Louise Tremblay d'Essiambre


  • D'une rive à l'autre du Saint-Laurent, des familles attachantes aux destins entrecroisés voguent entre amitiés et rivalités, drames déchirants et bonheurs intenses.

    1918. La guerre, qui ne devait durer que quelques mois, se termine enfin...
    D'une berge à l'autre du fleuve, la vie suit son cours, inexorablement, à travers les changements à la fois exaltants et inquiétants que la modernité impose. Paul, Célestin, Béatrice, Lionel et leurs familles connaissent autant de moments tendres que d'épisodes bouleversants.
    Mais quand la Crise de 1929 frappe le pays, c'est tout le quotidien qu'il faut réinventer alors que les années passent et que le dur labeur laisse des traces...Les enfants de migrants poursuivent leur nouvelle vie au Québec.
    Gilberte, Paul, Célestin, Béatrice et Lionel traversent les épreuves, entre joies, travail acharné, drames et souffrances.

    Les destins se croisent ou se séparent jusqu'à l'issue de cette saga inoubliable.

    Louise Tremblay d'Essiambre est née au Québec en 1953. Elle a suivi des cours orientés vers le roman, la nouvelle, le théâtre et le conte. Le mariage et la venue de neuf enfants mettent un terme à son parcours mais pas à sa passion.
    Son premier roman, La Fille de Joseph, est publié en 1984. Auteure d'une trentaine d'ouvrages, elle consacre désormais la majeure partie de son temps à l'écriture et à la peinture.
    Sa dernière série, "Mémoires d'un quartier gris", a été finaliste au Grand Prix du salon du livre de Montréal 2010, 2011 et 2012. Elle a vendu plus de 2 millions d'exemplaires dans le monde.

  • D'une rive à l'autre du Saint-Laurent, des familles attachantes aux destins entrecroisés voguent entre amitiés et rivalités, drames déchirants et bonheurs intenses.
    Nous voici au XIXe siècle, sur les rives du Saint-Laurent, là où le fleuve se mêle à la mer. Deux rives : celle du nord, aride, majestueuse, faite de falaises et de plages ; celle du sud, tout en vallons, en prés verdoyants et en terres fertiles.
    Des couples et leur famille : Alexandrine et Clovis, Albert et Victoire, Emma et Matthieu, ainsi que James O'Connor, Irlandais immigré, seul membre de sa famille ayant survécu à la traversée.
    Ces personnages plus grands que nature, plus vrais que la rudesse de l'hiver, plus émouvants que les larmes et les sourires qui se succèdent au rythme des marées, peuplent le premier tome des Héritiers du fleuve, une saga incomparable comme seule Louise Tremblay d'Essiambre sait en créer.
    « Une recherche historique rigoureuse et le talent inimitable de l'auteure chouchoute des Québécoises ! »

  • 1942. À l'aube de ses dix-huit ans, Cécile Veilleux doit quitter la ferme de ses parents, dans la Beauce, et son fiancé Jérôme, pour dissimuler une grossesse qui jetterait l'opprobre sur sa famille. Au même moment, à Québec, la jeune Rolande Comeau est envoyée à l'hôpital de la Miséricorde pour dissimuler une grossesse tout aussi honteuse. Recluses à l'orphelinat, les deux jeunes filles vont subir les affres du silence. Le silence à garder sur leurs blessures et leur déshonneur, qu'il faut à tout prix cacher. Le silence qui marque brutalement la fin de leur jeunesse. Dans la tourmente, l'amitié entre les deux jeunes filles pourra-t-elle les aider à surmonter ces épreuves ? Et l'amour entre Cécile et Jérôme survivra-t-il, malgré l'absence et la guerre qui se profile ? Une saga romanesque où deux héroïnes sont confrontées aux ravages du silence

