Edmond Marc Lipiansky

  • La question de l'identité nationale agite notre époque. C'est en grande partie en son nom que se fissure l'empire soviétique ; que partout des minorités ethniques ou régionales revendiquent leur autonomie. C'est autour de la défense de l'identité française que s'attisent les passions politiques. Cette quête anxieuse et cette défense témoignent incontestablement d'un sentiment de crise ; mais elles appellent moins l'incantation que la réflexion : que faut-il entendre par « identité nationale » ? Quel est son statut, sa fonction, sa portée ? Pour l'auteur, elle est moins une réalité substantielle qu'une représentation sociale. Elle correspond à une personnification de la nation et propose aux individus un modèle identificatoire qui scelle leur adhésion à la collectivité nationale. Mais l'identité ne résulte pas seulement d'une relation à soi-même. Elle naît aussi d'une confrontation à l'autre. Et l'autre privilégié, pour la France, a été, depuis près d'un siècle, l'Allemagne à laquelle l'ont attachée des liens passionnels de fascination et de rejet. Enfin l'identité est héritage et mémoire. Elle s'appuie sur des valeurs, des symboles et des mythes fondateurs. Le débat actuel dont elle est l'objet traduit des difficultés présentes mais ravive aussi des problématiques anciennes ; il ne devient intelligible que si on le replace dans une perspective historique. C'est ce que fait cet ouvrage, mettant en relation la crise des années trente et la situation actuelle. En montrant l'ancrage historique des discours sur l'identité nationale, il en révèle les enjeux et les fonctions idéologiques.

  • L'interculturel est aujourd'hui partout. Dans les rapports Nord-Sud, bien sûr, mais aussi et surtout dans les rapports européens appelés à revêtir une importance croissante, jusque dans la vie quotidienne. C'est cette perspective qu'explorent les auteurs en prenant les rapports franco-allemands comme exemple privilégié. Partant d'une expérience concrète des rencontres interculturelles, ils l'éclairent en la confrontant aux acquis de la recherche en sciences humaines. Comment, dans ces rencontres qui s'inscrivent dans des contextes historiques, culturels et politiques spécifiques, véhiculant des représentations stéréotypées de l'« autre », une communication véritablement interculturelle peut-elle s'instaurer ? Comment s'« entendre » lorsqu'on parle des langues différentes ? Car prêter une langue, n'est-ce pas porter toute une culture, au risque d'en être prisonnier ? Mais aussi, quel impact ces différences ont-elles sur la communication ? Nos identités culturelles existent-elles indépendamment de la rencontre qui les met en relation ? Autant de questions que les auteurs abordent dans une démarche originale de « recherche-action », qui font l'objet d'analyses sémiotiques et idéologiques, et autant de raisons d'affirmer l'urgence d'une réflexion et d'une pédagogie de l'interculturel.

  • Ce guide pose trois grandes questions : comment situer les problématiques interculturelles dans les différents domaines de la vie sociale : éducation, travail social et santé, médias, économie et entreprises ? Comment interpréter les communications interculturelles ? Et comment intervenir dans les relations interculturelles et former à l'interculturel ?

empty