Guillaume FOURNIER

  • Cet ouvrage s'adresse aux responsables des systèmes d'information, aux architectes, aux maîtrises d'ouvrages et aux maîtrises d'oeuvre, ainsi qu'aux développeurs de solutions et aux responsables de production. Les architectures orientées services (SOA) s'imposent dans l'univers des systèmes d'information depuis maintenant une quinzaine d'années, et ce style d'architecture s'est adapté pour suivre les changements majeurs apportés par les géants du web et la transformation digitale des entreprises. L'objectif des auteurs est d'expliquer comment organiser, construire et déployer en entreprise, une architecture à base de services. Ils expliquent pourquoi SOA répond à la nécessité d'avoir un SI agile, et présentent une méthodologie avec les deux points de vue complémentaires : celui du métier et celui de la technique. Cet ouvrage montre aussi comment le recours aux architectures de services permet de construire une architecture cohérente à l'échelle de l'entreprise. Des patterns et des solutions sont présentés pour satisfaire les exigences de robustesse et de performance qui résultent d'une double émergence : celle des microservices distribués dans un contexte de collaboration DevOps, et celle des flots d'évènements temps réel dans des SI connectés aux objets du monde réel. Enfin, une démarche pratique est proposée avec des étapes et des jalons pour conduire un cheminement progressif d'architecture de services. 

  • À première vue l'humour et la mort ne présentent pas de points de rencontre. Comment peut-on rire d'un évènement aussi tragique que la disparition de soi ou d'êtres chers? Les modalités complexes du deuil, les affects de tristesse et de chagrin suggèrent qu'un décès s'accompagne d'émotions fortes qui ne laissent que peu de place à la légèreté et à la plaisanterie. À l'inverse, l'humour peut être source de réactions extrêmes pouvant aller jusqu'à la violence et au meurtre. L'exemple des caricatures de Charlie Hebdo, et de la fusillade qui a suivi, que la raillerie, montre que l'ironie et la satire ne sont pas appréciées quand elles s'attaquent à des sujets porteurs de valeurs considérées comme absolues.

    Les relations entre ces deux ordres, mort et humour, n'ont pas encore fait l'objet d'une réflexion critique et empirique et, dans cette perspective, ce numéro de la revue Frontières vise à aborder cette problématique à partir d'un point de vue interdisciplinaire.

    Divers angles sont privilégiés : la place de l'humour et de la dérision :

    1. Dans le champ politique, social et éthique,

    2. Dans la littérature, le cinéma et l'art contemporains,

    3. Dans le cyberespace,

    4. Dans l'intervention auprès des mourants et de leur entourage.

    Cette analyse multidimensionnelle permet de croiser les points de vue et de proposer de nouvelles pistes de recherche et de réflexion dans un domaine qui demande à être défriché de façon plus approfondie et ce, dans un contexte socioculturel où ce questionnement apparait comme essentiel puisqu'il soulève les enjeux entourant la liberté d'expression et ses limites.

empty