Hervé DREVILLON

  • 11 novembre 1630 : à l'issue d'une journée mouvementée, Louis XIII choisit de maintenir sa confiance à Richelieu pour s'engager, à ses côtés, dans une politique dominée par les préceptes de la raison d'État. 1er septembre 1715 : Louis XIV meurt au terme du règne le plus long et le plus brillant de l'histoire de France. D'une date à l'autre, ce siècle fut le temps des rois absolus. Louis XIII et Louis XIV portèrent à son comble la sacralité du pouvoir monarchique en mobilisant toutes les ressources littéraires et artistiques d'un siècle fécond. Les fastes dorés et solennels de la religion royale furent mis au service d'une autorité inouïe. Pour en rendre compte, les contemporains regroupèrent sous le terme générique d'« Extraordinaire », les impôts nouveaux, les tribunaux exceptionnels, les pouvoirs confiés aux intendants, etc. Assurément, le temps des rois absolus fut un temps de sidération. De révolte et de violence aussi.
    La guerre, avec son cortège de malheurs et de nécessités impérieuses, fut la manifestation la plus sensible de l'autorité royale. Elle exigea une mobilisation toujours croissante de la société et de l'État, dont elle fut la matrice. Pour la financer, le recours au crédit et à la vente d'offices modifia profondément les structures sociales du royaume. Les élites investirent massivement dans ces charges vénales qui, parfois, les anoblissaient en entretenant la confusion entre dignité sociale et service du Roi. Ainsi débutait la longue histoire d'une relation singulière entre la société française et l'État. Peut-être même faut-il dater de ce XVIIe siècle la cristallisation de certains caractères identitaires. Ne dit-on pas que les Français sont cartésiens et qu'ils parlent la langue de Molière ? Derrière ces lieux communs, se profile l'émergence d'une conscience régnicole, à défaut d'être nationale, née dans la contemplation du roi et au service de sa gloire. Car c'est dans la guerre, encore, que se forgea la communauté territoriale insérée dans le « pré carré » de Vauban.
    L'histoire des rois absolus est une histoire de France.

  • Le thème central de ce travail est la disqualification de l'astrologie au XVIe siècle. Alors que, traditionnellement, cette disqualification est expliquée par les effets conjugués de la révolution scientifique et de la Contre-Réforme, l'auteur cherche à montrer que ce n'est pas tant le savoir que la littérature astrologique qui a été visé. Déplaçant ainsi la problématique, il relève l'importance des raisons sociales et politiques qui marginalisent cette science que la Renaissance adorait et qui n'a jamais été véritablement réfutée par la science du XVIIe siècle.


  • Toute l'histoire militaire de la France des Mérovingiens à nos jours, en deux volumes.

    Que la guerre ait contribué à la construction institutionnelle et sociale de la France relève de l'évidence, d'autant que l'armée représente un élément fondateur de l'Etat-nation. Pour mieux comprendre la nature des liens unissant les Français à leur armée comme la guerre à l'Etat, il fallait rendre compte de 1 500 ans d'histoire. Dans sa globalité. Car le fait militaire dépasse les grands cadres d'organisation, le matériel ou les structures de l'armée ainsi que sa composition... Il oblige à penser le rapport au politique ainsi qu'à la société dans son ensemble et incite à revenir sur les engagements, en réfléchissant sur la stratégie et la tactique, en décrivant les grands conflits, en s'attardant, enfin, sur la réalité du combat, l'armement, la violence de guerre et son imposition aux civils.
    Ce premier tome s'ouvre avec les Mérovingiens pour se conclure sur la guerre franco-prussienne de 1870. Non que l'on puisse dès le ve siècle parler de la France en tant que telle, mais il est nécessaire d'insister sur une forte continuité, matérialisée par le titre de Rex Francorum, " roi des Francs ", porté par les souverains de trois dynasties sur plus de mille ans. A l'époque moderne, la figure du roi puise dans la guerre le fondement même de sa souveraineté, à l'image de François Ier recevant à Marignan son sacre militaire ou de Louis XIV, " roi de guerre " par excellence. La gloire du souverain mobilisa alors, avec une ampleur et une intensité inédites, les ressources du royaume et contribua ainsi à l'affirmation de la nation, qui se constitua en corps politique souverain avec la Révolution française.
    La formation d'une armée véritablement nationale se combina alors avec d'autres innovations, telles que le système divisionnaire, qui conférèrent aux armées une efficacité et une mobilité inédites, dont Napoléon sut exploiter tous les avantages, au point de se laisser griser par cette faculté de porter le danger au coeur des territoires ennemis. La défaite de Waterloo ne mit pas fin à l'ambition d'étendre la domination française à des territoires lointains, mais cette stratégie impériale quitta l'horizon européen pour investir les espaces coloniaux. Ainsi, des champs catalauniques aux contreforts des Aurès, l'histoire militaire de la France raconte la genèse d'une riche et passionnante relation entre la nation, l'Etat et le territoire.


