et tout le mythe construit autour de lui au fil des siècles. Il approfondit notamment les sources écrites sur lui et les contradicteurs, ses liens supposés avec les esséniens et la découverte des manuscrits de la mer Morte, les étonnantes convergences des mystiques chrétiens, juifs et bouddhistes, l'expansion chrétienne et ses dérives sectaires à travers les siècles, la vie exemplaire de Padre Pio, incroyable messager de Jésus-Christ, la résistance héroïque de Jules-Géraud Saliège, représentant de Jésus contre Hitler et tous les totalitarismes.UN HISTORIEN SPÉCIALISTE DES GRANDES RELIGIONS
    Dominique Lormier est historien et écrivain, membre de l'Institut Jean Moulin et chevalier de la Légion d'honneur. Il est l'auteur d'une centaine d'ouvrages dont La Bataille de France, jour après jour, mai-juin 1940 (Le Cherche-midi, 2010, 7000 ex.vendus), Nouvelles histoires extraordinaires de la Résistance (Alisio, nov. 2018), Les Grandes affaires de la libération (Alisio, avril 2019), Les Jésuites (De Vecchi, 2005), Histoires extraordinaires du bouddhisme tibétain (Infolio, 2006) et Vie et enseignement d'un moine bouddhiste occidental (Hélios, 2011).

  • Le livre événement sur la collaboration française
    À la libération, le colonel Paul Paillole, responsable du contre-espionnage français, entreprend de dresser la liste des personnes ayant collaboré avec l'occupant allemand.
    En 1945, il donne dans deux volumes de plus de 2 000 pages les noms des 96 492 "suspects et douteux". Ce fichier très secret était connu du résistant Daniel Cordier, secrétaire de Jean Moulin, et d'Alexandre de Marenches, patron des services secrets français de 1970 à 1981.
    Il fut communiqué aux parties civiles lors du procès de Maurice Papon en 1997 et retourna dans le silence des archives en raison de son contenu explosif, et ce jusqu'à aujourd'hui, grâce au déclassement en 2015 des dossiers concernant cette période. Dominique Lormier nous raconte l'extraordinaire histoire de ce fichier des collabos, ce qu'il contient, ceux qui y figurent en bonne place comme ceux qui en sont bizarrement absents. L'analyse des différents types de collaboration et de leur répartition sur l'ensemble du territoire métropolitain apporte un éclairage étonnant sur la période de Vichy.
    Un document exceptionnel.

  • À travers vingt-sept portraits choisis, passionnants et émouvants, d'hommes et de femmes catholiques, protestants et orthodoxes, Dominique Lormier retrace l'histoire de la résistance chrétienne face à Hitler. Il démontre ainsi l'incompatibilité du christianisme avec le nazisme, s'opposant en cela à la thèse défendue par Michel Onfray dans son ouvrage Décadence.Au fil des pages, il évoque quelques-unes des personnalités marquantes ou méconnues qui se sont dressées contre la barbarie. On y retrouvera ainsi le père Pierre Bockel, le pasteur Dietrich Bonhoeffer, le colonel François de Carrère, le père Corentin, Laure Gatet, le maréchal Alphonse Juin, le maréchal Pierre Koenig, Yves La Prairie, le maréchal Jean de Lattre de Tassigny, le maréchal Philippe Leclerc de Hauteclocque, père Marie-Benoît, François de Menthon, Edmond Michelet, Théodose Morel, Vera Obolensky, le père Grégoire Péradzé, Giorgio Perlasca, le général André Pommiès, Gilbert Renault (colonel Rémy), Germaine Ribière, le cardinal Jules-Géraud Saliège, le père Jacques Savey, Alexander Schmorell, la mère Marie Skobtsov, le pasteur André Trocmé, le père Nicolas Vélimirovitch (saint Nicolas d'Ochrid) et le pasteur Charles Westphal.
    Historien et écrivain, Dominique Lormier est l'auteur de plus de cent trente  livres (documents historiques, biographies, littérature, spiritualité). Membre de l'Institut Jean Moulin, chevalier de la Légion d'honneur, il est un spécialiste reconnu de la Seconde Guerre mondiale, de la mystique chrétienne et de la spiritualité bouddhiste.

