Gérard-François Dumont

  • Depuis le début du XXIe siècle, quatre grandes tendances démographiques s'observent à l'échelle mondiale : la généralisation de la transition démographique, la mondialisation des migrations, la montée de l'urbanisation, le vieillissement de la population ; et l'idée d'une évolution homogène et convergente des populations semble s'imposer.
    Pourtant, derrière la réalité incontestable de ces quatre processus, des analyses précises montrent qu'il n'en est rien. Leur déploiement est non seulement varié selon les territoires, mais il connaît également une forte diversification géographique en fonction de leurs intensités et de leurs calendriers. Si bien que, contrairement aux idées reçues, il n'y a aucune convergence démographique selon
    les pays, ni donc de mondialisation en démographie. Les études prospectives laissent même entrevoir des divergences accrues.
    /> Pour le démontrer, cet ouvrage propose une étude fine et totalement renouvelée de la géographie des populations du monde, en expliquant clairement les grands concepts, en analysant les dynamiques locales et en présentant les scénarios du futur.
    Un ouvrage assorti de nombreuses figures originales et d'un cahier cartographique présentant les grands indicateurs à l'échelle mondiale.

  • La question des territoires a pris une importance accrue en France ces dernières années, comme l'atteste le vote de plusieurs lois (NOTRe, Maptam, Nouvelles Régions...) modifiant profondément l'architecture territoriale du pays. Face à ces bouleversements, l'appréhension des réalités territoriales devient toujours plus complexe, et requiert de véritables méthodes. Établir des diagnostics complets, combinant des analyses de données quantitatives et des approches qualitatives, suppose aussi d'abord de clarifier les concepts.
    Tel est l'objectif de cet ouvrage. Après une mise au point sur ce qu'est la gouvernance et  la manière dont il faut la décrypter, il propose une méthodologie claire et raisonnée de diagnostic des territoires : étude spatiale, conduite d'entretiens, constitution de grilles d'analyses... Il montre notamment comment effectuer des comparaisons pertinentes ; car tout diagnostic qui n'est que monographique reste incomplet.

  • Quelle méthode pour appréhender la géographie urbaine de l'exclusion ? Quelle répartition spatiale de la pauvreté dans les villes ? Alors que la vision habituelle de la géographie de la pauvreté est celle d'un modèle européen (un centre-ville relativement aisé entouré de banlieues défavorisées), les métropoles françaises fonctionnent plutôt sur un modèle américain (un centre-ville dégradé avec une périphérie mieux lotie). Toutefois il existe d'incontestables diversités spatiales de la pauvreté suivant les agglomérations.

  • Tout pays se caractérise par deux éléments essentiels : ses populations et ses territoires. Imaginer la France dans vingt ans conduit à examiner l'avenir de ces deux caractéristiques et nécessite la conduite d'une prospective de nature géodémographique. Cette démarche permet d'inventorier sept risques majeurs à l'horizon 2030. Quatre scénarios prospectifs sont élaborés et font l'objet d'un examen comparatif. Il en résulte l'énoncé de 67 recommandations pour l'avenir.

  • Les villes sont présentées dans leur diversité démographiques, morphologiques, économiques et socio-culturelles en insistant sur les dynamiques territoriales. Le cours est complété par des exercices, études de cas et commentaires de documents pour répondre à la réforme qui vise à rapprocher les thèmes étudiés et les pratiques en collège et lycée. Au programme du Capes 2011-2012.

  • La famille en Vendée Nouv.

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Depuis l'origine des temps, les migrations internationales sont au coeur de l'histoire des hommes. Lors des XIXe et XXe siècles, elles s'inscrivaient essentiellement dans une double réalité : la colonisation suivie de la décolonisation, et la politique des blocs. Or, ces deux données géopolitiques ont quasiment disparu, conduisant à une recomposition des schémas explicatifs de la migration. Avec sa grande clarté d'expression, Gérard-François DUMONT dévoile dans ce livre les caractéristiques des migrations internationales. Il explique la diversité de leurs formes en proposant chaque fois des exemples éclairants. Il remonte à la pluralité des causes, ce qui permet de bien distinguer les facteurs politiques, les effets des évolutions géopolitiques, le rôle des dynamiques économiques, l'influence de la révolution des transports, ou les conséquences des changements démographiques. Enfin, Gérard-François DUMONT analyse la géographie des migrations qui façonnent les peuplements. Les étudiants et les candidats à des concours (Capes, Agrégation, ENA, Prépa HEC, Sciences Po et toute épreuve de culture générale) tireront un grand profit de ce livre, enrichi de notes utiles, d'illustrations et d'un index des noms cités. Le citoyen curieux de son temps appréciera l'exposé lumineux lui permettant de comprendre toute l'importance des nouvelles logiques migratoires.

  • Cette édition comprend 2 nouveaux chapitres : l'Espagne et l'Europe. L'auteur raconte l'histoire de cette révolution tranquille qu'est le développement de la protection sociale dans le monde; il décrit les progrès, les reculs d'une vingtaine de systèmes étrangers.

  • Vingt-trois auteurs de quinze nationalités différentes réfléchissent sur les identités des pays européens et tentent de mettre en perspective l'identité européenne.

