François d'Orcival

  • « L'opinion publique est la reine du monde », disait Pascal. Depuis quand ? De la Révolution à la crise de nos démocraties, quel est son rôle ? Elle intervient sous mille formes en perpétuelle mutation, journaux, médias, réseaux sociaux. On l'ausculte par sondages. Elle bouscule les régimes, et les sociétés, accrédite ou déconsidère la parole publique. Elle peut aussi saper l'autorité, nourrir le relativisme et les mystifications. Elle fabrique les élites comme elle peut les ruiner. Elle illustre les fractures sociales, les tensions identitaires, et renvoie les idéologies aux « poubelles de l'Histoire ». On la révère, on la manipule ; elle est tantôt confiance, tantôt méfiance. Fruit des travaux de l'Académie des sciences morales et politiques en 2018, ce recueil de communications de philosophes, sociologues, historiens, intellectuels, journalistes et autorités politiques, se saisit du phénomène pour prendre la mesure des défis qu'il pose à nos sociétés. Et restaurer un débat public digne de ce nom.

  • Trois siècles de l'histoire de France à travers le lieu emblématique du pouvoir et les hommes qui l'ont incarné. Ce palais, bâti sous la Régence, meublé par la marquise de Pompadour, épargné par la Révolution, propriété du roi, de l'empereur et de la République, est celui de toutes les histoires de France, de la grande comme de la petite. Occupé par le tsar de Russie en 1814, par les Prussiens en 1871, les Allemands en 1940, de Gaulle en fait le siège du pouvoir en 1959. Le coeur de la France continue d'y battre. L'auteur nous invite à traverser avec lui les riches heures de ce palais devenu décor de la scène politique française, entre intrigues et confidences.
    />

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Officiellement fermé faute de président de la République, l'Elysée a été le théâtre durant ces années tragiques d'intrigues et de jeux de pouvoir qui sont passés totalement inaperçus dans l'opinion publique et ont été jusqu'ici méconnus des historiens.
    Le 13 juin 1940, trois jours après que le président Albert Lebrun se fut évanoui en abandonnant son palais, la rumeur assure que Maurice Thorez, le secrétaire général du PCF, est sur le point de l'occuper pour y tenter un coup de force ! Le lendemain, à peine entrés dans Paris, les Allemands hissent sur le toit leur immense drapeau rouge à croix gammée. En mai 1942, l'énigmatique amiral Darlan y ouvre ses bureaux parisiens avant de décider finalement de s'envoler pour Alger où il sera assassiné.
    Dans les premiers jours d'août 1944, le maréchal Pétain envoie des émissaires à Paris et fait aménager des appartements à l'Elysée : il rêve de transmettre ses pouvoirs aux Américains et au général de Gaulle... Le rêve se termine dans les fourgons de la Gestapo. A la Libération de Paris, les Américains vont-ils, à leur tour, occuper le palais comme les Allemands avant eux ? De Gaulle, lui, refuse de s'y installer, comme si les spectres du désastre de 1940 continuaient de l'habiter.
    Le palais va alors être remis en état et remeublé, pour être prêt à recevoir un nouveau président de la République. Il s'appellera Vincent Auriol et sera élu au mois de janvier 1947... Pendant sept ans, l'Elysée sera donc apparemment resté vide. Son histoire secrète n'avait jamais été révélée. Elle l'est ici pour la première fois à travers des témoignages et des documents inconnus, inédits ou passés sous silence, les complots et les manoeuvres que l'Elysée fantôme abrita durant ces années noires.

empty