George Woodcock

  • George Woodcock, critique littéraire, historien et anarchiste, a eu un acces privilegie a la complexe histoire personnelle de George Orwell, dont il fut un ami proche. Rassemblant souvenirs, lettres et divers temoignages, cette biographie situe l'oeuvre d'Orwell dans son contexte personnel, politique et litteraire. Elle offre une perspective à la fois intimiste et documentée sur la vie et les écrits de cet esprit libre, ne faisant l'impasse sur aucun des paradoxes qui habitent l'une et l'autre.

  • Écrit dans les années 1960 puis revu et augmenté en 1989, ce livre monumental offre le récit de l'une des plus grandes aventures des xixe et xxe siècles, celle de l'anarchie. Woodcock y raconte le mouvement, ses victoires, ses défaites, mais il y expose surtout les idées des principales figures qui ont façonné la pensée libertaire, de William Godwin à Emma Goldman. Au-delà de l'engagement intellectuel, politique et moral de ces personnages historiques plus grands que nature, L'anarchisme brosse un portrait vivant de leur combat et des profonds idéaux de liberté qui n'ont jamais cessé de l'animer.

    Considéré aujourd'hui comme un classique de l'histoire de l'anarchisme et pourtant traduit ici pour la première fois en français, L'anarchisme expose les perspectives d'une aspiration partagée aujourd'hui par un nombre toujours grandissant de personnes éprises de justice et d'autonomie.

  • Virginia Woolf said of The Egoist: 'Meredith pays us a supreme compliment to which as novel-readers we are little accustomed ... He imagines us capable of disinterested curiosity in the behaviour of our kind.' In this, the most dazzlingly intellectual of all his novels, Meredith tries to illuminate the pretensions of the most powerful class within the very citadel of security which its members have built. He develops to their logical extremity his ideas on egoism, on sentimentality and on the power of comedy. Meredith saw egoism as the great enemy of truth, feeling and progress, and comedy as the great dissolver of artifice. The Egoist is the extreme expression of his recurrent theme: the defeat of egoism by the power of comedy.

empty