  • Après quarante ans de séparation, Jérôme et Cécile se retrouvent enfin, chacun portant les cicatrices d'une vie mouvementée. Mais l'amour sera-t-il encore au rendez-vous ? Parviendront-ils enfin, au crépuscule de leur vie, à redonner un sens à ces années d'espoir sans trêve ? Jérôme et Cécile, à la recherche du temps perdu, réussiront-ils à reprendre leur vie là où la guerre l'avait laissée ? Commence alors une quête. La quête de l'amour, du bonheur et de la sérénité. La quête de la vie ! Et puis il y a François, le petit-fils, et Sébastien, un adolescent frondeur à qui la vie ne fait aucun cadeau. Amer, blessé, il a choisi la rue parce que personne ne l'a choisi. François arrivera-t-il à faire une différence dans la vie de Sébastien ? « Il faut apprendre à regarder les choses avec le coeur de l'autre quand on dit aimer... »

  • Voici le deuxième tome tant attendu de la trilogie Les soeurs Deblois écrite par Louise Tremblay-d´Essiambre.
    Déjà quatorze années se sont écoulées depuis l´époque où Charlotte découvrait, petite fille, que les membres de sa famille et elle étaient confrontés à des situations pour le moins délicates et inhabituelles aux côtés de Blanche, sa mère.
    Charlotte a vieilli, elle a connu l´amour, puis la déception de voir partir celui qu´elle aimait. Elle s´est aussi découvert une force nouvelle, de même qu´une vie en elle qui la pousse à aller de l´avant et à quitter le pays pour se rendre dans une Europe en guerre. Parviendra-t-elle à améliorer son sort en quittant sa famille et Montréal? Retrouvera-t-elle Gabriel, ce peintre qui hante toujours ses pensées depuis qu´il est parti parfaire sa formation à Paris?
    Pour ceux qui restent, dont Anne, la petite soeur de cinq ans, Raymond, le père de la famille Deblois, et la fragile mais clairvoyante Émilie, la vie se poursuit, selon les hauts et les bas bien souvent dictés par l´état et les attitudes de Blanche. Émilie réussira-t-elle à avoir une vie normale malgré tous les maux qui l´accablent? Raymond, de son côté, saura-t-il renoncer à jamais à la passion au nom du bonheur de ses filles?
    Dans un tel contexte familial, la peinture, l´écriture, l´art et la musique se tailleront une place privilégiée jusqu´au coeur des êtres éprouvés. Ceux-ci arriveront-ils à vivre une vie plus riche que celle qui leur semblait destinée?

  • Cette saga, qui s´amorce dans les années vingt, a pour cadre une famille québécoise dont la mère, hypocondriaque, sombre inéluctablement dans les abîmes de l'alcoolisme et de la dépression aux côtés d´un mari qui se refuse à la vérité.
    Au début de ce premier tome, Charlotte a quatre ans. Aînée de famille avec une mère presque toujours malade, elle doit, pour sa petite soeur Émilie, être l´exemple à suivre. Charlotte, si responsable, autonome, compréhensive! Elle grandit en se détachant de plus en plus d´une famille où maladie réelle et imaginaire occupent toute la place. Petite fille vive et intelligente, elle prend vite conscience de l´étrangeté du comportement de sa mère qui, malheureusement par amour, en vient à être un réel danger pour ses proches. En perpétuelle quête d´amour et d´affection, Charlotte portera un regard passionné, colérique, désabusé sur cette famille et cette mère qui l´étouffent.
    Charlotte réussira-t-elle à s'extirper de ce climat malsain? Qu'adviendra-t-il de sa petite soeur Anne, cette enfant qui est presque sa fille? Son père saura-t-il la protéger comme il n'a su le faire pour elle et Émilie?
    Charlotte, le quinzième ouvrage de Louise Tremblay-D´Essiambre, est un roman bouleversant, criant de vérité, qui expose une réalité trop souvent tue, niée et incomprise. Une réalité pourtant plus répandue que l'on voudrait le croire...

