Éditions Payot

  • « Toutes les autres choses que vous entendrez dire sur l'Empereur sont des bêtises. » Ainsi finissent les célèbres pages, extraites du Médecin de campagne, que Balzac consacra en 1833, par la bouche d'un ancien grognard, Goguelat, à l'épopée du grand homme qui rappellent avec force qu'il fut, aux côtés de Stendhal et de Chateaubriand, l'un des artisans du mythe napoléonien. Le lecteur pourra ensuite se délecter des Maximes et pensées de Napoléon, dont Balzac, qui les avaient écrites pour les vendre à un bonnetier, Jean-Louis Gaudy, sous le nom duquel elles ont été publiées en 1838, voulait qu'elles fussent « à Napoléon ce que l'Évangile est au Christ ».

  • La Peau de chagrin est le dernier livre que lut Freud avant son suicide en 1939. "C'était juste le livre qu'il me fallait", déclara-t-il à son médecin Max Schurr. Cette histoire de peau qui rétrécit, de vie qui raccourcit à mesure que les souhaits sont exhaucés le renvoyait notamment à un essai qu'il publia en 1922, sur un thème similaire, et que nous proposons ici dans une traduction inédite. Dans l'un comme dans l'autre émergent des thèmes très actuels comme ceux de la tyrannie du choix, de la solitude, du non-désir, du fantasme de longévité...

empty