  • Dominique Lormier, historien reconnu, a choisi de lever le voile sur le mystère des miracles et apparitions en Occident dès le XIXe siècle, ainsi que dans la culture tibétaine. Il raconte notamment avec forces détails : Les apparitions de la Vierge Marie, Les apparitions de Bernadette Soubirous, Les miracles de Padre Pio, Le monde merveilleux des lamas tibétains. Plusieurs autres figures mystiques qui ont marqué l'Histoire.
    Plongez dans les histoires incroyables de ces personnes hors du commun qui ont rencontré Dieu.
    Dominique Lormier, historien et écrivain, membre de l'Institut Jean Moulin, prix de la Légion d'honneur, est considéré comme l'un des meilleurs spécialistes de la Seconde Guerre mondiale et de la Résistance. Il pratique le bouddhisme depuis de nombreuses années et s'intéresse de près à la spiritualité. Il est l'auteur d'une centaine d'ouvrages dont La Bataille de France, jour après jour,en mai-juin 1940 (Le Cherche-midi, 2010, 7000 ex. vendus), Les 100 000 collabos : le fichier interdit de la collaboration française (Le Cherche-midi, sept. 2017, 4500 ex. vendus), La Réincarnation : histoires vraies (Editions Trajectoire, 2006) et Lourdes la miraculeuse : 150e anniversaire (Editions Trajectoire, 2008)

  • L'historien Dominique Lormier retrace le passé trouble de ces collabos qu'on a préféré oublier, dont Marcel Aymé, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Marguerite Duras, Charles Trenet, Jean Cocteau ou encore Simone Signoret.
    Les insoupçonnables de Vichy En 1940, suite à la défaite militaire de la France et à l'abolition de la République, nombreux sont les écrivains, artistes et journalistes à choisir la loyauté au maréchal Pétain, à relayer la propagande de Vichy ou à flirter avec l'occupant. Souvent par opportunisme, mais aussi par conviction. Moins de cinq ans plus tard, tous auront à répondre de leurs choix devant les tribunaux de l'épuration. Ceux, du moins, qui n'ont pas trouvé refuge à l'étranger ou argué de commodes " services rendus à la Résistance ".Il y a ceux, fascinés par l'Allemagne hitlérienne, partisans de la collaboration, qui assument sans rien renier et le paieront parfois de leur vie (Brasillach, Céline, Drieu, Rebatet...). Ceux qu'aveuglèrent leur pacifisme, leur anticommunisme ou leur foi dans la Révolution nationale (Béraud, Chardonne, Jouhandeau, Maurras...). Ceux qui finirent par exprimer des regrets, tout en s'accordant des circonstances atténuantes (Denoël, Fernandel, Guitry, Montherlant...).Plus nombreux encore furent ceux qui parvinrent à dissimuler leurs " années interdites " et connurent après-guerre des carrières enviables : Audiard, Barjavel, Cocteau, Duverger, Vlaminck... Sans oublier quelques intellectuels insoupçonnables, tels Sartre, Beauvoir ou Duras, dont le comportement sous l'Occupation aura laissé à désirer.Dominique Lormier, découvreur du " fichier interdit de la collaboration française ", brosse ainsi le portrait de groupe de cinquante hommes et femmes au carrefour de l'Histoire.


  • LES SECRETS DE LA LIBÉRATION RÉVÉLÉS

    Dans ce nouvel ouvrage, Dominique Lormier revient sur les grandes affaires occultées par l'historiographie officielle, à travers des révélations, des archives et des témoignages inédits sur la Libération de la France, de 1944 à 1945.
    Pour en finir avec la légende officielle... :
    - les vérités cachées du succès des Alliés en Normandie,
    - De Gaulle et l'Amgot,
    - les affaires de Tulle et d'Oradour-sur-Glane,
    - les derniers convois de déportés,
    - l'exécution de Grandclément,
    - l'affaire Guingouin,
    - les gestapistes français bien renseignés,
    - l'affaire de Bagnères-de-Bigorre,
    - l'Affaire du Vercors,
    - la libération de Paris et ses rivalités,
    - les derniers et nombreux crimes de la Gestapo,
    - les maquis dénoncés,
    - les collabos-résistants,
    - les tirailleurs abandonnés,
    - les rivalités De Lattre et Leclerc,
    - les oubliés du front de l'Atlantique,
    - l'épuration bâclée...