  • Le troisième tome de la populaire série Les soeurs Deblois, de Louise Tremblay-D´Essiambre.
    La benjamine des soeurs Deblois est au centre de ce roman, tel un point de convergence vers lequel se dirigent les plus nobles aspirations des membres de la famille. C´est qu´elle est attachante, vive et audacieuse, cette chère Anne, et ce, malgré l´indifférence et les remarques insidieuses dont sa mère Blanche l´afflige le plus souvent. Sans savoir comment s´y prendre, chacun souhaiterait pourtant que la jeune fille de onze ans soit épargnée des malheurs qui s´acharnent sur les Deblois. Combien de temps encore la musique retiendra-t-elle les pièces de son âme écorchée?
    Comment Raymond, qui croyait contribuer au bonheur de ses filles en maintenant une certaine stabilité familiale menacée, réussira-t-il à redonner espoir d´une vie meilleure à sa fille et à lui-même? Croit-il seulement que cela soit possible?
    Quant à Charlotte, que la vie de mère occupe tout autant que son emploi d´infirmière, on serait en droit de se demander si elle verra enfin les indices la rapprochant peu à peu de Gabriel résulter en une rencontre toujours espérée. Sa foi en la vie et en l´écriture suffiront-elles à lui faire oublier les nombreuses épreuves qui se sont enchaînées sur son parcours?
    Le bonheur sera-t-il enfin accessible à la paisible et conciliante Émilie, dont la longue attente d´un premier enfant venait à peine de prendre fin lorsque sa mère a dû être hospitalisée? Enfin, cet accident de Blanche suffira-t-il à la convaincre de la gravité de l´alcoolisme et de l´hypocondrie qui l´accablent et minent sa vie autant que celle des siens?

  • Deuxième tome de la saga, Antoine poursuit l'histoire de la famille Lacaille et de son entourage. Personnages ordinaires aux aventures extraordinaires, ils sont attachants et naturellement intrigants. Surtout Antoine, le petit garçon coincé avec des difficultés beaucoup trop grandes pour lui. Antoine dessine. C'est sa passion. Mais, paradoxalement, c'est aussi une source d'angoisse épouvantable depuis le début des cours du samedi. Son professeur, monsieur Romain, a une technique bien particulière pour apprendre le dessin aux petits garçons. Et Antoine n'est plus certain d'aimer apprendre à dessiner de cette façon... Bernadette a retrouvé sa routine quotidienne. Après le départ précipité d'Adrien et la naissance du petit Charles, une belle complicité s'est installée entre elle et sa belle-mère. Cette connivence pallie à l'humeur de plus en plus exécrable de Marcel, son mari. Évangéline, de son côté, jubile: son fils Adrien viendra passer l'été chez elle, avec son épouse. En les attendant, son attention est tournée vers les nouveaux voisins, une jeune musicienne et son époux, une certaine Anne Deblois... Laura, quant à elle, est songeuse. Cécile Veilleux, une docteur de Québec, lui a fait une proposition très excitante. Si ses parents acceptent, cette aventure lui ouvrira les portes d'un monde qu'elle ne connaît pas du tout. Mais Laura apprendra que si certaines portes s'ouvrent, d'autres, inévitablement se referment...

  • C'est l'heure des grandes décisions chez les Lafrance. Alors que les jumeaux célèbrent leur premier anniversaire, un nouvel enfant s'annonce au sein de la famille au moment où Marie-Thérèse rêve d'une vie différente, plus douce, ailleurs. D'autant plus que les bouleversements se multiplient dans la parenté, avec la maladie, les amours compliquées, la lourdeur du quotidien.

    Puis, une fois de plus, un drame plonge le clan dans une douleur immense. Dévastée, Marie-Thérèse rêve de quitter cette maison où le sort s'acharne. Germe alors l'idée d'un nouveau départ. La «grande ville» offre des options tellement alléchantes... Jaquelin accepterait-il un changement de vie aussi radical? Son amour pour son épouse suffirait-il à le convaincre d'enterrer le passé et de se tourner vers un avenir prometteur, mais angoissant?

