A verba futuroruM

  • Ce texte est partagé en plusieurs « volets » ou méditations. Les six premières méditations exposent l'état du mariage en France dans les classes supérieures riches et oisives, puis proposent une série de réformes en vue d'améliorer la condition conjugale de la femme et donc de l'empêcher de tromper son époux.

    La méditation sur la lune de miel décrit la manière dont le mari est placé en position de défense, l'épouse menaçant déjà son bonheur conjugal.

    La huitième méditation portant l'intertitre « Des premiers symptômes » indique les signes qui permettent à un mari de reconnaître les premiers signes de la femme adultère.

    L'épilogue, après un historique du mariage en France, suggère des aménagements pour perfectionner l'institution matrimoniale.

    La « Théorie du lit » donne au mari force conseils pour se réserver les faveurs de son épouse à lui tout seul. Dans « Les révolutions conjugales » et la dernière partie de l'ouvrage, l'auteur dépeint l'échec d'un mari qui perd son épouse en devenant cocu.

    D'où « Les derniers symptômes » qui aboutissent à la constitution d'un ménage avec ses trois épouses uniquement.
    Étonnamment clairvoyante, cette oeuvre plaide en faveur des femmes à une époque où les lois du mariage ne leur étaient pas favorables.

empty