    PAR LE SPÉCIALISTE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE !

    Dominique Lormier, historien et écrivain, membre de l'Institut Jean Moulin et de la Légion d'honneur, est considéré comme l'un des meilleurs spécialistes de la Seconde Guerre mondiale et de la Résistance. Il est l'auteur d'une centaine d'ouvrages dont La Bataille de France, jour après jour, mai-juin 1940 (Le Cherche-midi, 2010, 7000 ex. vendus), Les 100 000 collabos : le fichier interdit de la collaboration française (Le Cherche-midi, sept. 2017, 4500 ex. vendus) et Nouvelles histoires extraordinaires de la Résistance (Alisio, nov. 2018).

  •  La défaite de mai-juin 1940, reste, aujourd'hui encore, une plaie mal cicatrisée dans la conscience nationale : elle évoque la débâcle, l'exode, l'armistice. Au malheur se rajoute la honte, car une opinion très répandue veut que l'armée française ait subi cette déroute sans combattre. De fait, le sujet est tabou, comme s'il s'agissait d'un secret de famille honteux. Et pourtant ...    Sait-on qu'en quarante-cinq jours de combats, les pertes quotidiennes allemandes furent supérieures à celles de la campagne de Russie du 22 juin au 10 décembre 1941 ? Que la première bataille de chars de la Seconde Guerre mondiale, à Hannut, fut une victoire française ? Que le village de Stonne, surnommé par les Allemands le « Verdun de 1940 », changea de mains dix-sept fois en trois jours? Qu'à Landrecies, deux chars lourds français détruisirent une centaine de blindés allemands en quelques heures ? Que le général de Gaulle, commandant la 4e division cuirassée, enfonça à Abbeville les positions allemandes, mais ne put exploiter son succès faute de réserves suffisantes? Que l'opiniâtre résistance des troupes françaises à Lille et Dunkerque permit de sauver de la capture 340 000 soldats alliés, et donc de sanctuariser l'Angleterre ? Que sur la Loire, les cadets de Saumur bloquèrent 40 000 soldats ennemis ? Qu'au moment de l'armistice, 45 des 53 ouvrages de la ligne Maginot restaient invaincus ?    Et surtout, que près de 100 000 soldats français moururent au champ d'honneur en quarante-cinq jours de combat ??    Dans ce livre captivant, qui suit minutieusement  l'évolution des troupes sur le terrain, pointe les erreurs du commandement français et s'appuie sur de nombreux témoignages, Dominique Lormier rend un hommage tardif mais ô combien mérité à ces héros méconnus.