    Riche en émotions et en rebondissements, ce quatrième et dernier épisode de la vie chez les Lafrance témoigne du courage et de l'amour d'un couple uni et du soutien des membres d'une famille dont les valeurs de loyauté et de solidarité sont aussi robustes et profondes que leurs racines. Une série inoubliable!

  • Cette guerre, qui ne devait durer que quelques mois, se termine enfin, ramenant au pays un Léopold transformé à jamais. La maladie de Lysbeth, comme celle du petit Germain, laisse des cicatrices douloureuses, mais révèle aussi le meilleur de chacun. Tandis que la vie de Gilberte prend une tournure inattendue, Paul, Célestin, Béatrice, Lionel et leurs familles élargies connaissent autant de moments tendres que d'épisodes déchirants.
    Au fil des saisons, à une époque où la modernité impose des changements à la fois exaltants et inquiétants, la destinée de ces personnages attachants se déploie, pour le meilleur et pour le pire. D'une berge à l'autre du fleuve, la vie suit son cours... inexorablement.

    Dans ce troisième tome, ces familles, qui nous ont tant touchés, retroussent leurs manches et affrontent les intempéries et les épreuves au même rythme qu'elles accueillent les bonheurs, petits et grands. Un autre récit inoubliable!

  • Jeanne, qui sait si bien aimer la vie, a semé la joie parmi les siens. L'amour qu'elle partage avec Thomas depuis plus de trente ans la comble de bonheur. Ses rosiers, qui ont de profondes et solides racines, témoignent de sa joie de vivre. Hélas, Jeanne sera bientôt terrassée par la maladie.

    S'engage alors un terrible combat entre la vie et la mort, avec ses moments d'inquiétude et d'incompréhension, de révolte même. Telle la bête tapie dans l'ombre, la douleur fait son chemin, entraînant à sa suite la peur et l'indicible tristesse de devoir peut-être tout quitter un jour.

    Jeanne avait pourtant mille et un projets devant elle. Tous ces rêves forgés avec Thomas demeureront-ils lettre morte? Et ses enfants, ses petits-enfants, son père, ses amis qui ont encore tant besoin d'elle...

    Voici le premier tome de LA DERNIÈRE SAISON, une nouvelle série bouleversante et d'une justesse inégalée par Louise Tremblay-D'Essiambre. Comme toujours, elle traite d'un sujet important et difficile avec respect et tendresse.

  • Jeanne n'est plus. Le vent d'automne a emporté le dernier souffle de celle qui a semé tant de joie et d'amour. Thomas se retrouve seul, avec la moitié de lui-même. Il doit maintenant apprendre à vivre avec le vide, le trou béant que sa femme a laissé derrière. Il y a aussi les enfants qui ne le sont plus, mais qui ont encore tant besoin de leur mère. Thomas doit faire face à l'amertume et la colère de Mélanie, au courage précaire d'Olivier, à l'émotivité de Sébastien, à la fragilité d'Armand, le père de Jeanne, avec son regard qui ressemble un peu trop à celui de sa fille... Il y a les amis qui pleurent l'absente, mais veulent réconforter Thomas à leur façon. Le deuil est difficile, la solitude pénible, les souvenirs trop présents. Mais avec le printemps, tout renaît et la vie s'impose, quoi qu'on fasse pour lui résister...

  • Tandis qu'à Pointe-à-la-Truite Gilberte Bouchard et ses proches tentent de comprendre cette guerre si lointaine, en Normandie, la réalité est tout autre. Françoise Nicolas, fille d'un important producteur de calvados, épouse son bien-aimé Rémi à quelques heures de son départ au front. Sans nouvelles du combattant pendant de longs mois, la jeune femme met au monde leur fils, espérant de tout coeur qu'il ait la chance de connaître son père un jour. À Paris, Brigitte, la meilleure amie de Françoise, travaille pour Jacob Reif, un blanchisseur juif qu'elle estime tout autant que son épouse et ses deux adorables fillettes. Cependant, dans le Paris de 1940, il ne fait pas bon être juif. Confrontée à l'horreur du sort réservé à la famille Reif, Brigitte aidera Jacob et les siens à fuir vers la Normandie où un aviateur québécois, fils d'un ami cher de Gilberte, a déjà trouvé refuge...