  • Pour le Sénégal, 2019 est une importante année électorale, présidentielle puis législative. Pour en comprendre les enjeux, il importe de présenter une analyse géopolitique de ce pays d'Afrique, singulier à plus d'un titre, de Léopold Sédar Senghor à l'élection de Macky Sall en 2012. Gérard-François Dumont et Seydou Kanté montrent et expliquent pourquoi, depuis son Indépendance en 1960, le Sénégal dispose d'une géopolitique interne stable par comparaison avec celle de la plupart des pays du continent africain.

  • De tous les continents, l´Europe est celui dont la définition suscite régulièrement les plus vives controverses. Où commence-t-elle ? Où s´arrête-t-elle ?
    Cette géopolitique de l´Europe traite du territoire composite qui s´étend de l´Atlantique à la vaste Russie. Sa configuration en a été profondément remodelée depuis la fin de la Guerre froide. L´Union européenne des 28 y est l´un des acteurs, aux côtés d´un ensemble d´États et d´institutions qui concourent à une dynamique européenne complexe.
    La méthode, délibérément pluridisciplinaire, permet d´en comprendre les ramifications et d´en analyser les enjeux présents et futurs.
    Cette édition, parfaitement actualisée, tient compte de la dimension géopolitique des événements les plus récents (crise de l´euro, politiques 2014-2020 de l´UE, élections européennes, Ukraine, Russie...).

  • Cette recherche collective ambitionne de revisiter les sources du droit, en ce compris les sources « nouvelles » dont on rend généralement compte sous le label « soft law ». L'importance et la diversité des enjeux théoriques et pratiques soulevés par cette entreprise, tout comme l'ampleur du matériau abordé, ont justifié la publication de quatre volumes. Si, à des fins avant tout pédagogiques, la classification des contributions suit la voie classique de la pyramide des normes, ce plan ne préjuge cependant nullement du contenu des analyses (qui, à bien des reprises, révèleront les « bougés » de la pyramide et la pertinence du modèle du droit en réseau). Ces quatre volumes sont le fruit de la collaboration du Séminaire interdisciplinaire d'études juridiques (SIEJ) et du Centre interdisciplinaire de recherches en droit constitutionnel et administratif (CIRC), tous deux ancrés aux Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles. Ce quatrième volume relève plus directement de la théorie du droit et traite des questions transversales à l'ensemble de l'ouvrage. Y sont abordées, outre la notion même de sources et la difficulté, voire l'impossibilité, d'identifier une source « méta », des théories qui viennent renouveler, éclairer ou encore contester la théorie classique des sources. En plus de ses trois chapitres respectivement consacrés aux sources du droit, au soft law et à l'internormativité, ce dernier volume contient les conclusions générales de l'ouvrage, elles-mêmes précédées d'un triple regard porté sur les sources du droit : celui de l'historien, de la romaniste et du jusnaturaliste.

  • Cette recherche collective ambitionne de revisiter les sources du droit, en ce compris les sources « nouvelles » dont on rend généralement compte sous le label « soft law ». L'importance et la diversité des enjeux théoriques et pratiques soulevés par cette entreprise, tout comme l'ampleur du matériau abordé, ont justifié la publication de quatre volumes. Si, à des fins avant tout pédagogiques, la classification des contributions suit la voie classique de la pyramide des normes, ce plan ne préjuge cependant nullement du contenu des analyses (qui, à bien des reprises, révèleront les « bougés » de la pyramide et la pertinence du modèle du droit en réseau). Ces quatre volumes sont le fruit de la collaboration du Séminaire interdisciplinaire d'études juridiques (SIEJ) et du Centre interdisciplinaire de recherches en droit constitutionnel et administratif (CIRC), tous deux ancrés aux Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles. Ce troisième volume se penche sur les normativités concurrentes. On y retrouve l'analyse de sources en principe dépourvues de caractère obligatoire, comme la doctrine, l'équité, la pratique ou les codes de conduite, sans oublier le droit comparé et le dialogue des jurisprudences. On notera que l'étude des actes de soft law est par ailleurs déclinée à chaque niveau de la pyramide normative dans les volumes 1 et 2 et fait l'objet d'analyses approfondies dans le cadre du volume 4.

  • Cette recherche collective ambitionne de revisiter les sources du droit, en ce compris les sources « nouvelles » dont on rend généralement compte sous le label « soft law ». L'importance et la diversité des enjeux théoriques et pratiques soulevés par cette entreprise, tout comme l'ampleur du matériau abordé, ont justifié la publication de quatre volumes. Si, à des fins avant tout pédagogiques, la classification des contributions suit la voie classique de la pyramide des normes, ce plan ne préjuge cependant nullement du contenu des analyses (qui, à bien des reprises, révèleront les « bougés » de la pyramide et la pertinence du modèle du droit en réseau). Ces quatre volumes sont le fruit de la collaboration du Séminaire interdisciplinaire d'études juridiques (SIEJ) et du Centre interdisciplinaire de recherches en droit constitutionnel et administratif (CIRC), tous deux ancrés aux Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles. Ce deuxième volume a pour objet les normes internes infraconstitutionnelles. Il poursuit l'enquête entreprise dans le volume 1 en étudiant les actes, de nature hard ou soft, qui relèvent de la fonction normative, mais cette fois aux niveaux législatif et réglementaire. Ce deuxième volume rassemble en outre les contributions consacrées aux fonctions administrative, juridictionnelle et contractuelle.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty