Librairie Droz

  • L´Âge de l´éloquence démontre l´utilité, pour l´historien de la culture, du paradigme rhétorique. La première partie apprécie la longue durée : Antiquité classique et tardive, Renaissance italienne et Réforme catholique. On y voit s´établir et se rétablir dans la culture européenne la fonction essentielle de médiation, de transmission et d´adaptation exercée par la rhétorique. Les débats relatifs au " meilleur style ", à la légitimité et à la nature de l´ornatus, à la définition de l´aptum, ne sont pas le privilège de professionnels de la chose littéraire : ils mettent en jeu, à chaque époque, l´ensemble du contenu de la culture et impliquent la stratégie de son expansion et de sa survie. Les parties suivantes examinent respectivement deux grandes institutions savantes de la France humaniste, le Collège jésuite de Clermont et le Parlement de Paris. A l´horizon apparaissent le public féminin et le public de cour, que la res literaria savante et chrétienne ne saurait ignorer sans se condamner à la stagnation ou à l´étouffement. Les débats rhétoriques entre jésuites ou entre magistrats gallicans oscillent donc entre la nécessité de ne rien sacrifier de l´essentiel, et l´autre nécessité, celle de doter cet " essentiel " d´une éloquence propre à le faire aimer, admirer, embrasser par les "ignorans ". Autant de débats qui se nourrissent de l´abondante jurisprudence accumulée par la tradition humaniste et chrétienne. Le classicisme surgit ainsi, dès le règne de Louis XIII, comme une solution vivante et efficace à un problème qui n´a rien perdu de son actualité : comment transmettre la culture en évitant le double péril de la sclérose élitiste et de la démagogie avilissante ?

  • La tragédie cornélienne est une réponse originale au soupçon de sophistique qui pèse sur le théâtre au XVIIe siècle. Pari proprement héroïque sur les pouvoirs de la parole, elle veut être du théâtre qui guérit du théâtre, elle veut être une mimésis qui fasse mentir Platon, et qui ait sur l´âme le même effet libérateur que les mythes du philosophe, ou que la vision des mystiques. A l´arrière-plan de cette entreprise, le Siècle des saints, avec ses jésuites et ses jansénistes, et le Grand Siècle français, avec ses rois, sa noblesse, sa "civilité chrétienne ". L´objet de ce livre est de faire apparaître les enjeux philosophiques et théologiques d´un théâtre qui veut plaire, oui, mais plaire par le haut: en retournant l´illusion comique contre elle-même, et en éveillant l´âme au spectacle du duel entre héros et orateurs, l'ouvrant à ses capacités d´amour, de liberté, de foi jurée. C´est dans le sillage de son immense Age de l´éloquence (Droz, 1980), que Marc Fumaroli, récemment reçu à l´Académie française, a inscrit ces études.

empty