  • Même si la guerre est terminée, la vie tarde à reprendre son cours. Tandis que les survivants peinent à guérir leur âme écorchée, les disparus, eux, laissent des traces indélébiles et des coeurs brisés.

    En Europe, la famille Nicolas trime dur pour faire renaître le verger tandis que Jacob veille à bâtir un avenir pour ses deux filles à Paris où, jadis, ils vivaient tous heureux avec Bertha. Brigitte, quant à elle, tente de surmonter la disparition de son beau Canadien auprès de Madame Foucault et de la petite Éva tandis que Gilberte, au Québec, se dévoue à aider son bon ami Ernest à surmonter la perte de son fils. L'amour triomphera-t-il réellement sur l'adversité?

    Voici la conclusion magistrale de cette série où les émotions nous secouent sans relâche. Car pour espérer trouver la paix et la sérénité, encore faut-il vivre son deuil et se reconstruire...

  • Dans le deuxième volet de cette série dont l'intrigue se déroule sur deux continents, les grands événements de l'histoire teintent le quotidien de gens qui nous sont chers. Tandis qu'en France Bertha et Jacob Reif, Brigitte, Rémi, Françoise et sa famille subissent directement les affres du conflit et s'affairent à survivre, Gilberte, Ernest et leurs proches tentent au Québec de trouver un sens à cette guerre horrible. Des camps de la mort au débarquement de Normandie, de l'occupation de Paris aux viles anonymes dans lesquelles les épouses essaient de se fondre en vue de protéger leur famille ou encore des rues de Québec aux villages de Charlevoix, la cruelle réalité de la vie en temps de guerre se déploie. Avec une douloureuse acuité, L'amour au temps d'une guerre nous invite dans le coeur de ces gens admirables à qui on souhaite le salut. Mais bien que la fin du conflit permette des retrouvailles bouleversantes pour quelques élus, elle dénombrera également beaucoup trop de vies perdues ou brisées. Heureusement, l'amour, lui, trouve toujours la force de vaincre...

  • L'amour au temps d'une guerre

    Entendez cette populaire série dont l'intrigue se déroule sur deux continents au temps de la seconde guerre mondiale et secoue sans relâche deux familles au Québec et en France. Ce roman historique aux accents de saga est livré en audio par l'auteure elle-même. L'amour trouvera-t-il toujours la force de vaincre ?



    Tome 1

    Tandis qu'à Pointe-à-la-Truite Gilberte Bouchard et ses proches tentent de comprendre cette guerre si lointaine, en Normandie, la réalité est tout autre. Françoise Nicolas, fille d'un important producteur de calvados, épouse son bien-aimé Rémi à quelques heures de son départ au front. Sans nouvelles du combattant pendant de longs mois, la jeune femme met au monde leur fils, espérant de tout coeur qu'il ait la chance de connaître son père un jour. À Paris, Brigitte, la meilleure amie de Françoise, travaille pour Jacob Reif, un blanchisseur juif qu'elle estime tout autant que son épouse et ses deux adorables fillettes. Cependant, dans le Paris de 1940, il ne fait pas bon être juif. Confrontée à l'horreur du sort réservé à la famille Reif, Brigitte aidera Jacob et les siens à fuir vers la Normandie où un aviateur québécois, fils d'un ami cher de Gilberte, a déjà trouvé refuge...



