Hugues Micol

  • En se basant sur la vie de John Glanton, Texas Ranger pendant la guerre américano-mexicaine puis mercenaire à la tête d'une bande de tueurs d'Indiens payés au scalp, Hugues Micol livre un récit hallucinant. Son dessin, puissant, qui rappelle les gravures Les Désastres de la guerre de Goya, dépeint l'implacable brutalité de l'expansion américaine, bien loin de la légende héroïque de la conquête de l'Ouest.

  • Maximus Ohanzee Wildhorse, rebaptisé "Maximus Wyld" par Hollywood, était un comédien talentueux, prisé, admiré. Sa filmographie est une anthologie du cinéma : Vertigo, le Faucon maltais, Sunset Boulevard, la Prisonnière du désert, Rebecca...
    Visage cuivré, beauté inédite et présence animale, il ouvrit la voie aux stars 'de couleur' dans un climat égrégationniste. Après lui, Sydney Poitier, Harry Belafonte, Yul Brynner, ont pu accéder au rang de stars. Son charisme a enflammé le cinéma blanc, l'a dévergondé, fait vaciller son hégémonie raciale. Maximus Wyld était un pionnier. Pourtant, aucun générique ne mentionne son nom. Sur le celluloïd, nulle empreinte de son visage. Maximus le précurseur repose dans le cimetière des amnésies hollywoodiennes. Quel évènement l'a poussé dans les limbes ? Quelle force occulte et supérieure a remisé sa carrière dans un triangle des Bermudes cinématographique ?

  • Hugues Micol, dessinateur de bande dessinée, engage Santorin Saint Rose, détective-aventurier, pour retrouver un dessin qu'une cigogne lui aurait dérobé. La piste mène à Macao où l'oiseau a migré. Saint Rose et son équipe partent à sa poursuite... avec, dans leurs bagages, leur commanditaire...
    En se mettant en scène dans un récit d'aventures, Hugues Micol rend hommage aux BD de son enfance tout en parlant de son propre travail d'auteur. Un tour de force narratif et graphique, sublimé par les couleurs chatoyantes d'Isabelle Merlet !

empty