  • Toute l'histoire militaire de la France des Mérovingiens à nos jours, en deux volumes.

    Que la guerre ait contribué à la construction institutionnelle et sociale de la France relève de l'évidence, d'autant que l'armée représente un élément fondateur de l'Etat-nation. Pour mieux comprendre la nature des liens unissant les Français à leur armée comme la guerre à l'Etat, il fallait rendre compte de 1 500 ans d'histoire. Dans sa globalité. Car le fait militaire dépasse les grands cadres d'organisation, le matériel ou les structures de l'armée ainsi que sa composition... Il oblige à penser le rapport au politique ainsi qu'à la société dans son ensemble et incite à revenir sur les engagements, en réfléchissant sur la stratégie et la doctrine d'emploi, en décrivant les grands conflits, en s'attardant, enfin, sur la réalité du combat, l'armement, la violence de guerre et son imposition aux civils.
    Ce second volume explore les années 1870 à nos jours. La guerre devient alors totale et globale. Elle engage des millions de soldats, en 1914 comme en 1939 ; elle implique les civils, désormais amenés à fournir au front les montagnes d'obus et les milliers de chars que les conflits réclament ; elle les frappe tout autant lors de bombardements. L'armée, par ailleurs, joue un rôle politique éminent. Une partie de ses cadres a soutenu, pendant la Seconde Guerre mondiale, les idéaux pétainistes. Plus tard, des généraux tentèrent de renverser Charles de Gaulle pour contrer sa politique algérienne. Ces positions, toutefois, ne firent pas l'unanimité et un insigne conflit opposa le Maréchal au Général.
    C'est dire si l'histoire militaire de la France de 1870 à nos jours ne saurait s'écrire dans les teintes monochromes du noir et du blanc. Alternant victoires et défaites, aveuglement et lucidité, grandeur et servitude, elle impose, durant ce très long siècle, de récuser simplisme et manichéisme.
    Les auteurs
    Xavier Boniface, François Cochet, Olivier Wieviorka, Pierre Journoud et Olivier Schmitt.
    RABAT 1 :
    Agrégé et docteur en histoire, Xavier Boniface est professeur d'histoire contemporaine à l'université Littoral Côte d'Opale. Il a notamment publié L'Armée, l'Eglise et la République (1879-1914), L'Aumônerie militaire française (1914-1962) et Histoire religieuse de la Grande Guerre.

    Agrégé et docteur en histoire, François Cochet est professeur émérite d'histoire contemporaine. Spécialiste de la Première Guerre mondiale et de l'expérience combattante du xixe siècle à nos jours, il est l'auteur de La Grande Guerre. Fin d'un monde, début d'un siècle, Les Français en guerres. De 1870 à nos jours et Armes en guerre (xixe-xxie siècle).

    Professeur à l'Ecole normale supérieure de Cachan, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, Olivier Wieviorka est l'auteur d'une Histoire du Débarquement en Normandie et d'une Histoire de la résistance primée par l'Académie française et plébiscitée par le public. Il a également publié une Histoire de la résistance en Europe occidentale.