    Tome 2

    Dans le deuxième volet de cette série dont l'intrigue se déroule sur deux continents, les grands événements de l'histoire teintent le quotidien de gens qui nous sont chers. Tandis qu'en France Bertha et Jacob Reif, Brigitte, Rémi, Françoise et sa famille subissent directement les affres du conflit et s'affairent à survivre, Gilberte, Ernest et leurs proches tentent au Québec de trouver un sens à cette guerre horrible. Des camps de la mort au débarquement de Normandie, de l'occupation de Paris aux viles anonymes dans lesquelles les épouses essaient de se fondre en vue de protéger leur famille ou encore des rues de Québec aux villages de Charlevoix, la cruelle réalité de la vie en temps de guerre se déploie. Avec une douloureuse acuité, L'amour au temps d'une guerre nous invite dans le coeur de ces gens admirables à qui on souhaite le salut. Mais bien que la fin du conflit permette des retrouvailles bouleversantes pour quelques élus, elle dénombrera également beaucoup trop de vies perdues ou brisées. Heureusement, l'amour, lui, trouve toujours la force de vaincre...



    Tome 3

    Même si la guerre est terminée, la vie tarde à reprendre son cours. Tandis que les survivants peinent à guérir leur âme écorchée, les disparus, eux, laissent des traces indélébiles et des coeurs brisés.

    En Europe, la famille Nicolas trime dur pour faire renaître le verger tandis que Jacob veille à bâtir un avenir pour ses deux filles à Paris où, jadis, ils vivaient tous heureux avec Bertha. Brigitte, quant à elle, tente de surmonter la disparition de son beau Canadien auprès de Madame Foucault et de la petite Éva tandis que Gilberte, au Québec, se dévoue à aider son bon ami Ernest à surmonter la perte de son fils. L'amour triomphera-t-il réellement sur l'adversité?

    Voici la conclusion magistrale de cette série où les émotions nous secouent sans relâche. Car pour espérer trouver la paix et la sérénité, encore faut-il vivre son deuil et se reconstruire...

  • Après les secrets et les tourments de Laura et d'Antoine, c'est Évangéline, leur grand-maman, qui prend place au centre de cette suite attendue de la vie d'une famille attachante. Évangéline Lacaille a la réputation d'être une femme plutôt distante, froide et intransigeante. À la mort de son mari, il y a plusieurs années, elle a appris à serrer les dents pour traverser la vie, veuve avec deux jeunes enfants. Puis les garçons ont grandi et avec le temps, Évangéline s'est forgé une carapace solide, son caractère devenant exécrable. C'est sa voisine, Anne Deblois, avec son piano et sa musique, qui réussit sans le savoir à percer la cuirasse d'Évangéline jusqu'à atteindre son coeur de grand-mère: Antoine semble si malheureux. Par cette brèche ouverte par la jeune pianiste, Évangéline découvre des sentiments et des secrets depuis longtemps refoulés en elle. Entre les ruminations intérieures de Bernadette qui s'inquiète pour ses enfants, les préoccupations d'Anne Deblois pour le petit Antoine et Cécile Veilleux qui cherche désespérément à revoir Laura, le tempérament bouillant de la vieille dame se transforme en détermination farouche à protéger et rendre heureux les siens.

  • À l´aube de ses trente-six ans, Bernadette Lacaille réalise soudainement que toute seule, elle ne vaut pas grand-chose. Elle habite la maison de sa belle-mère, Évangéline, elle cuisine dans ses casseroles, se sert de ses torchons pour faire le ménage. Elle ne possède rien. Cette prise de conscience, cette sensation de fragilité et de médiocrité lui laisse tout à coup un goût amer dans la bouche.
    Si elle travaillait, si Bernadette avait de l´argent, elle pourrait intervenir dans les projets de ses enfants; Laura et ses études universitaires, Antoine et sa mystérieuse activité du mardi et jeudi. Avec l´entrée à l´école de Charles, le petit dernier, elle a de plus en plus de temps libre et la vie serait tellement plus simple, plus belle si elle avait un peu d´argent à elle. Mais comment y arriver sans que Marcel ne s´offusque?
    Quatrième épisode des Mémoires d´un quartier, Bernadette explore les prémices de la libération et l´émancipation des femmes. Personnages plus grands que nature, les Lacaille et ceux qu´ils aiment sont maintenant en plein coeur d´une petite révolution tranquille, comme le Québec du début des années 1960...