  • Le récit de Français engagés dans la Waffen SS durant la Seconde guerre mondiale.
    Cet ouvrage captivant présente les récits inédits de Waffen SS français ayant lutté contre l'armée soviétique en 1944-1945. Dans la neige, le froid, contre des adversaires implacables nettement plus nombreux et mieux armés, ils ont été engagés dans des opérations souvent suicidaires, de véritables missions de sacrifice ultime.
    Chez beaucoup d'engagés français dans la Waffen SS, on retrouve la quête d'un « idéal » fasciste, porté par la camaraderie indestructible du front, la nostalgie fraternelle des tranchées, le culte de la force virile, la fascination pour l'univers militaire allemand, la haine du communisme et du capitalisme, le goût de l'aventure et de l'épopée guerrières, la volonté de restaurer l'héroïsme militaire français dans un cadre européen... Ils rêvent d'un ordre militaire nouveau, hérité de la chevalerie médiévale. Un ordre fondé sur la discipline, l'honneur, la fidélité, le sens du sacrifice, le mépris de la mort. Un ordre quasi religieux, où se retrouvent des catholiques traditionalistes et des païens convaincus. Tous ne sont pas antisémites, mais avant tout anticommunistes.
    Cet ouvrage ne se veut en aucun cas une réhabilitation déguisée de ces combattants d'une cause perdue.
    L'auteur se contente de relater le plus fidèlement possible leurs témoignages, tout en écartant toute forme d'apologie du nazisme.
    Découvrez l'histoire de ces Français qui ont choisi de suivre un idéal. Loin d'être une réhabilitation, l'ouvrage se veut être une analyse d'un mouvement de combattants qui aura marqué au fer rouge l'Histoire du XXe siècle.
    EXTRAIT
    Chez beaucoup d'engagés français dans la Waffen SS, on retrouve la quête d'un idéal fasciste, porté par la camaraderie indestructible du front, la nostalgie fraternelle des tranchées de 14-18, le culte de la force virile, la fascination pour l'univers militaire allemand, la haine du communisme et du capitalisme, le goût de l'aventure et de l'épopée guerrières, la volonté de restaurer l'héroïsme militaire français dans un cadre européen... Pour de nombreux Waffen SS français, il faut purger la France de ses ennemis, qui sont pour eux les responsables de la défaite de 1940, à savoir les francs-maçons, les communistes et les démocrates.
    Ils rêvent d'un ordre militaire nouveau, hérité de la chevalerie médiévale. Un ordre fondé sur la discipline, l'honneur, la fidélité, le sens du sacrifice, le mépris de la mort. Un ordre quasi religieux, où se retrouvent des catholiques traditionalistes et des païens convaincus. Les volontaires disent s'engager « contre le communisme, l'égoïsme bourgeois, l'individualisme, la franc-maçonnerie, la dissidence gaulliste, le capitalisme international ; pour la civilisation chrétienne, le paganisme européen, la hiérarchie, la discipline, la justice sociale, la solidarité, le corporatisme, l'unité et la pureté françaises ». Tous ne sont pas antisémites, mais avant tout anticommunistes.
    A PROPOS De L'AUTEUR
    Historien et écrivain, membre de l'Institut Jean Moulin, prix de la Légion d'Honneur, Dominique Lormier est l'un des meilleurs spécialistes de la Seconde Guerre mondiale.

  •     L'épopée de l'armée française d'Afrique de 1940 à 1945 demeure une page peu connue de notre Histoire. Elle symbolise pourtant le retour triomphal de la France en tant que grande puissance mondiale, après la défaite de mai-juin 1940. Pendant cinq ans, dans la chaleur suffocante du Sahara comme dans l'hiver glacial de l'Europe du Nord, des Français de métropole et des colonies, des Nord-africains (Marocains, Algériens, Tunisiens), des Noirs d'Afrique ont combattu ensemble. Le petit groupe armé qui faisait le coup de feu contre les Italiens en Érythrée au lendemain de l'Armistice honnie devint en 1942 une brigade aguerrie qui repoussa Rommel à Bir Hakeim, avant de se muer en une armée redoutable qui débarqua en Italie et en Provence en 1944. Le Sud de la France est libéré, le Rhin traversé et un quart du territoire du IIIe Reich occupé par cette troupe bigarrée composée de chrétiens, de juifs, de musulmans et d'agnostiques portés, pour un temps, par un même idéal patriotique et humaniste.   Le bilan est éloquent: pour la perte de soixante mille soldats tués, l'armée française d'Afrique peut revendiquer la mise hors de combat de six cent mille soldats germano-italiens, tués ou faits prisonniers.   Dans ce livre captivant, qui présente notamment les particularités de l'armée d'Afrique avec ses divers régiments, Dominique Lormier explique comment les libérateurs africains furent priés après la guerre de redevenir des «bougnouls» et des «nègres», ce qui suscita une incompréhension et une révolte annonciatrices d'autres guerres et, à terme, de la perte, par la France, de son empire colonial.

  •    À l´aube du 3 juillet 1940, une puissante force navale britannique entre en rade de Mers el-Kébir, dans la baie d´Oran. À 17 h 55, après de nombreuses sommations à la flotte française, les Britanniques ouvrent le feu et Mers el-Kébir s´embrase : dans une mer de mazout en flammes, près de 1 300 hommes sont tués, 350 blessés. L´incompréhension, l´indignation sont à leur comble, la presse se déchaîne contre la « perfide Albion ». Mais Churchill avait-il le choix ?   Faisant suite à la capitulation de la France en mai-juin 1940, le drame de Mers el-Kébir représente un événement militaire crucial dans l´histoire de la Seconde Guerre mondiale. Tout laisse à penser que la Royal Navy n´aurait pu résister bien longtemps si Churchill n´avait écarté la menace de voir la flotte française rejoindre celle de l´Axe et prendre la maîtrise des mers.    Dominique Lormier présente avec minutie cette opération militaire, remontant aux origines du drame, avec des portraits approfondis de Darlan, de Pétain, de Churchill... Il offre un panorama éclairant de la défaite de mai-juin 1940 et des conséquences désastreuses de l´armistice et balaie, preuves à l´appui, les idées reçues sur cette période capitale. La question de la capacité de l´Empire colonial français à continuer la lutte contre l´Axe, dès l´été 1940, est pour la première fois abordée au-delà des passions antagonistes.