    Docteur, Pierre Journoud est professeur d'histoire contemporaine à l'université Paul-Valéry Montpellier. De 2010 à 2015, il fut chercheur à l'institut de recherche stratégique de l'Ecole militaire (IRSEM). Il est l'auteur de De Gaulle et le Vietnam (1945-1969) et Dien Bien Phu. Le basculement d'un monde.

    Professeur de sciences politiques au centre d'études sur la guerre de l'université du Sud-Danemark, Olivier Schmitt a codirigé, avec Joseph Henrotin et Stéphane Taillat, Guerre et Stratégie. Approches, concepts. Il est également secrétaire général de l'association pour les études sur la guerre et la stratégie (AEGES).
    RABAT 2 :
    Couverture du premier volume.

  • Recevoir un capital d'honneur par le sang, l'acquérir par son mérite et sa vertu, le défendre au risque de sa vie : sous l'Ancien Régime, aucun sentiment social n'est aussi enraciné et impérieux que l'honneur. Le « tout est perdu, fors l'honneur » de François Ier inaugure le premier siècle de la modernité et trouve son prolongement dans L'Esprit des lois, qui fait de l'honneur le principe du gouvernement monarchique. La République elle-même n'a-t-elle pas reconnu la puissance de ce sentiment en dotant chaque citoyen d'une dignité inaliénable ? Que ce soit le bretteur invétéré ou le bourgeois vétilleux, l'artisan ou le prince de l'Église, la communauté villageoise ou le parlement, les individus et les corps se parent de leur honneur comme de leur ornement le plus précieux. Tenu à l'université de Metz en novembre 2008, ce colloque a permis de révéler l'honneur dans toute la diversité de ses manifestations et de ses enjeux pour une histoire sociale, mais aussi politique, culturelle et intellectuelle de l'Europe moderne. L'honneur constitue une clef pour pénétrer dans la conscience collective et dans l'auto-représentation de l'ensemble des différentes fractions de la société, mais aussi dans l'infinie diversité des trajectoires individuelles.

  • Bayard, dArtagnan, le chevalier dÉon ; ses figures de bretteurs racontent des histoires différentes, mais néanmoins reliées entre elles par le fil dune lame. Le chevalier, le duelliste et lescrimeur sont autant darchétypes qui révèlent quà lépoque moderne, lépée est une culture que ce livre entreprend dexplorer dans tous ses aspects : du geste de lescrimeur aux valeurs qui lui sont associées. Cest en effet à partir de la Renaissance que les techniques de lescrime deviennent un art guidé par des principes savants et moraux. Lanalyse des valeurs impliquées dans cet art permet aussi de suivre lévolution des idéaux de la noblesse qui fait de lépée le vecteur de son identité.
    Il ne faudrait, toutefois, pas oublier que lart de vivre lépée à la main reste, de part en part, un art de tuer. À une époque où le port dune arme blanche est une pratique courante, lescrime civile et civilisée ne saurait occulter les cadavres abandonnés par les innombrables duellistes. Cest pourquoi, lhistoire de lépée est aussi une histoire de la violence et de linaltérable fascination quelle exerce. Pour le découvrir, il faut alors plonger dans les archives dune justice souvent prompte à occulter ce crime qui trouble limage dun roi absolument maître de ses sujets. Une autre vision du rapport entre violence et civilisation se dessine de cette façon.
    Sil est souvent admis que la violence est le contraire de la civilisation, on découvre que lescrime et ses pratiques meurtrières alimentent une véritable civilisation de la violence, cest-à-dire une culture, un art, un savoir mis au service de lhomicide. Oublions un instant le roman de cape et dépée et ses duellistes aimables et bavards pour considérer la brutalité de ceux qui, dans le silence des petits matins, règlent leur compte larme à la main. Lépoque moderne se révèle alors sous un autre jour, grâce à larchéologie du geste de lescrimeur, restitué dans toute sa technicité, dans toute sa férocité. Cest ainsi que lépée peut faire lobjet dune véritable histoire totale, attentive aux objets, aux gestes, aux pratiques sociales et aux courants intellectuels de la Renaissance aux Lumières.

empty