  • Les héritiers du fleuve tome 4: 1931-1939 D'une rive à l'autre du Saint-Laurent, des familles attachantes aux destins entrecroisés voguent entre amitiés et rivalités, drames déchirants et bonheurs intenses.

    Dans ce quatrième et dernier tome, nous assistons aux bouleversements causés par la Crise de 1929. Touchant surtout les citadins comme Paul et Réginald, l'implacable réalité entraînera des choix difficiles et des situations précaires. À l'Anse-aux-Morilles, où les effets économiques de la crise se font moins sentir, Matthieu et Prudence doivent tout de même se réinventer un quotidien. De l'autre côté du fleuve, alors que Gilberte se bâtit doucement une vie sereine avec Célestin et Germain, la tragédie guette; Victoire, Lionel, James et Lysbeth ont beau être bien entourés, reste que les années passent et le dur labeur laisse des traces...

    Dans ce dénouement magistral, les personnages que nous avons tant aimés nous font leurs adieux, chacun à sa façon. Un ultime rendez-vous riche en émotions et en souvenirs impérissables.

    Avec plus de deux millions d'exemplaires vendus et trente-sept ouvrages publiés, dont les séries ultrapopulaires Les soeurs Deblois, Les années du silence et la saga en douze tomes Mémoires d'un quartier, Louise Tremblay-D'Essiambre s'est taillé une place incomparable dans le paysage littéraire québécois.

  • Après la naissance de son fils, Francine est complètement bouleversée, même si Cécile et sa tante Gisèle l´ont gardée sous leur aile et lui offrent une aide précieuse. Elle n´est plus certaine de vouloir abandonner l´enfant à qui elle vient de donner la vie.
    La jeune femme n´est pas la seule à avoir des décisions déchirantes à prendre. Rassuré sur les capacités mentales de sa fille, Adrien doit maintenant choisir quelle vie il souhaite offrir à sa petite Michelle: retourner au Texas pour donner une deuxième chance à la mère de l´enfant ou rester à Montréal, là où ils ont été accueillis avec chaleur et simplicité. Pendant ce temps, le destin rend possible les souhaits inespérés d´Antoine. Grâce à la peinture, de nouveaux horizons s´offrent à lui. Sous le regard approbateur d´Émilie et Anne Deblois, il aura enfin l´occasion de faire éclore son talent artistique. Pour peu qu´il réussisse à faire disparaître l´ombre grandissante qui envahit le quotidien de son frère Charles.
    À d´autres, par contre, la vie joue quelques tours. Laura et Bébert Gariépy, liés par un même projet, se découvriront des points en commun, bien au-delà de leur affection partagée pour Francine. Et voilà que Marcel est contraint soudainement de revoir ses plans d´avenir.
    Reprendra-t-il ainsi une place enviable dans le coeur de Bernadette?
    Voici le sixième tome des Mémoires d´un quartier, consacré à Francine, où tous les habitants du quartier, les Lacaille, Gariépy, Deblois et Veilleux se retrouvent à des moments déterminants dans leur histoire personnelle alors que la société québécoise se construit peu à peu autour d´eux.

  • Jeanne est partie, laissant ses proches seuls avec leur peine. Pourtant, elle les aimait plus que tout... Ses enfants savent bien que, quelque part, elle vit encore au fond de chacun d'eux même si elle n'est plus là pour faire le pont entre eux et leur père, Thomas, qui se remet aussi difficilement de ce deuil brutal.
    Maladroitement, péniblement, chacun tente de vivre sa vie, de rebâtir ses rêves, de regarder vers l'avenir mais les tensions s'installent, les malaises s'approfondissent, l'amertume et la douleur refont surface. Pour Mélanie, Sébastien et Olivier, les enfants de Jeanne, ainsi que pour Thomas leur père, la vie doit prendre un nouveau sens et ils doivent réapprendre à s'unir, comme Jeanne savait si bien le faire. La lecture du journal de la défunte pourra-t-elle mettre un baume sur les blessures et provoquer quelques rapprochements? Jeanne saura-t-elle à nouveau, d'une façon toute spéciale, rétablir les liens entre ceux qui ont tant compté pour elle?

