Jean-Didier Urbain

  • La « tuile », le grain de sable, le retard, le robinet qui goutte font partie intégrante du voyage. Mais pourquoi a-t-on si souvent le sentiment d'avoir raté celui-ci ? Que signifient les plaintes que reçoivent les éditeurs de guides, les administrations, les hôtels et les voyagistes ? Peut-on faire la « victimologie » du voyageur ? Avec humour, savoir et tendresse, ce livre consacré aux « mésaventuriers » et enrichi d'un parfait petit guide pour rater à tout coup son voyage, refait, une décennie après L'Idiot du voyage, le portrait du touriste, cet être étrange qui n'est jamais à sa place, où qu'il aille...

  • Si vous voulez savoir depuis quand l'on voyage pour le plaisir, qui fut la première femme globe-trotter, quel est le rapport entre un voyage de noces et le tourisme sexuel, ce que cherchaient réellement Nerval et Théophile Gautier en Belgique, à quoi servait le physiographe ou ce que peut bien être le sexotisme, si vous aimez la littérature, les récits de voyage, les anecdotes et le savoir, alors ce livre est pour vous. Toute la malice, la curiosité et l'érudition de Jean-Didier Urbain y sont concentrées pour dévoiler la face cachée de nos aventures à travers le monde. De Flaubert et ses « tétons d'Égypte » à Robinson étreignant un arbre, en passant par le tourisme libertin en Croatie, en Thaïlande ou au Cap d'Agde, son livre ne cache pas grand-chose, mais il explique aussi qu'au-delà des bordels et des aventures sexuelles, il existe un autre érotisme, lié à notre aattirance forcenée pour l'ailleurs. Et à cette aune, c'est la planète tout entière qui devient aphrodisiaque !

  • «Les vraies vacances, c'est partir», «Les Français ont plus de vacances que leurs voisins», «Les vacances suscitent de véritables exodes», «Avec les 35 heures, l'industrie touristique explose», «Les Français sont casaniers», «Les touristes ne voyagent qu'en groupe» ...
    À travers l'histoire et l'évolution du temps libre, il analyse différentes pratiques vacancières, du tourisme à la villégiature, de la trêve estivale aux 35 heures.

empty