Vie pratique & Loisirs

  • Cet ebook bénéficie d'une mise en page esthétique optimisée pour la lecture numérique.


    « Nos organes sont les ministres de nos plaisirs. » !

    Ce texte d'Honoré de Balzac sur les excitants modernes s'avère bien étonnant et d'une incroyable modernité. Il y décrit la situation économique de chacun des produits excitants (alcool, sucre, thé, café et tabac), la raison de son essor, et nous livre sa critique. Grand amateur de café, ce génie de la littérature nous laisse surtout ses réflexions sur les abus que nous commettons encore tous de nos jours...
    Extrait : « L'absorption de cinq substances, découvertes depuis environ deux siècles et introduites dans l'économie humaine, a pris depuis quelques années des développements si excessifs, que les sociétés modernes peuvent s'en trouver modifiées d'une manière inappréciable.

    Ces cinq substances sont :


    1° L'eau-de-vie ou alcool, base de toutes les liqueurs, dont l'apparition date des dernières années du règne de Louis XIV, et qui furent inventées pour réchauffer les glaces de sa vieillesse.


    2° Le sucre. Cette substance n'a envahi l'alimentation populaire que récemment, alors que l'industrie française a su la fabriquer en grandes quantités et la remettre à son ancien prix, lequel diminuera certes encore, malgré le fisc, qui la guette pour l'imposer.


    3° Le thé, connu depuis une cinquantaine d'années.


    4° Le café. Quoique anciennement découvert par les Arabes, l'Europe ne fit un grand usage de cet excitant que vers le milieu du dix-huitième siècle.


    5° Le tabac, dont l'usage par la combustion n'est devenu général et excessif que depuis la paix en France.


    Examinons d'abord la question, en nous plaçant au point de vue le plus élevé.


    Une portion quelconque de la force humaine est appliquée à la satisfaction d'un besoin ; il en résulte cette sensation, variable selon les tempéraments et selon les climats, que nous appelons plaisirs. Nos organes sont les ministres de nos plaisirs. »

empty