Gilles Herreros

  • La violence ordinaire perpétrée au quotidien dans les organisations est au centre de cet ouvrage. La percevoir pour s'y opposer, telles sont les orientations proposées. En appui sur des récits mettant en scène des situations de travail banales, analogues à celles que chacun peut avoir vécu,l'auteur montre comment la violence se tisse quotidiennement. Pour se perpétrer, comme pour se perpétuer, la violence a besoin de l'indifférence, voire de l'acceptation du plus grand nombre. Les récits proposés montrent comment les petits renoncements, les cécités multipliées, les questionnements liquidés, chaque jour répétés par les uns, fabriquent des mécaniques qui détruisent les autres. Il n'y a aucune fatalité à ce phénomène. L'auteur plaide pour la mise en place d'organisations «réflexives» valorisant une appréhension clinique des procès de travail et le déploiement d'une critique réhabilitant la subjectivité et l'intersubjectivité. Gilles Herreros est professeur de sociologie à l'université Louis Lumière Lyon 2, membre du Centre Max Weber.

  • La sociologie des organisations est une discipline particulière que l'on pourrait qualifier de spécialisée ou d'appliquée du fait que ses outils théoriques et méthodologiques se sont forgés par et pour la confrontation spécifique au monde des organisations. Pourtant, pour exercer dans ce champ, que ce soit à titre de chercheur ou comme consultant, le sociologue ne peut se contenter de mobiliser le seul corpus théorique de sa discipline. Défaire ses cadres habituels, la soumettre à des impulsions multiples en provenance de tous les horizons des sciences sociales sont autant de directions que suggère l'auteur. Passer de la sociologie des organisations à une sociologie d'intervention puis monter en généralité pour tenter de déboucher sur une anthropologie d'intervention, tel est le parcours que propose cet ouvrage. Gilles Herreros est professeur de sociologie, université Lyon 2.

  • Cet ouvrage présente les conditions d'exercice de la sociologie d'intervention.A travers une approche méthodologique, théorique et épistémologique, il entend répondre à des questions auxquelles tous les praticiens de l'intervention (spécialistes des sciences humaines mais aussi consultants de toutes les disciplines) se trouvent confrontés. L'action du sociologue répondant à la demande socialerelève-t-elle de la science ? L'implication du chercheur est-elle compatible avec la rigueur de sa démarche? Quelles relations établir avec un commanditaire? Quelles sont les postures de l'intervenant? Comment se déroule une intervention? Quelles contraintes théoriques respecter? Quelle position adopter face à la notion d'expertise? Quelle vocation accorder à la connaissance produite? Des récits d'intervention viennent ici ponctuer les développements et fournissent des contours précis à cette sociologie d'intervention. Cet ouvrage est maintenant présent dans les bibliographies des étudiants. Il constitue un outil reconnu qui complète l'ouvrage récemment paru de l'auteur, Au-delà de la sociologie des organisations (érès, 2008)

  • Cet ouvrage analyse les conditions de pérennisation et de valorisation de la démarche-qualité en milieu hospitalier. Des points d'accords se manifestent : l'objectif d'une amélioration du soin, l'idée que cette amélioration passe par une mise en tension entre l'élaboration de procédures et leur application d'une part, une meilleure coopération interprofessionnelle d'autre part. La démarche de certification est décisive dans les dynamiques de la qualité, mais elle provoque parfois des effets contre-dynamiques.

empty