  •     Bir Hakeim, promontoire de sable et de rochers au milieu du désert libyen, fut en mai-juin 1942 le théâtre d´une bataille décisive de la Seconde Guerre mondiale. C´est dans ce décor, qui n´a rien d´une place forte, que le général Koenig et ses 3 700 hommes de la 1re brigade française libre résistèrent durant seize jours aux assauts furieux des blindés, de l´artillerie et de l´aviation allemandes et italiennes. Quand enfin les troupes de l´Axe pénétrèrent dans le camp retranché de Bir Hakeim le matin du 11 juin 1942, ce fut pour le trouver vide de combattants : les Français s´étaient exfiltrés pendant la nuit.     Cette bataille, première victoire décisive des Forces françaises libres contre les puissances de l´Axe, infiniment supérieures en nombre et en équipement, était cruciale : non seulement en raison de son importance stratégique - elle devait empêcher Rommel de conquérir l´Égypte - mais aussi pour sa haute valeur symbolique. Voilà que la France effaçait les humiliations de l´Armistice de juin 1940.    Dans cet ouvrage, l´auteur présente tous les aspects de cette bataille peu connue, à travers de nombreux témoignages et documents où émergent des personnalités hors du commun. On suit heure par heure le déroulement de ce combat titanesque, qui a joué un rôle déterminant pour la suite de la guerre en Afrique du Nord.

  • 1938 Gardone Riviera en Italie, au bord du lac de Garde Gabriele d'Annunzio, de sa demeure du Vittoriale, rédige ses mémoires. Ayant traversé la Belle Époque, la Grande Guerre et les Années folles, telle une étoile au firmament, et côtoyé les plus grands de ce monde (Marcel Proust, Anna de Noailles, Jean Cocteau, Romaine Brooks, Ida Rubinstein, Claude Debussy...), il ne veut surtout pas mourir sans laisser une trace pour la postérité. Il se confie sans artifice, depuis sa plus tendre enfance, en passant par toutes ses« vies » : poète, romancier, mondain, guerrier et mystique.
    Considéré comme le plus grand écrivain italien de son époque, Gabriele d'Annunzio (1863-1938) est l'une des figures centrales de la Belle Époque, de la Grande Guerre 1914-1918 et des Années Folles. Enfant surdoué, poète sublime, romancier mondialement reconnu, auteur d'oeuvres de théâtre jouées par les plus grands, il multiplie les aventures amoureuses avec les plus belles femmes de son époque, duchesses et comtesses, artistes et comédiennes, fréquente les personnalités les plus illustres de son époque, comme Edmond Rostand, Marcel Proust, Maurice Barrès, Anna de Noailles, André Gide, Anatole France, Pierre Loti, Robert de Montesquiou, Marie de Régnier, Romaine Brooks, Jean Cocteau, Ida Rubinstein, Claude Debussy... 

  • Histoires extraordinaires des justes ; portraits de 30 héros parmi les nations Nouv.

    À la fin de la Seconde Guerre mondiale, 99 % des Juifs du Danemark ont été sauvés, 85 % en Italie et 75 % en France.

    Le bilan aurait été bien autre sans le courage d'hommes et de femmes remarquables qui ont caché et sauvé des Juifs durant ces années noires : les « Justes parmi les Nations », la plus haute distinction civile de l'État d'Israël, décernée par l'Institut Yad Vashem.
    Au 1er janvier 2019, 30 000 Justes sont recensés à travers le monde, dont 4 009 en France. Faute de témoignages, beaucoup sont restés anonymes : ce livre fait sortir de l'ombre ces hommes et femmes qui incarnent le meilleur de l'humanité et servent de modèles aux générations actuelles et futures.

