L'Herne

  • La vicomtesse de Beauséant, abandonnée par le marquis d'Ajuda Pinto après une aventure malheureuse, s'est réfugiée dans son château en Basse-Normandie. Elle y vit en solitaire, recluse. Ce personnage fait partie de La Comédie humaine : Madame de Beauséant y est la référence parisienne, tenant un salon très réputé. Elle est également parente de Rastignac, qu'elle initie aux subtilités de la vie mondaine dans la capitale.

  • Balzac accordait aux choses de la bouche la part essentielle qui leur revient dans l'étude des moeurs individuelles et collectives. Son approche est toujours analytique et les comportements sociaux sont rapportés à ce qui les motive : de sa nourriture et de ses régimes peuvent dépendre les destinées d'un peuple... Il examine, dans ce traité, qui préface La Physiologie du goût de Brillat-Savarin (1838), cinq substances : l'eau-de-vie, le café, le thé, le sucre, le tabac, leur impact sur nos sens et celui sur l'organisme. Les risques encourus par le « désir de satisfaire tel ou tel plaisir », et par la consommation de ces excitants : « maladies, et abréviation de la vie ».

  • Des intrigues amoureuses se nouent par ailleurs, se défont ici, se renouent là. La Paix du ménage est initialement paru en 1830 chez Mame et Delaunay-Vallée, dans Scènes de la vie privée.
    Ce roman court, dense, vif et incisif, est construit comme une pièce de théâtre sur l'unité de temps : une heure, l'unité de lieu : un bal. Contrairement à ce que le titre pourrait laisser croire, il ne s'agit en rien d'un roman bourgeois, mais d'une peinture étincelante de la vie mondaine sous l'Empire.

empty