    Les enfants de Jeanne, le troisième et dernier tome tant attendu de cette série poignante, est un hommage à tous ceux qui restent après le décès d'un être aimé.

  • Adrien va enfin connaître les joies de la paternité. Sa femme Maureen en est à son cinquième mois de grossesse et cette fois, tout semble aller pour le mieux. Pourtant, une ombre viendra assombrir la naissance de l'enfant tant attendu... Ne pouvant faire face à la déception de la famille Prescott, Adrien quitte le Texas avec le nouveau-né pour débuter une nouvelle vie. Il ira se réfugier dans sa famille, à Montréal. Évangéline et Bernadette attendent avec joie et impatience cette petite Michelle, dont elles ne connaissent que le nom. Autour d'elles gravitent Francine, alourdie par ses problèmes de coeur, Alicia et son amitié grandissante pour Laura, Charlotte et son mari, Cécile la docteur et son frère Gérard... Sans oublier Antoine qui n'arrive pas à faire taire son passé et tente désespérément de devenir un homme. Mais ce n'est pas chose facile, surtout que son jeune frère Charles est dans la classe de monsieur Romain... Comment réagiront-ils tous à la venue chez eux de l'enfant? Finalement, c'est toute une famille qui continue de vivre et fait du mieux qu'elle peut dans ce Québec troublé et effervescent des années 1960.

  • Depuis un an, Marcel n´a plus le temps d´aller prendre une bière à la taverne.
    En fait, il est épicier à plein temps et, à bien y penser, il vient de vivre la pire année de toute sa vie.
    Marcel parviendra-il à s´en sortir ? Il le faut pourtant, c´est le bien-être de toute sa famille qui en dépend. La vie file et Marcel vient de prendre conscience qu´il ne la voit pas passer.
    Bernadette, elle, n´a pas envie de voir partir Adrien. Pourtant, depuis l´automne dernier, ses paroles proclament le contraire. Elle se fait l´avocat du diable en répétant que Maureen a le droit de connaître sa fille, d´autant plus que la lointaine mère commence à manifester un intérêt pour l´enfant.
    Cependant, comme le dit si bien Évangéline : s´il fallait qu´ils ne reviennent jamais... En plus, depuis quelques mois déjà, son fils Antoine s´est mis en tête d´aller passer l´été à New-York pour tenter d´intéresser quelques propriétaires de galeries afin qu´ils exposent ses toiles.
    En attendant, Bernadette s´inquiète aussi pour Laura qui, de son côté, n´a toujours pas annoncé à son père qu´elle retourne à l´université. Avec l´humeur de Marcel qui s´assombrit de jour en jour, Bernadette ne voit pas comment Laura va s´y prendre. La jeune fille semble par ailleurs très préoccupée par le nouvel ami un peu louche de Francine.
    Voici le septième tome de la très belle série Mémoires d´un quartier, Marcel, où le père de la famille Lacaille apprendra à découvrir le véritable visage de tous ceux qui l´entourent.

  • Rien ne va plus aux yeux d'Évangéline. Antoine semble s'attacher de plus en plus à Anne, sa belle voisine mariée. De son côté, Bébert prend son courage à deux mains et manifeste enfin haut et fort ses émotions pour Laura. Est-ce que la rancur profonde de la vieille dame face aux Gariépy l'aveuglera au point de sacrifier le bonheur de sa petite-fille? Évangéline ne sait plus comment résoudre tous ces problèmes, elle qui semble plutôt irriter les siens avec ses principes rigides et ses préjugés étouffants. Mais un certain monsieur Blanchet sème l'émoi au sein de la famille Lacaille. Galant et poli, il ne déplaît pas à Évangéline... Le vieux cur de la dame, rendu amer par les épreuves de la vie, se laissera-t-il envahir par de si tendres émotions?

empty