    Dominique Lormier, historien et écrivain, membre de l'Institut Jean Moulin et de la Légion d'honneur, est considéré comme l'un des spécialistes les plus remarquables de la Seconde Guerre mondiale et de la Résistance. Ses lecteurs fidèles apprécient les recherches minutieuses qui passent souvent par les archives familiales.
    Il est l'auteur d'une centaine d'ouvrages dont La Bataille de France, jour après jour, mai-juin 1940 (Le Cherche-midi, 2010, 7000 ex vendus), Nouvelles histoires extraordinaires de la Résistance (Alisio, nov. 2018, 3700 ex vendus) et Les grandes affaires de la libération (Alisio, avril 2019, 3100 ex vendus), Mai-juin 1940 : les causes de la défaite (Alisio, mai 2020, 2200 ex vendus), De Gaulle, intime et méconnu (Alisio, juin 2020, 1800 ex vendus).

  • Pour le 70e anniversaire de la Libération et de la Victoire, 70 portraits de résistants parmi les plus importants de l´histoire.

    Ce qui frappe à la lecture de ce livre, c´est l´immense variété de la Résistance.


    De Georges Guingouin au colonel Rémy, de Jean Moulin au général Leclerc, tous, quelles que fussent leurs tendances politiques, témoignent d´une France qui a su refuser le déshonneur.

    Reconnu comme l´un des meilleurs spécialistes de l´histoire de la Seconde Guerre mondiale, Dominique Lormier est membre de l´institut Jean-Moulin à Bordeaux. Il a obtenu en 2006 le prix de la Légion d´honneur pour son oeuvre historique. Il a notamment publié La bataille de France jour après jour mai-juin 1940 (Le Cherche Midi), La bataille de Bir-Hakeim, une résistance héroïque (Calmann-Lévy), La bataille de Stonne, Ardennes 1940 (Perrin).

  • Alain Juppé, tel qu'en lui-même... Indépendant et libre, Alain Juppé apparaît aujourd'hui comme un rassembleur, portant une vision de la France et du monde de demain. Les importantes échéances électorales à venir diront si cette figure politique, l'une des plus populaires de France, a su accomplir son destin. Des bancs de la petite école des Landes à ceux de l'ENA, Dominique Lormier retrace le parcours de ce patriote humaniste, plusieurs fois député et ministre, Premier ministre, maire de Bordeaux... Un chemin politique prolifique et jalonné de succès, mais aussi d'épreuves, qui atteindront autant l'homme que ses fonctions... Esprit brillant, adversaire pugnace, ami fidèle... cette biographie s'attache aux multiples facettes de cette personnalité emblématique, riche et complexe, notamment à travers le témoignage de proches. Fruit de nombreuses années d'enquête, ce document propose d'éclaircir ce mystère, de comprendre les métamorphoses d'un homme, de découvrir le vrai visage d'Alain Juppé, sans masque.

  • Cet ouvrage captivant, reposant sur des archives et des témoignages souvent inédits, offre un panorama complet et détaillé de la Gestapo en France. Cette police secrète d'État du régime nazi, chargée de lutter contre les ennemis politiques, de traquer les Juifs et les résistants, regroupa une vingtaine d'antennes régionales et une centaine d'antennes départementales. On découvre ici l'implantation massive de cette organisation, forte de 2 500 agents allemands, 6 000 agents français et 24 000 informateurs. Le bilan de leur action demeure effrayant : 300 000 arrestations, 30 000 fusillés, 88 000 déportés politiques et résistants dont 35 200 morts en camps, 25 000 FFI tués au combat, 76 000 Juifs déportés dont seulement 2 280 sont revenus. On découvre en outre comment la Résistance, bien que durement frappée, mit en échec l'une des principales missions de la Gestapo. Enfin, l'auteur s'attarde longuement sur la sanglante retraite de cette police secrète, ainsi que sur la manière honteuse dont la Justice a bâclé son action : les principaux chefs gestapistes, quoique coupables d'innombrables crimes, devinrent après la guerre des notables respectés, des juges, des policiers, de hauts fonctionnaires, voire des agents des services secrets alliés, notamment, des États-Unis.

    Couverture : Création Studio Flammarion Hitler devant la Tour Eiffel © Bettmann / Corbis ? Joseph Darnand, chef de la milice française en 1944 © Akg-Images / Ullstein Bild

empty